• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Guillaume Cazeaux

Guillaume Cazeaux

Membre de l'équipe éditoriale d'AgoraVox entre 2008 et 2012. Docteur en philosophie avec une thèse sur "L'Internet et la formation de l'opinion", membre du Centre de philosophie, d’épistémologie et de politique (PHILéPOL) de l’université Paris Descartes et collaborateur de la revue Cités (PUF). Auteur de Odyssée 2.0 : La démocratie dans la civilisation numérique (Armand Colin, 2014) et Montaigne et la coutume (Mimésis, 2015). Co-auteur de Usages politiques des nouveaux médias (L'Harmattan, 2012).

Tableau de bord

  • Premier article le 01/12/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 21 126
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites






Derniers commentaires



  • Guillaume Cazeaux Guillaume Cazeaux 3 décembre 2015 22:45

    @soi même
    Vous confirmez par votre comportement la fin de mon premier article : libérés des contraintes (du monde réel), certains hommes sur le web tendent à régresser, à se laisser aller à leurs pulsions... Inutile donc d’insister. Je vous ferai seulement remarquer que vous avez posté près de 9000 commentaires sur ce site, quand je ne poste de mon côté que mon 2e article. Je vous laisse en tirer les conclusions qui s’imposent quant à notre besoin respectif de « faire le beau ».



  • Guillaume Cazeaux Guillaume Cazeaux 3 décembre 2015 22:03

    Je précise à joseW que, dans Odyssée 2.0, j’ai un chapitre consacré aux « théories du complot » et que je me distingue, au moins dans une certaine mesure, des analyses de Taguieff et Bronner. Je ne suis pas dans une posture de condamnation, mais de compréhension. Et j’essaie d’être le plus nuancé possible.



  • Guillaume Cazeaux Guillaume Cazeaux 3 décembre 2015 21:56

    @soi même
    S’il n’y a aucun avantage à tirer du web, pourquoi y participez-vous ?
    Quant à être dans l’illusion, je ne crois pas que cela me concerne. En conclusion de mon livre, Odyssée 2.0, je parle d’illusion démocratique et évoque même une quatrième vexation (politique) de l’humanité (que le web nous révélerait, ou dont il nous aiderait à prendre conscience).



  • Guillaume Cazeaux Guillaume Cazeaux 3 décembre 2015 20:50

    @joseW
    Je n’ai pas tout compris à vos critiques. Quelles sont les erreurs factuelles ? Les amalgames ? Quant à la fin de l’article (sur la difficulté à échanger sereinement sur le Net), je ne vois pas quel rapport cela a avec Taguieff.

    Ensuite, je n’ai parlé nulle part de satanisme... Je ne comprends donc pas cette remarque.

    Je crois comprendre que ce qui vous a gêné, c’est le fait de faire un rapprochement entre « théorie du complot » et jihadisme. Pour être clair, Dounia Bouzar a mis en évidence les procédés de recrutement d’Omar Omsen, qui œuvre, non pas pour Daesh, mais pour Al-Nosra. Elle se base sur des centaines de témoignages et d’analyses des ordinateurs des jeunes recrues. Et, d’après ce qu’elle dit, les théories du complot servent comme premier moment de l’embrigadement, pour mettre dans la tête du jeune (on parle souvent d’adolescents) que tout le monde lui ment (ses parents, ses enseignants, les médias, etc.). Ensuite il y a d’autres étapes (tout est décrit dans le document dont j’ai donné le lien), on présente notamment au jeune un islam seul à même de régénérer ce monde pourri.

    Il n’y a donc aucune généralisation à faire, et d’ailleurs je n’en fais pas, si vous lisez bien ce que j’écris. Toutes les recrues jihadistes ne passent pas par le stade « théories du complot » (Daesh dénonce même le complotisme d’Alain Soral...). Et tous les gens qualifiés de « complotistes » ne sont évidemment pas des terroristes en puissance, mais parfois des citoyens cherchant à sortir de leur état de minorité. Je me suis efforcé dans l’article d’insister (lourdement) pour éviter cet amalgame, mais vous me le reprochez quand même... ce qui me surprend.

    Enfin vous dites : "Au contraire, les prétendants djihadistes ont tendance à quitter ce mouvement manipulé dès lors qu’ils s’intéressent aux théories du complot, ne voulant pas devenir le bras armé des élites qu’ils croyaient jusqu’alors combattre".
    Pourriez-vous me donner des sources ? Car cela m’intéresse.



  • Guillaume Cazeaux Guillaume Cazeaux 3 décembre 2015 17:54

    @soi même
    D’abord, ce que j’écris ici n’a pas la prétention d’être exhaustif. Je ne traite pas, loin de là, de tous les problèmes induits par le web. Bien des gens ont parlé de ce que vous évoquez : la surveillance de masse, les algorithmes, les Big Data, la fin (possible) du travail. Et tout cela est très important évidemment. Je me suis permis d’avoir un autre angle d’approche. De partir, non du système informatique lui-même, mais des individus, des citoyens, vous et moi, pour voir ce qu’il se passe à leur niveau et ce qu’ils peuvent faire pour tirer parti de l’outil numérique. L’approche que vous suggérez est forte, mais nous enferme aussi dans une certaine impuissance désespérante ; nous voilà pris dans un piège et c’est tout. Il s’agit aussi de voir comment nous pouvons peut-être tirer avantage du numérique, avec lequel nous semblons condamnés à devoir vivre, pour sauvegarder, voire étendre notre liberté.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité