• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > SurVivre aux incertitudes

SurVivre aux incertitudes

Je ne pensais pas revenir sur cette antenne, mais nous sommes dans la semaine de la santé mentale et avec le Covid en arrière plan, celle-ci est mise à dure épreuve. C'est au magazine Psychologies de octobre-novembre que je propose de donner des idées pour mieux vivre avec les incertitudes en recherchant des ressources intimes et secrètes. 
Les réponses dépendent dans les caractères de forces différentes en chacun de nous dans une recherche de réponses détenues en soi ou par l'intermédiaire de son entourage. 
O
ptimisme béat contre pessimisme maladif, peurs diverses ou prises en charge avec le réalisme intermédiaire. 

Le dossier du magazine "Psychologies"

L'inconfort de la condition humaine dans un monde instable que rien ne nous y a préparé est confronté actuellement à la pandémie, 73% des gens sont inquiets des effets sanitaires, 85% sont soucieux des conséquences économiques. 
S'en est suivi des troubles de l'anxiété, du sommeil, du comportement et par la prise de psychotropes. 
Toutes nouvelles de relâchement ont relancé l'espoir à la fin de la première vague en pensant que tout était revenu comme avant. 
C'est encore plus angoissant face aux faillites, au chômage que cette crise sanitaire a entraîné quand une nouvelle vague se présente. 
Pour la première fois dans l'histoire des épidémies, le côté sanitaire a pris la prépondérance face au côté économique alors que des réponses de déni, de mépris des règles, du port du masque et des règles de distanciation se sont manifestés avec l'usure du temps. 

 Le corps économique s'enferme dans des prévisions transformant chacun de ses soldats en héros kafkaïen dans de comportement erratiques compréhensibles. Les données et les consignes sont contradictoires. Le vertige obsessionnel en quadrillant son quotidien avec des listes, des rituels, des plannings, pour ne laisser aucune place à la surprise finit par étouffer. "Cette névrose ne permet aucun doute et est à la source du refus de la pensée pour s'en défendre en enfermant les techniques de la grille logique et de la raison " dit Alain Abelhauser. Il faut avoir du chaos en soi pour accoucher d'une étoile qui danse" écrivait Friedrich Nietzsche. 
2.PNGP
resque tout prévoir, tout anticiper n'est pas une question d'intelligence dans de vastes zones de certitude alors que nous évoluons dans un océan inconnu avec seulement de petits ilots de certitudes. Cela fait plonger dans un profond désarroi quand les mesures sont désavoués.
0.PNGLe philosophe Alan Watts célèbre la sagesse de l'insécurité par le bouddhisme zen qui dit que "le caractère périssable et changeant du monde fait partie de la vitalité et de sa beauté. Apprendre à jouer avec les surprises en usant de l'improvisation, de la spontanéité permet de retrouver l'équilibre dans le monde tel qu'il est et ne pas ancrer sa vie"Alan Watts. Le cerveau alerte des dangers par le biais des émotions donc il faut identifier l'angoisse. Les opportunités se créent par de nouvelles rencontres dans l'incertitude. 

L'éducation permet de faire face à l'imprévu, àr aimer l'incertitude comme une alliée plutôt que de la redouter. Dans une formation stoïcienne , elle s'adresse à la liberté pour ne pas conditionner le bonheur seulement par ses succès et des échecs dans un équilibre stable en adoptant des mesures concrètes de fiabilité dans un optimisme paisible et flexible. 

Vivre pleinement l'éphémère

  • L'incertitude a une seule loi permanente : l'impermanence 
  • Se centrer sur le "pile maintenant"
  • Faire le plus souvent possible "du renouveau"
  • Transformer
  • Devenir un chasseur de bons moments.
  • Créer une île au trésor
  • Visualiser un avenir positif

9 clés pour mettre de la fantaisie dans sa vie

Casser la routine, se délester de l'esprit de sérieux, se surprendre pour moins subir le quotidien.
1. Questionner son personna.
2. Ouvrir la porte à l'imprévu.
3. Pratiquer le rêve éveillé.
4. Cultiver l'humour et l'autodérision.
5. Parler peu mais vif.
6. Devenir "oulipien".
(groupe d'écrivains, de mathématiciens, et de peintres).
7. Prendre la plume.
8. Lire des livres "tapis volant".
9. Miser sur les oldies but goodies.

Ode à la liberté

Hervé Christiani est connu pour sa chanson, "Il est libre Max". Il avait le même âge que moi, mais il a jeté le gant en 2014 à la suite d'un cancer de la gorge. 
Il faut évidemment avoir quelques plombes pour s'en souvenrir puisque la chanson date de 1981.
Alors, revoici cette chanson dans les "Années bonheur" ou chez Drucker... Chez les vieux de la vieille, quoi... Arno chante aujourd'hui "Vive ma liberté"

Je reviens avec le Carré de mon copain Nicolas Vadot.pour compléter le tableau... 

 

6.PNG

Mon interview

Comment allez-vous ?. 

 Très bien. Merci. 

 A quel point avez-vous été touché par la crise du Le Covid ? Connaissez-vous encore la liberté après le confinement du Covid-19 et le respect des règlements de distanciation de plus en plus drastiques ?

 Comme je dois l'avoir écrit quelque part, je n'ai pas ressenti d'énormes différences entre l'avant Covid et lors de cette crise. Peut-être suis-je pathologiquement peu anxieux

 Qui supporte le mieux cette situation, d'après vous ?

 Celui qui n'a pas besoin d'une foule de personnes autour de lui pour vivre. Celui qui a une tendance à aimer la solitude. Celui qui parvient à mettre ses problèmes entre parenthèses. Celui qui n'aime pas trop les dépendances. Celui qui fait du sport à vélo, en jogging, en "stand alone". Celui qui a fait du management entre le marteau et l'enclume. Si ce n'est pas raffiner la solitude, qu'est-ce que c'est ? Retournez à un de mes articles de 2009 "Pour vivre heureux, vivons caché", sur cette antenne et poussée ensuite sur celle de Agoravox.fr. Il est un répétition à ce que nous vivons aujourd'hui. Le médecin Pascal Gilbert avait trouvé à redire parce qu'il n'avait pas compris la parodie qui s'y cachait. Même scénario dans tous mes billets écrits pendant la première vague du Covid. Quand on n'a rien de positif et drastique pour y remédier, la parodie et l'humour peuvent prendre place. Ce n'est pas quand tout va mal qu'il faut tirer la gueule même si c'est souvent plus facile. Ce médecin s'était trompé d'histoire d'amour et n'a fait qu'un passage furtif sur ce forum citoyen français. 

- J'ai lu. Tout y était déjà. C'est comme si on avait oublié le passé. 

 Je l'ai relu aussi. Le H1N1 de l'époque a été remplacé par le Covid-19. Ecrire laisse heureusement des traces. Ma technique, un travail de prospection solitaire à l'extérieur suivi d'un travail d'encodage à l'intérieur. Ce blog est un journal personnel. 

 Par cette philosophie humoristique, vous parvenez à résoudre vos angoisses

 L'angoisse se crée quand on se pose trop de questions qui ne trouve aucun plaisir dans la découverte et le doute. Notre nouveau ministre de la santé recommande de limiter la bulle de réunion à quatre personnes sans masque. Pour moi, deux personnes me suffisent amplement pour créer un dialogue constructif. La saga des masques reste encore dans les mémoires

Un forum de discussions n'est là que pour se rendre compte de ne pas trop déconner dans un cocon trop personnel et donc minimaliste mais pas à vivre dans une niche de surstimulation médicale quand on n'en a rien à apporter de sensationnel. Et puis il faut aussi se permettre un peu se faire confiance à soi-même, non ? (rire)

 Qu'est-ce qui a généré cette envie de solitude ?

 Cela remonte à très loin. Je suis un solitaire né. Je me suis fait sans conseils ni parents ni autres. Sur mon cheminement, à la recherche d'une stabilité, j'ai réalisé à la force de caractère ce que j'ai été et suis encore par mes propres soins. La plupart des guerres naissent à la suite de guerres de croyances et je n'en ai pas

 Etes-vous devenu un peu asocial à cause de cette solitude ? 

 Le billet "La solitude, cela n'existe pas" contient ce paragraphe qui révèle le sentiment de Olivier de Kersauson et que je partage. J'aurais pu ajouter d'autres qualificatifs mais passons. La confiance envers un interlocuteur se gagne ou se perd après des expériences d'ouvertures partagées d'esprit qui ne sont pas nécessairement concomitantes. 

 Qu'est-ce que vous trouvez comme plaisir dans l'écriture ? Vous avancez en âge. Cela fait un temps que vous êtes retraité ?

 Figurez-vous que mercredi, je recevais un message à partir de LinkedIn assez sibyllin "Joyeux anniversaire professionnel et surtout tout court, Guy sans ALlusion aucune ! ;). Alors techniquement ces Trogs, c’est faisable ?" signé :Arnaud Bernier, porteur du projet Home Résilience...,. Etonnement préalable puisque le nom ne me dit rien. Anniversaire professionnel ensuite ? En comptant, cela fait quatorze ans que j'ai quitté la vie professionnelle dans une brouette d'âgé de 59+, pour en connaitre une activité inconnue pour moi mais qui n'est pas moins active. J'ai ainsi contribué à l'utilisation de logiciels que je développais précédemment dont j'avais partagé la conception à la recherche de toujours plus d'automatisme. Pour l'occasion j'ai recherché quelques souvenirs photographiques de cette période. 

 Que pensez-vous de la situation actuelle en général ?

- Comme je l'avais écrit dans un article de l'année, personnellement je n'ai rien changé mes habitudes à cause du Covid. 

 Vous aimez donc la liberté par dessus tout. La liberté d'expression, de pensée et d'action ? 

 D'action, je n'en suis pas sûr. Quand on est retraité on ne peut plus revendiquer à une existence résultante de combats puisque comme vous le savez, nos pensions de retraites sont financées par la génération suivante. Sans famille politique, oui, je suis athée et libertaire. Je prône comme dit sa signification, pour une liberté absolue fondée sur la négation du principe d'autorité dans l'organisation sociale et le refus de toute contrainte découlant des institutions fondées sur ce principe. Seule exception quand ma liberté empièterait sur celle des autres par un procédé influençant. Refuser toute dépendance va d'ailleurs dans les deux sens et la solidarité n'en est pas exempte dans tous les autres cas. Prôner une opposition constructive est ma stratégie. 

 Avez-vous des regrets à exprimer ?
-
 Qui n'en a pas ? Probablement, celui qui ne rêve pas et reste trop longtemps éveillé ? Avant, j'ai appris à comprendre comment fonctionne une machine avec des algorithmes préprogrammés. Comprendre comment fonctionne l'humain, il faut beaucoup plus de temps par une vision psychologique ou sociologique

 Quel serait votre proposition à la fin de notre entretien ?. 

 De léguer ce billet aux IA au "Inquiets Anonymes", spécialement à ma moitiée, de réapprendre la solitude pour ce qu'elle apporte et je laisse chanter Pierre Perret ce qui me caractérise "Humour Liberté"

Allusion

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Lire aussi Jean-François Vézina : Danser avec le chaos...Sinon, je préfère un niveau au-dessus : le journal des psychologues. Ce terme de névrose mis à toutes les sauces,....Un peu énervant. Mal nommer les choses... Un névrosé est un oedipien qui a intégré la différence sexuelle, la castration et qui ne peut donc être dans le déni. Point. Il n’empêche que la crainte de la mort peut atteindre tout le monde...


    • AlLusion AlLusion 14 octobre 17:38

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      « la crainte de la mort peut atteindre tout le monde...  »
      Parmi les humains qui ont le questionnement un peu plus évolué, oui.
      Les autres êtres vivants n’ont pas ce genre de préoccupation.
      Ils naissent, cherchent à trouver à manger, à boire, à vivre sans être mangés eux-mêmes, avant de passer le flambeau à leur progéniture dans un cycle sans fin.
      Savent-ils qu’ils vont mourir ?
      Quand on entend les cris dans les abattoirs, on pourrait le penser.


    • @AlLusion Oui, la majorité des humains sont restés au sixième jour de la génèse. Pas tellement différent des animaux. Le septième (jour de shabbat, le samedi), l’humain doit mourir à sa survie, quitter sa condition animale (l’animal n’a pas conscience de sa fin, juste un instinct de survie qui le maintient en vie) pour faire advenir en soi, sa part spirituelle et quitter la position horizontale pour s’élever (verticalité) vers le divin. Raison pour laquelle le chiffre 6 est attribué à Satan (main gauche de dieu. Dans Satan on entend s’attend, l’homme est dans l’envie, Généralement de satisfactions bien matérielles. Le chiffre 7 ressemble à une faux, on entend aussi Seth (le mal). Samedi ou le septième jour de la génèse est celui de saturne (la castration) qui nous contraint à abandonner le terrestre pour nous élever à une dimension supérieure : LE SAINT ESPRIT. Le monde actuel stationne au sixième jour de lé génèse... Même les religieux qui lisent la bible en la confondant avec la réalité.....


    • AlLusion AlLusion 14 octobre 17:24

      Précision : Ce billet est une réduction de la version originale à lire ici. 


      • AlLusion AlLusion 14 octobre 17:40

        ...à lire ici dans la même catégorie « Parodie »


      • xana 15 octobre 14:48

        Qui prétend ici que notre retraite serait financée par les générations suivantes ?

        Mais alors, où est passé l’argent de toutes mes cotisations ?


        • AlLusion AlLusion 15 octobre 16:21

          @xana,
            Bonne question.
            C’est ça la solidarité intergénérationnelle.
            Je vous conseillerais d’économiser par vous-même. C’est plus sûr.
            Le premier pilier ne dépend pas de vous.
            A partir du deuxième et du troisième, c’est tout autre chose. 


        • AlLusion AlLusion 15 octobre 16:49

          @xana,
           
           Je vous souhaite le meilleur pour arriver à une vieillesse heureuse. smiley


        • Taverne Taverne 15 octobre 15:04

          Salut Guy

          « Devenir un chasseur de bons moments. » et « 4. Cultiver l’humour et l’autodérision », c’est pas toi qui les a ajoutés ces deux-là ? Non, je dis ça parce que je te reconnais bien là.

          A propos de Pierre Perret, comme j’aime aussi la chanson (j’en écris : voir lien dans mon cv), je me souviens d’un refrain qui m’avait beaucoup touché dans ma jeunesse et qui a influencé ma philosophie de la vie dans un moment bien particulier :

          Il m’est indifférent
          Que l’oiseau dans l’allée
          Aille d’un arbre à l’autre
          Il peut bien s’envoler. 

          (L’oiseau dans l’allée).


          • AlLusion AlLusion 15 octobre 16:37

            @Paul alias Taverne,
             Non, même si cela me ressemble, ce n’est pas moi.
             Toute cette première partie provient du dossier du « Psychologies »
             J’aurais pu parler un peu plus de l’interview de Frédéric Lenoir qui en lui-même donnait aussi quelques réflexions.
             Le mot « liberté » m’a tout de suite fait penser à « Il est libre Max » mais j’aime aussi Pierre Perret
             J’aime aussi ta poésie. 


          • pemile pemile 15 octobre 17:33

            @AlLusion « Le mot « liberté » m’a tout de suite fait penser à « Il est libre Max » »

            Depuis cette version silly song d’une connaissance de bretagne, un mec impliqué dans plein de projets très sérieux mais clown déjanté ne se prenant pas au sérieux je n’associe cette mélodie qu’avec « Néolibéral »


          • eau-pression eau-pression 15 octobre 15:40

            L’agenda du trog, c’est 4 marées par jour. D’ici que l’angoisse du changement climatique l’atteigne, lui au fond du bassin, il en aura coulé des vagues de sable sur la dune du Pyla.

            Mais que sait-on du trog ? Peut-être a-t-il un rôle de vaguemestre qui annonce aux huîtres encore libres la hauteur de la prochaine marée ?

            Cette Home Résilience m’a tout l’air d’une association qui milite pour la libération des huîtres. Ou d’une alternative au panier de crabes vers lequel on nous guide dès l’école.


            • AlLusion AlLusion 15 octobre 16:41

              @eau-pression
              Était-ce vous qui m’aviez envoyé cette référence « Alors techniquement ces Trogs, c’est faisable ? » signé :Arnaud Bernier,

              Cela me rappelle ma montée sur la dune du Pyla.
              J’ai passé plusieurs vacances en France cf mon billet « La France par les côtes »  


            • eau-pression eau-pression 15 octobre 17:36

              @AlLusion

              Sauf votre respect, Arnaud Bernier est connu comme le loup blanc et autres pseudos en cascade sur Avox. On sent que vous avez pris de la distance ...
              Ceci dit, ce n’est pas moi, ça se shaurait.

              « Je suis né dans un de ces lieux où j’aurais aimé naître » sous quel titre trouve-t-on ça ? Hier, j’ai imprimé « le cimetière marin » dans l’idée de faire travailler ma mémoire.


            • AlLusion AlLusion 15 octobre 18:03

              @eau-pression,
               Merci pour ses précisions.
               Mon blog « Réflexions du Miroir » est un journal personnel né il y a plus de 15 ans dans le but de garder la mémoire de ce qui se passait pendant ces années.
               Cela me permet de constater si cela tient encore la route aujourd’hui ou non.
               Rien de plus, rien de moins.
               Je ne publie plus sur Agoravox bien que j’ai participé à son histoire depuis ces débuts.


            • AlLusion AlLusion 17 octobre 13:20

              Pour ceux qui sont intéressés, voici le 2ème volet de ce billet « De Covid à eCovid »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité