• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Recensement

Entre bobos et bouibouis

PNG

Plongée dans le pays réel

Je côtoie une jeune retraitée qui, afin de garder un pied dans l'activité, s'est proposée pour effectuer le recensement 2014. Durant six semaines, elle va sonner de porte en porte pour compter nos concitoyens. Les techniques ont évolué, la statistique étant désormais maîtresse du monde, il lui est demandé de se rendre dans quelques foyers au sein d'un quartier délimité.

Ainsi, au hasard des lois du tirage aléatoire, elle découvre bien des situations, toutes aussi différentes les unes que les autres. Elle s'étonne ou s'inquiète, s'enthousiasme ou s'indigne de l'accueil qui lui est fait, des réactions que suscite sa visite. Elle découvre dans le même temps, l'extrême diversité des situations au sein d'une même ville, l'assignation sociale qui se fonde également sur l'adresse.

Elle me raconte, au jour le jour, sa plongée dans le pays réel, ses surprises et ses peurs. Dans certains immeubles borgnes, véritables coupe-gorges où des propriétaires sans scrupules entassent des gens pris au piège par la pénurie du logement, l'accès est compliqué, la menace perceptible, l'indifférence aux voisins, la règle de survie. Dans ces basses rues de la ville, il ne faut pas s'aventurer à la nuit venue ….

Elle visite dans le même temps des maisons individuelles dans un quartier bobo. Les intérieurs sont confortables, richement décorés. À quelques centaines de mètres du sordide, des privilégiés ignorent tout des conditions de vie de leurs presque voisins. Image de cette nation qui se scinde en classes sociales imperméables et définitives.

Il y a aussi les détresses silencieuses. Ces gens qui vivent seuls, sans aucune autre visite que celle du recenseur. C'est alors une réception chaleureuse, une invitation à boire un café en libérant tant bien que mal un coin sur une table où règne un désordre impossible. C'est bien vite un récit de vie, une parole qui se libère pour avoir été trop longtemps contenue. Dans ce monde de la communication tous azimuts, il existe des parcelles de silence dont on ne sait jamais rien.

Il y a encore toutes ces femmes seules qui élèvent , tant bien que mal, des enfants, dans une vraie détresse matérielle. La dignité ou la résignation font qu'elles n'évoquent jamais cet homme qui est parti sans verser de pension. Elles jonglent avec les horaires et les factures, les difficultés et la solitude, engluées qu'elles sont dans une situation inextricable.

Il y a beaucoup d'hommes seuls. C'est une surprise pour notre enquêtrice. Des messieurs que la vie a laissés sur le coin du chemin ou qu'un deuil a privés de la compagne de toujours. Leurs intérieurs sont de vrais capharnaüms, encombrés d'outils ou bien de livres, où règnent le désordre et parfois une poussière à vous repousser. Ils restent toujours dignes , si heureux de recevoir une dame, qui à leurs yeux, est encore une jeunette …

Il y a, hélas, les irascibles, atrabilaires ou autres mal embouchés qui se montrent , d'entrée, hostiles et désagréables. Souvent ils refusent leur porte, renvoient la visiteuse sans répondre à cette obligation légale. Ils ont en horreur les démarches officielles, veulent préserver leur intimité, sont trop vieux pour supporter une telle intrusion. Puisque la vie semble les avoir mis à l'écart de cette société sur laquelle ils ne comptent plus, ils ne veulent plus être comptés …

 

Grandesetapes-it.jpg

Heureusement pour notre amie , la plupart des habitants trouvent que l'occasion est bonne de discuter, d'ouvrir leur porte et de partager un moment avec quelqu'un qui les écoute. Ainsi le recensement devient-il prétexte à renforcer un lien social dans une civilisation où la peur, l'indifférence ou l'oubli font que ce contact n'est, hélas, pas si fréquent.

La dame revient, à chaque fois, riche de nouvelles émotions. Toutes ne sont pas exaltantes, mais toutes sont porteuses d'une parcelle d'une société où finalement le lien s'étiole, où, la plupart du temps, les gens vivent les uns à côté des autres sans rien savoir de leurs voisins. Un monde de solitude et d'indifférence. Une étrange juxtaposition d’individus ayant renoncé à la dimension collective de notre humanité.

Décomptagement vôtre.

 

recensement131_2439.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 24 janvier 2014 08:44

    A l’élysée...ce sera une ou deux concubines pour notre mythomane magnifique.. ?


    • C'est Nabum C’est Nabum 24 janvier 2014 09:12

      Claude-Michel


      Il faut avoir élu domicile

      Pour lui c’est très provisoire

    • Ruut Ruut 24 janvier 2014 13:19

      Pourquoi des stats au lieu d’un véritable comptage ?
      Peur de découvrir de vrais esclaves ?


      • C'est Nabum C’est Nabum 24 janvier 2014 15:38

        Ruut


        Peur de découvrir des choses qu’on ne veut pas avouer certainement 

      • Graffias Graffias 24 janvier 2014 13:33

        Bonjour

        Pourquoi s’étonner maintenant de la solitude et de la détresse sentimentale des personnes alors que fiscalement tout est fait pour décourager les gens à vivre ensemble qu’ils soient actifs et pire encore lorsqu’ils sont inactifs. Le plafond des aides est tres bas et est inferieur au seuil de pauvreté en France ce qui oblige chaque personne à vivre individuellement dans la pauvreté financière et affective. 
        Il est fiscalement impossible de vivre en famille en France.
        Le terme utilisé « civilisation » est inapproprié de nos jours. Nous ne vivons qu’en tribu qui est une étape grégaire d’une civilisation. Civilisation est synonyme de culture et de commerce en un mot d’échange. N’utilisez pas le terme civilisation de nos jours car il ne veut plus rien dire.
        Hélas. 


        • C'est Nabum C’est Nabum 25 janvier 2014 14:49

          Graffias


          J’espère encore avoir à utiliser de ce terme magnifique au moins pour mes utopies.
          Mais pour notre société actuelle, nous pouvons nous accorder sur celui de barbarie policée ...


          • C'est Nabum C’est Nabum 25 janvier 2014 14:49

            L’enfoirée


            Je diffuse ...

            Merci 

          • alinea Alinea 27 janvier 2014 22:37

            Au fait, êtes-vous sûr que cette amie, n’a pas pris l’hospitalité pour un confessionnal ?
            C’est si rare l’hospitalité, que quand on adresse la parole à quelqu’un de nos jours, ce quelqu’un croit que l’autre est en manque !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires