• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > People > Le méchant et la “tête à claques”

Le méchant et la “tête à claques”

Mettre deux personnages très médiatisés, perçus comme radicalement différents, côte à côte sur un divan blanc, face à des Français très « virtuels » pour les faire réagir sur leurs propres nombrils et sur les évènements du moment, telle est l’idée d’un “talk” sur France 2 toutes les semaines. Quand il s’agit d’Axel Khan et de Claude Allègre (la semainse dernière), il est possible de dépasser le niveau très moyen de Guillaume Durand assez facilement, quand, comme hier soir c’est au tour d’Alain Duhamel et de Stéphane Guillon, c’est beaucoup plus difficile. Le choix de ces deux « protagonistes aurait été dicté par une publication de livres respectifs (promo !) … Bon ! Et parce qu’ils seraient, chacun à sa manière des « chroniqueurs de l’actualité » … Moins sûr !

Comment comparer en effet, tout talent mis à part, un journaliste dont la profession est de donner des éléments (à discuter certes) d’appréciation d’une situation politique ou événementielle et un humoriste dont le seul impératif est de faire rire ? La télévision devient ainsi de plus en plus un outil tournant à vide sur lui-même, produisant des émissions sur des émissions, un exercice d’auto satisfaction, une psychothérapie interne. Hier soir, de surcroit, les deux « invités » étaient tellement accrochés à leur rôle respectif qu’il n’était plus question d’espérer le moindre échange un peu original, inédit.

Alain Duhamel avec sa « tête à claques » habituelle mais en vieux routier des plateaux eut quand même le mérite de reconnaître certaines de ses erreurs d’appréciation passées, celle de l’inexistence de Ségolène Royal par exemple, avant la primaire socialiste de 2007. La partie de tennis avec son frère Patrice et la narration de ses rapports privilégiés avec Mitterrand furent des moments sans grand intérêt mais au moins un peu nouveaux et quelquefois assez drôles.

Pour Stéphane Guyon c’est beaucoup plus simple et très triste ; un comble pour un humoriste qui se prétend comme tel. Il ne se trompe jamais, il n’est que la victime des « méchants » sarkozystes, son fonds de commerce c’est Sarkozy et l’on peut penser qu’il prie tous les jours pour sa réélection. C’est fou comme le sectarisme institutionnel rend triste …  

Lorsque des sujets d’actualité sont abordés, MAM et la diplomatie Française, la tournée récente sur les médias de DSK etc., Alain Duhamel nous délivre un remake de ses éditos parus ici ou là (il est prolixe), pour Guillon, il essaye d’être drôle mais sans succès. En effet, l’exercice est beaucoup plus difficile sans papier et en peu de mots et il ne peut que laisser transparaître que ce qu’il est véritablement : bête et méchant. Même sur le douloureux dossier Florence Cassez, en présence des parents de la condamnée mexicaine, il se plante et passe à côté de ce qu’il aurait pu dire d’intelligent, simplement pour faire rire (qui on se le demande ?) Alors que les parents effondrés disent tout le bien qu’ils ressentent de l’action du Président de la République en faveur de leur fille, Guyon trouve le moyen de placer une réflexion du genre dans un an le Président de la République aura changé (en France et au Mexique) et ça ira mieux … Il aurait pu aborder le fond, condamner par exemple une médiatisation abusive, contestable, voir même nuisible à la Française. Rien de tout ça : quand Sarkozy sera parti ça ira mieux est la seule réflexion que lui inspire cette polémique qui remet en cause dans bien des domaines « l’année du Mexique »

Guillon est une « imposture » complètement fabriqué par le PAF et ne vivant que du PAF, c’est en étant « viré » de France Inter qu’il a gagné son image de symbole de la liberté d’expression alors qu’il n’y a pas plus « convenu » que ce personnage parfaitement « construit », antipathique à mes yeux non pas pour son anti-sarkozysme primaire (on fait ce que l’on peut), mais aussi son « Besson gueule de fouine », son « DSK queutard », sa vulgarité intrinsèque. Guillon est un esprit vulgaire, c’est en tous les cas ce qu’il montre. Pense-t-il, suprême mépris, qu’il faut être vulgaire pour plaire ? Résumons son crédo, sa raison d’être : « Casse-toi pauvre con. Tu peux te représenter en 2012, tu n’auras pas ma voix comme tu ne l’as pas eu en 2007. Je souhaite que la France se réveille et qu’elle te crie à l’unisson « Casse-toi pauvre con ».C’est un peu faible pour demeurer longtemps en haut de l’affiche ; il aura du mal à se reconvertir une fois la parenthèse refermée. C’est très faible pour tenir un « direct » même sans réels contradicteurs, suffisant cependant pour étaler ses limites.

Le blog


Moyenne des avis sur cet article :  2.37/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Yvance77 25 février 2011 10:15

    Salut,

    J’ai zappé sur cette émission et je suis vite allé me coucher. Pénible à voir effectivement. Entre le dinosaure Duhamel qui sait de quel côté est beurrée la tartine et Stéphane Guillon qui me gêne, tout comme les présentateurs, deux bonnes truffes là aussi.

    Guillon me pose, un souci en fait. D’une part, son éviction est une atteinte flagrante à la liberté d’expression la plus totale. En cela, il devrait avoir le soutien de tous et de la justice qui aurait dû faire en sorte qu’il recouvre son poste à l’antenne.

    Mais et c’est là l’aspect qui me gène, il ne me fait pas rire du tout. Ou bien, je manque d’humour (possible) ou alors celui-ci est mort, en ce jour funeste de juin 1986 qui a vu volé Coluche vers un autre ailleurs (et je ne m’en suis pas remis).

    Toujours est-il que je conçois que faire rire est de tous les arts certainement le plus difficile, mais de là à nous intoxiquer avec de la médiocrité, il y a une marge.

    Plus globalement, je pense aussi qu’il y a un souci patent avec le rire, celui-ci est devenu très stéréotypé et calibré. Doit-on y voir la main des annonceurs et payeurs derrière cela ? Va savoir Charles !


    • King Al Batar King Al Batar 25 février 2011 10:26

      Bof, il est parfois drole, quand il va un peu loin....
      M’enfin, je n’aime pas trop sa posture victimaire, d’autant que comme l’a très intelligemment soulignée une des invités, il peut très bien aujourd’hui se faite embaucher dans le privé. On ne lui a pas coupé la parole aussi brutalement qu’on a pu le faire à Dieudonné (a tort ou a raison c’est un autre débat). On lui a gentillment expliqué que ses propos ne peuvent pas être tenu sur le service public....
      Je ne le trouve pas aussi vulgaire que ce que l’auteur dit. Il est assez brutal dans son humour. Il a bien fallu qu’il se trouve face à la floppée de comiques de la même génération que lui (Gad, Djamel, Dieudonné pour ne citer qu’eux...)
      Son style est assez agressif, mais pas méchant.
      On aime ou on aime pas, mais votre article est trop sévère, je trouve.


      • oncle archibald 25 février 2011 10:50

        J’ai regardé, je me suis barbé, j’ai fermé !


        • bernard29 bernard29 25 février 2011 11:26

          je ne regarde pas cette émission. Durand est complétement nul. Mais le simple fait que l’on invite en Guest stars face aux français Duhamel et Guillon, montre la déliquessence de la télé publique française. C’était bien sur France 2 non ?


          • FritzTheCat FritzTheCat 25 février 2011 15:15

            Guillon est un pur produit de cette goÔoche bobo à la Gaccio, résultat, il est aussi subversif qu’un curé de campagne sous la 3ieme République avec des « blagues » convenues, prévisibles et sans aucune prise de risque. Ce gars veut combler l’espace occupé en son temps par Guy Bedos, mais malheureusement, le talent en moins !


            Pour finir en paraphrasant l’auteur, Guillon est une véritable imposture.

            • Yvance77 25 février 2011 21:09

              Gaccio c’est une autre pointure faut cesser de dire des conneries même si vous êtes de droite. A force cela abime.


            • FritzTheCat FritzTheCat 26 février 2011 07:12

              @Yvance


              Guillon ne sera jamais aussi iconoclaste qu’un Leluron (quoique pas dans le même registre humoristique).
              Guillon ne sera jamais aussi fin qu’un Desproges .
              Guillon ne sera jamais aussi provocateur qu’un Coluche.

              En revanche (et à nouveau comme le dit l’auteur), sa posture victimaire de gentil bobo d’goche, aussi sincère qu’un arracheur de dents, passe bien sur les plateaux télé de Drucker à Denisot en passant par Durand.

            • L'Auvergnat L’Auvergnat 25 février 2011 17:57

              C’est tout de même mieux que l’émission de télé-réalité « face aux français » avec Tartufe et Pernaud


              • FrenchGreg 25 février 2011 18:27

                D’accord avec l’auteur, Guillon cherche à se donner une image de martyr, en tombant vraiment dans la facilité.

                C’est bien facile de taper sur Sarkozy qui serait son « contraire », alors qu’il a grandi à Neuilly.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires