• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > Trains des montagnes suisses en hiver sur les réseaux à voie métrique - (...)

Trains des montagnes suisses en hiver sur les réseaux à voie métrique - Deuxième partie

Construisez votre propre itinéraire photographique sur le parcours du Bernina Express et du Glacier Express avec ce journal présentant les points d’intérêt, les horaires, des cartes, des photographies, des clips vidéo ainsi que de nombreuses informations concrètes. - Deuxième partie : Tirano - Zermatt

Ce texte est le deuxième volet d'une promenade ferroviaire de repérage entreprise au cours d'un week-end, début janvier 2019, sur le parcours du Bernina Express, de Chur (Coire), Suisse, à Tirano, Italie, et sur celui du Glacier Express de Pontresina à Visp.

 

La première partie, publiée sur AgoraVox le 2 février 2019, détaillait le trajet "aller" effectué dans le sens Zurich-Tirano, particulièrement en ce qui concerne la haute vallée de l'Albula et son tracé étonnant ainsi que les intempéries au col de la Bernina. Ici on s'intéressera plus précisément à la remontée diurne du Valposchiavo ainsi qu'à celle de la vallée du Rhin antérieur avant le col de l'Oberalp et l'arrivée à Visp. Enfin, des informations seront données sur l'accès à Zermatt ainsi qu'à ses différents points de vue.

Itinéraires du Bernina Express et du Glacier Express sur la voie de la Rhätische Bahn (RhB) puis sur celle de la Matterhorn Gotthard Bahn (MGB)

 

Variations d'altitude, par gare, entre Tirano (Italie) et Visp/Viège (Suisse) en passant par le col de la Bernina et le col de l'Oberalp sur les parcours du Bernina Express et du Glacier Express. Le détail des informations figure sur un tableau en annexe à cet article

 

Index

Le train du massif de la Bernina, vers le Nord - Rhätische Bahn

  • De Tirano à l'Alp Grüm
  • De l'Alp Grüm à Pontresina
  • De Pontresina à Samedan

Le train de l'Albula vers le Nord-Ouest - Rhätische Bahn

  • De Samedan à Reichenau-Tamins

Les trains de la vallée du Rhin antérieur vers le Sud-Ouest - Rhätische Bahn et Matterhorn Gotthard Bahn

  • De Reichenau-Tamins à Disentis-Mustér
  • De Disentis-Mustér au col de l'Oberalp
  • Du col de l'Oberalp à Andermat

Les trains du Valais vers le Sud-Ouest - Matterhorn Gotthard Bahn et Gornergrat Bahn

  • D'Andermatt à Visp/Viège
  • De Visp/Viège à Zermatt
  • De Zermatt au Gornergrat
  • Autres emplacements photographiques de Zermatt

Annexes

 

Le train du massif de la Bernina, vers le Nord - Rhätische Bahn

Carte Tirano à Pontresina par la ligne de la Bernina - Voyage Bernard Grua - Bernina Express - Rhätische Bahn, Chemins de fer rhétiques
De Tirano à Pontresina par la ligne de la Bernina, RhB

 

Tirano (429 m ) - 07:41 | Alp Grüm (2091 m) - 09:08

 

La gare de Tirano (429 m) étant un terminus, les voitures arrières du train sont les premières occupées. Pour trouver un wagon où il est possible d'être seul et d’ouvrir les fenêtres, il faut aller en tête, près de la motrice. Ce qui est moins pratique, on s'en doute, pour avoir une vision d'ensemble du convoi dans les courbes.

Au préalable, "il trenino rosso" comme celui-ci est affectueusement qualifié emprunte la voie publique. Il passe dans les rues et le long des maisons que l'on peut quasiment toucher. Il roule sur la place du sanctuaire de la Madonna di Tirano, un édifice sacré de 1504 représentant le plus important exemple de l'architecture renaissance dans la Valtellina. Là aussi, il y aurait une photo à faire en étant hors du train. Le terme « tortillard » prend tout son sens dans l'acceptation noble du terme. Par la suite, la rouge chenille mécanique ondule sur la chaussée des autres villages traversés.

 

Passage du train sur la place de la Madonna di Tirano (429 m) et dans les rues - 07:45

 

"Il trenino rosso", a aussi son mythe italien

L’intention était de faire étape à Tirano pour aller jusqu’au bout de la voie de la Rhätische Bahn (Chemins de fer rhétiques) et pour bénéficier d'un prix d'hôtel plutôt italien que suisse. En réalité ce sont toutes les deux des mauvaises raisons. Il s'avère que partir de Tirano se montre simplement la meilleure option. On quitte une vallée sans neige pour grimper vers une barrière blanche paraissant inaccessible avant d'entrer dans un autre monde à partir de Cavaglia (1703 m) et plus encore à partir de l'Alp Grüm, (2091 m). L'initiation est beaucoup plus explicite que venant du Nord.

La campagne semble construite de mains d'hommes sur des escarpements rocheux. Elle est méticuleusement entretenue. L'agriculture, l'arboriculture et la viticulture sont pratiquées sur de multiples terrasses grimpant sur les versants. Le flanc sud du massif rhétique est propice à la vigne. Il est dit que les murets de pierres sèches participent à la rétention de la chaleur. Un tel paysage a des similitudes malgré un décor plus âpre, avec les terrasses de Lavaux à côté de Lausanne, elles aussi patrimoine mondial de l'Unesco. L'environnement rappelle même les lopins étagés et soignés du Badakhchan en Afghanistan ainsi que celles de la haute vallée de la Hunza au Pakistan.

Avant les bouleversements du vingtième siècle, la vie, voire la survie, des paysans montagnards de haute altitude devait présenter bien des similitudes à travers le monde mais pas seulement. Revient, en effet, le souvenir du mythique documentaire de Flaherty : « L'homme d'Aran  » où l'on voit un marin paysan irlandais et son épouse transformer un espace pierreux et pelé en une maigre surface arable, y brisant les cailloux dont ils font un enclos, y apportant des éléments organiques marins.

Lors d'un printemps vert et fleuri, le coup d’œil sur le Valposchiavo doit être magnifique Pour l'heure, il est sorti de l’obscurité mais reste plongé dans l'ombre. Après Campascio et peu de temps avant Brusio (789 m), le premier seuil d'importance est franchi grâce au célèbre viaduc hélicoïdal de Brusio dont les deux boucles mesurent 100 mètres chacune. Il n'est pas possible de photographier cet ouvrage d'art depuis le sol car, pour cela, il aurait fallu s'arrêter deux heures.

Approche du viaduc hélicoïdal de Brusio par l’aval. Passage sous une arche et cercle de la droite vers la gauche avant de monter sur le viaduc – 07:55  © Bernard Grua
Approche du viaduc hélicoïdal de Brusio par l'aval. Passage sous une arche et cercle de la droite vers la gauche avant de monter sur le viaduc - 07:55
Train sur le viaduc de Brusio avant de terminer sa spirale sur le flanc de la montagne – 07:55  © Bernard Grua
Train sur le viaduc de Brusio avant de terminer sa spirale sur le flanc de la montagne - 07:55

 

Dans Brusio même, le train entreprend déjà une série de lacets serrés pour atteindre le replat des rives du lac de Poschiavo (965 m) avant d'arriver au bourg du même nom. Celui-ci est considérée comme un des plus beaux villages suisses, le plus important de la vallée, qui en a pris le nom.

Miralago: le train longe le lac de Poschiavo (965m) encore dans l’ombre alors que les sommets sont atteints par les rayons du soleil – 08:09 © Bernard Grua
Miralago : le train longe le lac de Poschiavo (965m) encore dans l'ombre alors que les sommets sont atteints par les lueurs du soleil - 08:09

 

Afin de permettre des rayons de courbes plus serrés on conçoit mieux la nécessité de la voie étroite des chemins de fer rhétiques et l'importance d'avoir des wagons plus courts que la normale. On se figure bien qu'un doublement du tracé, pour autoriser une circulation dans les deux sens, serait inenvisageable. Le croisement ne peut donc se faire que dans les gares où coexistent deux segments parallèles. Après Privilasco (1014 m), le dénivelé devient ultime.

Le lac et le bout du plateau de Cavaglia (1703 m) au pied du glacier du Palü dans la glace et sous la neige – 08:59  © Bernard Grua
Le lac et le bout du plateau de Cavaglia (1703 m) au pied du glacier du Palü - 08:59

 

 

Le plateau de Cavaglia (1703 m), n'est qu'un bref faux plat, où l'on rejoint le monde neigeux. A vitesse lente, dans de grinçants virages serrés, gravis traverse après traverse, le petit train rouge escalade la paroi de la montagne.

Train rouge dans les lacets entre le plateau de Cavaglia et l’Alp Grüm (environ 2000 m) – 08:57  © Bernard Grua
Lacets entre le plateau de Cavaglia et l'Alp Grüm (environ 2000 m) - 08:57

 

La vue s'étend progressivement vers l'aval et les sommets lointains, réchauffés par les couleurs de l'aube.

Le soleil passe par dessus les montagnes bordant le Sud-Est du Valposchiavo, vue depuis l'Alp Grüm – 09:02  © Bernard Grua
Le soleil passe par dessus les montagnes bordant le Sud-Est du Valposchiavo - 09:02

 

A neuf heures, il n'y a très peu de clients à l'Alp Grüm (2091 m), où la clarté s'établit rapidement. Le lieu est plus intime que la veille. En habitué, sans demander, les bagages sont déposés dans le coin dédié, à droite de la porte d'entrée, selon la coutume de la maison. Le patron et son assistante, reconnaissant leur visiteur, saluent aimablement avant un brin de causette. Le prochain départ est dans une heure, durée mise à profit pour tenter quelques photos en profitant du bref moment durant lequel le soleil aura éclairé directement un bout du parcours. Dans la pente au dessus de la gare, les bouffées tourbillonnantes et glacées sont tellement soudaines et violentes qu'il faut parfois s'accrocher à une balustrade pour ne pas basculer. Une grosse masse cotonneuse d'un blanc douteux résiste néanmoins à ces assauts en s'agrippant au glacier du Palü.

Gare de l’Alp Grüm (2091 m), Chemins de fer rhétiques, en hiver au pied des sommets sud du massif de la Bernina – 09:07  © Bernard Grua
L'Alp Grüm (2091 m) au pied des sommets sud du massif de la Bernina - 09:07

 

             Le train rouge des Chemins de fer rhétiques à l'Alp Grüm, janvier 2019

 

Alp Grüm (2091 m) - 10:12 | Pontresina – (1774 m) - 10:53

 

En quittant l'Alp Grüm (2091 m) vers le Nord et en re-franchissant le col de la Bernina (2253 m), on se trouve, à nouveau, progressivement enveloppé sous un voile ouaté, qui ira en s’épaississant et en s’assombrissant au fur et à mesure que la journée s'avance. Les chutes de neige paraissent plus importantes, tandis que l'altitude dégringole même si le vent est moins fort que la veille et que la visibilité semble moins dégradée.


Le train rouge des Chemins de fer rhétiques sur le col de la Bernina, janvier 2019

 

Pontresina (1774 m - 11:02) | Samedan (1721 m) - 11:08

 

Comme le jour précédent, St Moritz (1775 m) est court-circuité en prenant directement, à Pontresina (1774 m) , le train en direction de Samedan (1721 m).

 

Le train de l'Albula vers le Nord-Ouest - Rhätische Bahn

 

Carte de Pontresina à Reichenau-Tamins sur la RhB

 

Samedan (1721 m) - 11:16 | Reichenau Tamins (604 m ) - 12:52

 

Après Spinas (1815 m), près de Samedan, le train s'engage dans le tunnel permettant d'entrer dans la haute vallée de l'Albula, où la neige tombe à gros flocons. La couche épaisse, sur les toits et sur le sol, est plus importante que dans les reliefs supérieurs.

Avant l'arrivée à Bergün/Bravuogn à la fin de l'important dénivelé de la haute vallée de l'Albula - 11:43 - 11:46

 

Comme pour l'aller (voir la description de la haute valléee de l'Albula lors du passage de la veille), le retour a lieu vitres ouvertes, dans la voiture destinée aux photographes. Un contrôleur confirme qu'il est préférable de changer à Reichenau-Tamins (604 m) plutôt que d'atteindre Chur (585 m) pour prendre un train vers Disentis/Mustér (1130 m) en direction du Valais. Prévenant, il a la bonne idée de téléphoner à ses collègues pour s'assurer, qu'en dépit des intempéries, l'Oberalppass (col de l'Oberalp) à l'altitude de 2 033 mètres, reste traversable. Le cas contraire aurait exigé de remonter au Nord, vers Zurich, avant de tenter de rejoindre Andermatt, Brig ou Lausanne.
A partir de Thusis (697 m) le train descend la vallée du Hinterrhein (Rhin postérieur) jusqu'à Reichenau (604 m) où celui-ci rejoint le Vorderrhein (Rhin antérieur) afin de former le Rhin proprement dit. Le fleuve s'écoule vers Chur (585 m) et, provisoirement, vers le Nord-Est.

 

Les trains de la vallée du Rhin antérieur vers le Sud-Ouest - Rhätische Bahn et Matterhorn Gotthard Bahn

 

Carte ferroviaire de Reichenau-Tamins à Visp

 

Reichenau Tamins (604 m) - 13:05 | Disentis/Mustér (1130 m) - 14:11

 

Depuis Reichenau-Tamins (604 m), la voie ferrée s'élève le long du Vorderrhein (Rhin antérieur) vers la source de celui-ci près du col de l'Oberalp (2033 m). Jusqu'à Ilanz (588 m), elle y serpente dans le Rheinschlucht, de profondes et spectaculaires gorges. Ensuite, la vallée, plus ouverte, est animée par une succession de hameaux laissant une large place à l'architecture traditionnelle en bois.
Disentis/Mustér (1130 m), à 49 km après Reichenau-Tamins (604 m), est surplombé par un imposant et ancien monastère accessible en 5 minutes depuis la gare. Il justifie certainement la rapide visite qui était prévue. Cela aurait été le cas si nous nous étions mieux compris avec la tenancière du restaurant de la gare. Cette dernière sert le menu spécial de la carte du dimanche au lieu de l'encas qui figurait sur le panneau à l'entrée, comme je pensais lui avoir fait comprendre. Grâce au wifi, il est quand même possible de réserver un hébergement à Visp/Viège (629 m). Disentis/Mustér marque la limite ouest de la ligne des Chemins de fer rhétiques. Il faut alors prendre un autre réseau, le Matterhorn Gotthard Bahn (MGB), lui aussi à voie étroite et unique. Matterhorn est le nom allemand du Cervin (4478 m), la montagne qui surplombe Zermatt (1608 m) au bout des 144 km parcourus par la ligne MGB depuis Disentis/Mustér.

 

Disentis/Mustér (1130 m) - 15:14 | Oberalppass (2033 m) - 15:51

 

De Disentis à Visp par le Matterhorn Gotthard Bahn

 

Entre Acla da Fontauna et Mumpe-Tujetsch, sous la neige – 15:20 © Bernard Grua
Entre Acla da Fontauna et Mumpe-Tujetsch - 15:20

 

Partant de Disentis/Mustér (1130 m) le petit train rouge et blanc s'engage, à partir de Sedrun (1450 m) dans un nouvel itinéraire de haute montagne qui le mène en un peu plus d'une heure à Andermatt (1447 m) via l'Oberalppass (col de l'Oberalp), à l'altitude de 2033 m.

Sedrun (1450 m): croisement du train pour Andermatt avec celui pour Disentis Mustér – 15:31 © Bernard Grua

Sedrun (1450 m) : croisement du train pour Andermatt avec celui pour Disentis Mustér - 15:31

 

Ultime tronçon vers le col entre Tschamut-Selva et l’Oberalppass. La visibilité est réduite par le plafond nuageux et par les chutes de neige – 15:49 © Bernard Grua
Ultime tronçon vers le col entre Tschamut-Selva et l'Oberalppass. La visibilité est réduite par le plafond nuageux et par les chutes de neige - 15:49

 

En hiver, le col n'est pas accessible aux véhicules qui doivent être chargés sur des wagons entre Sedrun et Andermatt. Il arrive aussi que le passage ne soit pas ouvert aux trains en raison des chutes de neige Je suis l'unique voyageur à y descendre.

La gare d’Oberalppass (2033 m), prise sous les chutes de neige, est vide de trains et de voyageurs – 16:05 © Bernard Grua
La gare d'Oberalppass (2033 m), prise sous les chutes de neige, est vide de trains et de voyageurs - 16:05


Dans la gare, seule une petite salle d'attente vide mais chauffée est ouverte. Les bagages y sont laissés afin de tenter de reconnaître les environs. Nulle part, il n'y a âme qui vive. La compagnie Matterhorn Gotthard Bahn possède, à cet endroit, une station de ski dont les remontées sont fermées ainsi que le restaurant/hôtel situé au dessus. La poudreuse est profonde et instable. Des panneaux indiquent de ne pas s'éloigner en raison des risques d'avalanches. Un éclat rouge balaye par moment le brouillard. Ne croyons pas au fruit d'une hallucination maritime ou à la réminiscence d'images se superposant. Il y a bien un phare sur le col ! Il s'agit de la réplique du feu se trouvant sur l'estuaire du Rhin. Elle a été offerte par les Pays Bas pour marquer, ici, dans les montagnes suisses, la source du grand fleuve européen. L'absence de lumière et la visibilité réduite dissimulent malheureusement, là encore, le panorama.
Oberalppass (2033 m): le train pour Andermatt croise celui pour Disentis – 16:54 © Bernard Grua
Oberalppass (2033 m) : le train pour Andermatt croise celui pour Disentis - 16:54

L'Oberalppass signifie l'extrême Nord-Ouest du large canton des Grisons. La ligne entre, alors, pour quelques kilomètres, dans la vallée de la Reuss et dans le canton d'Uri.
Le train rouge et blanc du Matterhorn Gotthard Bahn au col de l'Oberalp, janvier 2019

 

Oberalppass (2033 m) - 16:53 | Andermatt (1447 m) - 17:22

 

Dans les lacets au-dessus d’Andermatt (1447 m) – 17:13  © Bernard Grua
Dans les lacets au-dessus d'Andermatt (1447 m) - 17:13

 

La voie circonvolutionne à nouveau en de serrés lacets, à l'air libre ou à travers des tunnels, vers Andermatt (1447 m). A partir de 17:00, la nuit est installée. Ayant finalement décidé de ne pas passer à Zermatt, il aurait été préférable de trouver une chambre à Andermatt. Un aller et retour sur l'Oberalppass si la météo s'améliorait aurait, peut-être, été possible avant de faire route vers Genève.

 

Dans les lacets au-dessus d’Andermatt  (1447 m) – 17:17 © Bernard Grua
Dans les lacets au-dessus d'Andermatt (1447 m) - 17:17

 

Les trains du Valais vers le Sud-Ouest - Matterhorn Gotthard Bahn et Gornergrat Bahn

 

Andermatt (1447 m) - 17:37 | Visp/Viège (625 m) - 19:33

 

Quelques instants après Andermatt (1447 m), le train entre dans le canton du Valais, la haute vallée du Rhône partant du glacier éponyme jusqu’au lac Leman. Le fleuve prend sa source au pied du col de la Furka (2431 m), lequel marque la frontière avec le canton d'Uri. Sous le col, entre Oberwald (1368 m), et Realp (1538 m), passe le tunnel de base de la Furka mesurant 15,35 km. Ce trajet est accompli de nuit en ce dimanche 6 janvier. A l'arrivée à Visp/Viège (625 m), la ville est dépourvue de neige. C'en est fini de l'excursion montagneuse.

Le lendemain, les pérégrinations vers Genève s'achèvent en poursuivant dans le Valais vers le lac Leman, puis en longeant la rive de ce dernier dans les trains suisses habituels. Retour sur terre en ce début de semaine. La croisière au petit parfum d'aventure est terminée. Une population urbaine monte et descend aux différentes haltes. Les casiers à skis, sur la plate-forme, sont vides. Une luge, ici, paraîtrait bien incongrue. Sur les sièges d'à côté, deux auditeurs, laptops ouverts, parlent business. Le soleil provocateur daigne enfin se montrer pour faire briller momentanément et magnifiquement les pics autours de Sion, dont le Grand Cavalier qui resplendit. Ensuite, les bas nuages et une sombre brume grise donnent un air maussade au Lac Leman ainsi qu'au beau château médiéval de Chillon, près de Montreux, qui en paraît sinistre. L'appareil photo n'a plus de raison de sortir de son sac.

 

Visp/Viège (625 m) | Zermatt (1608 m)

 

Le Glacier Express quitte Visp (625 m) pour monter vers Zermatt (1608 m) son terminus. En comptant une heure pour y aller, une heure sur place et une heure pour redescendre l'affaire était jouable. Mais ayant eu l'occasion d'y passer l'année précédente à la même période, le détour aurait présenté peu d'intérêt, à moins d'un temps exceptionnel, d'autant qu'il semble qu'il n'est pas possible d'ouvrir les fenêtres des wagons. Ainsi, pour photographier, il faut utiliser un téléphone portable et le plaquer directement sur la vitre afin d'éviter les reflets.
Quand on va à Zermatt, il est nécessaire d'être attentif aux conditions atmosphériques. L'an dernier, le vendredi 5 janvier 2018, les avalanches ont coupé la voie ferrée. Il a fallu prendre un autocar entre Visp (625 m) et Täsch (1449 m). Le samedi 6 janvier 2018, le temps était splendide. En revanche, le dimanche 7 janvier 2018, les chutes de neige ont repris massivement pour se poursuivre sur plusieurs jours. Le lendemain, en fin de matinée, il a été possible de prendre place dans le dernier train qui redescendait dans la vallée. Ensuite, Zermatt a été coupée du monde. Les infortunées victimes en furent, principalement, des touristes Russes. Il faut lire le commentaire de Nico, un serveur, pour 20 Minutes « Je me rappellerai longtemps cette histoire ».

 

Zermatt (1608 m) | Gornergrat (3089 m)

 

Une fois à Zermatt (1608 m), il est envisageable de poursuivre l'expérience ferroviaire en altitude en prenant le train à crémaillère, en plein air, le plus élevé d'Europe. Celui-ci se hisse sur les 3 089 mètres du Gornergrat. Il expose un des beaux plus panoramas alpins du monde. Des réductions sont accessibles aux détenteurs du Swiss Travel Pass ou du Swiss Half Fare Card mais la montée reste coûteuse. Il faut donc s'assurer, préalablement, que la clarté de l'air y est bonne et que le Matterhorn (Cervin) n'est pas masqué.

Matterhorn-180106-009-Bernard-Grua
Train à crémaillère du Gornergrat, photographie du 6 janvier 2018

 

Autres emplacements photographiques dans et au-dessus Zermatt

 

Les charmants écarts de Findeln (entre 2000 et 2200 m), procurant un pittoresque premier plan, accessibles par le moins onéreux funiculaire sous-terrain de la Sunnegga, présentent de belles vues du Cervin, par temps dégagé
Si l'on veut rester dans le village même de Zermatt, le pont près de l’église peut autoriser un beau tableau de la montagne iconique.

Matterhorn-180106-006-Bernard-Grua
Le Cervin, photographié depuis le pont situé à côté de l'église, au centre de Zermatt, 6 janvier 2018

Au Nord de la localité, au dessus de l’Hôtel Alpenlodge, après un virage en épingle à cheveu, on jouit d'une belle perspective sur la vallée, ses habitations et le Cervin. C'est un endroit facile et rapide à joindre depuis la gare, à pied, par la route, en cheminant sur le Zer Bännu. Il est à privilégier pour les photographies de l'heure bleue ou de l'aube.
Blue hour on snowy Zermatt © Bernard Grua
Photographie du 6 janvier 2018 depuis le "Zer Bännu". Le Cervin est malheureusement masqué. Il aurait dû se trouver sur la droite des lueurs que l'on aperçoit près du glacier.

 

Cet article est paru sur le blog : Regards sur le monde

 

Annexes

 

Horaire des changements et des arrêts (volontaires) entre Tirano et Visp

 

Temps de trajet entre Tirano et Visp (Viège) le dimanche 6 janvier 2019

 

Altitude des gares, distances entre elles, distance avec Tirano et Reichenau-Tamis

 

Itinéraire de Tirano à Visp, altitude des gares, distance entre elles, distance depuis Tirano, distance vers et depuis Reichenau-Tamins

 

Eléments de réflexion complémentaires et informations utiles pour la préparation de votre propre itinéraire

 

Deux autres documents ont été préparés présentant des enseignements issus de ce périple ainsi que des informations tangibles. Etant trop spécifiques, ils ne feront pas l'objet d'articles sur AgoraVox. Ils sont disponibles ici :

 

Album de photos sur la Suisse prise en hiver dans différents cantons

 

Suisse


Moyenne des avis sur cet article :  3.7/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Bernard Grua Bernard Grua 5 février 12:03

    Merci aux modérateurs pour cette rapide validation.


    • Arthur S François Pignon 5 février 13:26

      Merci à l’auteur pour cette suite aussi bonne que le début.


      • Bernard Grua Bernard Grua 5 février 14:06

        @François Pignon
        Merci beaucoup pour votre appréciation


      • Croa Croa 5 février 16:25

        Article bien léché avec cartes, vues et vidéos. C’est comme si on y était smiley


        • Bernard Grua Bernard Grua 5 février 16:32

          @Croa
          Merci, la mise en page sur AgoraVox est un peu compliquée. Il faut vraiment aller mettre les doigts dans le code Html. 


        • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 5 février 16:47

          Excellent article, très fidèle à la réalité et très bien écrit !


          • Bernard Grua Bernard Grua 5 février 17:41

            @Jean d’Hôtaux
            Merci pour ce commentaire encourageant.


          • Sparker Sparker 5 février 18:13

            Merci pour cette magnifique balade, nous savons faire de biens belles choses quand nous le voulons.


            • Bernard Grua Bernard Grua 5 février 18:31

              @Sparker
              Merci pour avoir pris le temps d’en prendre connaissance et pour votre appréciation.


            • berry 5 février 18:17

              Environ cent euros pour la montée au Gornergrat, ou gratis avec la webcam, sans bouger de votre canapé :

              https://www.zermatt.ch/fr/Webcams/Gornergrat-3-089-m


              • Bernard Grua Bernard Grua 5 février 18:29

                @berry
                A mon sens, il est effectivement déraisonnable de monter au Gornergrat si l’on paye plein tarif et si, même avec un tarif plus raisonnable, on n’est pas certain d’avoir du beau temps.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès