• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Lavande & Coquelicots

Lavande & Coquelicots

Citoyen engagé en politique et revendiquant la possibilité, et même la nécessité, de conserver sa liberté de parole et d'analyse.

Tableau de bord

  • Premier article le 03/01/2007
  • Modérateur depuis le 27/04/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 10 122 598
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 662 166 496
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites













Derniers commentaires



  • Lavande & Coquelicots Pierce 26 avril 2007 12:46

    Il ne les accuse pas : c’est un fait. Et les Allemands d’aujourd’hui ne sont pas tributaires des actes de leurs arrière-grands parents, merci pour eux.



  • Lavande & Coquelicots Pierce 26 avril 2007 12:44

    Je vous signale que l’Etat met sa part dans la recherche française. Ceux qui ne la mettent pas, ce sont les entreprises, pour cause de refus des universités d’établir des partenariats, et pour cause aussi de refus de certains chercheurs d’accepter une logique de résultats.

    Faire des études, c’est bien. Mais de temps à autre, il faut songer aux débouchés. Vous allez me parler de recherche fondamentale ? Je ne l’oublie pas : 30 % des entreprises côtées à New-York sont déficitaires. Mais elles investissent massivement dans la recherche. Et les capitaux qui viennent les abreuver ne s’y trompent pas. Ce n’est qu’un exemple pour vous rappeler que même la haute finance s’intéresse au moyen-long terme.

    A quand une révolution des mentalités en France ? Pour les universités, il y a des leçons de dynamisme à prendre du côté de Toulouse.



  • Lavande & Coquelicots Pierce 26 avril 2007 12:37

    Oui et non.

    Bayrou le créera de toutes façons.



  • Lavande & Coquelicots Pierce 26 avril 2007 12:35

    Etes-vous aveugle pour ne pas voir que la plupart des articles politiques de ces derniers mois étaient quasi unilatéralement pro-Royal, pro-Bayrou, et anti-Sarkozy ?

    Mon article analyse les atouts et les faiblesses de la campagne de Royal, et cherche à atteindre un certain équilibre que vous ne trouveriez absolument pas si mon propos avait été militant, soyez-en assuré.

    Que le PS ait investi une candidate comme Ségolène Royal est la preuve d’un désarroi effrayant de la part d’un parti politique qui prétend gouverner la France. Et je pèse mes mots.



  • Lavande & Coquelicots Pierce 26 avril 2007 12:30

    Vous avez un discours de militant, quand mon article était celui d’un analyste politique.

    Je vais donc prendre un instant ma casquette de militant pour vous répondre.

    Sur les bourdes de madame Royal, et par exemple le nombre de sous-marins, le plus grave n’était pas dans l’ignorance, mais dans la tentative de répondre au hasard. Attitude d’élève pris en faute... de même, dans la vidéo sur les profs et les 35 heures, on l’entend nettement dire qu’elle ne veut pas exposer ses idées de réforme, pour ne pas se mettre les enseignants à dos : où est le courage politique, alors que Sarkozy fonde sa crédibilité sur le « Je pourrais faire ce que je vous promets, parce que je ne vous cache rien de ce que je veux faire » ?

    Le projet de SR serait plus cohérent et stable que celui de NS ? Vous parlez du projet qu’on a attendu pendant des mois ? Vous parlez des multiples annonces de SR, sur lesquelles elle est systématiquement revenue dans les 3 jours ? 1500 euros nets ou bruts ? Le contrat nouvelle chance, on le fait ou on ne le fait plus ? Et Israël et le Hezbollah, n’y a-t-il pas là une faute géopolitique MAJEURE et GRAVISSIME, à promettre tout et son contraire selon que l’on est d’un côté de la frontière ou de l’autre ?

    Sur l’Irak, sur l’Europe, NS n’a jamais opéré de revirement. Prétendre le contraire ne rend pas votre assertion juste pour autant. Au contraire, sur la Turquie, SR semble ne pas assumer d’avoir une vision politique. C’est pourtant ce qu’on demande à un chef d’Etat ! La « démocratie participative » ne peut répondre à ce type de question.

    Concernant le chiffrage (que j’estime absurde en soi, tant il dépend des résultats en matière de croissance et donc de rentrées supplémentaire - ou pas), admettons un coût équivalent dans l’absolu. Mais je vous renvoie à l’étude Rexecode, qui estime que seul le projet de NS créé de l’emploi et parviendra à faire diminuer la Dette.

    Quant au win-win, je pense que les cadres d’inspiration libérale comme moi le placent complètement du côté de la droite, et absolument pas du parti socialiste. Les réformes menées ces 5 dernières années le prouvent : à chaque réforme, le PS a mené une guerre de statuts et de conservatisme, contre justement le win-win promu par la majorité UMP. Les exemples sont innombrables. On parle par exemple des services publics de proximité ? Points Poste, trésoreries locales, écoles rurales (RPI), etc.

    Sur les médias, le propriétaire d’un journal ne peut pas en faire ce qu’il veut : Libé n’est pas spécialement à droite, me semble-t-il. Et les journalistes, eux, sont très majoritairement à gauche : selon un récent sondage effectué par Marianne, 98% des journalistes se classent spontanément « plutôt de gauche »... Je vous laisse méditer. Les cours donnés dans les écoles de journalistes sont d’ailleurs sans équivoque. Notre presse écrite est avant tout une presse d’opinion.

    NS est certainement davantage que SR un homme de dialogue : régularisation partielle, suppression de la double peine, sortie de crise du CPE, proposition pragmatique de sortie de crise pour l’UE, proposition du droit de vote aux étrangers aux élections locales, avancées en matière de droits des couples homos, etc. Son ouverture est réelle, n’en déplaise à ses détracteurs. Balancer des jugements à l’emporte-pièce, c’est facile. Argumenter, d’office, discrédite les propos excessifs et surtout mensongers qu’on entend de façon réccurente.

    De son côté, SR prétend dialoguer, mais décide toute seule, sans même en informer son entourage proche : lors de la présentation de son « programme », même François Hollande découvrait en live ce qu’elle annonçait. Et elle a d’excellents conseillers en matière internationale... mais elle ne les écoute pas : d’où la justice chinoise, d’où le régime des Talibans sur lequel il faudrait faire pression en Afghanistan (alors qu’il est tombé en décembre 2001 !), etc.

    Quant à Jaurès, NS n’a jamais dit qu’il se réclamait de tout son héritage. Mais sur la défense des travailleurs, si, il a souligné à quel point le PS français avait oublié ça. Jaurès n’appartient pas au PS : Hollande prétendant l’accaparer était ridicule. Quel rétrécissement intellectuel !

    Enfin, une ligne sur François Bayrou : les espoirs légitimes que beaucoup ont placé en lui vont être déçus. Il n’a tout simplement pas la carrure. Il est dans la posture et la mise en scène personnelle permanente. Regardez encore maintenant : éliminé du 2e tour, il ne pense qu’à organiser des débats entre lui et les qualifiés du 22 avril... alors même qu’il n’appelle à voter pour aucun des deux !

    Bayrou parle de liberté quand il agit par faiblesse, parle de la France quand il est dans la tactique, évoque la France quand il ne pense qu’à se positionner lui.

    Un indice : pourquoi Simone Veil, pourquoi Jean-Louis Borloo, qui ne sont pas spécialement en situation de dépendance, et qui ont connu FB de près, sont-ils à ce point critiques à son égard ? Par amour démesuré de Sarkozy, pour lui faire plaisir ?

    La réponse est ailleurs.

    Bien cordialement,

    Pierce

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité