• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > Impressions de BIRMANIE

Impressions de BIRMANIE

Tôt, sur les rives du grand fleuve né dans l'Himalaya, l'aube se réveille et déjà quelques fleurs étirent leurs fils blancs chargés de la rosée de l'Irrawaddy. Les troncs squamés des grands acacias cachent le jeu des écureuils qui se confondent avec leur robe assortie.

JPEG 

Sans-gênes, excités, ils indisposent la petite chouette qui maintenant cherche à s'endormir. 

Un peu plus loin, Bagan cité millénaire des rois birmans, épouse l'arrondi du fleuve et s'allonge sur sa rive sud en éparpillant ses richesses presque oubliées ; des stûpas et les pagodes par centaines.

JPEG 

Baignée chaque matin par une nappe brumeuse silencieuse, elle semblait propice au bouddhisme qui l'a fait naître, pourtant ses fidèles l'ont quittée. Le site n'en féconde toujours pas moins l'imagination... 

JPEG 

La nuit s'en est allée maintenant et la brume diffuse, persiste ici et là entre quelques hauts palmiers. Un moine promène sa robe pourpre aux abords des temples anciens et finit par en choisir un pour y pénétrer. Les postures qu'il affecte trahissent sa dévotion. Quel est le sens de sa méditation ? Sa proximité avec Bouddha lui apporterait-elle les réponses que les autres hommes ignorent, sinon pourquoi lui consacrer sa vie ?

 

JPEG 

Ce matin, avant les heures chaudes, le Siam se dévoile insensiblement. Des hauteurs de Kalaw l'œil domine les nuages encore engourdis et décèle le lac de Nyaung Shwe qu'il faudra atteindre.

JPEG 

 La plénitude apparente ne laisse pas deviner ce que nos instincts semblent avoir oublié. L'humanité change. Les ethnies autochtones belliqueuses n'ont plus à craindre de leurs ennemis Naga cannibales, qui ont rangé leurs pratiques anciennes. Pourtant, la mémoire de leurs victimes réveillées par une prochaine réincarnation pourrait leur rappeler.

La spiritualité imprègne la vie et les paysages qu’ils transcendent avec ces constructions presque inatteignables. Sauf au prix d’un effort (de centaines de marches) à la hauteur de l'offrande à consentir, comme au Mont Popa couronné d’un monastère. Le regard y touche l’infini de toute part.

JPEG 

Un peu plus loin au sud, près du lac Inle, les stûpas des Inta lèvent leurs girouettes vers le ciel depuis le XIIe siècle. Ils se blottissent autour des pagodes, architectures élégantes qui cachent leur Bouddha. Le temps en a épargné des milliers ; l'hypothèse d’une protection divine se révélerait-elle là ?

JPEG 

Ils rappellent la croyance perpétuelle de ces hommes désintéressés, de tout si possible, sauf des textes sacrés qu'ils marmonnent au pied des statues alourdies de feuilles d'or. Ces doigts levés signent la permanence de leur ferveur.

Comme les Vénitiens quelques siècles plus tôt et pour des raisons semblables, les Inta se sont réfugiés sur des pilotis au sud-ouest du lac Inle.

JPEG 

Pendant que les premiers éclaboussaient l'Europe de leur culture époustouflante, les Inta chassés du Sud de la Birmanie, commençaient à cultiver leur nourriture sur des jardins flottants comme aujourd'hui.

JPEG 

Leurs pirogues n'ont que le noir laqué des gondoles mais elles conservent encore leur utilité première pour chaque moment de la journée. Si les Vénitiens ont perdu l'authenticité de leur quotidien qui émerveilla tant Henri III, les Inta nous livrent le témoignage vivant du mode de vie de leurs ancêtres. Pour combien de temps encore ?

JPEG 

Trois millions de touristes visitent la Birmanie aujourd'hui, ils en espèrent bientôt trente millions… 

En attendant, entre ciel et lac, ils dominent les parterres de jacinthe d'eau, où les couples de canards glanent leur pitance entre les pirogues balancées par les vagues de leurs consœurs. Leur vie active se cale au gré des saisons et des lueurs du soleil, personne n'échappe au rythme ancestral. Alors on se perd en conjectures quant à notre intrusion. Le bonheur de cette jeune fille magnant délicatement sa frêle pirogue dépend de quel avenir ? Du bonheur apparent de ses parents qu'elle saura sans doute reproduire ou de la nouvelle vie que les visiteurs apportent sans le savoir dans leurs bagages ? 

Les plumeaux argentés qui plient la hampe des roseaux lui souffleront peut-être la réponse à moins qu’un ermite, dévot lui aussi, le lui dévoile secrètement au hasard d'une rencontre sous les auspices d'une pagode...

JPEG 

Cent trente-cinq ethnies parfois encore ennemies, composent la Birmanie dessinée par les colons. Toutes différentes hier, et demain toutes semblables dans un pays qui aura organisé une paix mono ton. C'est le prix à payer pour entrer dans l'ère de notre siècle modernisé. Leurs origines géographiques, leurs coutumes si variées et leurs territoires actuels, richesses essentielles auxquelles ils s'accrochent, esquissent les difficultés pour y parvenir. N'est-ce pas cependant préférable pour tous ?

JPEG 

A NGAPALI, non loin du territoire des Rohyngia, levés par les thermiques de ce début d'après-midi, les courants d'air rôdent à la surface de l'immense golfe du Bengale et se chargent d'une chaleur pesante au contact du sable brûlant de la plage.

JPEG 

Cette atmosphère lourde semble écraser même les vagues qui peinent à se dresser. Pourtant, les crabes aux aguets sur les rochers épars de la plage, attendent.

JPEG 

Rien ne laisse penser qu'ici, la mousson camouflée derrière ses épais rideaux de pluie accable régulièrement la nature de ses violences. Les hommes habitués l'attendent pourtant chaque année avec intérêt ; elle contribue à leur existence, simple comme à Thandwe, où les familles de pêcheurs sèchent leurs prises sur la plage.

JPEG 

La vie y est tranquille, à l’abri de l’effervescence Rohyngia que la proximité des hôtels internationaux (propriété des militaires) protège.

A YANGON, l’ancienne capitale est entre les mains de quelques familles proches des chefs militaires encore impliqués dans une partie de l'exécutif. Le patrimoine qu'ils ont accaparé, mines de gem, exploitation des gisements naturels, ou développé pour leur compte comme certains grands hôtels, activités touristiques... les a enrichis éhontément. Leurs familles paradent au volant de voitures luxueuses pour se retrouver le soir dans un snack-bar à la mode. La "rue" ne les regarde même pas. Est-ce par mépris ou par résignation ?

Le soir, les quartiers bien gardés des nantis se distinguent par les barbelés qui hérissent les pourtours de leurs propriétés imposantes.

Ailleurs, en suivant le "circulaire", cette ligne de chemin de fer d'un autre temps qui enceint une bonne part de la ville, d'autres quartiers vont se révéler, plus grands, plus nombreux.

JPEG 

On laisse la gare centrale et sa façade, œuvre coloniale majestueuse salie par le temps, pour remonter lentement la rive est du fleuve. Là, sont agglutinés les paillotes fragiles et leurs occupants misérables.

Les chiens avachis à longueur de ces chaudes journées laissent passer le train sans un regard ni d'ailleurs pour les poulets maigrichons autour d'eux insuffisants à leur pitance. Soudain, la frénésie d'un marché surprend les voyageurs assoupis après leurs en-cas servis bruyamment par les petits vendeurs nombreux qui arpentent les wagons. Les fenêtres sans vitre et les accès sans porte sont pris d'assaut. Les sacs jetés dans le wagon débordent d'agrumes appétissants en apparence, provenant des champs alentours.

Ils s'étendent en bordure d'une modeste rivière, épaisse, encombrée des salissures dégoulinant de ses berges. Les riverains exploitent comme ils peuvent les terrains disponibles, même ceux adossés aux remblais de la voie ferrée.

JPEG 

Les nuances sombres de la rivière encrassée se retrouvent dans les reflets des flaques de parcelles irriguées. La vie trépigne pourtant dans les villages qui s'étirent entre les petites stations en réfection par des travailleurs qui ignorent le repos, comme les vendeurs, les paysans...

Après un périple de trois heures la boucle se referme sur la station principale du départ, coeur de Yangon.

La cité est disparate. Son cœur religieux s’impose à la ville et aux hommes. Ses pagodes Sule et Shwedagon, nées au firmament du bouddhisme semblent encore là pour l'éternité…

JPEG 

Pendant que les traces de son passé colonial laissées souvent sans soins, se fragilisent à proximité des marchés entourés d’une circulation étouffée. Pour combien de temps encore ?

JPEG 

Cette époque de leur histoire serait-elle à effacer ? Au profit de constructions plus récentes ?

JPEG

 

Cent trente-cinq ethnies qui n'ont rien demandé, parfois même toujours ennemies, s'éparpillent sur le territoire de la Birmanie. Toutes différentes hier, et demain toutes réunies dans un pays que ces dirigeants auront unifié aux forceps.

 

C'est le prix à payer pour que le pays entre dans l'ère de notre siècle modernisé. La diversité de leurs origines esquisse les difficultés pour y parvenir. N'est-il pas cependant préférable pour tous de s'unir autour d'une même première langue le Birman, les sept principales ethnies apprenant en seconde langue celle de leur naissance ?

L'affaire est compliquée et le contexte difficile ; la Birmanie est en guerre. 

Au nord-ouest du territoire, il se dit que les chefs militaires moyennant finances reçues des passeurs, auraient laissé entrer un million de Bengalis (Rohingya) contre lesquels les bonzes organisent maintenant des pogroms.

Au nord, le territoire est sous contrôle d'une ethnie spécialisée dans l'exploitation du ‘’coquelicot’’, l'opium. Deuxième producteur mondial après l'Afghanistan, elle bénéficie du soutien du voisin chinois qui a des vues sur ce territoire. Armée par les Chinois elle oppose une résistance encore invaincue au gouvernement du Myanmar qui masse des militaires et des moyens policiers au nord du pays. Tellement dépendante du tourisme, Madame Aung San Suu kyi marche sur des œufs pour régler ces obstacles. Une rafale d'arme automatique sur une plage d'un de ses nombreux opposants "façon terrorisme Tunisien", serait suffisante pour anéantir tous les efforts réalisés pour le développement de la nécessaire manne touristique.

Si la marche effrénée du modernisme a mis deux siècles pour transformer les « pays développés », la Birmanie n'aura pas le même délai pour les rejoindre. La nonchalance de ces populations imprégnées du rythme de leur histoire, sera heurtée par la brutalité des exigences actuelles qui gagnent.

Combien de générations en pâtiront ?

JPEG 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • agent ananas agent ananas 1er juin 08:09

    Mingalaba

    Article ambitieux qui hélas gratte que la surface tant le Myanmar (ex Birmanie) est un pays complexe.

    Moi même, lors de cinq années passées au Myanmar (2012/2017), après avoir initialement crapahuté avec les karens dans les jungles le long de la frontière birmano-thai en 1994 (avant la chute de Manerplaw) et un premier séjour à Yangon à la première levée d’assignation à résidence de Daw Suu en juillet 1995, ce pays demeure pour moi un mystère.

    Le peu de ce que j’ai compris de ce pays je l’avais écris sur ce fil où je donnais mes impressions dans un échange nourri.

    Merci pour les photos qui me sortent de la monotonie de ma banlieue de Washington. C’est avec nostalgie que je me souviens des pagodes dorées, du chaos autour de Sule et celui à la sortie des mosquées les vendredis vers midi, des nombreuses tasses de « chai » bues assis sur des petits tabourets en plastique à même le trottoir, les centaines (milliers ?) de temples de Bagan, les promenades à pirogues sur le lac Inle et les immenses plages de sable blanc quasi désertiques dans la péninsule de Dawei.


    • L'apostilleur L’apostilleur 1er juin 09:10

      « Article ambitieux qui hélas gratte que la surface tant le Myanmar ... »

      Article sans ambition.

      Ces quelques notes, grattées pendant le séjour, reflètent simplement les impressions d’un observateur curieux de ce pays et chanceux de s’y être promené à ce moment de son histoire qui s’emballe.


      • L'apostilleur L’apostilleur 1er juin 09:32

        En septembre 2017, à propos des Rohingya, vous vous en souvenez peut-être, des échanges soulignaient que « ...le Myanmar (ex Birmanie) est un pays complexe »

        https://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-rohingya-au-myanmar-victimes-196752


      • agent ananas agent ananas 2 juin 07:10

        @L’apostilleur
        « Impressions », en effet. Autant pour moi...
        Merci pour la piqure de rappel... Dernières semaines à Yangon avant mon départ pour Washington.


      • OMAR 1er juin 12:27

        Omar9

        .

        Bonjour l’Apostilleur : "Tôt, sur les rives du grand fleuve né dans l’Himalaya, l’aube se réveille et déjà quelques fleurs étirent leurs fils blancs chargés de la rosée de l’Irrawaddy. .

        .

        Et pendant ce temps-là, Aung San Suu Kyi extermine du Royingha :

        https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/12/04/aung-san-suu-kyi-accusee-de-passivite-face-au-genocide-des-rohingya-en-birmanie_5043057_3216.html

        Elle n’est pas belle la vie ?


        • JC_Lavau JC_Lavau 1er juin 12:37

          @OMAR. Il me semble que tu n’es pas birman.


        • L'apostilleur L’apostilleur 1er juin 18:18

          @OMAR

          Bonjour Omar, l’histoire des peuples s’apprécie sur de longues périodes.

          Les musulmans Rohingya ont profité de la domination britannique pour combattre les bouddhistes et s’installer sur leur territoire, peut-être s’en souviennent ils ? Avec en 1942/43 des massacres dans les deux camps. Les Birmans auraient-ils l’intention de récupérer ce qu’ils pensent leur appartenir ? Comme les espagnols du XVe s., peut-être un jour les chypriotes grecs et d’autres ailleurs...


        • popov 1er juin 19:15

          @OMAR

          Les Birmans ont compris que l’islam ne s’arrête que là où on l’arrête, que quand on tend la main à l’islam, il vous prend le bras.
          Les Chinois et les Russes aussi l’ont compris.
          Le reste du monde suivra.


        • OMAR 1er juin 20:17

          Omar9
          .
          Salut @L’apostilleur :
          .
          Vous racontez l’histoire à votre convenance, éludant tout ce qui pourrait contrarier vos opinions ou convictions.
          .
          Sauf que les Rohingyas, sont un peuple indo-aryen, comme en atteste leur langue,et leur présence en Arakan est,au moins antérieure au VIIIe siècle après Jésus-Christ.
          Ils se sont devenus musulmans au XVe siècle, alors qu’à l’époque la région était un État vassal du Bengale, donc, n’ayant aucun lien avec l’actuelle Birmanie.
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Rohingya
          .
          Mais en vous référant à l’Espagne andalouse ou à Chypre, je doute que vous tiendrez la même rhétorique, la même logique historique pour tout le continent américains, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et d’autres contrées...


        • OMAR 1er juin 20:31

          Omar9
          .
          @JC_Lavau
          .
          Je ne suis pas effectivement birman, ni palestinien, tibétain ou sud-africain.
          .
          Je suis juste un être humain qui n’accepte pas l’injustice, l’ignominie la haine, le mépris et la barbarie.
          .
          Et je suis par conséquent naturellement solidaire de tous ceux qui souffrent de ces fléaux, qu’ils soient yéménites, inuites, yézidis, tutsis, kurdes, indiens d’Amazonie, ou simples voyageurs d’Atocha, promeneurs de Nice ou encore enfants juifs de Toulouse.


        • L'apostilleur L’apostilleur 1er juin 21:50

          @OMAR

          « Vous racontez l’histoire à votre convenance... »

          L’histoire est ainsi faite.

          Trouvez un seul endroit sur la planète et depuis 13 siècles ou l’islam a communié avec les sociétés où il est arrivé. L’islam est immiscible, c’est ainsi et vous n’y êtes pour rien. J’ai rencontré récemment (entre autres) une famille Ouzbek à Samarcande, la mère prof de français le fils 8e année de médecine en quête d’une épouse ; adorables. Nous avons abordé les relations interreligieuses, ils considéraient possible un mariage avec une juive ou une orthodoxe... qui se convertiraient à l’islam. Je leur ai évidemment demandé si l’inverse était envisageable, ils m’ont répondu que c’était impossible.

          Tout est dit.

          Ps :

          - après 70 ans d’occupation soviétique beaucoup préfèrent la vodka aux contingences de la religion musulmane. C’est un signe d’ouverture ou de déchéance d’après vous ?
          - Il n’y a quasiment plus de juifs en Ouzbékistan, le « nettoyage » est presque terminé à Boukhara. Leur histoire faite d’humiliations et d’avilissements explique leur départ.


        • Cadoudal Cadoudal 1er juin 22:05

          @OMAR
          Rentre chez toi mon colon, tu nous fatigue...

          "Alger : après une altercation, un chauffeur de bus français écrase un automobiliste .
          http://www.leparisien.fr/faits-divers/homme-ecrase-par-un-chauffeur-de-bus-la-victime-est-tombee-morte-au-sol-29-05-2019-8082804.php

          Mort d’Omar, 19 ans, près de Bejaia : Tué par balle pour « un mauvais regard », 3 suspects en fuite en Francehttp://www.leparisien.fr/faits-divers/mort-de-theo-19-ans-pres-de-caen-le-jeune-homme-tue-pour-un-mauvais-regard-30-05-2019-8083014.php


          Oran : le Français, clandestin, intégriste catholique et surveillant de lycée, avoue avoir posé une bombe au nom du GUD

          http://www.leparisien.fr/faits-divers/explosion-a-lyon-le-suspect-a-avoue-avoir-concu-la-bombe-29-05-2019-8082699.php


        • OMAR 1er juin 23:36

          Omar9
          .
          @L’apostilleur : " L’islam est immiscible,

          .."
          .
          Donc, à vous lire, les musulmans qui vivent du Maroc jusqu’en Indonésie,
          ne sont pas les indigènes de ces pays, mais tous des .... arabes (venus d’Arabie) !!!
          https://asialyst.com/fr/2017/08/31/menaces-islam-indonesienne/
          .
          Concernant les mariages interreligieux, ils sont nombreux.
          Et s’il et vrai que chaque partie cherche à tirer son conjoint vers sa religion, certains pays européens, à l’image de la Suisse, s’impliquent partialement dans l’orientation religieuse jusqu’à proscrire les noms et prénoms musulmans et restreindre la liberté du culte :
          https://blogavocat.fr/space/chems-eddine.hafiz/content/droit-des-cultes---restrictions-de-la-liberte-de-religion-des-musulmans-en-suisse_af5e5551-a6c6-d73a-52ef-817148f8a247
          .
          Enfin, vous ne prenez que les exemples extrémistes pour les généraliser à l’ensemble des pays musulmans.
          Et bien sûr, vous ne parlerez jamais, par exemple de la représentativité politique des députés juifs iraniens ou, juste cette semaine, de la Grhiba, ce pèlerinage des juifs tunisiens :
          https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/05/23/en-tunisie-forte-affluence-au-pelerinage-juif-de-la-ghriba_5465925_3212.html
          .
          Mais vous avez raison : votre histoire doit être ainsi faite : préconçue, tendancieuse et inique...


        • L'apostilleur L’apostilleur 2 juin 00:02

          @OMAR

          "Donc, à vous lire, les musulmans qui vivent du Maroc jusqu’en Indonésie, ne sont pas les indigènes de ces pays..."

          Si ce commentaire répond à l’immiscibilité de l’islam avec les autres sociétés, c’est la divergence d’un mauvais avocat.

          Faite plus simple si vous le pouvez, dites nous, où et quand l’harmonie s’est révélée entres les musulmans et les autres communautés.


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 juin 00:20

          @L’apostilleur

          Faut un peu lui parler de ce que font les musulmans des qu’ils ont le pouvoir en Asie du Sud Est ...lol .


        • OMAR 2 juin 01:29

          Omar9

          Encore une fois ; @Aita arrête de faire PI PI....
          .
          Regarde plutôt l’Occident, donc les chrétiens, dés qu’ils ont le pouvoir non pas en Asie, mais à travers tout l’univers :
          .
          Demande donc ce qu’en pensent les indiens, aborigènes, malais, africains, vietnamiens, cambodgiens, amérindiens, chinois, hindous...
          .
          Tiens, va te balader du coté de Auschwitz pour contempler les vestiges de vos véritables valeurs.
          Et la tu pourras lire ce qu’ont été les 2000 ans de terreur, crimes et répression du Christianisme sur l’humanité :
          http://www.astrosurf.com/nitschelm/Page_noire_christianisme.htm


        • OMAR 2 juin 01:41

          Omar9
          .
          @L’apostilleur
          .
          Votre meilleure preuve d’harmonie avec d’autres communautés sont le traitement que vous avez réservé aux quelques indiens d’Amérique rescapés de vos massacres : vous les avez parqué dans des réserves comme des animaux.
          .
          Sinon, je vous rappelle juste la Shoah et la solution finale offerte aux juifs européens.
          .
          Alors, avant de parler des musulmans et de leurs tares, regardez et traiter les vôtres.


        • Cadoudal Cadoudal 2 juin 01:48

          @OMAR
          Demande donc ce qu’en pensent les indiens...

          400 millions ?

          Hitler c’était une vraie tafiole, en même temps, végétarien, écolo, pro muzz, il aurait fait un bon Maire de Paris...

          L’historien musulman Firishta [de son nom complet Muhammad Qasim Hindu Shah, (1560 -1620) auteur de Tarikh-i Firishta et du Gulshan-i Ibrahim fut le premier à donner une idée du bain de sang médiéval que subit l’Inde durant la loi islamique. Il estima que plus de 400 millions d’Indiens furent massacrés pendant l’invasion et l’occupation islamique de l’Inde

          Les survivants étaient réduits en esclavage et les mâles castrés. La population Indienne était initialement estimée à près de 600 millions d’individus. Vers le milieu du XVe siècle Elle était tombée à 200 millions

          Ibn Battûta, qui traverse la région vers 1333, signale qu’« il y a au milieu de la route une montagne nommée Hindou-Kouch, c’est-à-dire qui tue les Hindous, parce que beaucoup d’entre les esclaves mâles et femelles que l’on emmène de l’Inde meurent dans cette montagne à cause de la violence du froid et de la quantité de la neige


        • popov 2 juin 01:51

          @OMAR

          Aita arrête de faire PI PI....

          Vous croyez vraiment que vos habituelles histoires de pipi caca font rire d’autres que vous ?

          Vous fustigez la colonisation de vos pays par l’Occident alors qu’elle a pris fin depuis des décennies et que maintenant c’est vous qui venez coloniser la France. Incapables de se hisser au niveau des pays développés, les mahométans viennent les coloniser pour les tirer vers le bas, pour qu’ils reviennent à leur niveau de crasse, de chaos, d’ignorance et de superstition..



        • foufouille foufouille 2 juin 08:44

          @OMAR
          c’est juste les minarets qui sont interdits pour éviter que tu imposes ta religion de merde et c’est la seule à vouloir s’imposer.


        • L'apostilleur L’apostilleur 2 juin 09:24

          @OMAR

          Je comprends que cette question à propos de l’immiscibilite de l’islam soit difficile et votre absence de réponse.

          Un progrès sera fait lorsque les pays musulmans du golfe accepteront que les familles de leurs travailleurs étrangers y vivent avec leurs familles.

          Autre exemple.

          Comme au Myanmar, les musulmans Ouzbek utilisent la religion comme socle unitaire de la nation. Ils tendent vers l’abandon de leur pseudo laïcité, l’instruction religieuse est limitée aux institutions reconnues par l’état. Les juifs presque tous partis, les derniers russes orthodoxes savent ce qui les attendent ; probablement le même sort que les Rohingya et ce ne sera pas facile car ils sont encore environ 5%.

          Les Birmans et les musulmans pratiquent la même épuration religieuse. Ce que l’Occident ne fait plus depuis des siècles.

          Au Kosovo....

          Etc.


        • OMAR 2 juin 12:38

          Omar9
          .
          @L’apostilleur :« Un progrès sera fait lorsque les pays musulmans du golfe.. ».
          .
          Que représentent les pays du golf en termes de pays et de population devant l’ensemble des musulmans, pour que, encore fois, vous généralisez leur idiotie et leurs condamnables comportements à l’ensemble des musulmans ?
          .
          En agissant ainsi, vous jouez au loup qui veut culpabiliser coute que coute l’agneau, en lui attribuant tous les problèmes du monde, à défaut de lui rapprocher un quelconque tort.
          .
          Et question d’épuration ethnique commise par l’Occident, encore une fois, vous jouez à l’amnésique, car je vous rappelle ce génocide encore frais dans la mémoire de l’Humanité : Srébrénica et toute sa population musulmane massacrée par cette horde barbare slave chrétienne :
          https://www.youtube.com/watch?v=x_TMVA9bYV8
          .
          Enfin, vous écrivez n’importe et tout, mais ne prouvez rien, que du vent....


        • foufouille foufouille 2 juin 15:18

          @OMAR
          je ne lis pas que c’était des muslims.
          sinon, on va remonter dans le passé jusqu’à tes anciens muslims qui castraient les esclaves noirs dés le début de ta religion.
          dan ses pays le muslim n’a pas évolué car trop consanguin.


        • L'apostilleur L’apostilleur 2 juin 15:24

          @OMAR

          Vous propos entraînent des dérives qui s’éloignent un peu trop du Myanmar.

          Pour en finir, vous rassurer et vous inciter à accepter cet état de fait, l’immiscibilité religieuse s’étend à d’autres pays, qui ont élevé la religion en dogme supranational. Ce qui est bien l’option des musulmans. https://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-immiscibilite-historique-des-189285

          Pour Srebrenica, si ce sujet vous intéresse (pour Mladic c’est une « revanche contre les Turcs ») vous trouverez les germes de cette tragédie. https://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-balkans-peuvent-ils-echapper-199085

          Bonne lecture.


        • popov 2 juin 15:54

          @OMAR

          Et question d’épuration ethnique commise par l’Occident...

          C’était une guerre de libération, comme la guerre d’Algérie. Je vous rappelle que les Turcs ont colonisé les Serbes pendant des siècles. Les Serbes de Bosnie ne voulaient pas retomber sous le joug des allahakbaristes. Ce sont des héros.


        • Ouam Ouam 3 juin 20:46

          @OMAR
          « ....blablas éternel de la chouineuse isalimste qui pratique sa taquia ..... »
           
          Omar tu veut que je te dise ?
          Tu nous fatigues (Formule courtoise, et aux vu des comms je suis pas le seul)
          Tu nous « gave » (Formule moins courtoise mais tellement plus juste)
           
          Tu n’a jamais été et ne sera jamais un défenseur des droits humain, ni un humaniste, c’est d’ailleurs impossible car tu te renierai toi-même...
           
          Le muslim fanatique (*) n’a jamais été « miscible » avec la libération de la/sa religion,
          donc le libre arbitre pour lui est impossible (le « etre soumis a »).

           
          (*) Comme les autres oufdingues des autres religions.

          Merci au passage a @L’apostilleur pour son récit et ses photos 


        • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus (TRoll de DRame) 3 juin 22:40

          @Ouam

          ce qui nous fatigue surtout les plus , c’ est que ce sont les gens les moins spirituel , les moins croyant qui instrumentalise la religion pour en faire un instrument de coercicion/conversion par la violence .

          Le vrai croyant n’ en as rien a faire de ce que fait le voisin , il travaile sur lui meme pour mériter son salut , il ne torture pas l’ autre pour marquer des point envers une politique/religion qui lui dit d’ aller se faire sauter .

          salam/shalom/paix et amen !!!


        • JC_Lavau JC_Lavau 1er juin 15:12

          Voir le 4e et dernier article d’Andrew Korybko sur le Myanmar et les risques de guerres hybrides orchestrées par les Tazunis :

          https://lesakerfrancophone.fr/guerres-hybrides-7-comment-les-usa-pourraient-semer-le-desordre-au-myanmar-44

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès