• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gérard Dahan

Gérard Dahan

Docteur en psychosociologie, économiste, directeur d'un institut de sondage,
auteur de "La pression islamiste en France - Enquête sur l'organisation d'une politique d'influences", Tatamis, 2017, de "La manipulation par les sondages", l''Harmattan, 2014 et de plusieurs articles sur les processus de désinformation.

Tableau de bord

  • Premier article le 01/02/2007
  • Modérateur depuis le 31/10/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 38 223 2873
1 mois 1 11 40
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 26 13 13
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 23 décembre 2020 16:56

    @ L’auteur :
    La question de l’identité comme vous le dites est effectivement importante, mais l’identité, comme toute chose vous le faites remarquer, change avec le temps et l’histoire.
    Vous faites cependant quelques confusions sur les changements récents de l’identité en France :
    "Je sais toutefois que la France d’aujourd’hui n’est pas celle d’hier et que l’immigration récente modifie ipso facto notre identité. Une immigration qui n’a d’ailleurs pas toujours été spontanée. Les employeurs français sont allés pendant des années recruter leur main d’œuvre en Afrique, après l’avoir recrutée en Italie, en Pologne, en Espagne...« 

    Votre confusion est la suivante : Ce n’est pas l’immigration qui a eu des conséquences sur notre identité. Comme vous le notez les employeurs faisaient venir une main d’oeuvre immigrée depuis de nombreuses années. Et celle-ci était constitués de »travailleurs immigrés« qui venaient travailler quelques années et ensuite avaient l’habitude de retourner dans leur pays.

    Ce qui a changé les choses, c’est la loi de 1976 sur le »regroupement familial« . Les travailleurs immigrés ont alors pu faire venir leur épouse. Avec leur épouse, ils ont fait des enfants et ces enfants nés sur le territoire sont nées Français. C’est la loi de 1976 sur le regroupement familial qui est donc l’acte de naissance de la communauté musulmane française.
    Une conséquence que Giscard (président au moment de la promulgation de la loi) n’avait pas anticipé. 20 ans plus tard, lorsque les pères (les chibanis ) ont voulu rentrer au bled, leurs enfants ont dit : »il n’en est pas question« (ils avaient l’habitude d’y retourner pour les vacances et se rendaient compte de ce qu’ils risquaient de perdre) ; les mères ont ensuite rajouté, »nous restons avec nos enfants« . Les pères sont donc restés à contre-coeur.

    Et c’est en partie le problème de la communauté musulmane française : le fait de »devenir français« n’a pas été un vrai choix ; ça a été un choix par défaut, il s’agissait plus de ne pas retourner en Algérie, au Maroc, ou en Tunisie que de choisir de devenir Français. Les politiques de l’époque pensaient également que comme pour les Italiens, les Espagnols, les Polonais ou les Portugais, en une génération et avec l’aide de l’école, les personnes s’intègreraient. Grosse erreur ! Ils avaient sous-estimé le poids de la religion musulmane dans les comportements et le refus de la laïcité, concept souvent mal compris.

    Une chose un peu identique s’est passée en 1870 lorsque le député Crémieux a proposé la nationalité française automatique à tous les »indigènes« d’Algérie (que la France avait envahie en 1830). Les indigènes juifs qui vivaient en Algérie (souvent depuis leur expulsion d’Espagne à la fin du 15eme siècle) ont accepté et sont devenus français automatiquement. Les notables musulmans ont refusé cette nationalité automatique (les historiens affirment que c’est en raison de leur refus d’abandonner »la charia", la loi islamique au profit de la loi de la république) et ont suggéré que cette nationalité ne soit donné qu’à ceux qui en faisaient la demande. Mais par la suite très peu de musulmans en firent la demande.
    C’est ce qui s’est passé avec le regroupement familial. Il n’y a jamais eu de volonté nette de devenir français mais plutôt une volonté de fuir une situation de misère.

    En revanche, vous avez raison sur une chose : notre pays depuis des siècles du fait de sa position géographique entre l’Europe du sud et du nord, entre l’Europe et l’Afrique est un pays de passages et d’immigrations. Il est donc normal que notre identité évolue avec les influences de ces migrations.
    Le problème de l’intégration de l’islam en France, qui est probablement le pays le plus laïque au monde, est qu’il a l’habitude d’exister dans des pays où il est en position de majorité et peu souvent dans des pays où il est en situation de minorité.
    Le problème se complique encore lorsque l’islam s’arroge un objectif de conquête politique et de prosélytisme religieux (Objectif quasi inhérent à l’islam). On parle alors souvent d’islamisme...



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 14 décembre 2020 19:15

    @izarn
    « Quand les courbes sont trop ridicules, on ne peut pas en tirer grand-chose. Autre qu’une grande arnaque de Big Pharma...
    En effet, on peut essayer de remarquer que certains pays on très peu de décès...
    Pratiquement tout l’extreme-Orient : Chine, Japon, Corée.
    En Europe : Pays nordiques et Allemagne. »

    Ce que je constate c’est que la plupart d’entre vous parlent des graphiques de la France mais pas ceux des autres pays.

    1. Par exemple l’argument "on ne peut pas comparer les chiffres de la 1ere vague (où nous étions en pénurie de test) avec ceux d’aujourd’hui où la pénurie n’existe plus. L’argument est vrai pour la France, mais il l’est beaucoup moins pour les autres pays : il l’est moins pour l’Allemagne ayant mis rapidement en route une production de tests et de respirateur. Et que constate ’on ? Que la seconde vague est en Allemagne est 3,4 fois plus importante que la 1ere.
    2. La critique du confinement est également facile. La Suede qui n’a jamais confiné a au 13 décembre une mortalité par million d’habitant de 735 contre 852 pour la France qui effectue son 2ème confinement. Mais la Suede est un pays ayant une densité au km2 de 25 habitants contre 105 pour la France. Compte tenu de ces caractéristiques (450.000 km2 pour 10 millions d’habitants), on peut dire que les résultats en mortalité de la Suède sont mauvais.`
    3. Les pays asiatiques, parlons-en : Toutes les statistiques le montrent. Les taux de contamination et de décès n’ont rien à voir avec ceux des pays occidentaux. Savez-vous quelle est la caractéristique sociale la plus importante des pays asiatiques ? L’absence totale de contacts physique en société si on exclue les phénomènes de foule. Contrairement à nous qui nous faisons des bisous (et particulièrement les Français qui ont cette réputation dans le monde entier), qui nous serrons la main, qui nous prenons par les épaules.... Dans la vie sociale des pays asiatiques, les contacts physiques n’existent pas : On ne se fait pas de bisous, on ne se serre pas la main, on ne se touche pas. De plus le port du masque est dans les moeurs depuis longtemps et enfin le sens de la communauté et le respect des consignes sociales fait partie de la culture du pays. Contrairement à la France dont la culture fait la part belle à la notion de rébellion et de contestation (Non seulement la France est la championne du monde du nbre de jours de grève annuel, mais les 3 premiers pays sont des pays francophones).


  • Gérard Dahan Gérard Dahan 14 décembre 2020 16:51

    @ l’auteur
    J’ai eu pendant longtemps une admiration infinie pour Noam Chomsky, linguiste internationalement reconnu, inventeur de « la grammaire générative » qui explique qu’on peut distinguer dans l’apprentissage d’une langue la compétence (c’est-à-dire la connaissance d’une langue) et sa performance (c’est à dire la pratique que chaque individu en a). Puis, j’ai découvert le militant Noam Chomsky, situé à l’extrême gauche, peu compétent en économie et dont les textes sont radicaux.
    Celui-là n’était pas aussi lumineux, beaucoup plus contesté et beaucoup moins compétent également quand il parle de désinformation élément déterminant dans la fabrique du consentement. Car Chomsky est un militant c’est-à-dire quelqu’un qui cherche par son argumentation à modifier l’opinion des autres et pour cela, il est prêt à utiliser tous les moyens.
    Tout cela pour dire que Noam Chomsky est un linguiste génial mais en tant que militant et critique du capitalisme libéral, ce n’est pas un témoin très fiable.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 13 décembre 2020 20:51

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
    Ravi de l’apprendre. Pourquoi ce pseudo du roman de Franz Hellens ?



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 13 décembre 2020 17:14

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
    Vous avez raison, au-delà des conséquences sanitaires, il y a les conséquences économiques qui risquent d’être très importantes pour l’Europe et vous soulevez en plus les incidences « sociales » qui sont tout aussi réelles mais encore plus compliquées à évaluer. L’absence de travail est souvent décrite comme une forme de « mort sociale ». Dès lors qu’on quitte les actifs on perd en visibilité et en intérêt pour nombre de circuits économiques et d’institutions. Ce qui caractérise notre société, c’est l’intensification des échanges de toutes natures. Cette pandémie les réduit sous toutes leurs formes.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité