• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > Chapursan, quand la nuit de Zoodkhun dévoile l’univers

Chapursan, quand la nuit de Zoodkhun dévoile l’univers

Eloigné de toute source de pollution, y compris lumineuse, Zoodkhun, village de haute montagne situé au bout de la vallée pakistanaise de Chapursan, aux confins afghans et chinois, est un lieu exceptionnel pour observer le ciel nocturne.

Zoodkhun, village de haute montagne situé au bout de la vallée pakistanaise de Chapursan, aux confins afghans et chinois

 

La porte vers un autre monde sans limites

 

Zoodkhun, les rayons du soleil descende dans la vallée de Chapursan © Bernard Grua
Zood Khun, chaîne de montagne ouests vers l’Afghanistan, la lumière descend dans la vallée 05:45 du matin,début août

 

A l'extrémité de l’Asie Centrale et au bout de l’étroite vallée de Chapursan, Zoodkhun est entouré sur trois côtés par les hautes montagnes du Karakoram, de l‘Hindou Kouch et du Pamir. Dès la fin du crépuscule, s’impose le sentiment d’être dans un milieu quasiment clos plutôt que dans un large espace encerclé par les bords inférieurs d’une voûte céleste dont l’observateur se trouverait au centre. En levant les yeux, il lui semble que le vrai monde ne se trouve pas sur la planète où il se tient. Celle-ci n’en serait qu’une infime cellule. Car la nuit n’est ni noire, ni bleue. Elle n’est pas « une ». Elle n’est pas un couvercle. Elle n’existe pas. C’est un jour différent. Le jour d’un univers gigantesque et brillant.

 

Zoodkhun, à lheure ou les étoiles s'allument © Bernard Grua
Début de soirée, les dernières lueurs du soleil n’ont pas encore disparu. Mais l’air est tellement pur qu’ une multitude d’étoiles est déjà visible

 

Un étonnement vertigineux

 

Voie lactée à Zoodkhun, vallée de Chapursan © Bernard Grua
Voie lactée, Zoodkhun, vallée de Chapursan - 04/08/2014 - 22:30 

L’effacement des derniers rayons du soleil réveille, dans un vertige inconnu, un surpeuplement de l’espace, une multiple luminosité immense et inconcevable. L’obscurité est comme remplacée par du sable où chaque grain serait scintillant. On se dit alors que l’anthropique pollution lumineuse nous a, ailleurs, privés d’une telle vision. Pourtant, en atlantique ou en méditerranée, même très au large, il est impossible d’accéder à cette révélation.

 

Un infini scintillant grâce à un air pur et transparent

 

À Zoodkhun, l’atmosphère est trop sèche pour être voilée d’une imperceptible brume d’évaporation, qu’un sol aride peinerait de toute façon à fournir. L’air raréfié, d’une altitude frisant les 3 500 m, ne s’oppose pas au rayonnement des astres comme en d’autres contrées plus proches du niveau zéro des cartes. Le village est tellement éloigné de tout centre urbain que pas une lueur artificielle ne vient en contaminer le ciel. Par les nuits sans vent, aucune poussière n’est en suspension. Ainsi le regard, s’il évite d’être distrait par les régulières étoiles filantes, distingue une multitude quasi jointive d’étincellements colorés derrière lesquels d’autres lueurs s’étendent vers un infini paradoxalement envisageable quoique défiant toute imagination.

 

Voie lactée à Zoodkhun, Vallée de Chapursan © Bernard Grua
Voie lactée, Zoodkhun, vallée de Chapursan - 04/08/2014 - 22:30 

 

Ces vues ont été prises juste à côté de la maison d’Alam Jan Dario qui, avec son épouse, Haji Bibi, héberge les voyageurs à Zood Khun et à Baba Ghundi dans ses deux Pamir Serai Guest Houses.

 

Bernard Grua

 

Cet article est préalablement paru sur le blog de Bernard Grua : Regards sur le monde.

 

Autres articles en français, sur Agoravox, par Bernard Grua, sur le même thème :

 

Le Grand Jeu : rencontre anglo-russe aux confins du Pamir, de l’Hindou Kouch et du Karakoram.

Vlogueurs, Instagrameurs & Blogueurs présentent-ils un Pakistan en trompe l’oeil ?

La Karakoram Highway, prototype des nouvelles Routes de la Soie ?

Pakistan, l’extrémisme comme conséquence de l’arriération ou comme crise de la modernité ?

Quelques réflexions sur le développement d’un tourisme responsable et communautaire dans la vallée de la Hunza, Pakistan

 

Autres articles en anglais, par Bernard Grua, sur le même thème :

 

What to see and what to do in a short period of time in Hunza ?

Wakhi people and Pamir life ex-libris

Portraits, Wakhi in relation with other people of their areas

Wakhi mountain houses of Zoodkhun in Chapursan Valley, northern Pakistan

How past and present religions built a tradition palimpsest in a high valley of northern Pakistan

Report of a French traveler about a domestic hate speech against the Wakhi minority of Chapursan Valley and its male international guests.

Zoodkhun, Chapursan Valley, a life environment determined by altitude and remotness

Zoodkhun Village in Chapursan Valley preserves a scenic and authentic mountain oasis landscape

What place for Zoodkhun into the global world ?

 

Voir l’album photos des paysages et villages de la Haute Hunza.

 

Pakistan: Haute vallée de la Hunza

 

Voir l’album photos des Wakhis de la Haute Hunza

 

Pakistan: Wakhis du Gojal, haute vallée de la Hunza

 

Sauvegarder cet article sur Pinterest

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Septime Sévère 7 septembre 18:42

    Le ciel nocturne creusois n’est pas mal non plus. On arrive à voir à l’oeil nu Sirius et le laser de la discothèque. 

    « Hunza » n’est pas un nom inconnu sur Agoravox ; Olivier Cabanel nous a déjà fait un article sur l’eau de cette région qui fait vivre plus que centenaire. 


    • Septime Sévère 7 septembre 20:36

      @Septime Sévère
      .
      Bon, je rigole. A vingt kilomètres de Guéret en rase campagne j’ai au minimum par nouvelle lune la magnitude 5 facilement à l’oeil nu. 


    • Bernard Grua Bernard Grua 8 septembre 11:30

      @Septime Sévère
      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire. Effectivement, il existe, heureusement, en France des endroits encore préservés de la pollution industrielle et lumineuse. Par temps clair, sans humidité et sans lumière lunaire, on peut y observer les astres. Vous faites partie de ces observateurs chanceux. Mais ce que je raconte ici est une impression que je n’avais encore jamais eue. C’est de voir un ciel nocturne coloré, particulièrement au niveau de la voie lactée. On aurait dit une éruption volcanique. En réalité, j’avais déjà rencontré cette situation dans le Pamir tadjik à 4000 mètres d’altitude. A l’époque, je l’avais attribuée, à tort, aux éclairages supposés d’une bourgade, Alichour, située à quelques dizaines de kilomètres..   


    • Bernard Grua Bernard Grua 8 septembre 11:49

      @Septime Sévère
      L’exceptionnelle longévité que l’on attribue aux habitants de la Hunza est un « bruit de fond » tenace que l’on entend depuis l’époque où très peu de visiteurs occidentaux parcouraient cette région. Il s’agit d’une information qui refait surface régulièrement. Elle est certaine de toucher un large auditoire tant elle correspond à ce que l’on a envie de lire.
      Des études sérieuses et documentées on quelque peu éborgné ce mythe, mais elles sont moins attractives, car elles ne permettent pas de partager le rêve commun d’un Eden auquel on aurait envie de croire.
      Il n’en reste pas moins que les propriétés minérales de l’eau de ces montagnes sont incontestables et qu’une nourriture saine, quoique parfois trop frugale, ait pu avoir des effets bénéfiques.
      Vous me donnez l’idée de faire un papier sur Agoravox à ce sujet.


    • foufouille foufouille 8 septembre 11:58

      @Bernard Grua

      cabanon en a déjà fait un et sa critique est interdite.


    • Bernard Grua Bernard Grua 8 septembre 13:11

      @foufouille
      Merci pour cette information. Je pense que vous vous parler de cet article : https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/j-ai-decouvert-l-eau-de-jouvence-44191 Pour ce qui est de l’eau, peut-être les particularités physiques sont elles exactes ? Malheureusement, l’article n’est pas sourcé. Il n’est pas vérifiable.
      L’introduction est bien ce que j’annonçais.

      « Les Hunzas vivent plus que centenaires, en parfaite santé, pratiquement sans cancer, ni rhumatismes ni caries dentaires.
      Ils habitent la vallée de Hunza, dans l’Himalaya, au Pakistan.
      Les femmes sont capables d’avoir des enfants à un âge avancé.
      Ce peuple qui regorge de vitalité... »
      On est dans le « bruit de fond », une sorte de vérité établie que l’on ne se donne plus la peine de justifier. Et pourtant, que de démentis ont été publiés à ce sujet depuis 100 ans. 

    • foufouille foufouille 8 septembre 13:27

      @Bernard Grua

      c’était en réalité un âge fictif basé sur la sagesse ce qui existe aussi en amérique du sud.


    • Bernard Grua Bernard Grua 8 septembre 13:42

      @foufouille
      « C’était en réalité un âge fictif basé sur la sagesse » C’est exact. C’était aussi ce que racontait le Mir (Prince) de Hunza aux voyageurs de passage. Il était le seul à pouvoir communiquer avec eux. Il leur servait ce qu’ils voulaient entendre, comme aujourd’hui de pseudos médias relatifs à la santé, vivant des clics qu’ils suscitent grâce à la pub qu’ils insèrent. 


    • Bernard Grua Bernard Grua 8 septembre 13:54

      @foufouille
      Alam Jan Dario, l’homme chez qui je résidais, dans la Hunza, avait moins de 50 ans. Il a, à la place des genoux, des prothèses. Sa mère percluse de rhumatisme ne se déplace quasiment plus et est presqu’aveugle. Son frère, Sarfraz Khan, est mort d’un cancer. Il avait à peine 50 ans. Peu de temps après cette disparition, son pèreHaji Muhammad, est décédé.


    • Septime Sévère 8 septembre 14:09

      @Bernard Grua
      .
      Rassurez-vous, je faisais bien référence à l’article que vous avez retrouvé qui fut écrit par un auteur de ce site dont personne ne se lasse mais que pas trop ne prennent au sérieux. 


    • Bernard Grua Bernard Grua 8 septembre 18:14

      @Septime Sévère
      Pourtant j’aimerais mieux comprendre ce qu’il dit sur l’eau. Je souhaiterais, c’est le cas de le dire, connaître ses « sources ».


    • foufouille foufouille 8 septembre 18:18

      @Bernard Grua

      la source est le hoax qui est sur le net.


    • Bernard Grua Bernard Grua 8 septembre 21:44

      @foufouille
      Bon, merci ! On comprend qu’il n’y ait aucun lien et qu’on ne retrouve pas cette information sur des articles qui ne sont pas des p***àClic.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 septembre 23:11

      Sont mignonnes les petites puces et le petit loup . Sinon Polynésie Raiatea ...la voix lactée qui défile allongé sur un ponton...le pied.


      • Bernard Grua Bernard Grua 8 septembre 11:51

        @Aita Pea Pea, bonjour
        Merci pour commentaire. La voie lactée à Raiatea... cela doit être sublime. Vous avez de la chance.


      • Septime Sévère 8 septembre 14:12

        @l’auteur

        Quel est le temps de pose des deux dernières photos ? 


        • Bernard Grua Bernard Grua 8 septembre 14:56

          @Septime Sévère
          Full frame

          Photo verticale : ƒ/3.5 , Focale 28.0 mm , Pose 15 secondes, Iso 6400

          Photo horizontale : ƒ/3.5, Focale 28.0 mm, Pose 30 secondes, Iso 6400

          Sur la photo horizontale, la rotation de la terre est déja perceptible. Et les deux photos ont trop de grain en raison des ISO poussés.


        • Eikthyrnir Odinson Eikthyrnir Odinson 12 octobre 10:21

          Mais c’est un superbe endroit les montagnes et les étoiles dans le ciel nocturne c’est juste exceptionnelle. smiley


          • Eikthyrnir Odinson Eikthyrnir Odinson 12 octobre 10:24

            Super si nous pourrions encore avoir un ciel comme ça chez nous ... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité