• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Usain Bolt, l’homme qui court le plus vite du monde

Usain Bolt, l’homme qui court le plus vite du monde

« Je m’élance de nouveau à sa poursuite. Mes chaussures me broient les pieds ; j’ai déjà plein d’ampoules. Mes cuisses me brûlent. Allez, Alvie ! Tu vas y arriver ! C’est juste un gars normal, c’est pas Usain Bolt. Je gagne du terrain : trois mètres, deux mètres, un mètre. » (Chloé Esposito, "Bad", 2018).

Comme on le voit, le sprinter jamaïcain Usain Bolt est devenu, même dans ce thriller déconcertant de Chloé Esposito, le synonyme de l’homme qui court le plus vite du monde. Usain Bolt fête ses 35 ans ce samedi 21 août 2021. C’est l’occasion de revenir sur sa légende : huit médailles d’or aux jeux olympiques (Pékin 2008, Londres 2012, Rio 2016), onze victoires aux championnats du monde, il était un véritable dieu des stades. Je l’écris à l’imparfait car il a pris sa retraite le 13 août 2017 (il a couru sa dernière course compétition la veille). Il avait commencé en 2001 à l’âge de 14 ans. Il a tenté une reconversion dans le football au succès très mitigé.

Je m’intéresse assez rarement aux sports mais j’ai été fasciné par lui aux Jeux olympiques de Londres, en août 2012. J’ai été pris au jeu après avoir zappé un peu au hasard. Retour sur des performances hors du commun en six tableaux, sous la forme de plusieurs "reportages" (les âges indiqués sont ceux en août 2012, il y a neuf ans).


1. 100 MÈTRES (HOMMES) le 5 août 2012

C’est l’épreuve reine des jeux olympiques d’été. C’est donc vraiment une chance de me retrouver à voir les demi-finales et la finale du 100 mètres. Inutile de dire que c’est du rapide. Au moins, c’est bien moins ennuyeux qu’un long match de handball, même s’il y a de jolies Suédoises !

Il y a trois demi-finales. Le but pour chacun des sept ou huit coureurs de chaque équipe est donc d’être qualifié pour la finale. Avant le départ des courses, le présentateur officiel introduit le compétiteur, ce qui permet à ce dernier de se montrer et de faire le cas échéant des mimiques.

Le Jamaïcain Usain Bolt (bientôt 26 ans) ne s’en prive pas à chaque départ, il semble sympa, joyeux, fait un peu le clown en mimant avec ses doigts ses pas de course… Lors de la demi-finale, il se ménage, je le sens bien, il arrive premier, mais il ralentit à la fin, pour se réserver pour la finale.

Finalement, la finale récompense les trois coureurs arrivés premiers aux demi-finales, ce qui n’est pas vraiment une surprise.

Usain Bolt arrive premier (médaille d’or) avec 9,63 secondes. Le vent est favorable à +1,5 m/s. Alors, ça y est, on dit qu’il "entre dans la légende" car c’est le second athlète à conserver son titre olympique, après l’Américain Carl Lewis (en 1984 et 1988). Il avait déjà fait 9,69 secondes le 16 août 2008 aux JO de Pékin. Et il est le détendeur du record du monde avec 9,58 secondes réalisé le 16 août 2009 à Berlin (37,6 km/h !). Usain Bolt est du coup l’un des sportifs les plus sponsorisés au monde (avec Puma entre autres).

_yartiBoltUsain02

J’avoue que j’en suis presque ému, de me retrouver dans une sorte d’observation en direct de l’événement sportif. Carl Lewis (51 ans), j’en avais juste entendu parler, mais c’est déjà pas mal pour moi. Usain Bolt, même notoriété, donc. Il a déjà signé de gros contrats avec des sponsors dès l’âge de 16 ans ! Sa joie décontractée le rend populaire. Il a l’air facile, comme gars. Après sa victoire, il parcourt tout le stade, il s’agenouille, baise le sol, face aux dizaines de photographes un peu étonnés. Il touche les mains des spectateurs privilégiés qui peuvent l’approcher autour de la piste.

L’objectif d’Usain Bolt, champion colosse d’un mètre quatre-vingt-quinze, est de courir le 100 mètres en 9,40 secondes. Il pourrait s’améliorer lors de son démarrage, et en allant à Mexico, par exemple, où il y a moins d’air à cause de l’altitude, il aurait moins de résistance à l’air. L’Université de Tilburg avait estimé en juillet 2012 que la limite ultime serait de 9,36 secondes mais l’Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport de Paris avait déjà donné en début 2008 une limite de 9,72 secondes qui fut allègrement dépassée (9,72 secondes fut le temps obtenu par Usain Bolt dès le 21 mai 2008 à New York).

Le deuxième de la course (médaille d’argent) est le Jamaïcain Yohan Blake (vingt-deux ans), avec 9,75 secondes. Son meilleur temps fut pareil, le 29 juin 2012 à Kington.

Enfin, la médaille de bronze est l’Américain Justin Gatlin (30 ans), avec 9,79 secondes. Le meilleur score de Justin Gatlin fut de 9,77 secondes le 12 mai 2006 à Doha mais le 23 août 2006, il fut suspendu pour huit ans, ramené à quatre ans, pour cause de dopage (qu’il a toujours nié, expliquant : « Je ne peux pas expliquer ces résultats parce que je n’ai jamais pris sciemment aucune substance interdite ni autorisé qui que ce soit à m’administrer une telle substance »).

D’autres champions ou recordmen historiques ont participé à cette finale, dont le Jamaïcain Asafa Powell (29 ans) qui se blesse et fait donc une très mauvaise performance (11,99 secondes), classé dernier, et aussi l’Américain Tyson Gay (30 ans le 9 août), quatrième (il met 0,145 seconde à démarrer, à comparer avec 0,165 seconde pour Usain Bolt). Le record de Tyson Gay fut de 9,69 secondes le 20 septembre 2009 à Shanghai.

Les cinq coureurs Usain Bolt, Yohan Blake, Justin Gatlin, Tyson Gay et Asafa Powell pouvaient donc tous les cinq prétendre à la médaille d’or. Usain Bolt est sans doute celui qui a été le plus détendu, comme si la demi-finale n’était qu’une simple balade dominicale avant l’épreuve sérieuse.

Enfin, il est intéressant à savoir que des huit coureurs qui ont participé à cette finale du 100 mètres, sept ont fait moins de dix secondes (le septième a fait 9,98 secondes) et si le huitième a dépassé les dix secondes, c’est à cause d’une simple blessure (Asafa Powell a battu plusieurs fois le record du monde et il a fait 9,74 secondes le 9 septembre 2007 à Rieti).


2. LE ROI USAIN DE JAMAÏQUE

Inutile de dire que les jeux olympiques de Londres entreront dans l’histoire du monde avec la triple performance du sprinter jamaïcain Usain Bolt. Un patronyme prédestiné puisqu’il signifie l’éclair. Il a réussi à renouveler ses trois médailles d’or obtenues en 2008 aux JO de Pékin pour les trois épreuves reines de la course de vitesse : 100 mètres, 200 mètres et le relais 4 fois 100 mètres où il a établi, avec son équipe jamaïcaine, un nouveau record.

Alors, oui, Usain Bolt a le droit de dire le 9 août 2012 qu’il est devenu une légende. Ce n’est pas très modeste, ce n’est pas très humble, mais c’est raisonnable, c’est la vérité et quand on voit son état physique à la fin de chaque épreuve, on se dit qu’il a encore des possibilités d’amélioration car il ne paraît ni essoufflé ni fatigué, il paraît encore très en forme à se mettre au sol, à faire des pompes ou encore à saluer le public l’acclamant, à faire des grimaces aux caméras de télévision...

Le sportif le plus sponsorisé du monde sera-t-il également le plus populaire ? En tout cas, c’est clair que cet homme à l’allure sympathique n’a rien d’un être ordinaire.


3. 200 MÈTRES (HOMMES) le 9 août 2012

Le soir du 9 août, c’était donc la finale du 200 mètres. Je n’ai pas vu les demi-finales mais un Français s’est qualifié pour la finale, Christophe Lemaitre (22 ans). En demi-finale, il avait un score supérieur aux grands champions de la finale, mais ces derniers ne voulaient visiblement pas se fouler.

Résultat, Christophe Lemaitre s’est retrouvé en sixième position sur huit avec 20,18 secondes alors qu’il a déjà fait 19,80 secondes le 3 septembre 2011 à Daegu.

Les gagnants n’ont même pas une seconde d’écart avec lui, et les trois médaillés sont jamaïcains (ce qui donne une petite idée pour la course de relais 4 fois 100 mètres du surlendemain).

Le record actuel était de 19,19 secondes réalisé par Usain Bolt le 20 août 2009 à Berlin et le record olympique de 19,30 secondes par le même le 20 août 2008 aux JO de Pékin.

La médaille d’or ce 9 août 2012 est Usain Bolt avec 19,32 secondes, ce qui lui a donné sa cinquième médaille d’or olympique à Pékin et à Londres et deux fois consécutivement pour deux épreuves (100 mètres et 200 mètres). C’est le premier athlète de tous les temps à avoir conservé son titre de champion olympique du 200 mètres une seconde fois.

La médaille d’argent est le Jamaïcain Yohan Blake, également médaille d’argent pour le 100 mètres, avec 19,44 secondes, alors qu’il était le leader mondial en titre avec 19,80 secondes le 1er juillet 2012 à Kingston (en ayant battu Usain Bolt).

Enfin, la médaille de bronze est aussi un Jamaïcain, Warren Weir (22 ans), avec 19,84 secondes, qui a fait ainsi ce jour-là sa meilleure performance (et son meilleur temps pour le 100 mètres est de 10,51 secondes, le 1er mars 2008 à Kingston, loin derrière Usain Bolt et Yohan Blake).

Évidemment, comme il y avait un Français dans cette course, la télévision française s’est jetée sur lui au lieu de mettre les projecteurs sur les champions jamaïcains.

Pourtant, le contraste était frappant : d’un côté, Usain Bolt, juste après sa prestation, a continué à courir pour parcourir le stade, a fait des pompes, à montrer qu’il était très à l’aise et en forme (il a dit avec très peu de modestie qu’il était devenu une légende, ce qui est pourtant vrai, et avait reconnu que le fait d’avoir été dépassé par Yohan Blake dans les qualifications pour la Jamaïque l’avait un peu boosté) ; d’un autre côté, Christophe Lemaitre complètement essoufflé encore dix minutes après, et laissant dire que s’il avait été dans un autre couloir, il aurait pu grappiller une médaille (mais quand on regarde les choses, il était loin de la troisième place !).

Pour être complet sur ce 200 mètres, le vent était favorable à +0,4 m/s. La limite est de +2,0 m/s pour ne pas fausser les performances.


4. RELAIS 4 FOIS 100 MÈTRES (HOMMES) le 11 août 2012

La finale s’est déroulée le 11 août. Beaucoup de suspens pour savoir si Usain Bolt allait remporter aussi cette épreuve, ce qui le rendrait triplement légendaire après ses doubles performances olympiques sur le 100 mètres et le 200 mètres. L’équipe jamaïcaine était en effet dotée de redoutables champions du sprint. N’hésitant pas à se consacrer à la finale, Usain Bolt n’avait même pas pris part à la demi-finale la veille !

Heureusement, malgré un match de basket féminin très ennuyeux (comme tous les matchs), une finale entre la France et les États-Unis (les Américaines ont gagné et donc, la France n’a eu que la médaille d’argent), France 2 a daigné diffuser l’intégralité de cette épreuve d’athlétisme qui a encore battu quelques records. Une raison à cela, la France participait à la finale.

Le résultat fut donc à la mesure de l’attente suscitée par le quintuple champion olympique.

Mais avant, reprenons l’historique : l’équipe jamaïcaine était déjà leader en 2011-2012 avec 37,82 secondes le 14 avril 2012 à Kingston. Le record du monde était de 37,04 secondes réalisé par l’équipe jamaïcaine le 4 septembre 2011 à Daegu et le record olympique, toujours battu par l’équipe jamaïcaine, avec 37,10 secondes le 22 août 2008 aux JO de Pékin. Dans cette équipe, il y avait déjà Usain Bolt, Yohan Blake et Asafa Powell.

Eh bien, tous ces records ont été battus par cette équipe jamaïcaine décidément imbattable sinon par elle-même et devenue de nouveau médaille d’or ce 11 août 2012 à Londres, avec 36,84 secondes. C’est assez rare qu’aux JO des records du monde soient battus. L’équipe était composée de Usain Bolt et Yohan Blake (bien sûr) mais aussi de Nesta Carter (26 ans) et Michael Frater (29 ans), athlètes très costauds également.

C’est donc des records à la chaîne qui se sont accumulés ce soir-là : record pour le relais 4 fois 100 mètres, record olympique, record pour Usain Bolt qui détient désormais six médailles d’or olympique avec le renouvellement de ses trois de Pékin à Londres (c’est exceptionnel et inégalé).

L’équipe américaine (avec Justin Gatlin et Tuson Gay) a décroché la médaille d’argent avec 37,04 secondes (ce qui était l’ancien record du monde la veille et aurait battu le record olympique sans les Jamaïcains !). Et la médaille de bronze est revenue à l’équipe du Trinidad et Tobago avec 38,12 secondes (donc bien après !).

L’équipe française a fait bonne figure mais n’a pas décroché de médaille (à quatre centièmes de seconde près) en arrivant quatrième avec 38,16 secondes. Dans cette équipe, il y avait Christophe Lemaitre mais aussi Jimmy Vicaut (20 ans), Pierre-Alexis Pessonneaux (24 ans) et Ronald Pognon (29 ans). Comme pour le 200 mètres, on a pu voir Christophe Lemaitre complètement épuisé (couché au sol sur le dos les genoux fléchis) tandis que Usain Bolt continuait allègrement à parcourir le stade pour recevoir les hourrahs !

Ce qui est impressionnant, c’est que si l’on prend la moyenne pour 100 mètres parcourus dans cette course de relais 4 fois 100 mètres, cela donne 9,21 secondes ! Soit très inférieur au record mondial du 100 mètres (9,58 secondes détenu par Usain Bolt). Cela peut s’expliquer par le fait que le coéquipier qui reçoit le témoin court déjà avant pour foncer directement au prochain coéquipier, sans perdre le temps du démarrage.


5. JO VS CULTURE ?

Les jeux olympiques de Londres qui se terminent ce dimanche 12 août 2012. Certes, je me suis peut-être fondu à la masse des imbéciles empâtés du canapé (cependant sans cannette ni popcorn) qui font ce genre de sport parfaitement passif le soir avant de se coucher.

Mais j’ai pu vivre en direct, trois fois de suite, la véritable légende d’Usain Bolt, au 100 mètres, au 200 mètres et au relais 4 fois 100 mètres. Car il ne faut pas minimiser la performance : Usain Bolt est devenu la légende olympique INÉGALÉE de toute l’histoire humaine ! Je le dis en sachant très bien que sa tête et ses chevilles se sont enflées au même niveau que ses mollets et ses épaules, mais c’est un fait, Carl Lewis, comparé à lui, fait l’image d’un petit joueur, quasi-jaloux d’ailleurs puisqu’il a déclaré en 11 août (avant la sixième médaille d’or) que son honorable successeur ne pouvait réussir de telles performances sans dopage (à quoi l’honorable en question lui a répondu qu’il n’avait plus beaucoup d’admiration pour l’homme qui lui avait longtemps servi de modèle, ou un truc du genre).

Alors, oui, c’est peut-être l’unique fois de ma vie, mais je le fais sans honte, j’ai bien aimé goûter à cette histoire. Même par la petite lorgnette de mon téléviseur. Même si le chauvinisme des commentateurs français pouvaient faire mal au ventre…


6. USAIN BOLT ET LE RELAIS 4 FOIS 100 MÈTRES (HOMMES)

En regardant le relais 4 fois 100 mètres le soir du 11 août : je cherchais vainement Usain Bolt en regardant le nom sur les tee-shirts et je ne voyais qu’un certain "Jam". Je ne comprenais pas qui était ce Jam si souvent montré… et j’ai compris tardivement que ce n’était pas le nom du sportif (comme pour un 100 mètres individuel) mais le nom de son équipe aux belles couleurs de la Jamaïque, à savoir son pays !

Une anecdote dans la soirée du 11 août : il y a eu des discussions pour savoir si le passage du témoin entre Yohan Blake et Usain Bolt a été réglementaire ou pas. La disqualification de l’équipe jamaïcaine, qui venait de battre un nouveau record du monde, aurait eu quelques répercussions sur la "légende boltienne". Finalement, la performance a été validée et il paraîtrait que le Premier Ministre britannique David Cameron lui-même serait intervenu pour aller dans ce sens… Usain Bolt, qui va avoir 26 ans le 21 août 2012 (35 ans le 21 août 2021), n’a sans doute plus besoin de personne pour nourrir sa propre gloire, mais la réciproque n’est pas vraie.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (14 août 2021)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Usain Bolt.
Robert Marchand.
Les Joyeux drilles de l'escadrille.
Michael Collins.
John Glenn.
Thomas Pesquet.
Youri Gagarine.
Quand Jacques Chirac sauva le Tour de France…
Raymond Poulidor.
L’exploit de Thomas Coville.
La France qui gagne.
Communion nationale et creuset républicain.
Faut-il haïr le football en 2016 ?
Les jeux olympiques de Berlin en 1936.
Les jeux olympiques de Londres en 2012.

_yartiBoltUsain04
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Furax Furax 21 août 12:40

    Tu suis pas l’actualité en fait :

    Macron est bien plus rapide que Bolt !


    • Fergus Fergus 21 août 13:16

      Bonjour, Sylvain

      J’ai toujours été impressionné par les performances d’Usain Bolt, un personnage de surcroît sympathique.

      Pour autant, cela fait très longtemps  grosso modo depuis les années 80, l’époque de Merlene Ottey  que je me pose des questions sur les performances jamaïcaines.

      Comment un pays de 3 millions d’habitants peut-il parvenir à damer le pion en sprint à l’usine à champions que sont les Etats-Unis, 330 millions d’habitants  110 fois plus que la Jamaïque ! — et des moyens colossaux dans les centres de formation et d’entraînement ?

      Pourquoi, avec une population de même profil n’obtient-on pas de résultats, ne serait-ce qu’approchant, dans les autres îles des Caraïbes ?


      • sylvain sylvain 22 août 13:33

        @Fergus
        que dites vous, fergus, du fait que ces ces articles sont imposés par des moyens irréguliers qui contreviennent aux règles d’AV comme a la plus élémentaire des civilités ??
        Je vous demande ça parce que je vous vois régulièrement intervenir « constructivement » sur ces articles, et que je m’étonne que vous cautionnez ce genre d’agissements.

        Sinon la répoinse a votre question est évidente, ce qui fait les sportifs jamaicain c’est la marie jeanne, comme pour les artistes !


      • Esprit Critique 21 août 18:18

        Rédiger un tel fouillis est un exploit !


        • devphil30 devphil30 22 août 07:26

          @Esprit Critique

          l’exploit est journalier voir 2 fois par jour
          Comment se débarrasser d’une tique rédactionnelle pareille 
          C’est consternant de voir le niveau caniveau de ces interventions


        • sylvain sylvain 22 août 13:29

          @devphil30
          D’autant que l’animal pervertit le système d’AV. D’une manière ou d’une autre, certainement par des identités multiples, rakoto fait passer ses articles en force. Si vous avez la « chance » de tomber sur un de ses articles en modération ( il n’y restent en général que quelques minutes), vous verrez que les votes sont toujours
          largement négatif et que l’article est toujours publié.
          Notre délinquant nous a ainsi imposé pas loin de 3000 articles.


        • devphil30 devphil30 22 août 17:16

          @sylvain

          Je n’ai pas accès à la modération mais cela devrait être reconnu et faire l’objet d’un contrôle et d’une remise en question de ces publications rejetés par tous

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité