• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Requiem pour l’absolutisme

Requiem pour l’absolutisme

Nous devons tous mourir un jour et si notre cher Président venait à disparaître, par exemple et c’est une pure supposition, suite à un accident cardiaque, hypothèse morbide, improbable et un petit peu ignoble, mais j’assume, serait-ce la fin de l’absolutisme ?
Certainement que non, car l’absolutisme c’est un système pas un homme.
Une parodie permet d’écrire sa pensée ou exactement le contraire ou un mélange des deux, je précise donc que le souvenir du décès de Pompidou est vrai.

Le seul Président, sous la cinquième République, décédé pendant l’exercice de ses fonctions est Georges Pompidou en 1974.
Je me souviens assez bien de ce jour-là, avec deux amis nous rentrions après une journée de travail, l’autoradio fonctionnait et c’est durant le trajet que nous avons appris l’étonnante nouvelle. La surprise fut totale car à cette époque la presse était encore plus verrouillée que maintenant et nous ignorions que la santé du chef de l’Etat était si critique.
La voix du journaliste qui a diffusé l’information était neutre et son discours glacial ne laissait supposer aucune émotion. Dans la voiture nous étions choqués et le silence s’est fait jusqu’à l’arrivée.
Maintenant faisons un peu de politique fiction et imaginons que le pire arrive... la mort du Président dans la résidence de la famille Bruni-Tedeschi.
 
Immédiatement tous les médias stoppent les programmes en cours, nous avons droit à un flash spécial sur toutes les chaînes avec l’annonce officielle du décès par l’Elysée qui tournera en boucle, ensuite interviews de politiques, de médecins, de politologues, de peoples, de témoignages de la population locale ; le grand jeu jusqu’à l’ excès et à la démesure.
Le Cap Nègre est assiégé par les reporters qui réclament tous avec insistance le direct pour finalement ne révéler que des détails insignifiants.
Le lendemain idem avec en prime le défilé des personnalités qui se bousculent au 13 heures pour adresser leurs condoléances sincères et attristées à la famille, aux proches du défunt et à la France entière.
 
En attendant Gérard Larcher, Président du Sénat, assure l’intérim et gère les affaires courantes jusqu’aux nouvelles élections présidentielles, pour l’instant pas de déclarations politiques de l’UMP ou de l’opposition, cela c’est pour les jours suivants, après l’enterrement, mais les états-majors des partis se préparent et spéculent déjà dans l’ombre.
 
Les funérailles nationales dans la cathédrale Notre Dame de Paris sont déjà terminées. Un dernier hommage émouvant et en grandes pompes a été rendu à Nicolas Sarkozy, en présence de nombreuses personnalités de l’Église, de la politique, de l’armée et du showbiz, ainsi que plus d’une centaine de chefs d’Etat étrangers.
On remarquera parmi les nombreux invités, Barck Obama accompagné des Clinton, les Chirac qui soutiennent Angela Merkel en larmes et Kadhafi l’air ténébreux et absent.
 
L’homélie de l’archevêque Jean Vingt-Trois a bouleversé l’assistance et la foule qui suivaient la cérémonie sur le parvis de l’île de la cité grâce à un écran géant. Le requiem de Verdi, choisi par l’épouse du Président, et ensuite les cloches de Notre Dame et de toute la ville ont mis fin à l’ office religieux.
 
Le jour suivant les médias harcèlent les leaders politiques et posent d’ailleurs toujours la même question : Qui pour remplacer Nicolas Sarkozy ?
Voici les réponses de quelques-uns d’entre eux.
 
J.P. Raffarin.
Nicolas Sarkozy était un Président exceptionnel, un visionnaire, il a su gérer la crise avec talent et courage. Pour le remplacer il faut un homme d’Etat charismatique et expérimenté qui a occupé les premiers rôles, l’UMP doit y réfléchir.
 
J.F. Coppé.
Je n’étais pas toujours d’accord avec lui mais j’assume son bilan et dans un contexte difficile, je pense que nous avons besoin d’une personne jeune et dynamique pour assurer cette fonction.
 
X. Bertrand.
Il est de toute façon irremplaçable, c’est une perte pour énorme pour la France et seul un membre du gouvernement proche et estimé de lui sera à la hauteur.
 
F.Fillon.
On se souviendra des réformes que lui et moi avons engagées, donc il faudra choisir un personnage de premier plan qui possède parfaitement les dossiers.
 
F.Bayrou.
Dans mon esprit il est essentiel de diriger ce pays sans le brusquer...et j’ai la profonde...conviction que le destin nous fait là un signe...et que bien sûr, je me présenterai pour le bien de la nation ... que j’aime.
 
M. Aubry.
Il est absolument nécessaire de changer de politique et il n’y a que le parti socialiste qui peut le faire. Nous n’avons pas le temps d’organiser des primaires, aussi se sont les instances du parti que je préside qui désigneront le candidat ou la candidate pour les élections.
 
S. Royal.
Je veux dire au peuple Français en le regardant droit dans les yeux, que je suis prête à me sacrifier pour assurer la fonction suprême et donner à ma patrie une société plus juste et participative.
 
J.M. Le Pen
Dans ces circonstances tragiques et vu l’état de délabrement général du pays il faut un homme à poigne pour le redresser et je suis volontaire pour le faire.
 
Après le résultat des élections au suffrage universel, un nouveau Président de la République a pris place dans le palais de l’Elysée ; il s’appelle Jean Sarkozy, les citoyens ont une nouvelle fois voté pour l’absolutisme.
 
Mais rassurez-vous le Président Sarkozy va bien !
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 6 août 2009 12:53

    Mon pôvre ami adorateur du TSS

    AGORAVOX doit avoir honte d’avoir « validé » un tel article qui s’inscrit bien dans la logique des extrèmistes du TSS ,qui en viennent à imaginer des scénarios de « mort » pour le Président Nicolas Sarkozy ,élu démocratiquement par les citoyens sur un programme

    Vous êtes vraiment tombé très pres du caniveau

    http://www.tvargentine.com/aaa.html


    • Paul Cosquer 6 août 2009 16:14

      « Mon pôvre ami », le scénario de mort est inscrit dans les gène de chaque être vivant. Je sais que c’est dur à encaisser pour vous mais Sarkozy est mortel. Je répète « mortel » !

      P.S : Je lui dis aussi à propos du Père Noël ? Non, pas tout de suite, un choc à la fois suffit.


    • Arno_ Arno_ 6 août 2009 16:38

      @lerma

      Si Agoravox ne devait laisser passer que du sérieux on ne vous verrez plus. Heureusement pour cette article, même les fictions peuvent faire jaillir une part de vérité.

      « Evey : Mon père était écrivain. Il vous aurait plu. Il disait que les artistes utilisaient les mensonges pour dire la vérité, et que les politiciens le faisaient pour cacher la vérité. »


    • gruni gruni 6 août 2009 13:10

      < Rassurez-vous le Président va bien >


      • Paul Cosquer 6 août 2009 18:53

        Vous trouvez que ça rassure, vous ? Il n’est jamais pire que lorsqu’il va bien...


      • Wazix23 6 août 2009 16:02

        « suite à un accident cardiaque, »

        ---> Il semble que ce ne soit pas la seule menace qui pèse sur la santé de notre irremplaçable président. Voir un autre article posté sur ce site.

        Quelle grande perte, mais soyez rassuré cher auteur de l’article, nous nous en remettrons.


        • Paul Cosquer 6 août 2009 16:24

          Nous nous en remettrons, d’accord, mais à qui nous en remettrons-nous ?


        • Paul Cosquer 6 août 2009 16:19

          J’ai apprécié cette parodie-témoignage. Même pour Bayrou (je ne vous en veux pas...)

          « Ces politiques, tous pareils ! C’est pourquoi d’ailleurs, en pareil cas, s’il fallait faire le sacrifice de sa personne, sachez bien que je ne reculerai pas devant la responsabilité que les Français voudraient bien me confier et qui mieux qu’un citoyen rompu au débat sur Agoravox...bla bla bla... »

          (smiley souriant)


          • gruni gruni 6 août 2009 16:26

            @ Paul Cosquer.

            Je vote pour vous, hélas sans espoir.


          • gruni gruni 6 août 2009 16:21

            Soyons clair, je ne souhaite la mort de personne et dans ce texte j’ai seulement voulu décrire le déchaînement médiatique et la réaction de certains politiques qu’ entraîneraient aujourd’hui le décès du Président en exercice, par rapport aux années 70.


            • Paul Cosquer 6 août 2009 18:55

              Le « Président en exercice » : cette appellation est exagérée : il lui arrive d’arrêter de faire du footing.


            • L’Hermelise 6 août 2009 17:20

              Exercice de style qui tourne encore et toujours autour de l’idée d’une monarchisation du pouvoir en France.
              Cela dit bien que faisant montre d’esprit par moment, rien d’original, et surtout rien de constructif.
              Ce n’est pas personnel, mais a lire toujours les memes choses, on se dit qu’il faut aretter les bla-bla, et passer a l’action.


              • gruni gruni 6 août 2009 17:28

                @ L’Hermelise

                C’est quoi l’action pour vous ?


              • L’Hermelise 6 août 2009 17:38

                C’est tout foutre en l’air, helas j’attends, sans doute comme vous, que d’autres commencent. C’est la grande frustration d’etre conscient de sa propre servitude.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires