• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

c481

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 14/11/2018
  • Modérateur depuis le 09/02/2019
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 71 374
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 11 10 1
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites











Derniers commentaires



  • c481 2 octobre 2020 10:18

    Bonjour Alain,

    .

    Le droit, fût-il international, est parfois contradictoire.

    En l’occurrence, le droit à l’auto-détermination des peuples, lorsqu’il a pour conséquence la sécession d’une région (exemple récents : Kosovo, Timor Oriental, Soudan du Sud... ) se trouve nécessairement en opposition avec le principe de l’intangibilité des frontières.

    .

    Dans le cas présent, il convient de distinguer :

    D’une part, l’ancienne république autonome du Haut-Karabakh, très majoritairement peuplée d’arméniens, qui réclament et exercent depuis 1988 leur droit à l’auto-détermination ;

    D’autre part, les régions adjacentes, peuplées d’azéris (régions d’Agdam, Fizuli, Jebrail, Zangilan...) ou mixtes arméno-azéri-kurdes (district de Kelbadjar) conquises entre 1992 et 1994 par les arméniens du Karabakh, après avoir repoussé les assauts du gouvernement azerbaïdjanais. Ces régions pourraient revenir à l’Azerbaïdjan, lorsqu’une paix durable sera envisageable.

    .

    Les résolutions des Nations-Unies adoptées en 1993 ne disent pas autre chose.

    Jusqu’à présent, ce qui a bloqué la restitution de ces régions (en échange de la reconnaissance de la sécession de l’ancienne république autonome), c’est du côté arménien, la peur et la conviction que ces régions seraient utilisées par l’Azerbaïdjan pour lancer de futures offensives, et du côté azéri, la volonté affichée de reconquérir l’intégralité du territoire y compris la région peuplée d’arméniens, ce qui entraînerait immanquablement une campagne de nettoyage ethnique à leur encontre.

    .

    Les arméniens et les azéris vivaient en paix ensemble, oui... Lorsque le pays en question était fermement tenu par l’empire tsariste d’abord, puis par l’Union Soviétique. 

    Et encore... des éruptions de violence inouïe ont eu lieu dès 1905-1907 (massacres arméno-tatars ; c’est-à-dire arméno-azéris).

    Rappelons aussi que si les arméniens du Karabagh ont été épargnés par le génocide de 1915 (la région était alors sous contrôle russe), ils ont à leur tour été victimes de massacres entre 1918 et 1920 (culminant en mars 1920 lors du massacre de Chouchi, aujourd’hui Stepanakert : 20 000 arméniens exterminés, ce qui est considérable pour une région aussi faiblement peuplée).

    Pour des raisons obscures, lors du découpage des différentes républiques soviétiques en 1921, le comité central bolchevique a décidé de rattacher la république autonome du Haut-Karabagh à l’Azerbaïdjan, alors même qu’elle était encore peuplée de 90% d’arméniens, en dépit des massacres.

    Cette proportion est tombée à moins de 75% dans les années 1980, en raison des discriminations (y compris des destructions de villages) pratiquées par les autorités azerbaïdjanaises contre les arméniens.

    N’oublions pas non plus que les azéris sont très proches des turcs, au point que le gouvernement d’Erdogan clame « Deux Etats, Une Nation ! »... Or, même si cette idée idée n’est pas partagée par tous les turcs, le vieux rêve pan-turc d’une unification de la Turquie et de l’Azerbaïdjan vient buter sur l’Arménie, qui est en quelque sorte le chaînon gênant.

    .

    Comment s’étonner alors que les arméniens du Haut-Karabagh aient demandé dès 1988 la sécession de leur république autonome ?



  • c481 2 mars 2020 23:45

    @cassandre4
    Concernant les victimes collatérales, je ne récuse pas le terme de « péremptoires », étant donné que ces accusations sont régulièrement relayées par les médias et gouvernants occidentaux ; je n’ai cependant pas voulu disserter là-dessus.
    Je souhaitais simplement dénoncer le fait que ceux qui critiquent les frappes de l’aviation russe ne se bousculent pas pour faire le boulot à sa place.



  • c481 27 février 2019 18:33

    @seul le contenu compte...

    Je n’ai pas détaillé les erreurs de Maduro, d’une part car ce n’était pas ce que je souhaitais dénoncer, et d’autre part car elles sont au final assez minces (et je dis cela sans avoir la moindre admiration pour lui).
    Néanmoins, vu la cristallisation des opinions sur ce point, je tacherai de prendre le temps de faire un article là-dessus.

    Pour ce qui est d’une intervention américaine, puissiez-vous avoir raison !
    Les Etats-Unis ont eu tendance ces dernières à agir hors des Nations-Unies.



  • c481 27 février 2019 18:25

    @Oceane

    Je n’essaie pas de penser à la place des peuples, je critique justement les gouvernements qui se permettent de fomenter dans d’autres pays des coups de force à peine dissimulés.

    Et franchement, autant j’ai toujours été horrifié de voir les occidentaux soutenir les barbus pour renverser Assad, autant je ne le qualifierais pas de démocrate !



  • c481 27 février 2019 12:18

    @seul le contenu compte...

    Toutes les choses que vous citez ne sont rien d’autres que des prétextes.
    Le fond du problème, c’est l’unilatéralisme américain.
    On voit les Etats-Unis arriver avec leurs gros sabots, agir de manière médiatique, hors de tout cadre international… Comme en 2003. 

    Cela dit, mon article ayant été interprété de manière curieusement opposée (tantôt on m’accuse d’être prêt à aller faire le coup de feu à Caracas pour exterminer les opposants de Maduro, tantôt de le dénigrer au profit des Etats-Unis), je songe effectivement à le compléter par un rappel plus poussé du contexte et des prétextes utilisés par Washington.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité

365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Arménie - Azerbaïdjan : un conflit séculaire

Publicité



Palmarès

Publicité