• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > L’UEFA et le PSG : une attente fébrile ?

L’UEFA et le PSG : une attente fébrile ?

Dans l'attente d'une décision de l'UEFA à propos des transferts dont a bénéficié le PSG, avec le brésilien Neymar Junior et le français Kylian Mbappé.

Nous suivrons avec attention l’enquête ouverte par l’UEFA au cours de l’été 2017 au sujet des transferts records orchestrés par ce dernier club parisien, en attirant le brésilien Neymar Junior, en provenance du FC Barcelone et le français Kylian Mbappé, arrivant de l’AS Monaco. Celle-ci déterminera si le club-phare du foot français a contourné ou non les règles du fair-play financier à l’aide de montages juridiques, afin d’engager ces sportifs ; si un comportement frauduleux était avéré, on pourrait se demander si l’UEFA prendrait le risque de sanctionner sévèrement le PSG, en le privant par exemple de toutes compétitions européennes pendant une période précise, alors qu’il constitue un club « vitrine » de sa compétition majeure. Une telle décision pourrait en effet se traduire par un désintéressement du public et de ses partenaires commerciaux. Toutefois nous pouvons d’ores-et-déjà apporter un élément de réponse.

La venue du joueur brésilien ne constitue pas techniquement un véritable transfert puisque Neymar Junior s’est délié de ses obligations avec le club espagnol en lui versant le montant de la clause libératoire fixée dans son contrat de travail, soit 222 millions euros. De plus cette somme fut versée non pas par le club parisien au club catalan mais par le joueur lui-même, ce qui signifie bien qu’il était devenu un joueur libre. Comptablement cette opération ne se traduit par aucune inscription dans le registre des dépenses du PSG, qui ne devra mentionner que le montant du salaire versé au joueur. Toutefois un tel montage semble complexe et peut-être mystérieux. Nous pouvons en effet redouter que l’UEFA considère que l’argent versé par le club dans les mains du sportif le fut par une partie « liée ».

Le second transfert se présente différemment puisque le joueur de nationalité française Kylian Mbappé fit l’objet d’un prêt d’un an avec option d’achat ; si la condition suspensive se réalisait, le montant de l’indemnité de transfert s’élèverait à 180 millions d’euros. En conséquence ce transfert s’exprimerait comptablement à partir de la saison 2018-2019. Le PSG devrait commencer à amortir cette somme à proportion du nombre de mois restant avant la fin de l’exercice comptable. Apparemment les différents montages juridiques du PSG au cours de l’été 2017 semblent – mais semblent seulement - respecter les règles du fair-play financier.

La Chambre de d’instruction de l’organisme de contrôle financier des clubs de l’UEFA restera seule juge pour considérer si ses règlements furent contournés.


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 9 septembre 07:17

    (Nous suivrons avec attention l’enquête ouverte par l’UEFA)... ?

    pauvre malade.. !
    Vous regardez des « cons » en caleçons (payés des fortunes) courir après un ballon ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès