• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Pour ou contre le tie-break au 5e set en Grand Chelem

Pour ou contre le tie-break au 5e set en Grand Chelem

Après l'US Open depuis les années 70, l'Open d'Australie et Wimbledon ont décidé, suite aux matches Isner / Mahut (70-68 au 5e set du 1er tour de Wimbledon 2010), Anderson / Federer (15-13 en quart de finale de Wimbledon 2018) et Anderson / Isner (26-24 en demi-finale de Wimbledon 2018), de mettre en place un tie-break au 5e set. Alors, réforme ou hérésie ?

JPEG

Jeudi 24 juin 2010, Court n°18 du All England Club ... L'Américain John Isner bat Nicolas Mahut 70-68 au 1er tour des Internationaux de Grande-Bretagne, portant enfin l'estocade décisive à son rival français. Ce simple match de Wimbledon s'est mué en feuilleton de 11 heures et 5 minutes de tennis, dont 8 heures et 11 minutes pour le seul cinquième set. Ce match hallucinant par sa longueur éclipsera même la visite à Wimbledon de la reine Elizabeth II, qui n'était pas venue sur le prestigieux tournoi londonien depuis l'édition 1977, au temps de Borg et Connors !

Match exceptionnel par sa durée, l'OVNI Isner / Mahut ne l'était pas par sa qualité (les deux joueurs se retrouveront au même stade de la compétion en 2011 à Wimbledon, l'Américain réglant l'affaire en trois sets). Les répliques du séisme auront lieu en 2018. Le Sud-Africain Kevin Anderson se qualifie pour la finale après deux matches marathon gagnés contre Roger Federer en quart de finale, puis devant John Isner en demie. Personne n'aurait parié un kopeck sur lui avant d'affronter l'octuple tenant du titre, mais Anderson avait tenu le choc, enfonçant le clou contre Isner.

Cette fois, la coupe est pleine, car l'autre demie entre Novak Djokovic et Rafael Nadal doit se finir le samedi, avec une victoire du Serbe 10-8 au cinquième set, qui marque son retour au top pour cannibaliser de nouveau le circuit ATP, qu'il avait fait passer sous ses fourches caudines entre octobre 2014 et juin 2016 ...

Comment expliquer aux spectateurs du vendredi qu'ils n'ont pu voir la fin de ce match gigantesque que fut Nadal / Djokovic (sans doute le plus beau match masculin de toute l'année 2018) s'ils ne pouvaient revenir le samedi ? Comment aussi justifier que ces mêmes spectateurs de Wimbledon ont manqué la plus belle partie de ce match, en l'occurrence le cinquième set gagné 10-8 par le Djoker avec un refus viscéral de la défaite des deux côtés du filet ? Si le gaucher majorquin a finalement rendu les armes après une haute lutte de forte intensité en quarts contre Juan Martin Del Potro, Novak Djokovic ne pouvait guère le toiser lors de la poignée de mains, vu l'écart aussi infime que du papier à cigarette entre les deux hommes ce jour là.

Wimbledon, comme l'Open d'Australie et l'US Open, a vaincu la pluie en installant un toit sur son court central. La dernière jouée finale joue à Londres sans toit fut le mythique Nadal / Federer de 2008, gagné 9-7 par l'Espagnol au cinquième set, mettant fin à cinq années d'hégémonie du maestro bâlois dans son jardin anglais.

Mais ce qui a rendu cette finale 2008 extraoardinaire, tel un millésime exceptionnel, un très grand cru, c'est sa qualité de jeu avec pour sommet une quatrième manche gagnée in extremis par le virtuose de Bâle face au Taureau de Manacor, son nouvel épouvantail. De même qu'en 1980, le tie-break du quatrième set gagné par John McEnroe avait constitué le pinacle émotionnel d'une finale d'anthologie gagné par son rival suédois Bjorn Borg, autre madeleine de Proust ayant offert des montagnes russes d'adrénaline au public de Wimby.

La qualité du spectacle doit primer sur la longueur. Pourquoi s'infliger des prolongations qui n'apportent souvent pas grand chose au vu de la fatigue des joueurs ? C'est le plus résistant physiquement et mentalement qui l'emporte souvent, dressant la guillotine après une avalanche d'aces et d'échanges minimalistes qui peuvent confiner à l'overdose, loin de rallyes sublimes où l'on se consume d'impatience de voir le point suivant, où seules les obligations sociales et naturelles doivent priver le spectateur de cette parenthèse enchantée au milieu des servitudes de la vie quotidienne.

Le money time des matches à rallonge sont souvent bien loin de ces paradis célestes où les deux protagonistes tutoyent la perfection et méritent tous les superlatifs, tel le climax Federer / Djokovic de 2011 à Roland-Garros. Tous deux nourris au nectar et à l'ambroisie par les féés du destin, le Goliath suisse comme le Pantagruel serbe avaient croisé le fer jusqu'au crépuscule, pérennisant les coups de génie tout au long d'un match stratosphérique pour ne pas dire stellaire. L'épilogue de ces matches marathon est souvent une lente agonie.

Et le respect du spectateur doit primer, n'en déplaise aux ayatollahs du jeu et autres nostalgiques du tennis de Bill Tilden, Jean Borotra et Ken Rosewall. A quoi sert-il de garantir un match sous le toit de Wimbledon ou de la Rod Laver Arena en cas de pluie s'il ne se termine pas à cause d'une règle devenue obsolète au fil des décennies, sous l'influence d'un sport de plus en plus professionnalisé, règlementé et médiatisé ? Le public plébiscitera toujours la qualité plutôt que la quantité, en tennis comme en cinéma. Imaginez un concert où une longue litanie de chansons indigestes succède aux plus grands tubes d'un artiste, on voit mal le public applaudir à tout rompre pour le rappel.

Certes, les détracteurs du tie-break pourront arguer que le sujet concerne moin de 1 % des matches joués en trois sets gagnants, et que le dernier set doit se gagner avec deux jeux d'écarts. Mais dans ce cas là, il faut être cohérent, le tie-break lui-même imposé depuis 1973 par les télévisions est une hérésie. On pourra aussi opposer à ce changement que le fait d'avoir un jeu décisif au cinquième set peut permettre de gagner cette manche décisive sans breaker son adversaire, ce qui est un franchissement du Rubicon pour les plus orthodoxes, pour ceux qui ont les yeux de Chimène pour le tennis de jadis. Pour tous ces garants de la tradition, le cinquième set sans tie-break est un totem. Mais il faut parfois savoir les abattre pour instaurer un juge de paix plus moderne et non moins légitime.

Dans ces conditions, le fait que l'Open d'Australie et Wimbledon aient réformé leurs règles en 2018 après la double jurisprudence Kevin Anderson, qualifié pour la finale à Londres après deux victoires à la Pyrrhus tant les pertes d'énergie étaient colossales. Son rival serbe Novak Djokovic avait lui eu moins de récupération, finissant sa demie le samedi après-midi, du fait de la durée exceptionnelle du bras de fer Anderson / Isner.
L'US Open autorisait lui un tie-break au cinquième set depuis les années 70, mais Flushing a toujours été un tournoi à part, avec ses odeurs de burger, ses night sessions, son Super Saturday et le bruit des avions de la Guardia, l'aéroport voisin dans le district new-yorkais du Queen's.

Le tournoi américain était le Nouveau Monde, la révolution copernicienne face au temple du tennis Wimbledon, avec son gazon, surface d'origine du tennis, son dimanche chômé et ses tenues blanches immaculées. Perché dans sa tour d'ivoire, Wimbledon est cependant le gardien du temple, de la tradition, la boussole du tennis, son soleil, son sphinx, son alpha et son oméga. Il est donc logique que le conservatisme y soit de rigueur, et que les aggiornamentos soient rares au sud-ouest de Londres.

Il est surtout dommageable que les quatre tournois du Grand Chelem ne soient pas alignés sur des points de règlement aussi fondamentaux, seul Roland-Garros n'ayant pas instauré de jeu décisif au cinquième set ... Mais le Grand Chelem parisien, qui est en plein renouveau du côté de la Porte d'Auteuil avec l'extension arrachée de haute lutte face aux Jardin des Serres d'Auteuil, est coutumier des serpents de mer et des utopies ...

Mais attention, l'usine à gaz a produit un Léviathan complexe, car les règlements diffèrent encore entre New York, Londres et Melbourne. Au concours Lépine des idées divergentes, le tennis a encore obtenu la palme d'or, telle une armée mexicaine incapable de discipline d'ensemble. Chacun joue sa partition façon électron libre ou feu follet insaisissable.

Au pays des kangourous, il y aura dès l'édition 2019 un super tie-break à 6-6 au cinquième set : le vainqueur sera le premier ayant atteint 10 points (avec deux points d'écart).

A Wimbledon, l'édition 2019 inaugurera un tie-break à 12-12, garantissant un compromis entre la durée raisonnable d'un match (un score de 12-12 faisant office de sixième set) et le spectacle à offrir aux fans.

Quant à l'US Open, il restera sur son tie-break standard à 6-6. Rien de nouveau du côté de Big Apple, passé au format 2.0 depuis belle lurette.

Les problème du tennis sont autres, et Australiens comme Anglais ont bien fait de ne pas se tromper de combat en changeant rapidement leurs règles : mieux répartir un prize money trop exponentiel, élaguer un calendrier démentiel qui ne laisse que décembre en jachère, lutter contre le dopage, lutter contre les matches truqués du circuit ATP, protéger la santé des joueurs de la canicule à Flushing Meadows et à Melbourne Park (en instaurant au delà de 35°C une pause de cinq minutes entre chaque set, chez les dames comme les messieurs), défendre le format en 3 sets gagnants et ne pas aller vers les mini-sets testés au Masters U21 Next Gen depuis 2017 à Milan ...

La Lombardie ne doit pas devenir le laboratoire d'un futur ubuesque pour la petite balle jaune, et ne pas toucher à l'ADN du jeu, ce qui fait sa substantifique moelle ...


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 12 janvier 16:41

    Bonjour, Axel

    Je suis 100 % d’accord avec l’instauration du super tie-break au 5e set.

    Même si les cas de 5e set interminable sont rares, à quoi rime d’infliger des parties sans fin à des athlètes engagés dans des compétitions physiquement très dures ? D’autant plus que nombre de ceux qui sont confrontés à de telles prolongations ne sont de facto plus en mesure de récupérer pour aborder le tour suivant, ce qui fausse incontestablement la compétition.

    Un grand merci aux Australiens pour leur lucidité !


    • Axel_Borg Axel_Borg 12 janvier 18:37

      @Fergus,

      En effet, cela va dans le bon sens, encore une fois qualité et quantité sont à décorréler.

      Les kangourous n’ont de cesse, depuis que Wilander a remis le tournoi au goût du jour en 1983, d’être le GC le plus moderne : d’abord des installations très modernes à Melbourne et un espace gigantesque, ensuite le toit de la Rod Laver Arena ... 

      Certes l’US Open était pionnier sur le tie-break, mais les Australiens ont vite tiré la leçon des cuvées de Wimbledon 2010 et 2018.


    • julius 1ER 12 janvier 17:54

      au vu de ce qui c’est passé à Wimbledon cette année avec une finale au rabais tellement Anderson était cuit, je pensais que les responsables des 4 majeurs allaient se concerter pour qu’il y ait une certaine unité de fait pour conclure les 5 sets ....

      or rien de cela Wimby a quand même réalisé que cela faisait quand -même un peu désordre que cette finale tronquée ... mais où les places sont très très chères ce jour -là.... pauvres spectateurs dont nous-mêmes d’ailleurs qui avons vu dès les 1ers échanges que Anderson était en dessous de son niveau .... moi j’appelle cela 

      le syndrome Wawrinka qui a été dans une situation comparable à RG après avoir atteint la finale de la décima pour Nadal .... le pauvre Stan ayant été laminé par Murray alors No1 mondial (dont personne ne parlait d’ailleurs ) tant le monde médiatique jouait de la grosse caisse pour cet exploit de Nadal un peu téléphoné quand-même ..... et pour Stan 4H 50 de match sur 2 jours si je me souviens bien et 2ie demie pour Murray qui avait eu bien peu d’écho pourtant être 2 fois de suite en 1/2 à RG n’a rien du hasard et doit imposer le respect .... 

      je pense que l’on va plus parler de A Murray maintenant qu’il est tout près de mettre un terme à sa carrière ... c’est assez injuste pour être signalé mais bon les contradictions sont de ce monde et dans le domaine des contradictions il y en a de telles monumentales que je me demande si l’intelligence ou le bon sens sont encore de ce monde ???????

      prenons en une au hasard Wimby après un énorme « brainstorming »décide d’abréger les matchs au 5ie set avec un tie-break à 12/12 ce qui équivaut quand -même à un set de plus sans parler du tie-break qui allonge encore la sauce .... 

      mais au nom de quoi finalement car il faudrait quand-même se souvenir que les dotations de ce tournoi sont depuis quelques années maintenant les mêmes pour les garçons et les filles .... et c’est sans doute au nom de la parité que les filles en finale en général empochent plus de 2 millions d’euros pour 1 h de match en moyenne ... et cela ne choque guère de monde ...

      alors que le tennisman-gladiateur devra batailler 6 sets plus un tie-break pour finir si le niveau est assez égal chez 2 joueurs .... et toujours pas de matchs en 5 sets pour les femmes ....étrange non .. alors la parité ne s’applique que pour les dotations ??

      il y a là une grande incohérence mais ceci pourrait s’appliquer pour tous les tournois de grands chelems .....personnellement je ne souhaite pas voir les filles jouer en 3 sets gagnants car le spectacle ne sera pas au rendez-vous, ????

      mais alors de grâce généralisez la formule du super-tie-break au 5 ie set pour que au moins le tour suivant on n’ait pas des joueurs carbonisés par des matchs à rallonge .... à cet égard le pauvre Anderson à son corps-défendant a parfaitement illustré toute cette problématique et ce n’est pas dû au hasard mais bien au fait que la hiérarchie du tennis s’est tellement resserrée que ce genre de match si le règlement n’est pas modifié va arriver de plus en plus souvent et ce au détriment du spectacle .... et le tennis bien qu’étant un sport est aussi un spectacle !!!!!

      pendant que nous y sommes, abroger cette règle du Let au service sera un immense progrès .... surtout pour les sourds car rejouer les points chaque fois que la balle effleure le filet au service sans que cela ait de réelle conséquence sur la suite du jeu ( la plupart du temps il en est ainsi ) alors puisqu’il souffle un vent de réforme pour ce sport, profitons -en pour faire le dépoussiérage nécessaire !!!


      • Fergus Fergus 12 janvier 18:43

        Bonjour, julius 1ER

        « alors que le tennisman-gladiateur devra batailler 6 sets plus un tie-break pour finir si le niveau est assez égal chez 2 joueurs .... et toujours pas de matchs en 5 sets pour les femmes ....étrange non .. alors la parité ne s’applique que pour les dotations ? »

        Un sujet qui m’interpelle depuis des années. Après avoir écrit un premier article en 2011, j’en ai rédigé un nouveau en 2014 : Tennis : une criante inégalité hommes-femmes.

        D’accord avec vous également pour supprimer la balle « let » à rejouer. 


      • Axel_Borg Axel_Borg 12 janvier 18:45

        @julius 1ER,

        Même sans le match marathon contre Murray en 2017, pas certain que Wawrinka eut pu vaincre Nadal pour la Decima. Mais clairement cela n’a pas aidé le Vaudois dans sa quête d’un 2e titre à Roland-Garros.

        Pour Kevin Anderson, je veux relativiser car certes il a enchaîné 2 énormes matches en 5 sets lors du dernier Wimbledon. Mais Djokovic a eu 24h de récupération en moins en finissant à 10-8 contre Nadal, laissant un influx nerveux énorme car on ne sort jamais indemne d’un tel bras de fer contre l’Espagnol.

        Le respect du public n’a jamais été dans les principes de Wimbledon, entre les têtes de série magouillées par le All England Club au mépris du classement ATP (ce qui amena au boycott du tournoi par des Espagnols en 2001) sans parler de la tradition du dimanche chômé, qui certes permet de faire respirer le gazon, mais parfois maintenue alors que la pluie avait causé déjà un retard énorme sur le planning des matches ...
        Sans parler du fait que la finale 2018 avait été planifiée à l’horaire habituel, sans tenir compte de la finale de la Coupe du Monde de football à Moscou le même jour ...
        Wimbledon est le berceau du tennis et ils n’en ont rien à faire de ce que pense le public, cela dure depuis Mathusalem ...

        Pour les dotations égales entre hommes et femmes, je n’ai pas de problème avec cela à titre personnel. 

        La réforme la plus urgente, outre le serpent de mer du calendrier, me semble être l’instauration d’une pause de 5 minutes entre chaque set quand le thermomètre dépasse 35°C, et de 10 minutes s’il dépasse les 40°C (avant de suspendre le match si la température de 40°C dure plus de deux sets).

        Comme le disait Diego Schwartzman au dernier US Open, les organisateurs de GC / ATP / ITF réagiront quand il y aura un mort sur un court ...


      • julius 1ER 13 janvier 09:14

        @Fergus
        salut Fergus je pense que tu auras bien compris que je me moque un peu des dirigeants de Wimby( tournoi fantastique au demeurant) car ce tournoi a été pathétique surtout pour Anderson qui aurait dû gagner ce tournoi en 2018 s’il avait eu un tableau un peu moins dur car son match contre Fed a été très dur mais celui contre Isner encore plus (car j’ai trouvé Isner très bon en 2018 sur ce tournoi) et on oublie aussi son match contre Monfils au couteau en 1/8 ... 3 tie-breaks et un 7/5 ... il s’en est fallu de peu pour que Monfils renvoie Anderson au vestiaire cela a été certainement le meilleur Wimby de la part de Monfils qui avait réalisé un excellent tournoi de prépa à Antalya et pour quelqu’un n’aimant pas le gazon il a certainement été plus que bon en 2018 sur cette surface !!!
        et là je pense que pour Anderson successivement Monfils, Fed, Isner et pour finir Djoko le dernier de la liste était de trop mais pour Djoko hormis sa 1/2 contre Nadal le parcours avait été plutôt tranquille !!!! 
        je ne peux m’empêcher de penser que Anderson aurait pu gagner Wimby en 2018
        et qu’il a été « cramé » pour la finale et que bien que n’étant pas fan de celui-ci je l’avais trouvé impressionnant de constance dans l’effort pour reprendre une expression chère à notre bien-aimé Président de la République !!!!


      • julius 1ER 13 janvier 08:44

        on n ’a pas tout à fait le même jugement, ni la même vision par rapport au parcours de Anderson à Wimb ou Wawrinka à RG mais sur l’ensemble on peut faire le même constat.... les matchs à rallonge sont préjudiciables et pour la qualité du jeu .... et pour la santé des joueurs c’est d’autant plus vrai que l’on sait que les joueurs qui auront fait des matchs trop long en 1iere semaine n’iront pas au bout en GC !!!

        mon opinion est qu’il faut savoir finir les matchs cad que pour les majeurs au 5ie set en cas d’égalité à 6/6 ...

        on généralise le super Tie-break qui est un exercice à lui tout seul et qui est très différent du Tie-break simple car la route est longue pour aller à 10 et peut amener des renversements de situation bien plus probant que d’aller à 7 !!!!

        en tous cas c’est très bien d’avoir développé ce sujet car je pense qu’il y a bcp trop d’inertie de la part des instances dirigeantes et là aussi les dirigeants australiens ont une longueur d’avance sur les autres mais cela ne m’étonne pas car le peuple australien aime le sport en général et pas seulement devant la TV !!!


        • Axel_Borg Axel_Borg 13 janvier 11:07

          @julius 1ER,

          Oui le super tie-break à 10 points offre un peu plus de suspense que le tie-break à 7 points. Mais en effet quelle connerie que les 4 GC ne se soient pas concertés.

          Comme si la prolongation était de 30 minutes en Coupe du Roi espagnole et de 45 minutes en Coupe de France !


        • julius 1ER 15 janvier 12:42

          @Axel_Borg
          Bravo aux Aussies avec cette grande première chez les hommes je parle du match Chardy/Humbert et cette conclusion au Super Tie break !!!

          excellent, très fluide, et puisqu’il faut un vainqueur en tennis un super Tie-brak où chacun a semblé l’emporter jusqu’au milieu de l’épreuve et c’est le plus expérimenté qui l’ a emporté en l’occurrence Chardy mais très belle prestation de H Humbert à qui je souhaite le meilleur pour le futur !!!!


        • Axel_Borg Axel_Borg 15 janvier 13:27

          @julius 1ER

          Yep Ugo Humbert est avec Corentin Moutet un des rares espoirs français derrière Pouille, car la génération des Tsonga Chardy Simon Gasquet Monfils et autres Paire ou Mannarino ne va pas tarder à s’éteindre


        • Thomas Roussot Thomas Roussot 14 janvier 11:37

          J’apprécie assez l’idée d’un match potentiellement sans fin.


          • Axel_Borg Axel_Borg 15 janvier 13:29

            @Thomas Roussot,

            Philosophiquement et métaphysiquement oui ce serait sympa, mais pratiquement il faut bien un vainqueur que l’on parle de tennis, de bras de fer, de tirage de corde, de snooker ou de pelote basque.


          • Lionel Ladenburger Lionel Ladenburger 14 janvier 17:29

            Salut David,

            Perso je suis pour un super tie-break a 12-12 au 5e set. En somme un mix entre ce que proposeront cette annee l’Australian Open (super tie-break a 6-6 au 5e set) et Wimbledon (tie-break classique a 12-12 au 5e set). Et surtout j’aimerai vraiment que les 4 tournois du Grand Chelem se mettent d’accord pour que les regles soient les memes aussi bien a Melbourne, qu’a Paris, Londres et New-York.

            Enfin, un mot sur les regles testees a Milan au Masters Next Gen. De mon point de vue, je n’aime pas la suppression de l’avantage, donc je suis contre le point decisif a 40-40. En outre je suis egalement archi-oppose aux mini-sets de 4 jeux en ce qui concerne les tournois du Grand Chelem. 

            En revanche, l’idee de voir des matchs en 5 sets avec des sets en 4 jeux gagnants pour les autres tournois (M1000, 500 et 250) ne me deplaient pas. Je n’ai jamais ete un grand fan du format en 3 sets. J’aime les matchs en 5 sets et ce point de vue je trouve que le format 5 sets en 4 jeux gagnants est plus sympa que 3 sets en 6 jeux gagnants. Par contre, je me repete, pas touche aux tournois du Grand Chelem ! Ceux ci doivent garder les 5 sets au meilleur des 6 jeux. 

            Sinon pour en revenir a l’actu, on pourra faire un point apres la fin du premier tour demain midi si tu veux ;) +++


            • Axel_Borg Axel_Borg 14 janvier 17:56

              @Lionel,

              Pour moi la P1 c’est d’harmoniser entre les 4 GC en effet.

              Après le 12-12 ne me choque pas car on fait un compromis entre spectacle et approche raisonnable, mais cela correspond à un 6e set de facto.
              Donc tout demême crevant pour les joueurs.

              Je pense que le top reste le super tie-break à 6-6 comme à l’OA, devant le jeu décisif classique à 6-6 de l’US Open et enfin le tie-break classique à 12-12 de Wimby.

              Sinon chapeau Murray pour avoir remonté 2 sets à Bautista qui s’en sort au 5e set car l’Ecossais a logiquement explosé physiquement. Une sortie de champion en tout cas, bravo Andy.

              Federer déroule logiquement sinon.


            • Lionel Ladenburger Lionel Ladenburger 15 janvier 12:17

              @Axel_Borg

              D’accord avec toi, P1 harmoniser tout ca parce que c’est n’importe quoi en l’etat actuel des choses. 

              Sinon oui effectivement, une « belle » sortie pour Andy qui connait le meme sort que Guga Kuerten et Magnus Normann avant lui. La hanche ca ne pardonne pas en general. 


            • Axel_Borg Axel_Borg 15 janvier 13:25

              @Lionel,

              Moi je suis contre les sets en 4 jeux quelque soit le tournoi : GC, Coupe Davis, ITF World Cup, Hopman Cup, Masters Cup, Masters 1000, ATP 500 ou ATP 250

              Et bien entendu contre la fin de l’avantage, les fameux 40A sont le sel du tennis avec Avantage Nadal, Egalité, Avantage Djokovic et ainsi de suite jusqu’à ce que le jeu choisisse son vainqueur !

              Pour la hanche, on peut aussi citer Hewitt dont la carrière a également souffert de cette blessure si handicapante, certes avec impact moindre que Kuerten ou Murray.



              • Axel_Borg Axel_Borg 15 janvier 11:31

                @Lionel, non pas du tout lol !


              • Lionel Ladenburger Lionel Ladenburger 15 janvier 12:14

                @Axel_Borg
                je me doutais loool mais bon, sait-on jamais ;)


              • Lionel Ladenburger Lionel Ladenburger 15 janvier 12:29

                Bon, petit debrief du premier tour :

                Djoko, Nadal et Fed ont deroule. Previsible vu leurs adversaires respectifs tu me diras.

                Humbert et Chardy ont inaugure le super tie-break chez les hommes. Dommage pour le Messin qui represente l’avenir, gagner un premier match a Melbourne lui aurait sans doute fait du bien... Mais bon, cela reste une defaite « encourageante » meme si je n’aime pas ce terme ;

                Matchs a suivre au 2e tour : Djoko-Tsonga (je vois le Francais titiller le serbe pendant une heure, une heure et demie max et ensuite Djoko va derouler).

                Wawrinka-Raonic, le match des revenants. Avec une preference pour Stan (qui, soit dit en passant, ne m’a pas fait forte impression avant que Gulbite n’abandonne).

                Monfils-Fritz, qui sera l’adversaire de Federer au 3e tour ? Le Francais qui a colle une rouste a Dzumhur ou l’espoir americain qui semble commencer a demontrer son potentiel ? 

                C’est a peu pres tout ce que je vois d’interessant au T2, en revanche le 3e tour devrait commencer a nous offrir de gros clashs avec potentiellement :

                Djokovic-Shapovalov

                Goffin-Medvedev

                Wawrinka-Chung

                Cilic-Verdasco

                Bautista-Khachanov

                Federer-Monfils

                Berdych-Schwartzman

                et Nadal-De Minaur


                • Axel_Borg Axel_Borg 15 janvier 13:22

                  @Lionel,

                  Nouveau flop de la part de Kyergios. Je mets aussi Wawrinka en favori au 2e tour contre Raonic.

                  Les 2 favoris, Fed Ex et Nole, ont désossé leurs rivaux du 1er tour en 3 sets secs. A suivre ... Lucas Pouille, lui, va enfin passer une nuit d’hôtel à Melbourne dans la peau d’un qualifié pour le 2e tour. Il était temps au 6e essai ...

                  J’aimerais bien voir la Monf’ contre Rodgeur au 3e tour, mais en effet faut déjà que notre Frenchie passe Taylor Fritz.

                  Berdych Schwartzman, ça me fait drôle de revoir le nom du Tchèque, qui aura fort à faire face au talentueux joueur argentin.


                • Lionel Ladenburger Lionel Ladenburger 15 janvier 17:44

                  @Axel_Borg

                  Kyrgios a deja rate sa carriere comme son pote Jack Sock qui a termine sa carriere a Bercy un soir de novembre ;)

                  Sinon oui, Poupouille a enfin gagne un match a Melbourne : incroyable ! Mais bon, faut pas rever, potentiellement ses 3 prochains adversaires sont Marterer (ca c sur) puis Thiem et Coric. En somme, meme si le Nordiste parvient a passer la double barriere teutonne, Coric le cueillera comme une fleur en 1/8e... 

                  Monfils-Federer pourrait etre un sacre match. Le Suisse a souvent du mal face au Parisien... 

                  et sinon oui, apres une saison 2017 quasi blanche, Berdych semble revenu avec de bonnes intentions. Mais bon, Berdych restera toujours Berdych. En somme, une fois qu’il sera face a Nadal, il perdra ses moyens as usual helas... 

                  allez je file, nouvel episode demain ;)


                • Axel_Borg Axel_Borg 16 janvier 09:15

                  @Lionel,

                  Kyrgios, malgré le travail psychologique qu’il essaie de faire, en effet j’ai bien peur qu’il ne soit trop tard à bientôt 24 ans. Quel gâchis !

                  Dommage pour Paire contre Thiem ce n’est pas passé si loin que ça .

                  Pour Berdych, nous sommes bien d’accord, je voulais juste mentionner que pour moi il appartenait déjà au passé, il revient de blessure mais je ne lui donne aucune chance de retrouver le top 5, voire même le top 10 entre le Big Three, Del Potro, Wawrinka, Cilic et la Next Gen contre lui.
                  Je ne parle même pas de gagner un GC pour le Tchèque, car il rejoindra Nalbandian, Davydenko, Söderling, Ferrer au club des joueurs, le club risquant de s’agrandir à Tsonga, Monfils, Gasquet, Goffin, Nishikori, Raonic, Kyrgios.
                  Pour les autres (A. Zverev, Khachanov, Thiem, Coric, Tsitsipas, De Minaur, Shapovalov, Tiafoe, Chung, Edmund, Rublev, Medvedev, Pouille) il faut encore attendre un peu même si beaucoup d’entre eux ne gagneront jamais en GC, seuls les 7 premiers de la liste entre parenthèses ayant vraiment une chance.

                  Les Français, eux, paient leurs blessures ou leurs saisons médiocres en se tapant des stars aux premiers tours : Monfils risque de se coltiner Federer, Tsonga va se prendre Djokovic et Paire a affronté Thiem d’entrée. Impossible d’aller loin en GC dans de telles conditions sauf exploit monumental.


                • Lionel Ladenburger Lionel Ladenburger 16 janvier 17:02

                  @Axel_Borg

                  Salut David !

                  On est bien d’accord sur les cas Berdych et Kyrgios. 

                  Pour les jeunes (et moins jeunes), on en a deja parle mais les 4 que je vois bien franchir un cap cette annee sont : Coric, Khachanov, Tsitsipas et Zverev.

                  Le second wagon etant selon moi compose de De Minaur, Medvedev, Rublev et Shapovalov). 

                  Pour les autres, en effet et mis a part le cas Thiem a Roland-Garros, sauf gros concours de circonstances, je ne les imagines pas non plus en tant que potentiel futurs vainqueurs de GC.

                  En parlant de Thiem, son match contre Paire montre a quel point il aura du mal pour remporter un GC hors terre-battue s’il ne trouve pas plus de solutions tactiques a l’avenir. Parce que mis a part taper comme un boeuf, son jeu est encore trop previsible pour aller chercher des Majeurs sur surfaces rapides. 

                  Et sinon pour les Francais, pareil on en a deja parle, mais l’avenir du tennis tricolore semble bien sombre. Je peux evidemment me tromper mais j’ai bien peur que Lucas Pouille ait deja atteint son climax en 2016-17 et la releve (mis a part p-e Ugo Humbert) ne semble pas armee pour atteindre un jour le Top 10.

                  En somme, on devra encore surement l’attendre pas mal d’annees le successeur de Noah en GC...

                  Et sinon pour en revenir aux resultats du jour : elimination de Kevin Anderson qui libere un petit boulevard a Dimitrov jusqu en quart de finale. Le Bulgare aura p-e l’occasion de prendre sa revanche de 2017 face a Rafa. 

                  Federer a eu du mal face a Daniel Evans (deux tie-breaks). Du coup, j’ai du mal a imaginer le Suisse au rendez-vous des demi-finales sachant qu’il devrait pour cela battre successivement Fritz, Tsitsipas et enfin Khachanov ou Cilic... A 37 ans, ca me semble tres compromis pour papy Roger.

                  Du coup, rien n’est moins sur bien entendu mais je vois bien une finale Djoko-Nadal avec un 7e triomphe australien a la clef pour ton chouchou ;)


                • Axel_Borg Axel_Borg 16 janvier 17:25

                  @Lionel,

                  Je m’aperçois que j’ai oublié de parler de Dimitrov dans les listes précédentes, ce qui montre que je ne crois plus trop dans la carrière du Bulgare, dont 2017 laissait présager le franchissement d’un palier. On a vu la suite ... Certes Kevin Anderson n’est plus là (déjà, déception comme Cilic à Wimby) mais Baby Fed a perdu tellement de matches de GC qu’il aurait du gagner vu son classement et son talent ... C’est une chance pour lui, qu’il la prenne car à 28 ans le temps lui est conté en GC.

                  Pour Thiem, oui une fois de plus il montre ses limites hors terre battue. Mais je pense que s’il égale Musterminator (RG 1995) avec un succès sur la brique pilée de Paris XVIe, il signe des deux mains sans hésiter .... Surtout que tant que Nadal et Djokovic sont dans les parages, il ne fera pas mieux que 1/2 ou finale comme depuis 2016.

                  Un mot sur Bautista Agut qui a encore passé 5 sets sur le court. Certes malgré sa hance Murray est un champion, et je veux bien admettre que John Millman a passé un palier sur le plan mental depuis son euphorique US Open. Mais l’Espagnol récemment titré à Doha est en forme, on voit donc bien l’écart de niveau entre un 250 et un tournoi majeur comme l’OA.
                  C’est un peu comme sur le Tour, les très grands coureurs enchainent de suite le changement de braquet entre plaine et montagne, où le passage à une étape de CLM. Il faut savoir élever son niveau et se mettre en mode Grand Chelem de suite, dès les premiers tours, pour que ces matches de 1re semaine soit des promenades de santé, des entraînements filmés, appelons ça comme on veut. Et cela, seuls trois hommes savent le faire dans le tennis actuel, pas la peine que je donne leurs noms.

                  Nadal a été très fort au 2e tour mais attention la route est longue, et l’on verra déjà comment il croque De Minaur, que je vois mal battre Rafa mais sans doute un combat en 4 sets.

                  Pour Federer, oui à 37 ans sauf miracle je le vois mal aller au bout vu son tableau mais attention avec lui il ne faut jamais jurer de rien.

                  Pour les Français, Pouille n’arrive pas à la cheville des pseudos-Mousquetaires qui vivent sans doute leur dernière année au top : Simon 35, Tsonga 34, Monfils et Gasquet 33, cela va commencer à être compliqué.
                  La FFT devrait se concentrer sur la construction de son académie de terre battue dans le Sud du pays, car on n’est pas près de retrouver un Henri Cochet, un René Lacoste ou un Jean Borotra (désolé pour Yannick Noah, Yvon Petra et Marcel Bernard les 3 vainqueurs de GC français, mais on ne parle pas du même niveau que nos Musketeers)
                  Le vrai gâchis c’est Henri Leconte qui avait un vrai talent, on l’a vu tant de fois : RG 1985 contre Noah, Wimbledon 1985 contre Lendl, RG 1988 contre Becker, Coupe Davis 1991 face à Sampras ...

                  Car Leconte au top, c’était autre chose que tout ce qu’on a eu derrière, de Forget à Pouille en passant par Boetsch, Santoro, Pioline, Grosjean, Clément ou nos 4 pseudo-mousquetaires.


                • Axel_Borg Axel_Borg 17 janvier 17:57

                  Bon, Nole au 3e tour facile contre Tsonga. C’était de toute façon perdu d’avance pour JWT. Belle défense de Chardy en 5 sets contre Zverev, et Raonic continue d’avancer : Wawrinka au tapis après Kyrgios. Attendons encore un peu avant de faire du Canadien l’outsider n°1 derrière le Big Three, mais à surveiller ...


                  • Lionel Ladenburger Lionel Ladenburger 18 janvier 17:30

                    @David

                    Dans la partie haute du tableau je vois une demi-finale serbo-croate : Djokovic vs Coric. Et dans la partie basse, le Fedal annonce pourrait avoir lieu meme si je vois Nadal plus facilement acceder aux demies que Federer. 

                    Federer va surement devoir batailler contre Tsitsipas et il devrait ensuite enchainer contre Cilic ou Bautista-Agut qui joue le tennis de sa vie depuis le debut de l’annee. En somme je ne donne que 50% de chances au Maestro d’arriver en demie.

                    En revanche pour Nadal c’est beaucoup plus jouable puisqu’il affrontera le revenant Berdych (dont on connait le mental en dents de scie) et l’inconstant Dimitrov, deux des victimes preferees de Rafa sur le circuit. Les deux H2H de Nadal face au tandem Berdych+Dimitrov = 30 victoires du Majorquin pour seulement 5 petites defaites (19-4 contre le Tcheque et 11-1 contre le Bulgare). 

                    Bref, a une semaine du denouement, je maintiens mon prono (pas vraiment audacieux mais tres realiste je pense) : la finale sera Djokovic-Nadal.


                  • Axel_Borg Axel_Borg 21 janvier 13:21

                    @Lionel,

                    C’est mort pour Coric face à Pouille (premier 1/4 de GC depuis 2 ans pour un Français), chapeau Tsitsipas face à son idole Federer. Le Grec a sa chance contre Bautista Agut novice à un tel niveau en majeur, sans oublier que l’Espagnol a joué 3 fois 5 sets déjà : Murray, Millman puis Cilic donc.

                    Nadal a désossé Berdych, tout comme Raonic a méchamment éclaté Zverev, qui n’y arrive toujours pas en GC donc. Rafa sera grand favori contre Tiafoe, puis idem contre Tsitsipas ou Bautista en demie. L’Espagnol a une belle chance de jouer une 5e finale à Melbourne, lui qui pourrait réussir le double GC en carrière en cas de 2e succès australien, 10 ans après celui de 2009 contre son rival bâlois.

                    1 set partout à l’instant entre Djokovic et D. Medvedev ...

                    Mais sinon d’accord avec toi, la finale devrait être sauf cataclysme Nole vs Rafa.


                  • Lionel Ladenburger Lionel Ladenburger 21 janvier 16:21

                    @Axel_Borg

                    Salut David, 

                    Eh oui, fin de serie pour papy Roger qui pourra regretter longtemps ses 12 balles de break vandangees ca et la tout au long du match... Bravo a Tsitsipas qui subira helas les foudres de Rafa en demie. 

                    Djoko vient de se qualifier pour les quarts ou il retrouvera l’une de ses victimes preferees (Nishikori) avant de retrouver une autre de ses victimes preferees en demie (Raonic). 

                    En somme, sauf blessure, il me semble maintenant quasi impossible d’echapper a un 53e duel Djoko-Nadal dimanche prochain. 

                    PS : maintenant que Federer est OUT je me range du meme cote que toi jusque dimanche, Ajde Nole’ ;)


                  • Axel_Borg Axel_Borg 21 janvier 16:46

                    @Lionel,

                    Kei Nishikori sortant de 5h de marathon et étant souvent martyrisé par le Djoker, je vois mal en effet comment le Japonais va s’en sortir. Surtout que Nole a encore bien préparé son affaire en montant gentiment en puissance dans le tournoi pour avoir son pic de forme en 2e semaine.

                    Pour Raonic, j’y crois un peu plus car je vois mal Pouille lui prendre un set. Mais ce sera très dur pour le Canadien face à Nole.

                    Pour Nadal, c’est un boulevard car il va massacrer le pauvre Tiafoe. Pour Tsitsipas, il sera favori mais attention à Bautista qui est un vrai warrior dans cet OA.

                    Ce serait franchement sympa d’avoir un Nadal Bautista dix ans après l’énorme baston Nadal Verdasco déjà en demie à Melbourne ... Gagnée par Rafa en 5 sets.


                  • Lionel Ladenburger Lionel Ladenburger 21 janvier 17:27

                    @Axel_Borg

                    Salut Axel,

                    Parce que tu penses vraiment que si RBA venait a battre Tsitsipas (apres un enieme marathon), il aurait encore des jambes pour embeter Nadal ???

                    Perso je prefererai de loin une demie Tsitsipas-Nadal. Le Majorquin l’emportera certainement mais au moins Tsitsipas aura rentabilise sa victoire sur Federer d’une part et a seulement 20 ans je pense que le Grec pourra tenir l’enorme defi physique impose par Rafa un peu plus longtemps qu’un RBA qui arrivera (arriverait ?) a ce stade deja completement crame’ avant meme le debut du match...

                    Sinon dans la partie haute je ne donne quasiment aucune chance a Nishikori et Pouille. On aura donc une demie Djoko-Raonic. Djoko mene 9-0 dans ses duels face au Canadien. L’avantage pour Djoko c’est que Raonic n’aime pas les rallyes donc apres un set et demi, il va s’etioler. 

                    En somme, je reste convaincu qu’on se dirige vers un classico en finale ;


                  • Axel_Borg Axel_Borg 22 janvier 08:48

                    @Lionel,

                    La seule chance de RBA c’était que Tsitsipas ne digère pas son exploit. C’est chose faite, le voilà en demie.

                    Pour Pouille et Nishikori oui il faudrait un miracle à chaque fois, idem pour Raonic en demie.

                    Et vu le niveau de jeu de Nadal, je vois mal le jeune Grec nous priver d’un clasico en finale de cet OA 2019, mine de rien cela fait presque 5 ans (RG 2014) que l’on a plus vu le Djoker contre le Taureau de Manacor en finale de GC !


                  • Axel_Borg Axel_Borg 23 janvier 09:28

                    Incroyable Lucas Pouille, il s’est offert le scalp de Milos Raonic après celui de Borna Coric.

                    le 3e « ic », un certain Novak D., risque (sauf exploit de Nisikori) d’être plus difficile à battre, le Serbe restant sur un 27-0 contre les Français en GC.

                    Le dernier à l’avoir battu en majeur est Tsonga en 2010 à Melbourne, en quart de finale, soit avant l’explosion de Nole en 2011.

                    Mais en tout cas le Nordiste retrouve son niveau de fin 2016 et clairement des ambitions dignes d’un top 10 ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès