• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > ROME : Basiliques de SAINT-PIERRE du Vatican et SAINTE MARIE du (...)

ROME : Basiliques de SAINT-PIERRE du Vatican et SAINTE MARIE du Trastevere

Voici un petit reportage photo réalisé en 2014 :

Il commence par la Basilique SAINT PIERRE du VATICAN,

se poursuit à la Basilique SAINTE MARIE du TRASTEVERE.

Et enfin, Angélus (Pape François), PLACE Saint Pierre.

 

BASILIQUE SAINT PIERRE DU VATICAN

 

 Basilique Saint Pierre et son Obélisque Égyptien. (1626)

(Papale arcibasilica maggiore di San Pietro in Vaticano)

La Basilique est construite sur un emplacement où, dès le 2 ième siècle, les pèlerins venaient rendre un culte à Saint Pierre. Sa construction s'étala de 1506 à 1626. https://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_Saint-Pierre

 

 

 La Place Saint Pierre est l'oeuvre de Bernini : La Basilique (aux portes grandes ouvertes) est surmontée d'une coupole suggérant la tête d'un corps dont les deux bras étendus (colonnades) courent autours de la place pour accueillir les fidèles. (vue depuis la Coupole de la Basilique) https://fr.wikipedia.org/wiki/Place_Saint-Pierre

 

L'obélisque, quant à lui, a vécu une longue histoire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ob%C3%A9lisque_du_Vatican

 

 

 Les « Clefs de Saint Pierre » symbolisent le pouvoir spirituel donné par Jésus à l’Église Catholique.

« Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. » (Matthieu 16:18-19)

 

 

        Pie X

 

 

 

 

 

 Cappella della pietà (Michelangelo)

 

 

 Saint Jean Paul II

 

 

 Dôme

 

 

 Endroit précis, à l'entrée de la Basilique, où Charlemagne s'est agenouillé pour recevoir la couronne impériale des mains du Pape.

https://historyweb.fr/le-couronnement-de-charlemagne/&nbsp ; 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charlemagne

 

 

 Vue sur la Place Saint Pierre depuis la Coupole de la Basilique.

(le côté ''face'' est proposé plus loin)

 

 

 Sortie de la Basilique : Très bel hérisson posé sur une des portes à l'entrée de la Basilique.

(je n'ai pas encore trouvé sa signification / le symbole qu'il représente)

 

 

 

QUELQUES VUES EN PASSANT EN VILLE

 

 

 Statue de Giordano Bruno, brûlé vif et nu (après qu'on lui ait cloué la langue) le 17 février 1600 au Campo de' Fiori. C'était un génie, martyr de la liberté de penser. https://fr.wikipedia.org/wiki/Giordano_Bruno

 

 

 Il Vittoriano (Monument à Victor-Emmanuel II)

 

 

 Citation de Charles Baudelaire :

« Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous ; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. »

(inscription vue près de la Passeggiata del Gianicolo, en descendant à pied vers Trastevere)

 

 

 

 

 « Crème de visage à la bave d'escargot  » (BIO, évidemment)

Une recette millénaire, hydratante, tonique et astringente.

 

 

BASILICA DI SANTA MARIA IN TRASTEVERE

 

 

 Très ancienne Basilique (début du III siècle) – Ce site est considéré comme le premier lieu de culte Chrétien à Rome.

L'édifice sera tard reconstruit, et finalement décoré de ses splendides mosaïques, au XII siècle.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_Sainte-Marie-du-Trastevere

 

 

 Le Campanile de la Basilique date du XII siècle. Aviez-vous remarqué, tout au sommet du campanile, cette petite mosaïque de la Vierge à l'Enfant  ? L'Enfant faisant un signe de bénédiction.

 

 

 La façade est enrichie d'une très intéressante mosaïque. On note au centre : sans doute la toute première représentation connue de la Vierge allaitant. Elle est entourée de dix femmes portant chacune une lampe, symbole de virginité.

Les statues de trois papes sont en avant de la façade.

 

 Détail de la Vierge allaitant.

 

 

 Intérieur de la Basilique

 

 

 Mosaïque centrale – Jésus Christ et la Vierge, entourés (à notre gauche) par les saints Calixte, Laurent et par le pape Innocent II qui porte une maquette de l'église, et (à notre droite) par les saints Pierre, Corneille, Jules Ier et Calépode.

 

 

 Détail – Le Christ et la Vierge sont assis sur un trône divin.

En partie haute : la main de Dieu le Père couronne le Fils.

La Vierge est couronnée, et est somptueusement vêtue.

 

 

 Détail des mains – On note que le Christ pose sa main droite sur l'épaule droite de la Vierge, tandis que la Vierge semble effectuer la benedictio latina, de par la position des doigts (trois doigts ouverts avec pouce libre, et annulaire & auriculaire repliés unis). Mais étrangement, la Vierge fait le geste de la main gauche.

 

La représentation conjointe du Christ et de la Reine du Ciel évoque irrésistiblement l'époque antique qui précéda l'apparition du monothéisme Israélite. En Pays de Canaan/ Ougarit, étaient initialement vénérés le Grand Dieu El et sa parèdre Ashera. Ils eurent 70 enfants divins, dont Baal. Ce dieu incontournable a été celui de l'Agriculture et de l'Orage durant des millénaires. Bientôt, Baal supplantera El au panthéon Cananéen. La Tradition lui attribua alors Ashera comme parèdre.

Le culte de la déesse Ashera était important et distinct de celui de Baal. Le culte d'Ashera était très populaire (archéologie) et pratiqué par les femmes. La déesse Ashera avait le titre de Reine des Cieux.

 

Le dieu Yahvé ne faisait pas partie du panthéon Cananéen, et n'est apparu que plus tard. Il venait ''du Sud'' comme l'explique le théologien Thomas Römer, du Collège de France. ''Du Sud'' signifie Edom/ Madian/ Hijaz. Un Dieu donc initialement étranger au Pays de Canaan.

 

Au tournant du VI et du VII ième siècle avant JC, le roi Josias et ses prêtres ont introduit une réforme hardie menant à la monolâtrie puis, plus tard, au monothéisme. Cette réforme complexe eut pour effet, dans un premier temps, de transférer les attributs de Baal à Yahvé. Parallèlement, les prophètes et les fidèles de Baal étaient persécutés (Bible).

 

Une fois Yahvé installé au Temple de Jérusalem, la Bible nous enseigne que Josias a fait sortir de la maison de l’Éternel l'idole d'Ashera/ Astarté pour la brûler (2Rois 23:6). Le Culte d'Ashera a alors été durement condamné.

Bientôt, les attributs féminins de la déesse Ashera ont été transférés à Yahvé, ouvrant la voie vers le monothéisme. En même temps, le clergé masculin ''prenait le pouvoir'' en supprimant le culte féminin.

Avec l'éviction de la grande déesse, la mentalité patriarcale se trouva alors structurellement renforcée.

 

Plus d'informations, et de liens : https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/la-femme-victime-du-patriarcat-de-228795

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/l-enigme-des-hebreux-d-ou-viennent-225205

 

 

 Détail - Symbole du peuple rejoignant l'agneau divin : Deux files d'agneaux venant de Béthléem et de Jérusalem, viennent rejoindre le Christ.

 

 

Retour à l'hôtel par la Piazza Navona. C'était un stade antique au I siècle. Elle a été dotée de très belles fontaines au XVI et XVII siècle.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Piazza_Navona

 

 

 

PLACE SAINT-PIERRE, LE 28 SEPTEMBRE 2014

 

 

Le Pape François Place Saint Pierre : Rencontre, Messe, Angélus.

http://www.vatican.va/content/francesco/fr/events/day.dir.html/2014/9/28.html

http://www.vatican.va/content/francesco/fr/speeches/2014/september/documents/papa-francesco_20140928_incontro-anziani.html

 

 

 

 

 Saint Jean Baptiste, le Christ Rédempteur, et Saint André.

(la photo du groupe, prise de dos depuis la coupole, a été vue plus haut)

 

 

 

 

 Splendide horloge ''dans son jus''

 

 

 

 

 

 

 

CASTEL SANT' ANGELO

 

 

 Castel & Ponte Sant' Angelo

 

 

 Vue sur Saint Pierre depuis le Castel

 

 

 Vue sur le Pont Sant' Angelo, depuis le Castel.

 

 

 

 

BASILICA SAN GIOVANI IN LATERANO

 

 

 Basilique Saint Jean de Latran – '' Mère et tête de toutes les églises de la ville et du monde'' – édifiée au IV siècle. https://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_Saint-Jean-de-Latran

 

 ''Porte Sainte'', qui n'est ouverte que les années saintes...

Monumentale, en bronze, elle provient du Sénat Romain.

 

 ''Baldaquin'' du XIV siècle – Il contient deux bustes reliquaires, avec crânes de Saint Paul et Saint Pierre...

 

 Mosaïques de l'abside

Au centre : Croix du Christ & Colombe du Saint Esprit.

Sur notre gauche : la Vierge, Saint Paul et Saint Pierre.

Sur notre droite : Saint Jean Baptiste, Saint Jean l'Evangéliste, et Saint André.

 

 

 

 

FIN

 

 

Lézard vert des Forums Impériaux -

 

Lézard gris du Jardin Botanique du Gianicolo -

 

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Étirév 31 décembre 2020 09:03

    ... Ce ne fut que l’an 325 que la secte catholique, qui avait complètement dénaturé le Christianisme depuis Paul, s’installa en maîtresse à Rome.
    On attribue à Paul Diacre la composition de l’hymne chrétienne Ave Maris Stella et de l’hymne de saint Jean-Baptiste : Ut queant laxis resonare fibris.
    C’est à partir de la première syllabe de chacun des six premiers hémistiches de cette œuvre qu’au XIème siècle Guido d’Arezzo nommera les notes de Ut à La pour son système de solmisation.
    La note SI, qui est composée des deux initiales du dernier vers de l’hymne, Sancte Iohannes, ne sera ajoutée qu’à la fin du XVIe siècle.
    Paul Diacre avait conçu la gamme musicale avec pour point de départ non pas la syllabe DO (Dominus pour Jésus), mais UT, point de départ de l’homme tel qu’il est né de la femme dans toute son imperfection. Il choisit ainsi la syllabe UT, du mot Uterus, organe de la gestation, précisément pour souligner la condition imparfaite, commune à tous les fidèles comme à tous les hommes, afin de les orienter sur les traces de saint Jean, au sujet duquel Jésus a dit : « en vérité je vous le dis, parmi ceux qui sont né de femmes, il n’en est point paru de plus grand que Jean-Baptiste ». Ainsi, UT (Uterus) symbolise la porte de la naissance selon la chair, et SI la porte de la deuxième Naissance, celle selon l’Esprit, sans laquelle l’homme ne peut pas voir le royaume de Dieu. La gamme ascendante de Paul Diacre comprend donc une octave de régénération, allant de la naissance sur la terre à la naissance dans les cieux.
    Petite et accipietis, quaerite et invenietis, pulsate et aperietur vobis... Pax in terra hominibus bonae voluntatis.


    • Jonas Jonas 31 décembre 2020 11:23

      @Étirév « Ce ne fut que l’an 325 que la secte catholique, qui avait complètement dénaturé le Christianisme depuis Paul, s’installa en maîtresse à Rome. »

      La présence du Christianisme est attestée à Rome dès le 1er siècle, puisque la tombe de Saint Pierre a été découverte par l’archéologue Margherita Guarducci en 1962 dans la nécropole des fondations de la Basilique de Rome, dont la tombe est le point central sous le dôme.
      À cause de la persécution contre les Chrétiens, ou au moment de la construction de la première Basilique en bois à de Rome (319-333) par Constantin, la tombe de Saint Pierre qui se trouvait sous le Trophée de Gaïus, fut déplacée, ses ossements furent rangés dans une urne située dans le Mur des Grafittis, juste à côté, contenant des tas d’indications cryptées désignant la tombe de Saint Pierre, comme « Pierre est ici ».
      Le mur des Grafittis, ainsi que des tombes chrétiennes trouvées dans la nécropole romaine sous la Basilique Saint Pierre témoignent de la présence du christianisme, et de la vénération de Saint pierre dès le 1er siècle.

      Il est possible de visiter la nécropole et la tombe de Saint Pierre, mais il faut s’y prendre des mois à l’avance, les places sont chères !


    • JPCiron JPCiron 31 décembre 2020 14:03

      @Étirév

      la secte catholique >

      Il me semble que dans les derniers siècles avant JC, il y avait une foule de sectes Israélites ou Juives, avec des ’’paniers’’ de croyances variées.

      Le Judaïsme était alors une religion prosélyte, et la dispersion des idées alla bon train. Les bases plurales du Christianisme primitif sont sans doute issus de de ’’bouillon de culture’’. Les compromis ont permis à certaines sectes de percer.


      Sans doute conviendrait-il d’entamer une réforme ?


    • Laconique Laconique 31 décembre 2020 09:09

      Merci pour cet article.


      • JPCiron JPCiron 31 décembre 2020 14:08

        @Laconique

        Merci à vous : vos encouragements sont appréciés.
        .


      • Clocel Clocel 31 décembre 2020 09:43

        Si Jésus voyait ça...


        • JPCiron JPCiron 31 décembre 2020 14:13

          @Clocel

          Il semble que rien ne permet de dire que Jésus de Nazareth voulait établir une nouvelle religion. C’est je crois bien plus tard que ses disciples ont eu et ’’poussé’’ cette idée.

          Et c’est alors parti dans un peu toutes les directions...


        • Gollum Gollum 31 décembre 2020 14:33

          @JPCiron & Clocel

          Moi quand je vois tout ça j’ai moins la sensation d’un christianisme devenu romain qu’une Rome impériale qui a continué sous une nouvelle forme idéologique mais qui a juste un vernis chrétien mais dont le fond est romain..

          Jusqu’à une divinisation outrancière du pape nouvel imperator.

          Faut se rappeler que il n’y a pas si longtemps Pie XII sortait du Vatican dans une chaise à porteur soutenu par des esclaves en soutane...

          Comme imitatio Christi y a plus convaincant quand même... smiley

          Et dire que ça ne choque pas le bon bigot de base... (provocation gratuite et fielleuse de la part d’un possédé... smiley )


        • Clocel Clocel 31 décembre 2020 14:44

          @JPCiron

          « INRI, Jésus de Nazareth Roi des Juifs », c’est un opposant politique que les romains ont mis à mort, il a été crucifié la tête en haut, un « opposant » religieux serait mort comme Saint Pierre. (crucifié à l’envers).

          Les romains étaient polythéistes, ils se foutaient pas mal du domaine spirituel, ils demandaient, fidélité à l’Empereur, le paiement du tribu et la fourniture de jeunes hommes pour l’armée, rien d’autre.

          A noter que ce sont les juifs qui ont condamné Jésus, les romains n’ont fait qu’appliquer la peine de mort.


        • Clocel Clocel 31 décembre 2020 14:49

          @Gollum

          Je ne suis pas catholique, ni même croyant, mais la lecture des évangiles (tous les évangiles) me rend Jésus infiniment sympathique.

          Ce que l’église en a fait, c’est autre chose...


        • JPCiron JPCiron 31 décembre 2020 15:51

          @Clocel

          Je ne suis pas catholique, ni même croyant>
          .
          Personne n’est parfait ...
           smiley

          Pour Jésus, je suis bien d’accord, en tant que personne.
          Mais l’image n’est liée qu’aux textes disponibles, ici et là.
          .
          Ce qui me frappe aujourd’hui, par contre, est la dévotion partout présente pour la Reine du Ciel.
          Sous le polythéisme Cananéen, elle était la Déesse mère, et avait son Culte. La prise de pouvoir des prêtres masculin, en route vers le monothéisme, ont détruit ce Culte et aussi la Déesse elle-même, pour ne laisser qu’un seul Dieu mâle en place.
          Néanmoins, elle réapparaît explicitement avec son nouveau-né chez les Mormons, sous la double forme de l’ Arbre de Vie antique et d’une Vierge resplendissante.
          .
          Ce que je trouve désolant est que, sur le chemin vers le monothéisme, les prêtres n’aient pas eu l’idée d’un Dieu non sexué, entièrement spirituel, alors que l’idée existait déjà chez les Zoroastriens et chez Akhenaton. 


        • JPCiron JPCiron 31 décembre 2020 16:32

          @Gollum

           j’ai moins la sensation d’un christianisme devenu romain qu’une Rome impériale qui a continué sous une nouvelle forme idéologique mais qui a juste un vernis chrétien mais dont le fond est romain..>
          .
          L’énorme avantage pour l’Empereur Romain est que les Chrétiens croient que le pouvoir du roi/empereur vient directement de Dieu.
          Cela facilite grandement la gestion d’un Empire quand les administrés s’imposent à eux-mêmes de respecter toute décision de l’Empereur et de ses gens.


        • Jean Keim Jean Keim 31 décembre 2020 17:23

          @JPCiron

          De même que l’on peut se demander, ô suprême hérésie, si Jésus croyait en Dieu, tout au moins au dieu des diverses sectes chrétiennes.


        • JPCiron JPCiron 31 décembre 2020 22:46

          @Jean Keim

          Il y a beaucoup de branches différentes dans le Christianisme : 
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Branches_du_christianisme# : :text=Les%20%C3%89glises%20chr%C3%A9tiennes%20sont%20regroup%C3%A9es,total%20des%20chr%C3%A9tiens%20en%202017.
          Chacune comporte des différences assez importantes par rapport aux autres branches. En tout cas assez de différences pour ne pas pouvoir rester dans une quelconque des branches existantes. Assez donc pour justifier qu’elle se mette ’’à part’’ des autres.

          Peut-être une de ces multiples branches a su imaginer un ’’panier’’ de textes correspondant à ce que Jésus a pu avoir en tête... 
          (en espérant que cette Branche n’est pas une des quelques branches ’’éteintes’...)
          Mais peut-être est-elle encore une branche encore à venir ?

          .


        • Jonas Jonas 31 décembre 2020 10:32

          Très belles photos, splendide !


          • oncle archibald 31 décembre 2020 11:27

            @Jonas : « Très belles photos, splendide ! »

            Pas mieux ! Ça donne envie d’aller voir sur place.

            Ce simple constat vous donne droit à deux appréciations négatives, et c’est un excellent signe de ce qu’est devenu AV ! Je n’en attends pas moins ! Quand je pense que les mêmes s’insurgent des « contrôles au faciès » dans certains quartiers ... Je me marre !


          • JPCiron JPCiron 31 décembre 2020 14:18

            @Jonas

            Merci,
            Il n’y a que le cadrage que je peux revendiquer...
            Ce sont les lieux qui sont superbes...


          • Jonas Jonas 31 décembre 2020 10:41

            « Statue de Giordano Bruno, brûlé vif et nu (après qu’on lui ait cloué la langue) le 17 février 1600 au Campo de’ Fiori. C’était un génie, martyr de la liberté de penser. »

            Un génie, il ne faut pas exagérer. Giordano Bruno est un prêtre dominicain hérétique ayant vécu à la fin du XVIème siècle qui a blasphémé contre la Sainte Trinité, Jésus Christ et la Vierge Marie. Excommunié de l’Église catholique, il a cependant continué à propager ses hérésies pendant plus d’une dizaine d’années à travers toute l’Europe malgré les avertissements répétés de l’Église.
            Giordano Bruno n’était ni mathématicien, ni physicien, il rejette la trigonométrie naissante, et considérait la rigueur des mathématiques appliquées aux astres et à la nature comme une hérésie et un mensonge.
            Bruno paraît donc d’accord avec Aristote pour faire des mathématiques une science facilement accessible à l’esprit humain mais abstraite, qui ne permet pas de connaître les choses naturelles, et dont la pratique est vaine pour qui cherche à comprendre la substance des chose. Le Cantus Circaeus affirme ainsi l’inutilité de l’abstraction mathématique :
            « Les sujets purement mathématiques ne peuvent être d’aucune utilité, dans la mesure où ils sont abstraits ».
            Pour Giordano Bruno, l’Univers se caractérise par des rapports et des liens magiques, mêlant alchimie et ésotérisme, héritage de théories hermétiques absurdes sans queue ni tête et évidemment non rationnelles, qu’il utilise pour discréditer l’Église Catholique et tromper les bonnes âmes en Europe, dans des ouvrages tout aussi délirants les uns que les autres, comme « De la magie », où il explique comment les démons nous parlent, tout en propageant une doctrine moniste où tous les objets, des pierres aux plantes ont une âme. Ce qui empêche tout raisonnement rationnel et scientifique :
            « Il y a analogie avec la situation de qui désire éveiller l’attention : à une certaine distance, il doit élever la voix, afin que ses propos parviennent par la voie auditive au sens interne de l’autre : alors que de près, il suffit de murmurer à l’oreille. Un démon n’a pas besoin de la voix, ni même du murmure : il pénètre directement le sens interne, comme on l’a dit. C’est ainsi que les démons envoient des songes, font entendre des voix et voir des choses étranges, mais aussi suggèrent à l’état de veille certaines pensées dont nous ignorons qu’elles nous sont dictées par une force extérieure, tantôt inculquant une vérité par énigmes, tantôt la signifiant plus nettement ; s’appliquant peut-être, d’autres fois, à nous tromper. »
            « Venons-en maintenant à des questions plus précises. Les mages ont pour axiome qu’il faut, en toute œuvre, garder à l’esprit que Dieu influe sur les dieux ; les dieux, sur les corps célestes ou astres, qui sont des divinités corporelles ; les astres sur les démons qui sont gardiens et habitants des astres - au nombre desquels est la Terre ; les démons sur les éléments, les éléments sur les corps composés, les corps composés sur les sens, les sens sur l’animus, et l’animus sur l’être vivant tout entier : ainsi descend-on l’échelle. »
            Giordano Bruno n’est donc pas un scientifique, il propagera tout un tas de théories irrationnelles en mélangeant science et religion, qu’il voudra faire passer non pas comme des hypothèses, mais comme une vérité absolue.
            Les thèses de Giordano Bruno peuvent aujourd’hui prêter à sourire, mais à l’époque, elles constituaient un obstacle considérable à l’avancée de la connaissance scientifique.

            Il est tout à fait ironique de constater que Giordano Bruno, icône censée incarner auprès des franc-maçons, athées le combat de l’esprit scientifique contre l’obscurantisme de l’Église catholique, « un génie, martyr de la liberté de penser », soit en fait un véritable adorateur des mages, pratiquant l’alchimie, l’ésotérisme et la sorcellerie, puisque il se vantait de pouvoir communiquer avec les démons.
            Votre photo représente la statue de Giordano Bruno, érigée par le sculpteur et Grand-Maître du Grand Orient d’Italie, Ettore Ferrari, sur la place Campo de Fiori à Rome en 1889.

            Giordano Bruno est aujourd’hui une représentation caractéristique de l’errance de l’athéisme.


            • JPCiron JPCiron 31 décembre 2020 14:22

              Giordano Bruno est aujourd’hui une représentation caractéristique de l’errance de l’athéisme.>


              Voilà une exégèse sollicitante et des conclusions, auxquelles je ne saurais adhérer...



              • Catholique 31 décembre 2020 17:30

                Merci beaucoup pour ce beau voyage qui nous rappelle à tous et à toutes les racines issues du Christianisme en Europe. Ce fût un régal.


                • Le Panda Le Panda 1er janvier 10:46

                  Bonjour à tous et toutes,

                  je profite de venir à chacun que 2020 reste comme un cauchemar. 2021 ne sera pas forcément meilleur au moins jusqu’à la fin de l’année peut-être. Nous marchons sur des coquilles d’œufs un fait est évident nous ne saurons jamais qui est arrivé en premier la poule, ou si c’est la poule qui a fait l’œuf. Bonne année et santé pour les anciens comme les nouveaux. Peut-être pourrons l’écrire et le dire à nouveau fin 2021. Plein de bisous de mes petits enfants à tous les enfants du monde.

                  Le Panda 


                  • JPCiron JPCiron 1er janvier 15:07

                    @Le Panda

                    nous ne saurons jamais qui est arrivé en premier la poule, ou si c’est la poule qui a fait l’œuf. >

                    Le problème réside sans doute dans la question...
                    .


                  • berry 1er janvier 11:04

                    S’il y a des catholiques qui s’interrogent sur les évolutions de leur église depuis Vatican II et sur le comportement 100 % mondialiste et pro-immigration du pape actuel, il seraient bien inspirés de lire cet article d’Andrew Joyce sur l’évolution du bouddhisme américain depuis la fin des années cinquante :

                    https://lesakerfrancophone.fr/les-jewbu-crypto-juifs-dans-le-bouddhisme-americain

                    Ils verront peut-être les choses d’un autre oeil.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité