• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > Une nuit au congélateur, c’est possible !

Une nuit au congélateur, c’est possible !

Depuis le 13 avril, l’Hôtel de glace de Jukkasjärvi est fermé au public pour l’hiver 2014-2015. Désormais, l’établissement va fondre au soleil lapon avant de renaître en automne. Sa réouverture est prévue le 11 décembre 2015. Avis aux amateurs...

JPEG - 153.6 ko
La chapelle

 

Nous sommes en Laponie suédoise, à deux cents kilomètres au nord du cercle polaire, non loin de la petite ville de Kiruna. Jukkasjärvi (prononcer Youk-kass-Yervi) est un ancien village sami implanté dans la toundra lapone depuis 5 siècles. Un désert glacé où s’accrochent quelques rares conifères, mais surtout des lichens et des bouleaux nains, tout juste suffisants pour assurer la survie des rennes. L’hiver, la température peut descendre à – 40° dans la petite localité, et durant 3 semaines le soleil ne s’y montre pas, vaincu par la nuit polaire !

En guise de compensation, le ciel offre par ciel dégagé le spectacle fabuleux des aurores boréales aux quelques centaines d’habitants de Jukkasjärvi. Malgré l’extraordinaire beauté de ces phénomènes magnétiques, le soleil n’en est pas moins attendu avec une impatience croissante dans les premiers jours de janvier. Et c’est avec une grande émotion – arrosée, comme il se doit en Scandinavie, de bière et d’aquavit – que le retour de l’astre solaire est salué, bien que sa réapparition soit des plus timides : son premier jour de présence se limite en effet à... une vingtaine de minutes. 

C’est dans cet environnement pour le moins rude qu’est né en 1990 l’Hôtel de glace de Jukkasjärvi (Ishotellet en suédois). Son fondateur, Ingve Berqvist, en a eu l’idée grâce à des artistes qui avaient souhaité à cette époque passer la nuit dans la galerie de glace où ils étaient venus sculpter les œuvres destinées à être exposées. Modeste au début, avec seulement quelques chambres standard, l’hôtel s’est ensuite développé en diversifiant son offre d’hébergement pour répondre à une demande croissante. D’autres établissements du même type ont ensuite été construits en Norvège, en Finlande et au Québec, mais le précurseur suédois reste incontestablement le plus vaste et le plus prestigieux.

L’hôtel éphémère de Jukkasjärvi, désormais protégé par la législation suédoise, renaît tous les ans dès le mois de novembre sous les mains des maçons et des sculpteurs de glace avant de fondre inexorablement dès la fin du mois d’avril. Chaque année, la reconstruction de cet établissement de 4000 m² pour le moins atypique nécessite 30 000 m3 de neige et 3000 tonnes de glace, extraites des eaux gelées du fleuve Torne, l’un des rares cours d’eau d'Europe exempt de toute pollution industrielle. Une fois construit, l’hôtel peut accueillir sa clientèle dans une soixantaine de chambres et de suites, chacune offrant un décor de glace original.

 

Les toits de Montmartre

Il va de soi que les lits de glace sont équipés pour résister au froid ambiant qui varie dans les chambres entre – 3° et – 8°. Rien de tel pour cela que des matelas en peaux de renne et des sacs de couchage polaires. On dort, paraît-il, très bien dans l’Hôtel de glace. Côté bagatelle, les avis sont en revanche inexistants : la glace refroidirait-elle les ardeurs des chauds lapins ? L’établissement étant dédié aux visiteurs dans la journée, les chambres et les suites ne sont disponibles qu’à partir de 18 heures. Quant au réveil, il intervient dès 7 h 30. Un jus d’airelles chaud est alors servi aux clients avant l’incontournable sauna scandinave et un copieux petit-déjeuner buffet offert dans « l’hôtel chaud » qui jouxte l’Hôtel de glace.

Outre les chambres, l’établissement comporte un bar très prisé, une galerie d’art et une vaste chapelle où l’on marie près de 150 couples par an, parfois venus d’Amérique, d’Asie, et même d’Australie. On célèbre également quelques baptêmes chaque année dans cette chapelle ! Il va de soi que tous ces équipements sont taillés dans la glace, y compris les verres à vodka ou les coupes à champagne du bar.

Durant l’hiver 2013-2014, on a pu admirer à Jukkasjärvi l’œuvre éphémère de Mathieu Brison et Luc Voisin, mandatés par les Ateliers de Germaine pour réaliser à la demande des Suédois l’une des suites de l’Hôtel de glace. Grâce à ces artistes, les clients qui se sont succédé dans cette suite durant le long hiver polaire ont eu la surprise de dormir à plus de 2300 km à vol d’oiseau du village sami, au cœur des toits, des lucarnes et des cheminées de... Montmartre. Le printemps revenu, tout cela a disparu sous l’action du soleil lapon : toits, lucarnes et cheminées ont peu à peu fondu pour s’écouler vers le lit du Torne.

Que l’on ait pour décor les toits de Montmartre, le Taj Mahal, ou des personnages de Disney, passer une nuit dans l’Hôtel de glace de Jukkasjärvi est, au fil des ans, devenu un must pour de nombreux touristes venus en Laponie goûter l’ambiance de la nuit polaire. Au point qu’il est fortement recommandé de réserver sa chambre ou sa suite des mois à l’avance. Mais si les Sami du village accueillent les visiteurs avec convivialité, nul doute qu’ils rient sous cape de cet engouement planétaire : eux n’utilisent plus le congélateur que pour conserver les meilleurs morceaux de renne en période estivale !

 

JPEG - 26.9 ko
Décor montmartrois

 

JPEG - 208.9 ko
L’Absolute Bar

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • MKT 23 avril 2015 10:00

    Vous êtes sans conteste, le plus rafraichissant des auteurs de ce site.


    • Fergus Fergus 23 avril 2015 10:26

      Bonjour, MKT

      Je vais arroser vos propos d’un apéro « on the rocks ». Ils me changent des commentaires de lecteurs avec lesquels je suis en froid ! 


    • Philippe Stephan Slipenfer 23 avril 2015 13:16

      @Fergus
      pour certain c’est le degré zéro des convenances .


    • Fergus Fergus 23 avril 2015 16:07

      Bonjour, Slipenfer

      Cela arrive en effet. Et forcément, cela rafraîchit les rapports !


    • Abou Antoun Abou Antoun 23 avril 2015 10:04

      Moins loin de chez nous, le ’Palais des Glaces’ à Bruges où on peut boire un ’hot drink’.


      • Fergus Fergus 23 avril 2015 10:29

        Bonjour, Abou Antoun

        Je ne connaissais pas. Merci pour le lien. Il y a également un Icebar à Londres, dans le quartier de Mayfair.


      • Alex Alex 23 avril 2015 14:33

        Excellent article qui ne manquera pas de réjouir nos sdf !
        Apprendre que quelques bourgeois claquent au minimum 2000 euros pour 3 nuits (vol compris) dans le seul but de se donner quelques frissons, alors qu’eux en profitent – voire en abusentgratuitement plusieurs mois par an, doit bien les amuser.


        • Fergus Fergus 23 avril 2015 16:18

          Bonjour, Alex

          Vous avez raison de le souligner, les SDF ne connaissent pas leur chance !

          Toute plaisanterie mise à part sur un sujet - les sans-abri - qui ne prête évidemment pas à rire, le fait est que ce genre d’expérience lapone coûte très cher en transport et en frais d’hôtellerie. Une nuit dans l’Hôtel de glace est facturée entre 220 et 550 euros selon la période et le type de chambre. Pas vraiment à la portée de tous !

          A la décharge des clients qui passent une nuit dans l’Hôtel de glace pour satisfaire un fantasme, nombreux sont ceux qui visitent la Laponie par goût sincère pour ces grands espaces glacés et ne se contentent pas d’un aller et retour rapide vers un établissement branché.


        • ZenZoe ZenZoe 23 avril 2015 14:51

          Dormir dans la glace, euh...
          Quand j’étais routarde il y a bien longtemps, j’ai souvent dormi dehors par des températures pas très chaudes, ça m’a passé l’envie des nuits froides à jamais. Fergus, je vous félicite pour votre courage.


          • Fergus Fergus 23 avril 2015 16:37

            Bonjour, ZenZoe

            « je vous félicite pour votre courage »

            Je n’ai jamais couché dans cet hôtel, et je ne le ferai pas dans l’avenir. Cette expérience ne me tente pas vraiment, et me vois mal payer très cher une nuit dans ce genre d’établissement. Mieux vaut d’ailleurs visiter la Laponie du côté norvégien, à partir de TromsØ, parmi les îles et les fjords.

            Ma pire nuit dans le froid, je l’ai connue à l’armée durant mon service militaire en couchant sous la tente, quelque part en Lorraine, lors de manœuvres dans un environnement glacial. Quelle température faisait-il ? Je n’en sais rien, mais tout était complètement gelé dans la campagne, et pas seulement sur quelques millimètres. Le matin, j’ai cru, comme d’autres,  avoir des phalanges gelées ; ce n’était pas le cas, mais nous avons eu un mal de chien durant plusieurs jours. Par chance, cela a suffi pour dissuader nos gradés de nous maintenir sous la tente les deux nuits suivantes comme c’était prévu : de la tente, nous sommes passés à un casernement au camp de Bitche. Mais le souvenir de la douleur est encore présent !



          • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 avril 2015 23:46

            @Fergus


            Apprenez à vous réchauffer en vous tenant les couilles, soldat Fergus ! Et si ça ne suffit pas, tenez celles de votre voisin de lit !

          • Fergus Fergus 24 avril 2015 09:11

            Bonjour, Qaspard Delanuit

            Une méthode empirique, mais efficace, paraît-il. Merci pour le conseil. Par chance, je ne suis plus confronté à de telles expositions au froid.


          • septikettak septikettak 23 avril 2015 18:35

            Si, d’après vous, je fais dans le comique, vous , vous faîtes dans le superflu et l’insignifiant. Avec Gruni et Fatizo, ; vous vous décarcassez vraiment pour ne pas aborder la politique qui ne vous interesse que quand ce n’est pas vos copains qui gouvernent. smiley


            • Fergus Fergus 23 avril 2015 19:39

              Bonjour, septikettak

              J’ai bien compris que vous ne vous intéressez qu’aux grandes questions qui régentent la planète. La politique, j’y viens de temps en temps, mais ce n’est pas mon unique sujet : que voulez-vous, je suis éclectique !

              Quant à mes « copains », lorsqu’ils seront au pouvoir - ce qui ne s’est encore jamais produit ! -, je ne manquerai pas de fêter l’évènement comme il se doit. Peut-être à grandes lampées d’aquavit !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires