• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Romain Naudin

Romain Naudin

Juriste, entrepreneur, vice-président d'Ecologie Responsable, laboratoire d'idées qui promeut une vision de l'écologie fondée sur le réalisme et l'attachement à ses racines.
Anciennement secrétaire-général et porte-parole de l’Union des Jeunes pour le Progrès. 

Tableau de bord

  • Premier article le 29/03/2018
  • Modérateur depuis le 06/07/2018
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 7 447
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites










Derniers commentaires



  • Romain Naudin Romain Naudin 8 mai 22:10

    @Iris
    Bonjour,
    Je ne suis pas anti-citadin, je pointe seulement l’hypocrisie et les incohérences de certains d’entre eux, qu’on appelle familièrement « bobos ». Ce sont par exemple à Paris les fameux partisans d’Anne Hidalgo, dont il faut rappeler le bilan catastrophique sur tous les plans, et y compris sur le plan de l’écologie car la pollution n’a jamais été aussi élevée dans la capitale alors que les embouteillages se multiplient et que la propreté n’existe plus dans les rues... 



  • Romain Naudin Romain Naudin 6 mai 19:34

    @Jeekes
    Vous reconnaitrez tout de même que les circuits-courts et le fait de favoriser la consommation de produits locaux sont un système autrement plus propice à la généralisation d’une agriculture de qualité, que le système actuel dans lequel, pour être rentable, les exploitants doivent faire de l’agriculture intensive.
    Ensuite, pour ce qui est de « la merde », c’est à cela que sert la concurrence dans un marché harmonisé : sélectionner les meilleurs. Tous les « bouseux » comme vous dites ne font pas de la merde.



  • Romain Naudin Romain Naudin 6 mai 14:24

    @Décroissant
    Bonjour, les méthodes actuelles ne sont certes pas idéales, mais il faut aussi prendre en compte le principe de réalité, sans quoi toute écologie ne devient que pure chimère : on ne peut pas changer tout un système en un claquement de doigts, sans voir que derrière ce système, il y a des personnes qui en vivent. Un bon moyen pour permettre de développer une agriculture plus respectueuse des sols est de favoriser les circuits-courts et d’arrêter la concurrence déloyale avec des produits agricoles étrangers ne respectant pas nos normes.
    D’autres pistes sont également possibles pour développer l’agriculture biologique : par exemple permettre aux agriculteurs disposant d’un label de se regrouper dans des formes sociétaires coopératives spéciales, pour peser face aux intermédiaires (grande distribution notamment), et leur donner les outils et formations nécessaires pour constituer des plateformes en ligne par lesquelles ils pourront vendre directement leurs produits. N’oublions pas que la multiplication des intermédiaires est pour une grande part dans la baisse des revenus des exploitations, puisque pour préserver leur marge, les distributeurs ont tendance à pousser à la baisse la part qu’ils reversent aux producteurs, ce qui ne peut que favoriser la course à l’agriculture intensive.



  • Romain Naudin Romain Naudin 6 mai 13:51

    @JC_Lavau
    Bonjour, qu’appelez-vous « le pire » ?



  • Romain Naudin Romain Naudin 13 septembre 2018 18:20

    @Jonas
    Bonjour,

    Je n’oublie pas les affaires que vous citez, je sais très bien qu’aucun quinquennat n’a été blanc comme neige sur ce plan-là. Toutefois, 2 observations :
    - les précédentes affaires ne doivent pas être une excuse pour fermer les yeux sur Benalla et, surtout, pour trouver normal que ce dernier insulte ainsi une institution dont le rôle est de contrebalancer le pouvoir de l’exécutif (et, ce faisant, garantir la démocratie).
    - ensuite, Macron s’est tjrs présenté (et se présente tjrs) comme le Président dont le quinquennat devrait être celui d’un prétendu nouveau monde, où règnerait haut degré de moralité publique et comportements exemplaires. Il est tout-à-fait légitime de vouloir moraliser la vie publique, c’est une bonne chose, tout le monde en convient. Mais, justement, je trouve plutôt dérangeant que, sachant cela, personne dans la majorité En Marche, à commencer par le Président, n’ait pas davantage condamné les propos et l’attitude de Benalla. Qui ne dit mot consent non ? 

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité