• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > En France, cet hiver on skie  !

En France, cet hiver on skie  !

Après une saison d’hiver 2020 - 2021 totalement gâchée par la pandémie de COVID-19, skieurs et professionnels de la montagne comptent bien profiter au maximum de l’hiver 2022.

Amateurs de glisse, moniteurs de ski, restaurateurs, saisonniers… Comment se prépare une saison de ski qui s’annonce d’ores et déjà exceptionnelle.

vacances au ski

Pourquoi tout le monde attend cette nouvelle saison de ski  ?

Est-il besoin de le rappeler  ? 

Le 11 décembre 2020, le Conseil d’État confirmait les déclarations faites les semaines précédentes, et la plus grande peur des professionnels de la montagne devenait réalité : les remontées mécaniques resteraient fermées, la saison de ski était terminée avant d’avoir commencé.

Bien sûr, les stations sont restées ouvertes et les établissements ont pu accueillir les quelques touristes venus passer leurs vacances à la neige, même en absence de pistes de ski damées.

Le ski de randonnée a connu un grand succès, de même que les promenades en raquettes à neige, les descentes en luges, les balades en chien de traîneau…

Mais des vacances d’hiver à la montagne sans le ski, cela n’a pas la même saveur  !

Il faut dire que les 7 massifs montagneux de France constituent le plus grand domaine skiable au monde, et que l’on y retrouve les plus belles stations de ski. 

La fermeture des remontées mécaniques a bien entendu eu un impact économique fort sur les acteurs du secteur dont tout le monde a parlé, mais aussi un impact psychologique qui est longtemps resté ignoré.

Pour nombre de Français, l’hiver 2022 vient comme une libération.

Des skieurs amateurs privés de leur passion

Après les différents confinements, les amoureux de sport d’hiver espéraient un retour à la normale qui leur permettrait de relâcher la pression accumulée et de passer à autre chose. Las.

«  Cela a été un véritable coup de bambou derrière la tête  », se rappelle Rémi, un snowboard toulousain. «  On avait beau s’y attendre, on avait espéré… et puis, non. Pour moi, cette privation a été en quelque sorte plus dure que le confinement, car les autres pouvaient recommencer à avoir une vie plus normale, mais pas moi.  »

Une opinion partagée par Julie, une Parisienne originaire de Grenoble qui skie depuis sa plus tendre enfance. «  Le confinement, c’était une mesure qui s’appliquait à tous pour le bien général. La fermeture des stations de ski, cela a été une punition pour les amoureux de la montagne  ».

Des propos exagérés  ? Peut-être… Il n’empêche que cet hiver tous les amateurs de ski attendent l’arrivée des premières neiges, et nombre sont ceux qui ont déjà profité des ouvertures anticipées des stations d’altitude.

Les professionnels privés de travail

«  La montagne, c’est plus qu’un métier, c’est une passion, une manière de vivre.  »

Avec ces mots, Paco, moniteur de ski dans les Hautes-Alpes, résume sa façon de voir les choses, partagée par la majorité de ceux qui vivent à l’année dans les stations de ski.

«  Évidemment, au début on a tous pensé au manque à gagner, et on s’est posé des questions. Mais au final, on a réussi à s’en tirer, plus ou moins. Par contre, ne pas pouvoir travailler, se sentir inutile… cela a été difficile.  »

Une oisiveté mal vécue par de nombreux professionnels de la montagne, même si le tableau n’est pas si sombre, comme l’admet Paco.

«  Bien sûr, on a quand même travaillé. On a eu beaucoup de demandes sur le ski de rando, et j’ai pu accompagner quelques groupes en raquettes. Mais bon, c’est pas la même chose  !  »

Sans surprise, Paco et ses collègues attendent donc avec impatience l’arrivée des touristes, et se réjouissent de voir les réservations arriver.

«  Pour Noël, les cours collectifs de ski sont déjà presque tous réservés et les vacances de février s’annoncent bien. Cela me manquait d’apprendre le chasse-neige à des minots qui ne sont jamais montés sur des skis  !  »

Un hiver qui s’annonce bien

Certains craignaient qu’après la saison 2020-2021 annulée, les touristes soient attentistes et attendent le dernier moment pour voir quelle est la situation cet hiver.

Mais entre-temps la vaccination a changé la donne, la plupart des restrictions ont été levées, et les Français commencent à voir le bout du tunnel. Jamais ils n’ont été aussi enthousiastes et ils n’ont aucun doute que cet hiver sera celui du retour au ski.

«  Je n’imagine même pas une deuxième saison sans snowboard  », dit Rémi.

«  Cet hiver, je skie à Noël, et en février  », annonce Julie.

Du côté des hôteliers, on confirme que les réservations se font à un rythme soutenu et que les taux de remplissage sont bons. «  Il faut dire que l’on a investi pas mal pour faire de la pub, et que l’on a proposé de nombreuses offres promotionnelles à ceux qui réservent leur séjour en avance, quitte à perdre de la marge  », confie ce gérant de résidence de vacances d’une grande station des Pyrénées.

Une envie de ski partagée entre tous

Les amateurs de glisse et les professionnels de la montagne sont unanimes : cet hiver, on va skier coûte que coûte  !

Et c’est d’ailleurs bien ce point qui semble le plus intéressant. Alors que l’on a surtout mis en avant les pertes économiques liées à la fermeture des stations et à la crise sanitaire, on réalise aujourd’hui que tous les acteurs pensent plus à leur plaisir qu’à leur portefeuille :

  • Julie s’est fait un petit plaisir en s’achetant du matériel neuf
  • Rémi a réservé son logement dans une station des Alpes dont il rêve depuis longtemps
  • Les hôteliers, restaurateurs et loueurs de matériel n’hésitent pas à casser les prix
  • Les collectivités locales investissent pour accueillir les touristes dans les meilleures conditions.

Tous ces signes ne trompent pas : les Français attendent cette nouvelle saison de ski avec impatience. Espérons que la neige soit au rendez-vous 


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Albert123 16 février 17:30

    effectivement les signes ne trompent pas, 

    l’esclave collabo injecté est content, il peut de nouveau faire le gland sur les pistes de ski avant de fourrer son bulletin de larbin en faveur de son négrier favori.


    • Yann Esteveny 16 février 17:56

      Message Albert123,

      Le ski est devenu le marqueur social permettant d’exhiber son argent et son QR Code !

      Respectueusement


    • Sergio Sergio 16 février 17:32

       ’Espérons que la neige soit au rendez-vous

      Y en a qui pleure parce qu’il y a trop de neige, et d’autres qui pensent le contraire. 

      Jan Vanek, guitariste de jazz disait :

      « c’est fantastique, un jour au matin quand je me suis réveillé, je me suis aperçu que des tonnes de neige étaient tombées et je n’avais rien entendu, que du silence … »


      • Fergus Fergus 16 février 17:32

        Bonjour, Florent

        « tout le monde attend cette nouvelle saison de ski »

        « Tout le monde » ? Vraiment ?

        Certes, nous sommes contents pour Julie et Rémi.

        De là à dire que « les Français attendent cette nouvelle saison de ski avec impatience », c’est évidemment faux : le ski ne concerne qu’une petite minorité de nos concitoyens !



        • troletbuse troletbuse 16 février 21:37

          @Fergus
          Tant pis pour les Riens ou les Sans-Dents qui croient à la pandémie.  smiley


        • jacqcroquant 16 février 18:17

          Pendant les nuits longues enneigées silencieusement vous pourrez en profiter pour réfléchir à vos 3 doses qui vous permettent de skier https://app.videas.fr/embed/dacba36e-fd98-4347-87df-49f7d56d96af/#


          • troletbuse troletbuse 16 février 19:29

            Après une saison d’hiver 2020 - 2021 totalement gâchée par la pandémie de COVID-19,

            Pas du tout. C’était prévu dans le complot.
            J’ai fait du ski durant 25 ans dans les 3 vallées et je comprend que cela a du être dur de s’en passer.
            Mais le but étant de vendre du waxxin, je suppose qu’il faut le passe nazitaire et peut-être la muselière.
            Sans compter la perte de devises du au manque de vacanciers anglais, allemands, italiens, russes, etc..
            Enfin, le Poudré a bien été nommé pour couler la France.

            • sylvie 16 février 19:42

              On dira : publireportage ?


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 février 20:05

                J’aime po la neige , j’aime po la montagne.


                • Sergio Sergio 17 février 13:06

                  @Aita Pea Pea

                  Salut nous la montagne c’est l’terril

                  https://mineurdefond.fr/img/galibots/galibotterril01.gif


                • Louis Louis 16 février 21:12

                  Bonjour chef de projet marketing

                  Vous êtes un « start up nation » macroniste

                  Tin cadeau https://infovf.com/video/fin-monde-covid—11866.html

                  Young global leader


                  • troletbuse troletbuse 16 février 21:35

                    @Louis
                    Tu m’as juste devancé. Je voulais la mettre à l’instant.
                    Malheureusement, trop fatigant à regarder pour les contoutcourts.


                  • lecoindubonsens lecoindubonsens 17 février 15:42

                    « au début on a tous pensé au manque à gagner, Mais au final, on a réussi à s’en tirer, ...Bien sûr, on a quand même travaillé »

                    Pour le « manque à gagner », certes le « quoi qu’il en coûte » a permis malgré tout un pouvoir d’achat pour ceux privés de revenus par les décisions gouvernementales.


                    Pour ceux ... mais pas pour tous !!!
                    Pour avoir une retraite complémentaire, certains avaient fait le choix d’investir dans de l’immobilier locatif (l’economie réelle) station de ski au lieu d’investir dans des fonds de pension (economie virtuelle).

                    Ceux ayant investi dans des fonds de pension (economie virtuelle)

                    s’en tirent bien (CAC au plus haut !)

                    Ceux ayant investi

                    dans de l’immobilier locatif (l’economie réelle) ont eu pendant presque 2 ans un revenu complémentaire nul (fermeture des stations en 2020 puis fermeture remontées en 2021)

                    Le quoi qu’il en coûte a fait des victimes côté retraités : toujours bons a payer (CSG, hausse retraite < inflation, etc.), mais oubliés pour les aides !

                    Autre conclusion : le gouvernement préfère l’économie virtuelle et les traders à l’économie réelle et aux pros de la montagnes

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité