• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Maffia Foot

Comment peut-on les applaudir ?

C’est maintenant public, dans le top 5 des clubs les plus riches (et donc les plus endettés) nos vedettes adulées du foot gagnent en moyenne 600.000 euros. Pas 600.000 euros par an, mais 600.000 euros par mois ! Et pour le top du top c’est deux fois plus : ça fait donc 1,2 million d’euros par mois, soit 14 millions d’euros par an.

Pour bien fixer les choses : un smicard qui gagne 1.200 euros par mois, rapportés aux 600.000 euros de salaire mensuel de notre vedette (cf : ci-dessus) ne gagne que… 0,20% ! de son salaire. C’est-à-dire qu’il faut aligner le salaire mensuel de 500 types pour atteindre le salaire de notre vedette. Et pour atteindre celui qui est au top il en faut 1.000 ! C’est dire que pour un match au sommet, avec 2 fois 15 stars à plus d’un million d’euros/mois, il faut environ 30.000 smicards dans le stade pour payer les salaires mensuels des 30 types. Et ce ne n’est que la part salariale : à cela s’ajoute les contributions des sponsors, les ménages faits de ci-delà et les primes à l’occasion des transferts. On ne sait pas tout… Mais on rejoint les happy few de la NBA, de la F1… pour dépasser, quand on est au top du top, les 50 millions d’euros de revenus par an.

Si l’on prend l’ensemble des revenus des joueurs professionnels de la Ligue 1 ces chiffres seront revus à la baisse, mais on restera dans ce monde merveilleux où l’argent se ramasse à la pelle, plus facilement que les feuilles mortes… Les impôts n’affectent que très peu ces montants, des montages off-shore sont là pour épargner à ces heureux bénéficiaires de contribuer au budget de l’Etat qui les protège, les soigne, éduque leurs enfants etc.

On peut d’ailleurs compléter le tableau en ajoutant les entraîneurs qui sont aussi sous la douche pour être arrosés comme les joueurs… ainsi que les dirigeants et une foultitude de collaborateurs aussi indispensables au système que les gradins des stades et la téloche. Une mentions particulière doit être faite aux « Agents de joueurs » qui animent ce qui dans la Rome antique s’appelait le marché aux esclaves (gladiateurs) et touchent des commissions à la hauteur de leurs talents d’arnaqueurs. Pour un transfert de plus de 100 millions d’euros, on a lu dans la presse que l’Agent du joueur avait obtenu une commission de l’ordre de 25 millions d’euros. Pourquoi des intermédiaires pour ces transferts, alors que la chose peut se faire sans eux ? Evidemment cela n’interdit pas de s’interroger sur le prix du joueur sur la balance… Une particularité assez remarquable : les entraineurs touchent le pactole quand ils se font virer ; leurs contrats comprennent des indemnités de rupture stratosphériques qui sont appliquées dès qu’ils réussissent à avoir suffisamment de mauvais résultats, ce qui est assez facile. Si je gagne, je gagne, mais quand je perds je gagne encore plus ! Quand on franchi les bornes il n’y a plus de limites… (et réciproquement).

D’où vient l’argent ? Question idiote, de la télé bien sûr ! Et où la télé trouve-t-elle cet argent ? Dans la pub et le sponsoring bien sûr !, la billetterie payant les besogneux qui tondent la pelouse et nettoient les gradins. Et l’argent de la pub et du sponsoring, c’est nous tous, consommateurs avisés, (et donc aussi notre smicard) qui le versons à travers nos achats de vêtements, de voitures, de nourriture, de vacances, de services bancaires, etc. Il y a comme une « TVA sport » pour alimenter le système qui profite à un ou deux milliers de personnes en France… C’est génial ! A Naples la maffia n’a jamais réussi à monter un business aussi profitable, d’autant que c’est une activité pérenne qui a le soutien de l’Etat qui construit des stades, distribue des subventions sous les yeux du Chef qui assiste aux matchs comme un Empereur romain aux Jeux du Cirque. Et quand l’Equipe de France gagne, c’est l’orgasme médiatique : défilé sur les Champs, interviews en prime time ! L’orgasme ! « C’est de bonne augure pour la suite », disent ceux qui palpent !

Vive le sport ! dit le commentateur spécialisé foot.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 31 décembre 2016 15:12

    « Pour bien fixer les choses : un smicard qui gagne 1.200 euros par mois, rapportés aux 600.000 euros de salaire mensuel de notre vedette (cf : ci-dessus) ne gagne que… 0,20% ! de son salaire... »

     
    Ben ouais.
    Mais faudrait pas oublier que l’essentiel des « supporters » patentés qui claquent une partie de leur SMIC est justement ces pauvres cons de smicards.
    Faut les voir avec leurs écharpes aux couleurs de leur club fétiches, leur pare-soleil tout pareil, leurs petites godasses de foot qui pendouillent à leur rétroviseur, et (cerise sur le gâteau) leur panoplie hors de prix avec le maillot du numéro 10 quand ils se rendent (grâce à leur abonnement) dans un stade de merde voir se tortiller par-terre leurs danseuses favorites.

    Qu’est-ce que vous voulez, mon bon Monsieur, rien n’a changé depuis la nuit des temps. Le pauvre est con (et je le déplore chaque jour), pour son « bonheur » il ne demande rien d’autre que du pain et des jeux... 
     
    Ah oui, (et même si c’est anecdotique) un smicard, ça gagne même pas 1200 euros par mois... 

    Bon sinon, j’suis globalement d’accord avec vous sur cet invraisemblable scandale.

    • mmbbb 31 décembre 2016 16:04

      le foot est une religion et comme sous l empire romain, le peuple adore ses idoles . 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires