• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Qui sommes-nous ? > On parle de nous > Dans la blogosphère > L’avènement des citoyens reporters

L’avènement des citoyens reporters

Par Véronique Durant.

ImageEn partant du postulat que tout citoyen peut devenir un reporter capable de dénicher des informations exclusives et inédites, la société de veille stratégique Cybion a lancé AgoraVox, une nouvelle plate-forme d’expression. Chefs d’entreprises, chômeurs, altermondialistes, étudiants, et même journalistes sont désormais les acteurs de ce nouveau média citoyen et alternatif. Carlo Revelli, créateur du projet et PDG de Cybion, nous en présente les grandes lignes.

Pourriez-vous nous présenter brièvement AgoraVox  ?
AgoraVox constitue l’une des premières initiatives européennes de « journalisme citoyen » à grande échelle complètement gratuit. Il s’inspire des expériences concluantes menées notamment en Corée du Sud et aux Etats-Unis. AgoraVox est une plate-forme mise à la disposition des citoyens pour diffuser une information inédite récupérée par exemple, par un téléphone portable ou un appareil photo et transmise via Internet.

Comment expliquez-vous l’émergence de ce que vous appelez des « citoyens-reporters » ?
Notre constat est simple : avec la démocratisation et la maîtrise effective des NTIC, tout citoyen peut devenir potentiellement un "capteur informationnel", capable d’identifier et de proposer en temps réel des informations à forte valeur ajoutée. C’est ce que nous avons pu, d’ailleurs, observer avec le tsunami en Asie du sud-est. Ainsi, le formidable potentiel que représentent des millions de personnes agissant en réseau de manière conjointe, permettra de passer d’une version « officielle » de l’information à sa version « réelle ».

De quelle manière participer, concrètement, à AgoraVox ? N’importe quel internaute peut-il rédiger des informations ?
La personne doit tout d’abord s’inscrire, en se présentant, car les contributeurs anonymes ne seront pas diffusés. Une fois inscrit, il soumet au comité rédactionnel son article, sa photo ou bien sa vidéo, pour validation. Effectivement, n’importe quel internaute peut transmettre une information dès lors que celle-ci peut être vérifiée et répond à la politique éditoriale (nous refusons les propos diffamatoires, xénophobes,...)

N’y a-t-il pas un risque de supplanter le rôle des journalistes et des médias ?
L’originalité d’AgoraVox est de remonter de l’information. On passe donc du « top-down » au « bottom-up » informationnel. Les journalistes pourront ainsi récupérer des informations inédites car aucun journal, aucune agence ne peut avoir un journaliste à chaque coin de rue ! Cependant, il faut noter que de plus en plus de journalistes contribuent d’ores et déjà à AgoraVox en apportant des informations inédites.

L’équipe d’AgoraVox effectue-t-elle un contrôle des informations publiées, en amont ou en aval ?
Le comité de rédaction se charge de vérifier la conformité des propos tenus avec la politique éditoriale d’AgoraVox et mène éventuellement des enquêtes complémentaires en cas de doute, si c’est jugé nécessaire (voir http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=60#comite). De par son métier et son expérience, la société Cybion a acquis un savoir-faire qui est indispensable pour valider les informations soumises.






Palmarès



Partenaires