• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Rapports de concavité et de convexité dans la société moderne

Rapports de concavité et de convexité dans la société moderne

Une fable contemporaine et apocalyptique qu’on aurait tout aussi bien pu titrer « Meetic, tic, tic, tic, Boom ! ». Ce soir, j’ai rendez-vous avec Ludmilla, cheveux longs cuivrés et bouclés, quelques tache de rousseur autour de grands yeux d’un vert boréal, agrégée de lettres modernes, bien sous tous rapports. Ma convexe ?

Je l’ai rencontrée (virtuellement) en début de semaine, nous avons longuement discuté et finalement décidé de nous voir. Mais, à présent, au seuil de l’inconnu, j’ai un terrible problème : une extinction de voix. Je n’avais jamais réalisé jusqu’à ce jour, combien la perte d’un seul organe peut être, dans certaines circonstances, tout à fait pénalisante. 19 heures, je sors du travail et je l’appelle et j’assèche mon dernier filet de voix éraillée pour la prévenir de mon état. Elle préfère maintenir notre rendez-vous, m’assure que ce n’est pas grave. Dans un dernier souffle rocailleux, je marmonne un « oui » cavernicole et je file la rejoindre.

Quand nous arrivons au restaurant, je suis définitivement aphone. Elle, tout à fait charmante. Ayant parfaitement intégré mon infirmité, elle se charge de la commande. Elle choisit les plats, le vin, tout. De temps à autre, le garçon me jette un regard furtif, il épie mon assentiment, un mot... en vain ! Heureusement, Ludmilla n’est pas en peine de discours. Elle aime la littérature et en anime notre repas. Je la laisse hululer aux génies, fioriturer les belles lettres, confiturer les auteurs modernes. Que puis-je faire d’autre dans mon état ? J’acquiesce sporadiquement, un hochement de tête par-ci, un sourire par-là, un signe, parfois. Je picore, mi-Keaton, mi-Marceau. Le temps passe, bon gré mal gré, la cuisine aussi.

Comme je jouis encore d’une audition et d’une vue normales, j’en profite pour observer nos voisins et je réalise que les deux couples occupant les tables mitoyennes parlent de moins en moins. Aux conversations animées du début de repas, ont succédé quelques échanges furtifs, des bribes et puis plus rien. C’est incontestable, ils nous observent, s’amusent du drôle de couple que nous formons, elle pulpeuse et volubile, moi abrupt et muet comme une carpe.

Progressivement, la situation en devient embarrassante. Devant le flot de paroles déversé par ma partenaire, une subtile réserve eût passé pour de la galanterie, voire de la chevalerie. Mais un tel silence de ma part, profond, entêté, cuirassé... à la longue c’est plutôt gênant, déplacé, honteux, à la limite de l’herpès intellectuel.
Elle le ressent forcément et reste pensive, le temps de quelques bouchées. De mon côté, je n’ai de cesse d’échafauder des plans insensés de guérisons miraculeuses à coup de Pessac Léognan, des délires de rémission forcenée, fût-elle temporaire, entre le café et l’addition.

Et puis, elle lève ses yeux vers les miens, me sourit et susurre :
- N’allez pas le prendre mal, ou croire que ce genre de choses soit dans mes habitudes. Mais je réalise le côté... délicat de notre situation et je ne peux pas compter sur vous pour prendre une initiative. Alors, je vous propose, si cela vous dit, de prendre le dessert chez moi. Voilà ! J’ai des fraises.

Le temps pour moi d’écarquiller à cette proposition surréaliste et elle ajoute, désinvolte :
- Et ce sont des françaises, pas des espagnoles.

Bigre ! Elle va droit au suc, à la quintessence, au cinquième élément. L’heure n’est plus aux arabesques, aux chinoiseries académiques, aux méandres... L’instinct me commande de lui obéir, il l’hurle (lui), cet impérieux.
Mais, crénom de nom de dieu de... et tous les jurons présidentiels qui vous passent par la tête, elle habite à l’autre bout de la région parisienne et je dois me lever aux aurores demain matin. Et je suis crevé, laminé par l’angine, frissonnant, pas du tout confiant dans mes organes, je veux dire... en général. Remettre... Oui ! C’est la solution, seule et noble.

Je me racle la gorge, me concentre, prépare le plus petit moindre muscle de mon pharynx à la production d’une explication que j’ambitionne audible, solide, diplomatique et par-dessus tout... concise. Elle guette ma réponse, les deux couples autour de nous guettent ma réponse. La surface habitée de l’univers guette ma réponse. Un, deux... trois... Je me lance. Et là... une seule syllabe rocailleuse, un seul son, rauque, préhistorique, antédiluvien ! Un « noooon » énormissime et râpeux !
Et puis plus rien. Même pas un « nââân meuuuurci », encore moins le début d’une explication. Nada ! Juste un « noooon » de rogomme. A côté de cette saillie, le bramement guttural du cerf qu’on égorge passerait pour suave, chantant, éthéré... séraphique. Malédiction !

Instantanément, les deux couples qui nous entourent partent, à l’unisson, d’un éclat de rire phénoménal. Vexée, ma compagne d’un (seul) soir s’électrise, les irradie brièvement d’un œil noir, reviens vers moi, zébrée d’éclairs. Aïe !
Quand le capitaine expérimenté et réaliste découvre l’iceberg dressé à quelques encablures de l’étrave de son navire lancé en avant toute, il sait que l’affaire est mal engagée. De même, il devient évident qu’elle va éclater. Et c’est ce qu’elle fait ! Elle explose, champignonne. D’un bloc, elle se redresse, thermonucléaire, rue dans la table... Vlan ! Harpie force dix... tonitrue... Bing ! Culbute... furie de transes, et finit par se dégager d’un coup de rein. Bang ! Tout valse, valdingue, chavire, couverts, carafons, pain, sel, poivre... Badaboum ! Les lustres Empire en tremblent. Un tsunami de Pessac Léognan déferle en plein sur ma chemise.
« Tu es vraiment trop con ! », qu’elle me lance, fulminante, appuyant ostensiblement sur la dernière syllabe dans le même élan qu’elle jette rageusement sa serviette en travers de la table. Pour ma liquette, c’est même plus Blücher, c’est Waterloo et Trafalgar réunis... Trop absorbé à rattraper mon assiette au vol avant que le reste du filet de sole n’atterrisse sur mon jean, je ne peux empêcher le fond de sauce Dugléré d’y rejoindre la vinasse.

Il m’est tout à fait impossible de la calmer, plus un son ne passe ma gorge. Elle a déjà tracé, comète rougeoyante, filé en bombe, porte, trottoir... Vroum ! Happée par la nuit, loin, drapée dans sa colère, vers chez elle, l’infini, ses fraises... « Tu es vraiment trop con ! »... Une seconde, j’en suis rétrospectivement ému, pensez ! La première fois qu’elle me tutoie et le dernier témoignage d’un amour définitivement sacrifié et irrémédiablement râpé.

J’oscille un moment entre considérations évanescentes sur le fragile équilibre des rapports homme femme et observations désolées des très concrets dégâts matériels que je viens de subir, quand je sens un silence énorme monter de la salle et les paires d’yeux se braquer sur moi. Et quels regards... Misère !
Je me sens lourd, subitement perclus d’adversité, gourd, moulu, liquéfié, fluide comme mille hectolitres de honte. Imagine-toi, cher lecteur, chantant à tue-tête « Sex bomb, sex bomb, you’re my sex bomb  », sur le court central de Roland-Garros, vêtu d’un sobre string léopard et entouré d’une demi-douzaine de mamies en transes et bikini rose censées matérialiser lesdites bombes sexuelles. Toi et... des milliers de personnes dans les tribunes et... toi. Ressens-tu cet étrange et confus sentiment de désarroi qui te gagne alors ? Eh bien, tu es encore loin de ma détresse. Ah comme j’étranglerais volontiers l’idiot qui a dit que le ridicule ne tuait pas...

Un temps, je me débats dans un brouhaha hostile suintant l’ironie et le débinage. Du fond des estomacs tirebouchonnés, les biles refoulent, refluent aux goulots, se mêlent aux salives. J’essuie une marée de quolibets réprobateurs sur fond de graillon, relents de travers de porc croustillants, côte du Rhône éventé et vieux marc de café. « Ah le cochon ! », éructe une bourgeoise boursouflée, exaspérée par l’abus de calories qu’elle vient de s’infliger. « Tu l’as dit, Maman », marmonne le mari calciné, sans sortir le nez de sa mirabelle. Tassé contre le bar, hilare, un vieux hibou hulule longuement « houhou-hou, houhou-hou ». L’animal ironise !
De toutes parts, on m’assassine avec cette assurance tranquille que confèrent un relatif anonymat et une écrasante majorité. Je paye pour leurs remords de bombances, leurs digestions acides, les mauvais relents, les plis graisseux et les viandes distendues. On me transperce... Quelle corrida et bientôt... la mise à mort ! Ah mais pardon ! C’est que j’ai déjà perdu la voix, alors si je dois y laisser les deux oreilles et la queue... ça risque de faire beaucoup en une seule soirée !

Puis tout le petit monde se met à rire énormément, grossièrement. Je préfère... En un sens, c’est plus humain. Je me contente de leur sourire... péniblement... je vais puiser la poussière de dignité que toute bête, même confrontée à des adversités cataclysmiques, recèle encore au tréfonds de son âme.

Le garçon revient, jovial. « Monsieur prendra-t-il un dessert ? ». Veut-il ma mort, ce facétieux pingouin ? Basta ! J’ai déjà eu mon flan. L’instinct me pousse à décamper, mais je me ravise et fais signe pour un café et l’addition. Je ne leur ferai pas ce plaisir de déguerpir calamiteux, de ramer vermineux vers la sortie, cette autre rive de mon Styx.
Dans cette histoire, je suis réellement la seule victime et j’entends le démontrer par une allure d’insouciance glaciale et ironique. Je savoure donc mon café, le temps de me composer une figure d’indifférence, puis je règle l’addition et sort, assez lentement, hautain, indifférent... en un mot, grand !

Dehors, il fait froid. A intervalles réguliers, le souffle du vent d’hiver porte à mes narines une exhalation de vinasse à la sauce Dugléré, et plaque un cataplasme glacé sur mon ventre. Ah quel merveilleux bonheur, l’existence ! Voilà pourquoi je ne veux plus faire de rencontres et pourquoi je ne me marierai probablement jamais. Stop ! Plus de bulles, plus de flûtes pétilleuses, plus de champagne, je me contenterais d’une petite bière, de temps à autre, très économe d’amour, parcimonieux à l’extrême, chameau.

Harmoniser concave et convexe peut paraître naturel, simple. Eh bien non ! Croyez-moi ! J’ai sillonné tant de voies de traverse... jusqu’à la trame du cosmos, pour l’apprendre. J’ai exploré la femme, cet être prétendument co-égal et consubstantiel à l’homme. Et j’ai trop connu les déboires, la détresse des grands naufrages et, pour être franc, trop abusé des visions anthropomorphiques de l’amour pour qu’aujourd’hui, parvenu au seuil de la sagesse, les rapports de concavité et de convexité dans la société moderne ne m’inspirent plus qu’une colossale et reposante indifférence...


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

164 réactions à cet article    


  • JL JL 4 mars 2008 10:06

    Sè non è vero, è bene trovato.

    N’empêche, je pense que la dame a très bien joué la partie, dans cette inversion de rôles qui semblait lui aller comme un gant. Est-ce cette aptitude qui vous a fait craindre d’autres initiatives de sa part ?


    • Argo Argo 4 mars 2008 12:23

      Cher JL,

      Concevant confusément le cheminement tortueux où l’image du gant ne saurait manquer de faire déraper ce fil de commentaires, vous comprendrez qu’il m’est difficile de m’engager sur une réponse circonstanciée.

      Affectueusement 


    • JL JL 4 mars 2008 18:35

      Cher Argo, bien reçu, 5 sur 5. 


    • snoopy86 4 mars 2008 10:13

      Bonjour Argo

      C’était quoi le Pessac- Léognan ?

      Au passage c’est quand même dans le récit de tes mésaventures meetiquiennes que je te trouve le meilleur ....

      Mais voilà au moins deux fois que tu nous décris tes difficultés à sauter...le pas

      Les zozos s’inquiétent pour toi


      • anvil mac lipton anvil mac lipton 4 mars 2008 12:01

        Pessac-Léognan est le nom d’un cru bordelais (Pessace est une ville de l’agglomération bordelaise).

        C’est un vin correct sans plus à mon avis.

        Dans un bouchon, on préfèrera un Julienas, ou en blanc un Macon-village.

        Mais Argo, ne t’inquiètes pas, moi, j’ai rencontré mon épouse sur internet. mais pas par un site de rencontre !


      • Argo Argo 4 mars 2008 12:19

        Ah Zozos, merci pour votre compassion...

        Mais ne vous inquiétez pas trop, j’ai quand même eu des conclusions plus heureuses. Evidemment la décence m’interdit de les reproduire ici, ainsi que sur NaturaVox, SportVox ou AgoraVox TV. Quoique ...

        Sur TripleXVox, à la rigueur, s’il existe un jour. 


      • snoopy86 4 mars 2008 13:17

        @ Anvil Mac Lipton

        Foutriquet, sangouillon ( comme on dit à Pessac et non pas Pessace ), béotien, bachi-bouzouk, j’en passe et laisse le soin à Haddock de continuer à t’agonir d’injures.

        Oser dire qu’un Pessac Léognan est un vin correct sans plus !!!!

        Envisager seulement de comparer Haut-Brion à un Juliénas ou Chevalier à un Mâcon blanc !!!! des nectars des dieux à du simple pinard de gargouille !!!

        Il y en a qui sont morts pour moins que celà et dans d’horribles souffrances. Et moi je suis un doux comparé à Emile Red ou au Furtif...

        La question était quel Pessac Léognan ? car aprés une demi-bouteille de Latour-Martillac ou de Pape-Clément un zozo normalement constitué peut grimper un bataillon d’amazones, même enrhumé....

         

         


      • snoopy86 4 mars 2008 13:19

        Au passage bonjour voisin !!!

        J’espère que vous avez signalé ce commentaire sacrilège à la modération ou au Mossad ...


      • Sandro Ferretti SANDRO 4 mars 2008 14:03

        Snoopo,

        Est-ce que je dois envoyer Tony à cet impétrant ?


      • snoopy86 4 mars 2008 14:08

        Salut Sandro

        Pas besoin de Tony, on va faire un false-fag.

        j’ai fait dicrétement prévenir Emile Red, un dur de dur, un anar hispano-bordelais, un gars qu’a fait 20 ans à Gradignan au coeur de l’appellation....


      • haddock 4 mars 2008 14:12

        une agonie pour Anvil Mac Lipton , à la demande générale de Snoopy ,

         

        espèce de loup-garou à la graisse de renoncule de mille sabords

         

        ophicléide

         

        moratorium

         

        bayadère de carnaval


      • snoopy86 4 mars 2008 14:27

        Mimile va pas tarder à débarquer sur ce fil

        c’est Red de red , quoique il vire aussi au noir mais c’est un vrai pro...

        En plus c’est pas comme Sandro ou moi, il est capable de donner dans la modernité. Il y a belle lurette qu’il a remisé le 45 Army au fond du grenier.

        Je serais le Mac Lipton, je toucherais plus à mon téléphone portable et j’enléverais vite fait les appuie-tête dans ma voiture..


      • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 14:55

        Miladiou, corne de zébu, zé plus soif... Un blasphémateur, un apostat, un hérétique, un schismatique,

        Tudiou, D’artagnan que ta rapière emperce ce vilain, que les nobles Gascogne et Guyenne ne laissent le pleutre survivre à l’avanie, que gicle l’ultime égoutture du sang de ce mécréant.

        Aliènor, de l’offense, tourneboule en sa tombe à lire pareille coquecigrue, quel est donc ce vil et haté écossais qui s’enhardit à confronter ce manant Juliénas au Sieur Mountesquiou en ses terres de La Brède et Léognan ?

        A moi la garde, Haut Bailly, Malartic, Martillac et Haut Lafitte, bouillaient, gents chevaliers, d’étriper le coquin, après de le rosser, de le rouer aux mesures de son méfait. 

        Qu’il périsse sur le champs, au gibet qu’il le faut à pendre comme un rang d’aillet, renégat du bon gout, apocryphe du genre humain, félon des papilles.

        Macon, Macon, Macon vous même


      • snoopy86 4 mars 2008 15:39

        @ Dom

        Mimile et moi on n’est pas du même bord mais on est des hommes d’honneur et il y a des sujets sur lesquels on ne transige pas...

        mais on n’est pas aggressifs pour autant. par exemple on ne parle jamais de vin avec un corse...


      • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 16:00

        En homme de coeur et d’esprit, on ne peut tolérer l’irrespect aux nobles cuvées, diantre et palsambleu.


      • snoopy86 4 mars 2008 16:32

        Ceci posé, on s’est peut-être un peu emportés car il y a de bonnes choses en Juliénas et Mâcon blanc, mais c’est tout de même pas la même cour...

        Le sangouillon est-il encore vivant et si oui dans quel état ?

        S’il vit encore et se repent je suis prêt à pardonner et même à lui offrir un coup de La Louvière...


      • anvil mac lipton anvil mac lipton 4 mars 2008 16:41

        Fi donc messieurs, j’apporte ma flamberge, et mon espadon, et je vous prends tous en duel sur le pré, à l’aube qui agrémente de rosée la cire qui cachète les facons de ces vins bien plus fameux au palais que sont Brouilly, Chiroubles, Juliénas et Morgon pour les beaujolais, Pouilly-Fuyssé, Saint-Véran, Viré-Clessé, Chablis, Macon-Village (blanc) , Cote-de-Nuits-Village (rouge), Chappelle-Chambertin, Bourgogne Alligoté ou Passe-tout-grain...

        Le v-ignoble bord de laid et auitain(1) est surfait, et ce sont des papilles atrophiées qui laissent entendre qu’un repas dans un bouchon - temple de la gastronomie lyonnaise - pourrait être agrémenté d’un autre vin que ceux précités !

        En garde donc, et pas de quartier !

        (1) Je ne tolère qu’au Juraçon et au Monbazillac le droit de table chez moi...


      • Sandro Ferretti SANDRO 4 mars 2008 16:49

        snoopo

        Je ne voudrais pas faire tache, mais je suis également très crus de Beaujolais ( Morgon, Brouilly, Moulin à Vent, St Amour) et naturellement Bougogne ( Vosnes-Romanée, Romanée Conti, Nuit-St -Georges).

        Considérant que les blancs sont des vins de dames, je n’ai pas d’opinion (hormis un petit Pouilly-Fuissé sur le foie gras au sel de gerlande).

        Bon voilà. C’était juste pour causer.

        Un petit mot pour rien dire, ou plutot pour dire l’inverse.

        Bon alors, il est où, l’Amiral, le Captain abandonné ?

        Parce qu’on va pas tenir seuls son estaminet. Faut qu’il vienne nous causer amour et spaghettis, sinon on s’en va.

        Il ferait une depression, alors ?

        Non. Céline disait : "la mélancolie, c’est rien dont on ne puisse guérir en tirant un coup".

        Dans ce cas d’éspèce, je dirais plutot :

        C’est rien dont on ne puisse guérir en buvant un St Amour....


      • snoopy86 4 mars 2008 16:56

        Mon pauvre Anvil

        Mon fond de générosité m’a encore trahi, il nous faudra donc t’estourbir puisque tu ne te repents point.

        Si au moins tu nous avais présenté ce qui fait la grandeur de la Bourgogne, les Montrachet ou les Romanée par exemple. Mais nous sortir ces vins de soif, voire ces fonds de barrique comme les Passetougrain. Mécréant !!!!

        Et nous sortir le Montbazillac qu’en Sauternais nous mettons dans les chasses...

        Emile fais ton oeuvre ...


      • snoopy86 4 mars 2008 17:19

        @ sandro

        Trés exceptionnellement sérieusement,

        Je suis trés amateur de beaujolais et de bourgogne et ce que tu cites m’enchante souvent.

        Quand aux blancs je ne considére pas qu’il s’agisse de vins de dame. Les grands blancs de bourgogne malheureusement devenus inabordables sont pour moi inégalables. Il doit me rester une vingtaine de bouteilles de Chassagne et Puligny-montrachet et chaque fois que j’en ouvre une c’est un enchantement.

        Mais quand notre ami Anvil nous dit que le pessac-léognan est quelque chose de moyen c’est qu’il ne connaît pas. il me reste là aussi quelques bouteilles de Haut-Brion ( trés peu et que je n’ose pas renouveler compte tenu du prix), du Pape-Clément et je renouvelle réguliérement en Fieuzal, Latour-Martillac, La Louvière et Couhins ( que j’ai découvert, géré par l’INRA et qui fait un blanc fantastique). C’est quand même pas la même cour que le Juliénas, aussi bon fut-il...mais chaque vin a son moment...


      • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 17:32

        Je ne dirai qu’une chose, l’homme atablé qui refuse au foie gras son breuvage aloué n’a de mot à dire sur tel met qu’il nous faisse nous gausser.

        Et d’Aquitaine s’il en tire le foie gras, qu’il ne l’habille de Sauternes n’est point de bon aloi.


      • Argo Argo 4 mars 2008 17:38

        Je reviens. Cela dit sur les fraises, (je vais me faire démolir par Mimile et Snoop mais je prends le risque) un petit muscat de chez Orenga de Gaffory (Patrimonio) passe tout à fait bien, rapport à l’acidité des fraises.

        Non ?


      • snoopy86 4 mars 2008 18:03

        Aprés ces fraises-là moi c’est plutôt Benson and Hedges...


      • snoopy86 4 mars 2008 18:06

        à contrejour, bien sûr


      • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 18:26

        Hummm des fraises au vin avec un filet de sucre de canne macérées une matinée dans un vieux Bergerac...

        Là dessus je tergiverse vers un Lambrusco rouge.

        Tudieu c’est pas encore la saison, gredinerie de XXI ème siècle.


      • Argo Argo 4 mars 2008 18:27

        Ben moi, j’ai eu des envies de Smith et Wesson, en 357 ou 44 magnum.

        Si on veut rester sur le Pessac Léognan, on peut pacifiquement opter pour un magnum de Chateau Smith-Haut Laffite (qui a dit que le Pessac Léognan c’est de la piquette ?).


      • Argo Argo 4 mars 2008 18:43

        Le vin était un "Les Hauts de Smith" 2005, second vin du Château Smith Haut Lafitte, Pessac Leognan.

        Je sais, ça vaut pas le premier vin de la propriété mais je trouve ce "hauts de Smith" sympathique. En tout cas, ç’aurait du suffire.


      • haddock 4 mars 2008 18:43

        contre-jouir dans l’ obscurité nuit


      • snoopy86 4 mars 2008 18:43

        Trés bien Smith Haut-Lafitte....


      • snoopy86 4 mars 2008 18:48

        Haddock

        Je pensais à cette magnifique chanson de Charles Dumont

        http://www.paroles.net/chanson/22311.1

         


      • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 18:49

        Piquette c’est celui qui dit qui l’est...

        Des Graves piquette, et le beaujolpif nouveau c’est pas de la piquette, de l’urine de yack, du coulis de fosse à purin, de la lessive de fosse couche, du lisier porcin, de la bile de lapin mixomatique....

        Doux rêve

        Classement officiel des vins de Graves Crus classé Couleur Commune Château Bouscaut Rouge et Blanc Cadaujac Château Carbonnieux Rouge et Blanc Léognan Domaine de Chevalier Rouge et Blanc Léognan Château Couhins Blanc Villenave d’Ornon Château Couhins-Lurton Blanc Villenave d’Ornon Château de Fieuzal Rouge Léognan Château Haut-Bailly Rouge Léognan Château Haut-Brion Rouge Pessac Château Laville Haut-Brion Blanc Talence Château Latour-Martillac Rouge et Blanc Martillac Château Malartic-Lagravière Rouge et Blanc Léognan Château la Mission Haut-Brion Rouge Talence Château Olivier Rouge et Blanc Léognan Château Pape Clément Rouge Pessac Château Smith Haut Lafitte Rouge Martillac Château la Tour Haut-Brion Rouge Talence

         


      • haddock 4 mars 2008 18:54

        l’ en a de jolies le Charles


      • Soleil2B Soleil2B 4 mars 2008 19:23

         

        - Orenga de Gaffory !

        - Ah Argo, c’est là qu’on reconnaît la classe !

        - Et n’écoute pas Snoop, c’est la jalouseté qui le mine


      • Rosemarie Fanfan1204 4 mars 2008 19:29

        Salute Soleil ! vas tu bien ?


      • snoopy86 4 mars 2008 19:47

        Salut à toi Roger, vieux brigand ....


      • Soleil2B Soleil2B 4 mars 2008 20:31

        - Soir les enfants !

        - Tu vois Snoop, j’ai mis mes globules au garde à vous !

        - Demain, Orenga de Gaffory vient me réapprovisionner !

        - J’ai toujours dit que pour ce que j’avais, un bon oenologue...................................


      • snoopy86 4 mars 2008 22:22

        Tiens le choc, crapule, et soutiens toi avec tout ce qui te fait plaisir, le plaisir peut tout guérir...


      • Nobody knows me Nobody knows me 6 mars 2008 14:37

        @snoppy

        Foutriquet, sangouillon ( comme on dit à Pessac et non pas Pessace ), béotien, bachi-bouzouk, j’en passe et laisse le soin à Haddock de continuer à t’agonir d’injures.

         

        Oser dire qu’un Pessac Léognan est un vin correct sans plus !!!!

        Envisager seulement de comparer Haut-Brion à un Juliénas ou Chevalier à un Mâcon blanc !!!! des nectars des dieux à du simple pinard de gargouille !!!

        Moi je préfère le coca...


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2008 19:03

         @ Snoopy et tous les autres bacchisants. Merci d’avoir réveillé mes vieilles appétences. Je crois que je vais garder ce fil et le relire chaque fois qu’il va pleuvoir. Mépriser les Pessac-Leognan, même si ce n’est plus "graves", ça demeure sérieux... Le Haut-Brion a fait plus que Joyce pour me faire apprécier les Irlandais. Et vous, Emile Red, je vous vois sous un autre jour... J’ajouterai plus d’humour à nos prochaines empoignades.

        Etant de nature contrariante, une banderille du Parthe pour garder vivant notre esprit chauvin : Y-a-t-il vraiment meilleurs vins que les Brunello et les Vega -Sicilia ? 

         

         Pierre JC Allard

         


      • yoda yoda 4 mars 2008 10:23

        Concavité, connexité, sagesse, indifférence... votre dernier paragraphe me laisse quelque peu songeur...

        A priori, concave et convexe, ca s’emboite. Si ce n’est pas le cas c’est qu’il y a tout plein de circonvolutions névrotiques qui empechent l’emboitement. Ca peut venir de soi, de l’autre, ou des deux. Les circonvolutions peuvent aussi s’emboiter !!

        Elle aurait quand bien mérité un petit coup de concave, la Lubmilla...


        • Argo Argo 4 mars 2008 12:13

          C’est aussi mon avis


        • Aspiral Aspiral 4 mars 2008 13:24

          En fait les femmes voient horizontal et pensent circulaire et les hommes voient vertical et pensent linéaire. Ils ne peuvent pas se comprendre, (tabou de l’inceste), mais ils peuvent s’articuler, car seuls, il leur est impossible de tout voir et donc de prendre de bonnes décisions. Cette articulaition devrait se faire selon d’autres règles du jeu que celles de la séduction voire du terrorisme. Il faut réinventer le couple.


        • Rosemarie Fanfan1204 4 mars 2008 10:23

          Bonjour Argo, bravo pour cette fable pleine d’humour ! Le situation où la femme propose et où l’homme dispose et dit non, est devenue plus courante qu’on ne le croit. Une sorte de retour de boomerang du féminisme : une certaine féminisation des hommes, avec son corollaire, la masculination des femmes.

          Les sites de rencontres sont des miroirs aux alouettes, on a autant de chance de trouver la femme (ou l’homme) de sa vie que de gagner à l’eumillion le vendredi soir.

          Bon il y a vraiment des Ludmilla rousse aux yeux verts sur meetic ? smiley

          ps : bonjour les Zozo !

           


          • Argo Argo 4 mars 2008 12:12

            Bonjour Fanfan,

            Et merci. Tu dois te douter que ton commentaire éclaire ce billet d’une saveur particulière, ça change des zozos, ces lubriques...


          • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 14:58

            Cette histoire, comme dit la chanson, était vouée à l’échec, rencontre de la pie et de la carpe.

            Un petit oiseau, un petit poisson s’aimaient d’amour tendre......


          • snoopy86 4 mars 2008 16:59

            "les zozos ces lubriques"

            Oui, monsieur, et fiers de l’être. Il en est même qui pour notre plus grand bonheur nous ont traités de vipères lubriques...


          • Soleil2B Soleil2B 4 mars 2008 20:37

            - Moi Argo, j’aurais préféré "libidineux", c’est plus classe !


          • Rosemarie Fanfan1204 4 mars 2008 20:41

            Soleil, il y a des libidineux lubriques aussi smiley


          • Soleil2B Soleil2B 4 mars 2008 21:08

            - Non Fan, c’est un pléonasme !

            - Mais libidineux, Ah, libidineux................

            - T’as pas vu Hadd, j’ai un message pour lui, quelqu’un qui le connaît bien............www.imagup.com/img/


          • snoopy86 4 mars 2008 22:19

            Oui libidineux c’est sympa, mais vipère lubrique c’était un grand classique des stals à une certaine époque...


          • haddock 5 mars 2008 08:41

            Salut Soleil ,

             

            M’ inscris et vais voir .

             

            Bien à toi .


          • Sandro Ferretti SANDRO 4 mars 2008 10:52

            @ Argo : pas mal. Un repas à la sauce Mort-née, quoi (sauce Mornay, pour les amateurs de fast food).

            Ceci dit, ca fait du bien d’étre de temps en temps pris pour ses seules qualités ( potentielles) gonadiques, tel le Rocco Siffredi moyen. C’est vrai, quoi : combien de femmes se croient obligées de vous "récompenser" pour une soirée si amusante , votre culture, votre humour, etc, etc.

            @ aux Zozos :

            Argo est un homme dangereux. Il m’a piqué le titre. ( allez voir son dernier article, quand il annonce celui-ci : je lui souffle ce titre, en plaisantant, qui me rapelle les dissert . oiseuses de ma jeunesse en khagne. Et hop, il le reprend. Sans passer par la SGDL, la SACEM, sans crier ni train, ni gare, ni rien !!!!!)

            Ne confiez ni votre Rolex ni votre femme à Argo. Il reprend tout. Et pas cher.....


            • Argo Argo 4 mars 2008 12:09

              Les montres, je dis pas... mais les femmes, je suis très remonté en ce moment


            • haddock 4 mars 2008 13:29

              Sandro , la sauce mort-née s’ appelle aussi sauce Adolphe du nom des enfants qu’ il n’ a pas eu .

               

              Alors que le choix de la sauce Adolphe Dugléré s’ est avéré stérile pour la circonstance .


            • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 15:01

              Sans train, ni gare mais en chantant : love me tender...


            • Forest Ent Forest Ent 4 mars 2008 11:08

              Très bien écrit et amusant.


              • Mescalina Mescalina 4 mars 2008 11:24

                Texte délicieux et surréaliste, ce genre de rencontre ne doit pas arriver, pour ne pas avoir à dire ce "on reporte" à la fin du repas qui vous élimine il fallait au regard de l’état reporter dès le coup de fil.

                Une vie peut basculer pour pas grand chose... ou au moins une soirée


                • Sandro Ferretti SANDRO 4 mars 2008 11:41

                  Pour ceux qui douteraient encore qu’Argo est un plagieur :
                   

                  > L’exaction culturelle française ou la politique du « Pire tout Pire »
                  par SANDRO (IP:xxx.x94.202.5) le 29 février 2008 à 16H02

                   
                  Nous l’attendons de pied ferme, Had, Snoopo, Massimo , Joao et quelques autres.

                  Je propose un titre, qui me rapellera la Khagne :

                  "les rapports de concavité et de convexité dans la société moderne."

                  4 heures. Sans document.

                  PS : Ne pas oublier de déposer le texte à la SGDL : imaginons un instant que Lerm Haaf ou Déesse Pallas le diffuse dans un an sous leur nom, en changeant une phrase ou deux... Repassé.

                  Plus qu’à appeller Tony et sa moto, et faire cracher les suppositoires à travers le pare-brise....

                  Réagir à l’article | Réagir au commentaire | SIGNALER UN ABUS | Lien permanent


                  • Argo Argo 4 mars 2008 12:08

                    Salut Sandro,

                    Ben oui, j’ai repris le titre. J’avais pris ça pour une commande et puis ça collait avec mon affaire. Pitié, n’envoie pas tes désoudeurs... Je recommencerai !


                  • Sandro Ferretti SANDRO 4 mars 2008 13:47

                    Bon ca va, il avoue.

                    Le problème c’est mon baveux, Me Parcimony :

                    Il me dit : à moins de 20 pour cent des gains, tu laches rien, tu signes rien et on va au procès......


                  • Sandro Ferretti SANDRO 4 mars 2008 13:57

                    @ Argo,

                    Maintenant qu’on a réglé la question du titre et du plagiat, des commentaires sur le fond :

                    1/ Une fille qui a une soudaine envie de fraises est éminement suspecte. La Faculté (lorsqu’elle a encore ses facultés) sait qu’il s’agit là d’un signe de grossesse connu jusqu’à Lambaréné.

                    Donc, en clair et sans décodeur, ne regrette rien : la bougresse était enceinte et ne cherchait qu’un père présentable et "bankable". Film connu, circulez, y a rien à voir.

                    ( quoique je sache bien que littré définit la bougresse de telle façon qu’elle ne risquait pas de tomber enceinte, mais bon....)

                    2/ Pour une agrégée de lettres, et malgré sa comprehensible envie d’allumer rapidement le feu, il me semble qu’elle s’est montrée un peu légère, limite inculte :

                    Comment ne pas avoir compris que tu mimais durant ce diner cette splendide phrase d’Alfred de Vigny (dans "la mort du loup") :

                    "Seul le silence est grand. Tout le reste est faiblesse".

                     

                    Non, je te dis, pas de regrets à avoir....


                  • Argo Argo 4 mars 2008 14:18

                    Sandro,

                    T’as raison. Une simple tarte aux fraises... ca méritait pas d’aller batifoler dans la gariguette.T’es mon beaume, mon onguent


                  • Argo Argo 4 mars 2008 14:25

                    La " Mort du loup" ? C’est une feuille de Vigny ? Une contrepèterie approximative ? Un programme genre : pleine lune.... Houuuuuuuuuuuuuu ! 

                    Dans "Pif gadget" (mon livre de chevet), y’a "Alfred le Pingouin", de Vigny ou de Bondy... je sais plus, mais ce qui est sûr, c’est qu’il est seul, comme moi, à faire banquise. 


                  • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 15:06

                    Toi le pingouin sur banquise, elle le chameau au dessert...


                  • Sandro Ferretti SANDRO 4 mars 2008 15:13

                    Argo qui joue les Lerma / DS Pallas, j’y crois pas.

                    Bon, alors, j’fais un lien (ca fait djeune) :

                    La mort du loup, A. de Vigny, sur

                    "poesie.webnet.fr/ poemes/ france/vigny/html".

                    Faut tout leur dire.

                    C’est comme hier, dans l’article à Momo, y avait deux incultes qui voulaient apeller la modération parce que Had avait dit à un simplet :

                    "ta mère fit un pet foireux, et tu naquis de sa colique".

                    Il a fallu que je signale que c’était extrait de "Alcool", de Guillaume Appolinaire, pour que ce calme un peu.

                    J’avais pas faire non plus conseiller littéraire sur AV.....


                  • breizhnana 4 mars 2008 11:41

                     ... Argo, décidément, vos mots me parlent... Ah que j’aime votre plume alerte et votre prose qui sait aller de la caresse à l’égratignure comme le chat ronronnant joue de la patte de velours à la griffure. Un vrai régal, votre texte, un parfum de Nouvelles avec un oeil acéré sur la gente à la fois humaine et féminine. Bon la chute se la joue un peu mysogine, très tendance actuelle sur le célibat philosophique qui offre la paix comme si c’était un havre. Moi je penche plutôt vers une phrase d’ Herbert Pagani, "vaut mieux crever d’amour que rester vierge une vie durant". Chacun sa chute ! ’J’ai exploré la femme", dites vous... Et vous n’avez toujours pas découvert qu’elle savait aussi être inexplorable, et qu’il vaut mieux parfois de grands naufrages qu’un long fleuve tranquille où couler des jours heureux ressemble au tic tac de la pendule de Brel ?

                    Cela dit, meetic tic est plus un lampadaire pour éphémères qu’un soleil de printemps pour papillons...

                    Allez, appelez la quand vous aurez retrouvé votre voix !! 


                    • Argo Argo 4 mars 2008 12:34

                      Ah Meetic, c’est même pas un lampadaire, plutôt cette espèce de lampe à tube bleu où les moustiques et autres papillons de nuit vont s’électrocuter dans un grésillement sonore.

                      Heureusement, il reste les terrasses de café... 

                       


                    • haddock 4 mars 2008 12:43

                      Herbert Paganini était violoniste , pas chanteur .


                    • breizhnana 4 mars 2008 13:11

                       Haddock, à vouloir faire la malin et prendre les autres pour des truffes...  Prenez le temps de lire...

                      Paganini était en effet violoniste, de son prénom Niccolo. Rien à voir. Lui tout le monde connaît, merci.

                      Herbert Pagani était dans les années 70 un chanteur d’un talent fou, peintre, poète, musicien, superbe italien qui chantait le sud avec un amour de la vie inimitable. Il était de plus beau à faire damner un saint. Ecolo et pacifiste bien avant l’heure, il a notamment écrit aussi un grand spectacle qui s’appelle Mégalopolis, avec des textes plus que jamais au goût du jour. De nombreux 33 tours, qui pour la plupart ont été réédités en CD. Je vous invite à la découverte, c’est d’une beauté à couper le souffle, autant en textes qu’en musiques. Hélas, la vie est parfois cruelle pour les génies. Il est mort en 88 à 44 ans. 

                      Ses chansons sont un trésor de bonheur. Faites Pagani sur Google, et on en reparle... 


                    • breizhnana 4 mars 2008 13:18

                       @ Haddock... je vous mâche le travail. En plus je ne savais même pas qu’on le trouvait en ligne, Pagani. Ah vous avez des extraits parmi les meilleurs. Mmmmm, un régal. et encore vous n’aurez que le son...

                      L’étoile d’or, l’amitié, sérénade... elles sont toutes magnifiques.

                      Argo, allez voir, vous allez aimer...

                       

                      http://www.alliancefr.com/pagani/amitie.html

                       

                       


                    • Argo Argo 4 mars 2008 13:22

                      Moi, j’ai connu un Herbert Panini qu’était homme sandwich passage Choiseul.

                      Grand amateur de rouge, il finissait toujours par chanter et finissait régulièrement au violon.


                    • snoopy86 4 mars 2008 13:28

                      @ Dom

                      Haddock connait surement Herbert Leonard mieux que personne sur Agoravox...

                      C’est un gars de chez lui....


                    • Rosemarie Fanfan1204 4 mars 2008 13:32

                      Had, et toc la nana bretonne t’a mouché lol !


                    • snoopy86 4 mars 2008 13:36

                      Salut Dom

                      Non seulement Herbert est un pur Alsaco comme le capitaine, mais en plus ils sont "de la classe" ou à peu prés.

                      Enfin Herbert Leonard est un type capable d’en remontrer à 60 Morice en matière d’aviation :

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Herbert_L%C3%A9onard

                      M’a énervé cet Anvil, je sens que ce fil va monter trés vite en puissance, surtout que la qualité littéraire est là...


                    • haddock 4 mars 2008 13:41
                      Breizhnana ,

                       

                      Je trouve pas , j’ ai tapé Googleolo Pagani sur Herbert.com ça sort la recette des crevettes à l’ ail .J’ capte plus rien .

                       

                      Je vous aime quand-même .

                       


                    • breizhnana 4 mars 2008 13:41

                       nonmais menfin.... !!! 


                    • haddock 4 mars 2008 13:53

                      Dom j ’va voir ça .


                    • haddock 4 mars 2008 14:03

                      Vous êtes sur Meetic ?

                       

                      Un incroyable logiciel , pour vérifier les dires de votre interlocucuteur-tritrice , vous tapez son numéro de portable , et s’il vous a dit qu’ il se trouve ici ou là , un truc www.smsenviado.com/moviles/fr/index.htm infaillible pour tester sa crédibilité .

                       

                      Merci Dom


                    • haddock 4 mars 2008 14:26

                      Fanfan ,

                       

                      Elle a bien fait j’ avais un rhum ,


                    • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 15:16

                      Quant à dire devant Argo mystifié par le mystique meetic : "à damner un sein"

                      alors qu’il voulait qu’on ne le cacha et que tout de même on l’en priva, la torture est immense.


                    • breizhnana 4 mars 2008 18:35

                        @ le Furtif... ça fait plaisir... à la bonne franquette...

                      ... " Les amis des amis sont tous des amis...
                      plus on est de fous ahah plus on rit
                      Je peux vivre sans pain, mais pas sans amis..."

                      et puis, pour rester dans le ton du papier, cette jolie chanson (vous Furtif vous aurez la musique dans la tête, c’est un privilège....

                      "Tu sais pas faire la cuisine, tu sais pas faire le ménage, tu sais rien faire pour ton âge mais, mais tu fais si bien l’amour...."

                      @ Argo : quand on voit les textes perso sur meetic et tout ceux qui se rêve l’autre à l’avance avec du sur-mesure, Pagani (le web n’existait pas mais il fut précurseur pour plein de trucs, un peu comme Vinci...) a un joli texte qui commence la chanson nommée plus haut.... "je la voulais blonde aux yeux bleus... quand elle arrive, c’est exactement le contraire... "

                      Merci Furtif


                    • breizhnana 4 mars 2008 18:46

                      @ Furtif : Pour la mémoire, n’en rajoutez pas !!  Moi la découverte date des années 80, fa fuffit !!


                    • Argo Argo 4 mars 2008 18:52

                      Le contraire de "blonde aux yeux bleus" ? C’était la Schtroumpfette ?


                    • Charles Bwele Charles Bwele 4 mars 2008 11:52

                      @ L’auteur

                      Ca m’a éclaté !

                      T’aurais du faire qq chose, n’importe quoi...

                      J’ai déjà eu presque affaire à une situation de ce genre. L’astuce dans ces cas, c de remplacer ton silence radio par un humour visuel.

                      Je devais rencontrer, ou plutôt "passer une audition" avec une charmante demoiselle eurasienne. Le RV avait lieu dans un de ces parcs typiques des métropoles nord-américaines. L’automne m’ayant par ailleurs démoli les cordes vocales...

                      Vu que je suis infographiste-vidéographiste dans la pub, les infomerciaux multimédia et le web, le visuel c mon truc.

                      J’ai repensé à la vidéo de Bob Dylan où il faisait défiler le texte de sa chanson sur des pancartes. Je suis donc allé dans un mag de dessin/d’imprimerie et j’ai ramassé une petite rame de feuilles A3, des post-it, un marqueur et un feutre. Quelle ne fut pas sa gueule qd elle me vit avec ce matos sous le bras ? Mais elle ne pipa mot.

                      Dès qu’elle en plaçait une, je lui répondais par un grossier rébus simple, expressif, presque enfantin mais surtout très marrant (je dessine très vite) Elle n’en pouvait plus de rire, elle adoré ! Mais, alors adoré !

                      Quelques heures après, elle est devenue ma petite amie... 

                      Amicalement

                       

                       


                      • Argo Argo 4 mars 2008 13:11

                        Merci Charles,

                        Malheureusement, je n’ai aucun don pour l’illustration ou le dessin. Mes dernières expériences dans le domaine, remontent à l’époque du lycée où, boutonneux et ricaneur, je décorais avec mes camarades les murs de salles de TP de fresques pariétales à base d’attributs masculins.

                        C’était de l’art brut, fun et cru, tendance gore. Pas vraiment le leurre subtil qui, dans le rituel moderne de la séduction, aurait garanti un taux de succès raisonnable à ma petite entreprise.

                        A moins, bien sûr, de tomber sur une adepte de l’art rupestre au paléolithique supérieur, ou plus près de nous, sur une initiée des fresques figuratives des toilettes pour homme de la gare St Lazare, ou à défaut... sur une boulimique.

                        Ah, je t’envie.... Comme je t’imagine, là... planté devant elle... vertical... à l’affut de la moindre saillie... ton crayon entre les dents...


                      • Charles Bwele Charles Bwele 4 mars 2008 15:13

                        @ Argo

                        En fait, l’essentiel, c de toujours trouver une porte de sortie humouristique et glamoureuse... Peu importe la méthode utilisée...

                        Amicalement


                      • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 15:18

                        Faut-il encore que le crayon ait bonne mine...


                      • Charles Bwele Charles Bwele 4 mars 2008 15:33

                        Si c pas le cas, faudrait-il recourir à un taille-crayon ?


                      • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 16:04

                        C’est ce que me dit, autrefois, une pipière à St Claude...


                      • Charles Bwele Charles Bwele 4 mars 2008 16:34

                        Nos plus ferventes détractrices ne manqueront pas de dénoncer ces méthodes très creuses...


                      • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 18:55

                        Malgré sa propension professionnelle à tailler des pipes, elle était femme au foyer et reine des bons tuyaux.

                        Combien de fois nous a-t-elle enfumés ...


                      • Aspiral Aspiral 4 mars 2008 12:00

                        Excellente illustration de ce que je considère être la troisième guerre mondiale, niée massivement par tous et chacun, alors que les dégâts collatéraux sont de plus en plus visibles. Les femmes sont prêtes à tout pour être identifiées, tel qu’en témoigne les revues féminines, de la pornografie au féminin, et les hommes sont eux prêts à tout pour être énergétisés : ils sont condamnés à se rendre "gentils" toute la journée, pour obtenir le droit de l’être, des "hommes" , pendant quelques minutes seulement ! Résistons à un tel rapport qualité-prix, si désastreux pour les unes comme pour les autres !


                        • breizhnana 4 mars 2008 12:22

                           Il y a aussi des hommes qui pour "avoir la paix" ne nous demandent que "d’être gentille"....


                        • Aspiral Aspiral 4 mars 2008 12:40

                          C’est bien ça, la guerre des sexes ! Tous victimes... de la télé et des pubs qui nous enferment et nous enferrent dans nos devoirs d’avoir à tout faire et faire tout pour être aimés... par des mirages... pour nous faire consommer... ... en nous diabolisant les uns les autres. 

                          Cessons donc de regarder à l’horizontale ; attaquons-nous ensemble aux vrais "coupables", les faiseurs de pognons ! Fefusons de consommer leur m... idéologique. Les hommes comme les femmes, et leurs enfants hurlent de solitude ! Réapprenons à nous dire, tout simplement, nos peurs et nos besoins véritables !


                        • Rosemarie Fanfan1204 4 mars 2008 13:36

                          Nana bretonne, si on est pas un peu chiantes, nos hommes ne nous reconnaissent pas.

                          "t’es malade chérie ?" demandent-ils inquiets cherchant qu’est-ce qu’ils ont oublié (fête, anniversaire de mariage, fête des mère.... ? inviter belle-maman ?... beurk).

                          Ils ne nous aiment pas que gentilles. Je t’assure !


                        • breizhnana 4 mars 2008 13:51

                          @ Fanfan je sais, je sais fanfan... le seul qui me demandait d’être "gentille" je l’ai largué !!! Je préfère quand ils m’aiment entière ! 


                        • Rosemarie Fanfan1204 4 mars 2008 14:24

                          nana bretonne ! moi itou, mes premières qualités c’est être chiante et être curieuse. Mais pas de souci, ils zadorent ! Moi je suis gentille qu’avec le chat, je le gratouille derrière les oreilles.

                           


                        • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 15:21

                          "entière" et en vacances...



                          • pallas 4 mars 2008 12:44

                            Pourquoi cette crtique sur les sites de rencontre sur internet ?. Tu y va tu trouve une nana, tu la rencontre, tu couche avec elle, tu passe du bon temps, qu’elle soit marié ou non, ensuite tu en rencontre une autre et voila tranquille, pas de prise de tete, ceux qui critiquent sont moche et n’interessent pas les filles car ils sont chiants, c’est tout.

                             


                            • Argo Argo 4 mars 2008 13:18

                              Ah Pallas, comme j’envie ton romantisme... ton butinage insouciant... Le flot d’orgies du long fleuve d’ivresse, qui t’emporte, fêtu Meeticien, d’une aventure à l’autre, exhalté, dans un interminable glissement de sensualité torrentielle et d’émotions sans cesse renouvelées.

                              Si seulement j’avais ta poésie...


                            • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 15:25

                              Pallas pioche au hasard, ratisse large et manque à l’appel quand ça sonne faux.

                              Il suffit de jardiner large et de ne point manquer d’outils.


                            • Argo Argo 4 mars 2008 13:38

                              Décidément aujourd’hui le sujet est d’actualité. pas moins de 3 articles sur AgoraVox, dont un que je vous recommande, au moins pour son titre " Une journée pour la femme et 364 contre ". Tout un programme !

                              Je connaissais le repos hebdomadaire, j’ai découvert le repos... annuel.


                              • snoopy86 4 mars 2008 13:47

                                3 articles en même temps sur agoravox...

                                Meetic doit être le paravent d’un complot siono-bushiste ou une manipulation de la sakozitude contre la laîcité....

                                M’étonnerait quand même que Piffard ait écrit là-dessus.

                                 


                              • snoopy86 4 mars 2008 17:33

                                Salut Pif

                                Je suis malheureusement à un âge où les raideurs se déplacent, et suis heureux en couple, mais il y a quelques années j’aurais apprécié Meetic. J’ai un fils de 32 ans célibataire qui bosse beaucoup, et je constate que celà lui simplifie bien la vie...


                              • Rosemarie Fanfan1204 4 mars 2008 14:20

                                Eh les Zozos, zavez remarqué ? pas de Momo aujourd’hui et comme la’ dit Snoop, lerma en vacances, tout fout le camp !

                                 


                                • snoopy86 4 mars 2008 14:29

                                  Pas de momo mais un Argo

                                  Ca permet de montrer si besoin en était que le zozo peut positiver


                                • Argo Argo 4 mars 2008 14:38

                                  Gaffe Fanfan,

                                  Va pas nous réveiller Lerma, pour une fois qu’il hiberne. Il va encore nous agonir d’allégories genre Ludmilla c’est Carla mais foutez lui la paix à Nicolas et stop au TSS.

                                  C’est qu’il en connait un rayon sur le sujet, l’hermaphrodite.


                                • Sandro Ferretti SANDRO 4 mars 2008 15:00

                                  Ouais, c’est l’éjaculateur précoce du commentaire automatique....


                                • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 15:30

                                  @ Sandro

                                  Ou le contraire...

                                  l’éjaculateur automatique du commentaire précoce,

                                  ou encore le contraire........

                                   


                                • haddock 4 mars 2008 16:18

                                  ou

                                   

                                  l’ éjacumatique précommentaire co duçaumàl’heure 


                                • haddock 4 mars 2008 16:29

                                  Refus de vente , le Pallas .

                                   

                                  Joue dans la classe des grands .

                                   

                                  Aurait besoin d ’ un bol d’air , à la belle saison.

                                   

                                  Devrait amputer une jambe .


                                • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 17:37

                                  Celle de bois dont on fait du feu ?

                                  Ne risque t’il pas, par là même, de jouer dans la cours des un peu moins grands ?


                                • pallas 4 mars 2008 14:32

                                  Il ne faut pas se prendre la tete l’Auteur, tu va sur meetic tu te trouve une bonne femme marié par exemple tu te l’a fait, tranquille, elle ne trompe pas son mari, ce n’est que du sexe sans sentiment, ou bien une petite jeune qui veut faire une rencontre. Il faut arreter avec le romantisme, tu est chretien ou quoi ? c’est ringard, etre piegé avec un mome et une femme a vie, un vrai enfer, pieger, vie ta vie sans prendre la tete, pense a toi d’abord.

                                   


                                  • pallas 4 mars 2008 14:36

                                    Au pire tu fait un mome pour voir ce que sa fait a une femme qui te le demande, mais tu ne le reconnai pas sur un contrat, ensuite une fois que tu en a marre, tu te casse et tu va voir ailleur. Tu aura une descendance et tu aura ta vie, voila tranquille.


                                    • Argo Argo 4 mars 2008 14:41

                                      Ben oui, c’est simple.

                                      Note que je me demande si c’est adapté à tout le monde d’avoir une descendance...


                                    • Rosemarie Fanfan1204 4 mars 2008 14:50

                                      Argo, très bonne réplique ! l’humanité ne souffrira si certains ne laissent pas de descendance. Imaginez un fils de pallas qui rencontre la fille de lerma, ils font un gamin. Par ailleurs, le fils de momo rencontre la fille de seb69, ils ont une gamine qui rencontre le rejeton des premiers. Vous avez suivi ; cela donne quoi ?


                                    • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 15:31

                                      Ne faut-il pas avoir une montance préalablement et de prime abord ?


                                    • breizhnana 4 mars 2008 18:51

                                        Fanfan , faut castrer tout ce petit monde !!! (on le fait bien pour les chats....)


                                    • haddock 4 mars 2008 18:57

                                      Plutôt habiter à Limoges ...qu’ à Castres ,


                                    • snoopy86 4 mars 2008 18:58

                                      Brrrrr....

                                      Je ne suis pas prés d’aller draguer en Bretagne....


                                    • Rosemarie Fanfan1204 4 mars 2008 14:51

                                      Salut dom22. Oui j’ai vu et je croie qu’il s’ennuie ; tu ne crois pas qu’on devrait retourner y faire un tour ? smiley


                                    • Rosemarie Fanfan1204 4 mars 2008 15:03

                                      Oui dom22, d’ailleurs je vois que ton bon coeur l’a emporté et que tu y es allé. T’es trop bon j’te dis dom !

                                      il va avoir une larme à l’oeil le momo, tellement ému !


                                    • nephilim 4 mars 2008 14:49

                                      Quel dommage pour cette femme de ne pas avoir pris en consideration votre etat ^^

                                      elle ne connaitra pas votre humour et votre talent pour l’ecriture ; mais j’y songe une feuille un stylo et vous auriez pu lui donner une réponse bien plus sympathique et même s’il fut un non, pouvoir reporter ce galant rendez vous et ne point faire participer vos vetements au repas !!!


                                      • pallas 4 mars 2008 14:59

                                        Argo de plus en plus de jeune agissent comme sa et sa ne pose pas de pb. Si ta un mome et une femme et si tu en a marre tu te casse, regarde bcp de gens sont d’accord avec moi.


                                        • pallas 4 mars 2008 15:05

                                          La vie de famille c’est un piege a con, tu perd de l’argent que tu ne dispose plus librement, tu perd ta liberté, obliger de te caultiné les momes et une femme possessive, un vrai cauchemard que les religions vendent.


                                        • Argo Argo 4 mars 2008 17:41

                                          Pallas, à quel âge as-tu commencé la fumette ? Et à quel âge es-tu passé aux drogues dures ?


                                        • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 17:44

                                          Comme Henry IV, il prend sa drogue pour un os ?


                                        • Argo Argo 4 mars 2008 17:56

                                          A ce rythme, la poule est pas encore dans le pot.


                                        • haddock 4 mars 2008 15:11

                                          Pallas t ’es pas las ?


                                          • Sandro Ferretti SANDRO 4 mars 2008 15:40

                                            @CALMOS

                                            Exact.

                                            Alors qu’avec un bon prof de lettres, comme j’en avais en Khagne, on peut progresser.

                                            Par exemple, pour nous illustrer les litotes, euphémismes et autres, il prenait des livres de Sade, comme "la philosophie dans le boudoir" ou "Sophie et les infortunes de la vertu". Faut savoir que Sade a surtout écrit quand il était enbastillé, et donc soumis à la censure des matons. Il a donc developpé une langue très riche et allusive.

                                            Exemple :

                                            "le moine X me fit subir un outrage qui m’ota le pouvoir de m’en plaindre pendant sa réalisation".

                                            "Le moine Valentin, le plus dépravé de tous, se satisfait de façon bestiale et animale sans me faire cesser d’ étre vierge".

                                            Toutes ces phrases sont authentiques.

                                            Vu comme ça, certains de nos intellectuels voxiens aimeraient peut étre bien les lettres, finalement.


                                          • Savinien 5 mars 2008 00:23

                                            L’art d’écrire repose en grande partie sur la théorie de l’iceberg : cinq à dix pour cent sont "visible", tandis que le reste est planqué en dessous. En fait, ce n’est pas tant l’écrivain qui fait le livre que l’imagination du lecteur. Proust disait que ce qu’il aimait le plus chez Flaubert, c’était les blancs entre les paragraphes. Une bien curieuse affirmation, venant d’un grand écrivain ! Mais au delà de son ironie, cette formule traduit trés bien le secret de toute littérature. A savoir que le non dit sert de tremplin à la réverie. Si l’on transpose ce principe au domaine de l’habitat, on dira que les vides ont autant d’importance que les pleins. En effet, que vaudrait une maison ne bénéficiant d’aucune ouverture ? Inutilisable. Dans les textes littéraires, ce sont surtout les métaphores qui tiennent lieu d’ouvertures sur l’extérieur. Mais rien n’interdit d’user d’autres figures à cette fin, et les écrivains ne s’en privent pas : l’essentiel pour eux étant d’être présent sous la ligne de flotaison. Comme dans la "vraie vie", où nous passons le plus clair de notre temps à nous débattre dans l’informulé de nos sensations et de nos sentiments.


                                          • Savinien 5 mars 2008 00:29

                                            Mon précédent post s’inspire des remarques de Mr Sandro.


                                          • haddock 5 mars 2008 08:26

                                            Savinien ,

                                             

                                            Ca m’ plait cette théorie de l’ ice-berg , je cours mettre des glaçons dand mon frais’tzair .


                                          • Rosemarie Fanfan1204 4 mars 2008 15:26

                                            Dom22, je suis vraiment inquiète, momo continue de parler tout seul. Il s’ENNUIE de NOUS ! il croit qu’on l’a abandonné, attaché à un arbre en pleine forêt !

                                            Regarde son bon regard triste, sa truffe humide qui quémande un peu de chaleur !

                                            non les zozos, faut faire qq chose. Moi cela me fend le coeur de voir ce pauvre être, humain quand même, enfin je pense, implorer quelque humanité !


                                            • Rosemarie Fanfan1204 4 mars 2008 15:31

                                              Zavez vu les zozos, on s’est fait un pote sur le fil de momo  ! il apprécie pas nos envolées lyriques, nos idées géniales, notre humour à mourir de rire ! 

                                              y a vraiment des gens hermétiques. 


                                              • snoopy86 4 mars 2008 16:02

                                                Rappelons tout de même qu’il y a d’autres solutions que meetic et que comme le disait hier Castor

                                                La lutte me dépasse

                                                 


                                                • Sandro Ferretti SANDRO 4 mars 2008 16:07

                                                  Oui, Snoopo.

                                                  Et puis on peut aussi voyager.

                                                  L’Afrique est bonne hotesse...


                                                • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 16:09

                                                  Rhooooo.... on contrepète.


                                                • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 16:12

                                                  Et Pallas ; passe de la crête à l’abîme

                                                   


                                                • pallas 4 mars 2008 16:08

                                                  qu’elle bande de faux cul que vous etes vous pensez comme moi mais vous avez de le dire en public


                                                  • pallas 4 mars 2008 16:09

                                                    vous avez honte


                                                    • haddock 4 mars 2008 16:37

                                                      Pallas tu devrais aller voir Madame Anna-Lise Durine , Pharmacienne de première classe elle a un médoc pour ta maladie .


                                                      • snoopy86 4 mars 2008 16:41

                                                        Moi j’ai du Médoc pour toutes les maladies, et nous en parlions hier, un excellent moulis des poètes...


                                                      • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 17:40

                                                        Rien ne vaut en matière d’onction un fin cru issu de moinillons, un Saint Emilion donc pour la santé et le goupillon...


                                                      • snoopy86 4 mars 2008 16:39

                                                        16h41

                                                        Argo n’est pas encore en haut de page. Comment se fait-ce ?


                                                        • docdory docdory 4 mars 2008 16:41

                                                           @ Argo 

                                                          Excellente expérience manifestement authentique , et très bien écrite, qui illustre la loi de l’emmerdement maximum . Ca me rappelle une scène dans " le Pendule de Foucault " de Umberto Eco : un des protagonistes du livre emmène en week-end qu’il espère romantique une très belle nana , très classieuse , genre brune italienne incendiaire . L’affaire finit par tourner au fiasco absolu, dans une succession inénarrable d’ennuis consternants !


                                                          • Emile Red Emile Red 4 mars 2008 17:43

                                                            Ne relaterais-tu pas un certain périple parmi les pyramides, coiffé d’un chameau, allez retour par dysneyland upon Waterleau ?


                                                          • fjr 4 mars 2008 17:46

                                                            Je vois surtout...que la fille est partie sans payer l’addition.

                                                            Toutes les tactiques sont bonnes !

                                                             


                                                            • Sandro Ferretti SANDRO 4 mars 2008 18:14

                                                              Bon , c’est pas tout ca, maintenant que le taulier est revenu, je peux aller m’occuper de mon sanglier sur le feu. Je l’arroserai avec du Gigondas, ca vaut pas plus.

                                                              Je vais silloner les chemins de traverse.

                                                              Sur les chemins de la route, comme disait Cabrel....

                                                              (Tu vois, Snnopy, les vins du Sud -Ouest, quand méme , ca brule un peu les neurones, non ?)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès