• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > People > L’auto-stoppeuse

L’auto-stoppeuse

Petite chronique automobile des transports douteux et non autorisés. Frissons exotiques et furtifs sur fond de bitume brûlant. A l’heure estivale où beaucoup se tournent les pouces, d’autres le lèvent. En route pour de nouvelles aventures. On the road again, again.

Aussi vrai que je m’appelle Emilio, tout ça, c’est arrivé parce qu’il faisait trop chaud et que ma femme était partie avec les gamines chez sa belle-mère.

Trop chaud, c’est ce qui m’a fait laisser les vitres ouvertes. Trop seul, c’est ce qui m’a enlevé ma lucidité.

Je suis VRP en pâtes Baroni. La rolls des farfalle. Le joyau des linguine.

Je roule beaucoup. J’étais sur la Nationale 7, il faisait beau, le père Bevilacqua chantait Lita, avec ses mélopées pas croyables, mi rauques mi-cristallines. Le piano sonnait clair, les cordes étaient soyeuses, le synthé déroulait ses volutes. Bref, c’était un jour comme ça où un athée pourrait se prendre à croire en Dieu.

 Dans les sorties de villages, il y avait naturellement des auto-stoppeurs. Et des stoppeuses. Le plus souvent avec un stoppeur caché derrière un arbre, le sac à dos énorme, la barbe de huit jours et les pieds odoriférants, prêt à bondir si un naïf s’arrêtait pour charger la donzelle servant d’appât.

 Pas de ça, Lucette. Il est pas né celui qui m’embrouillera. Je suis pas VRP pour rien.

 Quoique. Quand même, deux kilomètres plus loin, j’ai eu une vision rare : une blondinette accorte, fraîche encore, la croupe tendue dans un short de jean prêt à craquer, et le pouce levé. Une vision qui n’atteint l’automobiliste esseulé que de façon décennale, autant le dire tout de suite.

Un rapide coup d’œil aux alentours pour discerner un éventuel moustachu planqué, ou un possible fourgon signalant une professionnelle.

Mais rien. Que des vignes à perte de vue et cette poupée quasi Barbie déposée en plein juillet par le Père Noël des automobilistes, des poor lonesome drivers.

 Iveta, elle s’appelait. Elle était lettone, apparemment, ou ukrainienne, ou Belarusse, aujourd’hui encore, je ne sais toujours pas. Elle parlait surtout par signes et par grognements doux , disait qu’elle allait à Nice, et pour commencer vers Lyon. Mais qu’elle n’avait pas d’argent, et tenait absolument à me dédommager pour tout ce dérangement.

 Ca paraissait vaguement étrange, un rien trop beau pour être vrai, mais mon cerveau patinait dans la chaleur et ses vapeurs.

On s’est arrêté un peu plus loin, sur un chemin viticole de ce Beaujolais tout ensoleillé.

  C’est à ce moment là que j’ai eu une pensée citoyenne, quasi politique. Si, si. Vous vous souvenez de Michel Rocard ? Quand on lui a demandé dans une émission télévisée où il s’était égaré, si "sucer, c’était tromper". Il avait dit non, le pauvre. Et tout le monde avait rigolé.

 J’en étais là, quand Iveta a tranché le noeud gordien de mes réflexions moralo-métaphysiques.

Le truc s’était ouvert tout seul, apparemment : on n’est jamais à l’abri d’un incident.

C’était une appliquée, Iveta, "une bonne travailleuse sans parlotte", selon le mot de Brel.

Bien sûr, on peut toujours essayer de lutter, mais quand la mer monte, c’est comme faire un château de sable, la houle emporte tout.

Elle s’est habilement hissée entre le siège baquet et le volant, et je craignais un instant un déclenchement intempestif du klaxon, mais très vite, je n’ai plus pensé à rien. 

De la position où j’étais, j’avais dans mon champ de vision, outre quelques courbes sympathiques, Km/h, Tr/mn , Air Bag , Oil, Temp, et puis plus rien. Je guettais l’éclair blanc de la petite mort, celui qui remet tous les compteurs à zéro, et c’est un éclair rouge qui m’a balayé le cerveau et l’occiput. Un méchant coup de crosse à la tête, balancé d’on ne sait où. J’ai quand même entendu Iveta dire quelque chose comme "Bolchoï caracho", et aussi "Davai, davai, Serguei". Donc je pense qu’il s’appelait Serguei, le bougre, et qu’il était drôlement silencieux et rapide pour surgir comme ça des vignes, sans crier ni train ni gare.

 Un garçon peut-être pas franchement antipathique, puisqu’on n’a pas été réellement présenté, mais quand même rude et vif sur l’homme. Je l’ai remarqué, pendant qu’il me traînait hors de la voiture.

 Et j’ai vu partir ma belle Alfa noire sans son Roméo. Dans le beau bruit métallique du V6. Un joli coup, classique mais bien organisé. Faut quand même être beau joueur quand on a perdu.

 J’ai dû faire du stop. Et j’ai attendu longtemps.

 Finalement, c’est une institutrice à la retraite qui m’a ramassé dans son tas de boue à roulettes. Elle voulait absolument que je lui raconte mon histoire, mais moi, les histoires, je sais pas les raconter. Et puis j’avais mal au crâne. Et puis j’avais plus de voiture. Ni de carte Visa. Autant dire que j’étais plus rien. Pourtant, j’ai vu dans ses yeux que l’histoire l’avait émoustillée et que l’été lui avait elle aussi salement cogné la tête. Un instant, j’ai craint le coup de la panne. Mais non, le panneau "Bourg-en-Bresse" m’a sauvé, comme le gong pour le boxeur épuisé.

 Une chose que j’ai apprise : ce n’est pas parce que vous croyez avoir eu votre compte que vous en avez fini. Ne vous étonnez surtout pas de devoir repasser à la caisse, et vite encore.

 C’est ce qui m’est arrivé six jours plus tard. J’avais certes perdu mon destrier, que je retrouverai sans doute bientôt carbonisé, comme mon couple. Mais aussi il lui venait comme des chaudes lances, au preux chevalier, si vous voyez ce que je veux dire.

 Des docteurs, je n’en connais que deux. Un que le Conseil de l’Ordre a exilé à Nairobi, suite à des ordonnances pas très claires de vulve de truie qu’il avait faites un soir de grande déprime. Un sage, mi-Ying, mi-Yang, mais un peu loin pour une consultation. Il m’a tout de même faxé un mot de reproches, pour me dire que j’aurais dû me contenter d’une fellation citoyenne. Et que j’étais encore bien chanceux de ne pas avoir ramassé des tarzanelli.

J’étais pas plus avancé.

 J’ai tenté Dancharr, un retraité qui fait encore des décoctions à l’ancienne avec les herbes de sa campagne. Mais non, rien à faire, il voulait me faire relire le Docteur Destouches en guise de traitement.

 La féerie serait donc pour une autre fois. J’avais plus qu’à passer d’un château l’autre.

Crimes et châtiments. 

L’été, c’est meurtrier pour les illusions.

On the road again, again.


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (71 votes)




Réagissez à l'article

88 réactions à cet article    


  • SANDRO FERRETTI SANDRO 25 juillet 2008 11:59

    @ tous,
    Vous observerez l’extrème minimalisme ayant présidé au choix de l’illustration de cet article, et pour tout dire son aspect bon enfant, de nature à ne froisser aucune susceptibilité.
    Cette image est dédiée au Furtif, que je mets donc en crédit photo.


    • Dame Jessica Dame Jessica 25 juillet 2008 13:10

      @ Sandro

      aaaaahhhhhh !Voilà !ça c’est de l’article estival, léger comme un zéphir, chaud juste ce qu’il faut, remarquablement bien tourné comme toujours, Sandro, je vous dois mon 1er sourire de la journée, vous ne savez pas combien ça compte aujourd’hui, alors un grand grand merci !

      @Gül et Olga

      Bonjours belles âmes !


    • Olga Olga 25 juillet 2008 13:34

      Bonjour Dame Jessica
      Bonjour Gül
      Bonjour à toutes et à tous

      Chère Dame Jessica, vous vous avancez un peu vite en parlant de belles âmes. Gül mérite ce qualificatif, mais certainement pas moi... Je ne mérite pas que l’on s’arrête me prendre sur le bord de la route...


    • SANDRO FERRETTI SANDRO 25 juillet 2008 16:10

      Bonjour, Dame J

      Ravi de vous relire, on m’avait dit que vous étiez souffrante. Portez vous bien.Faites tinter le glacon sur la terrasse , avec vue sur Velaux, la Fare-Les Olivier, St Cannat.
      Ca fleure bon à ma mémoire, cette région.


    • Dame Jessica Dame Jessica 25 juillet 2008 16:43

      @ Sandro

      je n’en reviens pas que vous connaissiez mon beau village de la fare les oliviers, village pagnolesque s’il en est !
      Helas, j’en suis loin aujourd’hui et pour un temps encore indéterminé, me voici, malgré moults tentatives de discrétes évasions, reléguée dans une chambre aménagée en hopital, en tunisie, auprés de ma famille inquiète et du coup insupportablement prévenante...et envahissante !C’est terrible cette volonté de décider de ce qui est bon ou pas pour un malade...fais ci, ne fais pas ça, bois ci,avale ça, repose toi, reste tranquille, éteint-cet-ordinateur-t -vas-te-faire-du-mal ect..ect...a croire que le siège de ma raison se trouve dans mes poumons plûtot que dans ma tête (qui elle va fort bien, merci !) et que suis donc incapable de m’occuper de moi, pfff (soupir exédé) !Remarquez, je suis sûre que si vous voyiez l’adorable infirmière qui tente de me raisonner vous vous trouveriez immédiatement une maladie justifiant ses soins attentifs !
      Bref, pardon pour cette disgression sans aucun intérêt pour vous, je voulais juste vous dire combien je suis heureuse que vous soyez resté, vous savez ce que je pense de votre talent...votre taiseux est toujours fiché dans mon coeur vous savez...

      amicalement


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 juillet 2008 12:13

      Ah te voilà .

      Bon , je lis .


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 juillet 2008 12:22

        Ouais , mais pendant que l’ illusion illusionne l’ otique donne quand-même une belle vue .

        Génial Sandro , merci...

        Nestor , en avant  !


      • snoopy86 25 juillet 2008 12:29

        Salut Sandro

        J’observe que le couillon de service a moinssé plus vite que son ombre...


        • Gül 25 juillet 2008 12:31

          Bonjour Sandro,

          Je suis ravie de voir que ce texte est enfin passé. Ouf !!

          Vous l’avez quelque peu modifié si je ne m’abuse ?

          En tous cas, c’est fort bien écrit comme d’habitude, plaisant à lire, une intrigue estivale de qualité.

          Amicalement.


          • maggie maggie 25 juillet 2008 12:57

            Comme quoi à force de pleurncher, on peut parvenir à se faire publier...


            • Olga Olga 25 juillet 2008 13:02

              Maggie

              Je crois que Sandro ne vous prendra pas, si par hasard vous le croisez avec le pouce levé...


            • maggie maggie 25 juillet 2008 13:09

              a Olga : Encore heureux, si c’est comme cela que Sandro négocie les services qu’il veut rendre aux jeunes femmes...


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 juillet 2008 13:14

              Maggie ,

              Vous devriez essayer un orgasme , des études sérieuses en démontrent le bien-être et la détente ...

              Nestor , une liqueur pour la Dame ...


            • Dame Jessica Dame Jessica 25 juillet 2008 13:17

              @ Cap’tain

              Bonjour cher Cap !Vous savez parler aux jeunes filles en fleurs vous ! Votre verve et vos calembours si fins me manquaient, j’ai eu peur que vous ne vous fussiez assagi...quel horreur !

              Trés amicalement


            • SANDRO FERRETTI SANDRO 25 juillet 2008 13:22

              @ Maggie
              Puisque vous abordez élégament le sujet, parlons en :
              Cet article m’avait été refusé hier au motif qu’il " n’avait pas de rapport direct avec l’actualité".
              J’ai fait observer, sous rubrique "modération" et par un échange ce matin avec Avox, qu’il était à la fois surprenant et maladroit d’invoquer ce motif, sous la rubrique "été léger, sérieux s’abstenir", vu que cette rubrique n’a PAR DEFINITION pas de rapport avec les faits d’actualité.
              De plus cette nouvelle est à la fois estivale, légère et pas sérieuse ni réelle, tout le monde le comprend bien.
              Ayant tout de méme un peu d’expérience sur le site, tant en articles publiés qu’en temps passé à la modération , j’estimais qu’il y avait une autre raison, allusivement évoquée dans l’illustration, et sur laquelle je ne vais pas davantage m’étendre ici, mais qui traite de la question sérieuse ( surtout si un jour vous devez modérer) de la censure ex. post des articles, indépendament de la volonté de l’auteur.

              Ce matin , les modérateurs ont convenu ( sans me donner le nombre de votants pour/ contre de la soumission initiale) qu’il y avait un problème, que la rubrique était par définition sans lien avec l’actualité , et que l’article était de nouveau soumis. Il l’a été, et suppose que le chorum de 6 modérateurs favorables a été obtenu.
              C’est tout. A bientot de vous lire et de modérer vos prochains articles, certainement brillants.


            • maggie maggie 25 juillet 2008 13:24

              @ Haddock.

              Merci je connais. Je connais suffisament d’ailleurs pour ne pas avoir à affliger les lecteurs d’Agoravox de commentaires ou d’articles lubriques. Car dans ce domaine-là, c’est ceux qui en parlent le moins qui en font et en connaissent le plus. Mais libre à vous de vous faire des idées et de croire que ceux et celles qui s’affichent le plus sont les plus épanoui(e)s. Pour ma part, j’ai passé l’âge de ce genre de démonstrations ridicules.


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 juillet 2008 13:28

              Bonjour Jessica Dame ,

              L’ assagissemnet n’ est pas d’ actualité , je viens de ramener les deux garçons 12 et 10 ans , de ma fille et leur maman à la gare après un petit séjour chez nous , j’ arrive à voir le doigt d ’honneur dans leur tête , par-contre , comme ils sont affectueux  !


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 juillet 2008 13:31

              Maggie , vous avez-vu la tronche que vous faites , si c ’est vous sur la photo , on comprend vos commentaires .


            • maggie maggie 25 juillet 2008 13:37

              @ haddock.

              Il est vrai que le personnage que vous avez choisi en avatar est connu pour sa joie de vivre et sa jovialité.  Pas grave, j’aime bien les râleurs, j’en ai un à la maison.


            • Olga Olga 25 juillet 2008 13:41

              Cap’taine

              Merci de ne pas vous en prendre trop durement à Maggie (qui n’a pas besoin de moi pour se défendre, mais bon, mon bon coeur...), qui est charmante et fort sympathique (malgré vos insinuations). J’aime beaucoup sa franchise, même si ça ne plaît pas à tout le monde.


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 juillet 2008 13:48

              Chère Olgatte ,

              La difficulté c ’est que j’ adore la prose de Sandro .


              Ai-je lu le post de Maggie à demi-maux ?


            • Gül 25 juillet 2008 14:02

              @ Maggie,

              Il y a un temps pour tout...

              Un temps pour le faire et un pour en parler. Et c’est en parlant beaucoup qu’on le fait le mieux ! smiley

              Vous avez peut-être passé l’âge des démonstrations ridicules, mais sans doute pas encore passé celui où l’on réalise qu’il n’y a ni démonstrations, ni ridicule dans tout cela. Juste le piquant nécessaire au pincements de coeur, aux images délicieuses, au plaisirs de la vie.

              Quant à l’article de Sandro, il a eu tout à fait raison de se battre pour sa publication, les raisons du refus ayant été plutôt surprenantes. Je vous invite, si vous ne l’avez déjà fait, à lire ses autres articles. Vous y trouverez une qualité d’écriture magnifique, un art du ressenti couché sur le papier. C’est incontestablement un des meilleurs auteurs d’AV, je ne souhaite pas du tout qu’il s’en aille ou qu’il ne soit plus publié. Je vois dans sa réaction, le déchirement à vif, de l’artiste face à son oeuvre repoussée.

              Cordialement.


            • SANDRO FERRETTI SANDRO 25 juillet 2008 14:19

              Gul,
              Merci de votre soutien, vous avez juste sur les raisons de mon coup de sang, seul le terme artiste me paraissant excessif. Je préfère celui d’artisan.
              Pour le reste, et pour clore le débat parralèle sur l’histoire de cette article, deux ou trois choses :

              1/ Ceux qui me connaissent dans la vraie vie ( par le cyber-monde) savent que je ne suis, ni par profession, ni par nature, un "pleurnicheur", comme le dit la p’tite dame plus haut. En revanche, prompt à détecter une magouille ou une injustice, oui.
              Je connais trop le temps moyen que met un article à étre refusé, ( le mien l’a été en quelques heures), j’ai trop lu ces dernières semaines , comme mes confrères, l’écran indigent des articles en modération (si on ne compte pas les pubs pour le Viagra, les tracts appellant à une manifestation, les fous de Dieu etc) pour savoir que là, il y eu un problème.

              2/ Pour étre très franc, cet article n’est pas celui dont je suis le plus fier, mais je l’ai pondu en 20 minutes, à la suite de l’affaire dite "de la pastèque", rien que pour mettre en illustration, à la place des habituelles filles nues racoleuses de clic, la miniature ci-dessus, en hommage au combat du Furtif.
              Certains, plus malins qu’on ne le pense, on du deviner mes desseins ...
              N’en parlons plus.


            • claude claude 25 juillet 2008 18:23

              tout pareil que gül !!!

              merci sandro pour ce joli conte coquin !

              heureuse de vous relire !

              tenez bon !

               smiley


            • Olga Olga 25 juillet 2008 12:59

              Une jeune et belle inconnue vous montre son pouce
              Et vous ne pensez qu’à vérifier si c’est une vraie rousse
              Forcément ça se gâte et on se retrouve à poil dans les vignes
              Heureusement les feuilles sont à portée de mains si l’on veut rester digne


              • SANDRO FERRETTI SANDRO 25 juillet 2008 17:45

                Bonjour, Olga
                Je me demande si vous (ou votre illustre avatar) n’étes pas obsédée par les rousses. Je n’y fait nullement allusion dans mon billet, seulement à un blonde accorte.
                Transfert ? Lapsus inconscient ?Réve éveillé ? Songe d’une nuit d’été ?

                Il faudrait que j’appelle Jack Le spécialiste. Un voyage en Suisse vous tenterait-il ?


              • Olga Olga 25 juillet 2008 20:25

                Bonsoir SANDRO

                Essayez de faire rimer pouce avec blonde et vous verrez que vous en viendrez vite aux rousses...


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 juillet 2008 13:06

                Super d’ avoir cité Dotor Danchar ,


                Plus que tout , Il a un espace à lui sur la nationale 7


                on the road again nous renvoie chaque fois à l’ immense Jack Kérouac et au non moins grand Bernard Lavilliers ...ça nous bourlingue dans la tête en Amérique du Sud à des notes de zigmu accrochées ...





                • SANDRO FERRETTI SANDRO 25 juillet 2008 16:16

                  Had,
                  Oui, c’est exactement comme cela que je vois l’article.
                  Tu devrais modérer, toi. Ca changerait....


                • TALL 25 juillet 2008 13:19

                  Très bien écrit, je trouve ...

                  Et c’est une leçon utile pour tous les mecs.

                  T’aurais dû sauter l’institutrice, c’est bon pour le moral après un coup pareil, ça revirilise smiley


                  • SANDRO FERRETTI SANDRO 25 juillet 2008 13:28

                    Oui, Tall, au delà de l’aspect humoristique de ce billet (sur un site qui a bien besoin, à mon sens de sortir de l’invective traditionnelle sur les Sarkoseries, modemeries , bravitudes, cours du brut et Islam/ versus Antisémistisme ), je souligne que cet article est hautement citoyen.

                    A l’heure où beaucoup s’apprètent à partir en vacances, il n’est pas inutile de rappeller les régles élémentaires de prudence quand la mariée parait trop belle.

                    Ce type de désagréments existe réellement depuis une bonne dizaine d’année, c’est un mode opératoire du vol comme un autre....


                  • snoopy86 25 juillet 2008 13:45

                    Salut dom

                    Morice c’est pas Big Mac, c’est plutôt Kebab. Dans un J7 en face du collége Salvador Allende à Tourcoing...


                  • snoopy86 25 juillet 2008 13:48

                    Chai pas....jamais goûté...

                    Mais plus conforme aux options idéologiques du censeur-résistant-estampillé...


                  • ASINUS 25 juillet 2008 13:56

                    article citoyen heu faudrait voir a pas pousser mémé....

                    nonobstant dans la rubrique été leger serieux s abstenir il ne denote pas,
                    distrayant un chouia hot , certain atrabilaire d autre fil devraient se l infuser

                    pour magie elle tatane sec j ai eu un avant gout en d autre post , perso je prefere les gens comme elle
                    chez moi on dit " franc du collier"

                    a vous relire Sandro


                  • JoëlP JoëlP 26 juillet 2008 10:41

                    >>>je souligne que cet article est hautement citoyen.

                    Citoyen ou pas, je suis très content que cet article ai pu être publié. Il est amusant et un peu de distraction en ces temps de chûte des bourses et d’érection des pompes à essence ne fait pas de mal. Je suis quand même un peu déçu pour l’institutrice qui ne doit pas avoir beaucoup d’occasions de faire reluire se carosserie.

                    On m’a refusé un article (tout aussi citoyen) * dans cette rubrique. Moi non plus, je ne pleurniche pas, la preuve j’en ai fait un deuxième (toujours en attente de votre bon coeur modérateur)

                    * On peut le lire ici au cas où. http://perinet.blogspirit.com/archive/2008/07/25/nez.html
                    Mettez un commentaire si, à vue de nez, vous le trouvez digne d’être publié ici.



                  • SANDRO FERRETTI SANDRO 26 juillet 2008 11:44

                    Je regarde cela.


                  • JoëlP JoëlP 27 juillet 2008 01:43

                    Merci Sandro.


                  • maxim maxim 25 juillet 2008 14:17

                    l’illustration me fait penser à la série des Martines ( là c’est Martine fait de l’auto stop )

                    en 1978 ,je travaillais en PACA ,et un jour,à Aix en Provence ,à la terrasse des 2 Garçons ,je prenais un verre ,un type que je connaissais s’arrête ,me dit bonjour ,nous avions des amis communs et me demande à propos d’une soirée " alors ,pour ce soir ,c’est d’accord ? "

                    je répond " non ,c’est pas possible ,j’ai un rdv de chantier dans l’après midi à Barcelonnette ,et ensuite je repars direction Grenoble ,je dois voir quelqu’un au Monestier ....

                    une femme la trentaine comme moi à l’époque ,en terrasse elle aussi .." excusez moi ,j’ai entendu que vous alliez à Barcelonnette ,je dois me rendre à Cueno en Italie ,est ce que vous pourriez m’emmener ? ,je participerai aux frais ...." 

                    elle était pas mal du tout ,belle brune ,habillée chic discret ,accent Italien ...

                    " c’est d’accord ,pour les frais ,c’est pas la peine ,je travaille pour la Shell ,je ne paie pas l’essence ! "

                    je l’attends pour quelle aille chercher son sac de voyage et en voiture .....

                    et nous voilà partis sur la route Napoléon ,à l’époque il y avait les radars barbecue ,et les appels de phares des autres automobilistes ,j’avais une Opel Commodore GS / E 2,8 litres 6 cylindres ,et ça dépotait pas mal sur la route ,ma passagère était en jupe ,petit haut léger ,lunettes de soleil ,elle me racontait sa vie avec son accent et son parfum ,l’instant était magique ( j’était marié aussi ...mais chut ...)
                    on se serait cru dans le Lelouch chabadabada .....

                    on s’est arrêtés pour déjeuner ,j’ai rêglé vu que j’avais mes frais de route et de représentation pris en charge pas la cie Shell Berre ......

                    nous avons repris la route ,tous joyeux ,nous avions vraiment sympathisé ,elle me demande à un moment " arrête toi ....." dans un soupir ..
                    j’avais le coeur battant ,je me suis dit ça y’est c’est dans la poche ,in the pocket !

                    elle s’est penchée vers moi ,et a vomi partout ,dans la bagnole ,sur mes fringues ,sur le tableau de bord et les sièges ,sur elle ,partout ,odeur en sus .......

                    on a ouvert les vitres ,elle était génée elle pleurait ,elle me proposait le nettoyage à ses frais ,nous sommes allés à Barcelonnette ,

                    j’avais mon rendez vous ,il a fallu que j’achète des fringues à l’arrache pour me changer ,que je me lave dans les lavabos d’un troquet ,que je m’ habille dans les chiottes ,le vrai merdier ....

                    j’ai perdu de vue ma belle Italienne dès que nous sommes descendus de la voiture ...

                    je ne sais pas ce qui se serait passé si il n’y avait pas eu cet incident ......

                    va savoir !


                    • snoopy86 25 juillet 2008 14:25

                      Italia Sempre !!!!


                    • SANDRO FERRETTI SANDRO 25 juillet 2008 14:27

                      Tu as raison, il y du Martine là-dedans, madeleines de nos mémoires.
                      Mais Martine (je le vois bien en les relisant avec mes filles)a tendance à trop montrer sa culotte sous la courte jupette, en ces temps politiquement corrects.
                      Donc, j’ai fais plus fort : une Martine en pantalon, comme ça , je suis complétement inattaquable...

                      Pour Asinus :
                      à mon sens, vaut mieux étre un peu osé dans le texte ( l’art de la litote est pas si simple que cela à manier, ca fait travailler les méninges, et ça nécessite au moins que les gens lisent le texte), plutot qu’une photo "hot", qui ne vise que le "clic", avec un texte vide ou écrit avec les pieds...
                      C’est du moins mon avis. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires