• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Une Bombe à Haut Voltage

Une Bombe à Haut Voltage

Les trois lettres « BHV » sont de retour. Il suffit de les prononcer pour que le Monstre du Loch Ness belge ressorte son nez. Une scission, lourde de conséquences. Des vacances en vue. Une Bombe à Haut Voltage. Notre ex-Premier, Van Rompuy, aime les haïkus même  publiés. Ce qui va suivre des haïkus ? Une allégorie avec métaphores et le leitmotiv de ces initiales BHV, oui, très certainement.


20100416Van Rompuy Haïkus.jpg
Au Printemps, le Beau, l’Horizon et la Vie.

Dans une Bulle, un Homme vivait avec "een Vrouw" (1).

Le film, "La Brute, le Héros et la Vaniteuse" se joue

Avec un Baiser Hors-la-loi pour Vaincre l’électricité.

Décisions en Boucle, Histoires Veines.

Combien de Babillages Habituels pour Vacances :

Plages Balnéaires, Hauteurs ou Vertes prairies ?

Balle de mains en gains, Hypothéquant le Verbe.

Bagarres entre Honnêteté et Virginité.

Toujours en Balance entre Harpe et Voile.

1.jpg

Bégayer avec une Honte Vexatoire.

Avec une Boussole dans la Houle Vicieuse.

Bazar avec l’Hypertension de Vedettes.

Pour Berner avec Habileté mais sans Victoire.

Belgicismes sous la Hache et plus de Voyage.

Bateaux coulés et Hôtels en Vestiges.

1.jpg

Bidouilles, Héroï-comiques dans le Vacarme.

Qui Bâcle l’Harmonie du Voyage ?

Bye bye, Belgique aux Heureuses Vacances.

Banalités d’un haïku, Habileté ou Vide d’idées ?

Véritable Histoire Belge dans un couples d’idées.

1.jpg

Scission de Bruxelles, Halle, Vilvoorde ?

Vite, une Bière en Héritage pour Vacciner

20100413Bombe BHV.jpg

Maudite Bombe Harcelante jusqu’au Vertige.

Baliser le Coq et le Lion demande de l’Habileté,

Dans un thriller printanier sans Violences.

20100410zen attitude.jpg
 


20100416Nuage BHV.jpg
En Belgique, calmer le jeu, pour ne pas atteindre le point de non retour est la norme entre Francophones et Flamands.

Jean-Luc Dehaene, chargé du "problème" a toujours eu une statégie du "bouche-cousue", un humour particulier et une confiance affichée.

Ce lundi, le compte à rebour est arrivé aujourd’hui à zéro. Jeudi , le résultat des courses. Depuis longtemps, on connait les compromis. La crise a calmé les envies d’autonomie pendant un temps. Cela va un peu mieux sur les marchés mais pas pour l’emploi, mais on rembobine les débats jusqu’au au départ, une nouvelle fois.

Mais où était-il, encore, ce départ ? Il est tellement ancien qu’on a du mal à s’en souvenir. Déjà dans les années 60, on en voyait les prémices.

Le Printemps, la saison la plus propice.

La vulnérabilité et la dépendance sont utilisées ostensiblement par l’un et l’autre. Surmonter les craintes d’être la victime du moment porte à se protéger. La peur de l’autre, voilà le problème.

La scission de l’arrondissement de Bruxelles, Halle, Vivoorde sent toujours le roussis. Elle a jusqu’ici été repoussé au bout de la nuit. J’ai pensé que vous faire ressentir le vécu de ces trois lettres par l’absurde et non pas par la négociation habituelle pouvait remettre les aiguilles à l’heure. Une solution "Win-Win" ?

Un petit rappel pour la route et pour nos amis étrangers :

La Flandre au Nord, la Wallonie au Sud et Bruxelles, appelée la moelle épinière de la Belgique, au milieu. Excusez du peu : Capitale de Belgique, de Flandre et de l’Europe. Bilingue, mais avec une forme médiane particulière appelé "bruxellois". Cosmopolite, aussi, mais enclavée dans la région flamande, elle demande en échange de la scission de BHV, d’élargir son territoire, de sortir de cet enclavement pour garder un contact avec le Sud francophone. Halle et Vilvoorde, "taches" trop bilingues, trop francisée, considérées comme une anomalie sur un sol flamand.

Comme pommes de discorde, Wooncode (code du logement), bourgmestres élus mais non nommés, 150.000 francophones vivant dans 35 communes flamandes qui se sentent isolés. Des procédures de conflit d’intérêt comme bouées de sauvetage pour les francophones minoritaires. Yves Leterme est revenu mais c’est un autre, Jean-Luc Dehaene, surnommé le plombier ou le démineur, qui s’occupe du problème en Expert BHV. Scission prétexte à des réformes bien plus insidieuses ou la résolution de la quadrature du cercle de Bruxelles. Sacrifiés les héros au pied d’argile ? "Sans la scission et des réformes, une nouvelle crise politique", entend-on. On en a entendu bien d’autres.

On en discute, dès lors, presque tous les jours avec un peu d’avance.

Dans le ring, le match entre les ténors opposés Bart De Wever et Olivier Maingain s’organise.

A la question d’un journaliste qui demandait comment avançait le rapport de son travail, le réponse de Jean-Luc Dehaene fut, sans rire :

- Disons qu’on est période de changement climatique.

Ce soir au dîner un menu en boucle se composerait de

Menu Poker :

Un waterzooï de poulet au genièvre dégivré à la sauce Wooncode

Usteak frites dans la salade avec pickels (ou pickles) et maillonaises aux bourgmestres.

Des bégnets de Carnaval avec une tarte au succ.. chantilly à la fraise Wépion bien élargie.

20100417Rapport Dehaen.jpg

 

Alors, dans notre film qui s’appelait "C’est arrivé près de chez vous", dans une question de langue garderons-nous une volonté politique de garder encore quelques plumes ? Si oui, pour qui ?

Mais, si vous ne voyez toujours pas plus clair dans ce tunnel belge, il y a, toujours, le BHV pour les nuls.

Le communautaire ne s’y prête pas aux haïkus, reconnaissait Van Rompuy, lors de la publication. J’ai essayé.

La Belgique, face à ses démons.

Pas moyen de dire mieux.

 

L’enfoiré,


(1)  : une femme

 

Citations :

  • " - Vous êtes marié ? Vous ne vous êtes jamais disputé, vous ? - Oui, mais jamais à coups de fer à souder. - Ben, c’est parce que vous n’êtes pas bricoleur !", Jean-Marie Poiré

  • "Par terre on se dispute, mais au lit on s’explique. Et sur l’oreiller, on se comprend !", Henri Jeanson

  • "Ce qui manque à Bruxelles, c’est un projet neuf. Le gouvernement belge devrait créer une grand centre culturel européen", Gérard Mortier


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • finael finael 19 avril 2010 16:00

    D’aileurs plus personne n’a c’t’accent là
    Sauf Brel, à la télévision !


    • L'enfoiré L’enfoiré 19 avril 2010 16:08

      Exact. Finael,
      Si tu remarques, pas de commentaires de la part de Français.
      N’en ont rien à cirer de la Belgique.
      Par contre si tu parles des séparatistes bretons, basques, d’outre mer, des Caldoches. Là, tu vas avoir des retombées.
      Comme je le disais sur mon mon site. : Dans une bombe à fragmentations, ce qui est redoutable, ce n’est pas l’hyperbole ou la parabole, mais le ras-le-bol qui fini toujours par arriver.


      • L'enfoiré L’enfoiré 19 avril 2010 16:10

        J’oubliais, sacrilèges, les Corses et leur nuits bleues.  smiley


      • finael finael 19 avril 2010 17:15

        Au moins un des sports où les français restent champions c’est celui qui consiste à se regarder le nombril !


      • L'enfoiré L’enfoiré 19 avril 2010 18:07

        Quand on l’a beau le nombril, pourquoi pas ? smiley
        Quand il prend de l’embonpoint, qu’il n’est plus ce qu’il était, là, il y a des questions à se poser.
        Comme nul n’est prophète dans son pays, je m’en retire sur ces paroles amères. smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 19 avril 2010 20:29

        Vas lire le dernier commentaire « conclusion » de mon article précédent.  smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 22 avril 2010 08:59

        Finael,

        « celui qui consiste à se regarder le nombril ! »
        Quel serait-il ?
        Paris ?
        Je crois qu’entre un ch’ti et un parisien qu’il y a, disons, quelques différences, non ?
         smiley


      • finael finael 19 avril 2010 17:18

        Il n’empêche qu’on se demande bien ce que va devenir la Belgique, on dirait qu’elle ne va plus que de crise institutionnelle en crise institutionnelle.

        Et les flamands semblent avoir oublié le temps où c’était la Wallonie industrielle qui tirait l’économie belge.


        • L'enfoiré L’enfoiré 19 avril 2010 18:24

          Finael,
           C’est une bonne question, comme disait quelqu’un de chez nous, « je vous remercie de l’avoir posé ».
           Le plus amusant, c’est que dans l’histoire de la Belgique et que j’ai reprise dans « Petite histoire pour autre chose » et que j’ai retrituré (belgicisme) dans « Un pays inachevé ou à achever », c’est en Wallonie que l’idée du séparatisme a commencé.
           Oui, en effet, fut un temps où la Wallonie en imposait.
           J’ai même lu qu’au début du siècle la Belgique prenait place sur le podium des nations les plus fortes d’alors.
           Comme tout évolue, la sidérurgie, les charbonnage ont périclité ou ont été repris par Mittal, tout a craqué. Le Plan Marchaleke (comme on l’appelle) a redonné un peu de couleurs.
           Le problème, c’est que les nouvelles entreprises de hautes technologies qui ont pris place, c’est pas un domaine grand fournisseur d’emploi.
           La Flandre de son côté a mis un profil bas, ces derniers temps.
           Les entreprises de l’automobile se sont mise à l’arrêt ou ont été rachetée.
           Je ne vais te faire un dessin.
           J’ai pu constater que les choses de ce côté ont bien changé.
           Je peux te donner des exemples. Des villes dont la rue principale a, et je l’ai compté, sur 600 mètres, avaient 18 magasins à louer ou à acheter par des agences qui montraient fièrement leurs affiches.
           Quand la brique va, tout va, dit-on chez nous. Yes, dirais-je.
           Les trois régions principales sont bien différentes et pas uniquement avec la langue.
           La plus belgicaine, c’est la région bruxeloise. Une preuve.
           Comme tu aimes les belles histoires, cela va te passionner.
            smiley


        • finael finael 19 avril 2010 20:13

           smiley  smiley  smiley


        • L'enfoiré L’enfoiré 19 avril 2010 20:15

          J’avais envie de titrer « Bombe à fragmentation de Haut Voltage », mais cela me parraissait trop long.  smiley


        • L'enfoiré L’enfoiré 19 avril 2010 20:40

          Maintenant, si tu veux la version de futurologiesmiley
          La Belgique, c’est une histoire qui varie dans le temps....


        • asterix asterix 19 avril 2010 19:15

          Vous pouvez en rire tant que vous voulez - et c’est d’ailleurs bien ! mais il n’en revient pas moins que Bruxelles, capitale de l’Europe est un nouveau Berlin. D’une part 90 pour cent d’une population culturellement divisée - Bruxelles - doit partager le pouvoir avec les 10 pour cent restants surreprésentés en nombre de sièges pour ne pas paraître ridicule. Au delà du mur - BHV - de 60 à 80 pour cent de la population se voit refuser tout droit, y compris dans ses rapports avec la Justice et l’administration. Et quand il vote à 90 pour cent contre cette inanité juridique, on lui refuse la nomination de maires sous prétexte qu’ils se sont montrés assez retors pour avoir envoyé les convocations électorales dans la langue de l’administré.
          Français, De Gaulle est allé un jour dire : vive le Québec libre !
          Nous, Belges francophones n’avons jamais rien entendu de pareil.
          Pour vous convaincre du caractère nauséabond de la Flandre, sachez que l’extrême-droite, en y incluant sa partie dite présentable ; celle qui vous traite de sous-homme non pas sur des critères raciaux mais linguistiques, représente plus de 40 pour cent des votants.
          Liberticide ? Non, normal !
          Capitale de l’Europe ? Vous voulez rire ?


          • L'enfoiré L’enfoiré 19 avril 2010 19:51

            Asterix,
             Ai-je toujours l’air de rire ? Je n’ai fait que parler de ce connait un peu : la Belgique et Bruxelles, un peu plus. Un nouveau Berlin ? Oui, mais alors avec beaucoup de portes de Brandebourg, pour séparer les « ghettos » riches, pauvres, maghrébins, turques, européens, congolais, asiatiques, espagnols, italiens, allemand, anglais, polonais... j’arrête ou je continue ? Les flamands qui ne sont que quelques petits pour-cents. Les francophones qui font la plus grande partie. Je peux même vous les placer sur la cartes, ces portes. Et ça bouge en permanence. Ca bouge de partout à Bruxelles. Il suffit d’y venir après un ou deux ans et tout n’est plus à la même place. Le Vif l’Express de cette semaine a une analyse qui voit Bruxelles comme une ville musulmane. Bruxelles est un laboratoire pour l’Europe.
            Non, je ne ris pas. Je souris seulement, parce que je compte les points.
            BHV n’est pas de la petite bière. La façon de l’appréhender est différente dans les 3 régions.
            La justice, vous la voyez comment en France. Si je suis parmi vous sur AV et non pas sur Medium4you, c’est parce que je ne lis pas entre les lignes mais sur les lignes.
            Les maires, chez nous, ce sont des bourgmestres. Des maires on ne connait pas.
            Si vous connaissez le problème des communes (des mairies) à facilité, vous avez déjà une première approche du problème.
            « Vive le Québec libre », c’est la plus grosse connerie que De Gaule a prononcé.
            Je le répète, la façon de voir le futur est totalement différente au Nord, au Sud, et au milieu.
            Rappelez-vous de 1993 à la mort de Baudoin. Cela fait aussi partie de l’histoire.
            Liberticide en Belgique par la royauté, peut-être ?
            En France, nous n’avons pas un Président, mais un Empereur président.
            Capitale de l’Europe ?
            Mais bien sûr. Vous ne connaissez pas les fondateurs ?
            Il n’y en a qu’une ville qui pourrait l’être en dehors de Bruxelles, et c’est Londres.
            Mais Londres a un autre problème, comme vous devez le savoir..
            La Belgique a su très vite qu’elle devait jouer la carte de l’Europe, vu sa taille.

             


          • L'enfoiré L’enfoiré 19 avril 2010 20:08

            Asterix,

             Si vous voulez une longue conversation entre un flamand et un bruxellois et si vous connaissez l’anglais, vous le trouverez après l’article suivant.
             Il a trois ans. Rien de différent, sinon, qu’on rigole un peu moins dans le Nord.
             J’y suis souvent et j’ai pu le constater de visu.


          • chuppa 19 avril 2010 19:45

            Question de patience.
            cela va pèter mais quand ????
            et qui d’abord, le roi ?
            Les wallons sont totalement désintéressés par Bxls et le périphérie.
            Ils ne savent que se regarder le nombril et encore , uniquement dans les sous régions qui sont perpétuellement en conflit pour les budgets.
            Ce pays est une illusion qui ne peut durer encore très longtemps.


            • L'enfoiré L’enfoiré 19 avril 2010 19:57

              Chuppa,
               Absolument. J’essayais de le dire à Asterix. La Wallonie, la Flandre et Bruxelles Capitale onte des visions totalement différentes.
               Vous savez très bien que les impôts et taxes vont dans la poche de la région où les habitants logent et pas là où ils travaillent.
               De là vient la distorsion. Je parle de moelle épinière, si vous n’aimez pas, alors cela pourrait être la colonne vertébrale. 
               Supposons la disparition de la Belgique, que se passe-t-il ailleurs ?
               La Catalogne, l’Italie du Nord font sécession, et le pays basque....
               C’est un peu être un tiercé dans le désordre, mais avouez que cela ferait désordre actuellement en Europe..... smiley


            • finael finael 19 avril 2010 20:19

              C’est ce qu’on appelle la désunion dans l’union  smiley

              Sinon il y avait une page consacrée à la Belgique ce soir au journal d’Arte ... Ah oui ce n’est pas vraiment une chaine franco-française, j’oubliais.

              Le ton était que c’étaient surtout les flamands qui voulaient, pour certains au moins, leur indépendance.

              Ou peut être est-ce l’union dans la désunion ?  smiley


            • L'enfoiré L’enfoiré 19 avril 2010 20:27

              En fait, il y a deux manières de voir dans l’histoire.
              Hier, c’était la masse qui se bataillait dans le rue et les politiciens qui essayaient de calmer le jeu.
              Aujourd’hui, c’est l’inverse.
              Les politiciens qui tentent de garder leur place dans un état fédéré qui comptent dans chacune des parties de ministres, des sous-ministres... et une population qui se laisse avoir dans le même jeu à l’usure.

              Je n’ai pas les mêmes programmes sur ARTE.
              Mais bonne idée de la part d’ARTE.
              Je vais regarder si elle passe sur Internet demain


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires