• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Martin

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 23/04/2022
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 261 201
1 mois 0 40 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites





Derniers commentaires



  • Martin 4 août 15:10

    @Pierre-Marie Baty
    Oui, la Corse, j’y pensais hier comme étant l’exception. Il n’est pas sûr cependant que l’on y tue journalistes et écrivains (c’est peut-être arrivé ?). Ce que je voulais dire, au fond, c’est que des fonctionnaires de l’Etat n’iraient pas vous assassiner si facilement, ou vous emprisonner pour avoir critiqué le gouvernement ou, par exemple, la police (on s’en donne à cœur joie en France). 
    Concernant le roman national j’en déduis que l’emprisonnement d’historiens innocents est pour vous nécessaire en Russie, pour la sauver du chaos intérieur et assurer une unité. Sur bien des choses nous ne serons pas d’accord il faudrait longuement et patiemment en débattre (je suis un lent pour mener au bout mes arguments, question d’habitus, comme je vous l’avais dit, auquel j’ai du mal à m’arracher, ne serait-ce dans la construction d’une phrase).

    Bonne continuation



  • Martin 4 août 10:17

    @Martin
    Curiosité : la définition du mot prolétaire dans le Larousse numérique ne correspond pas au Larousse en papier (je l’ai devant moi) ; voici la définition : Personne exerçant un métier manuel et ne disposant pour vivre que de la rémunération, généralement peu élevée, que lui alloue la personne à qui il vend sa force de travail. Autrement dit, les profs ni même les guichetiers ne sont inclus dans cette définition.



  • Martin 3 août 21:54

    @Pierre-Marie Baty
    Impossible de vous rejoindre sur le fait qu’il n’y ait rien à redire à la façon qu’à Poutine de réaliser le « mariage de la carpe et du lapin. » Son roman national implique un contrôle de plus en sévère de la société civile : Mémorial, l’ONG russe, fondée en 1989 et qui œuvrait pour une approche scientifique de l’histoire, qui osa se confronter aux pages sombres de l’histoire russe, notamment en travaillant sur les répressions Staliniennes et le recensement des victimes, a été tenu de stopper ses activités (2021), aussi deux de ses historiens ont été inculpé de pédophilie puis emprisonnés (sans aucune preuve). Bien sûr, Mémorial avait condamné l’annexion de la Crimée et cela ne plaisait pas au Kremlin. En tout cas le roman national, dirigé par le Kremlin (signalons qu’en 2009 est créée la première institution étatique chargée de contrôler l’écriture de l’histoire : Commission présidentielle sur l’Histoire ; première depuis la fin de l’URSS) et empêchant de plus en plus des historiens de faire leur travail librement ne devrait pas, vous qui dites aimer les approches scientifiques, vous satisfaire. Vraiment je vous conseille de lire le petit bouquin de l’historien Nicolas Werth. Aussi ne prenons pas, pour justifier la volonté poutinienne d’imposer sa vision de l’histoire, comme argument que la France du XIX a elle aussi façonné un roman national, car nous sommes maintenant au XXI siècle et il faut espérer que la Russie accepte un jour, comme la France et bien d’autres pays (l’Ukraine par exemple), de laisser aux historiens non extravagant de continuer à œuvrer sur les faits.
    Tout de même je retiens chez vous une grande complaisance avec Poutine. D’autre part je peux vous assurez qu’en France vous ne craignez rien, ou pas grand chose, à parler librement ou à écrire un bouquin qui fâcherait alentours.

    Pour finir je vous avoue m’être demandé si vous ne feriez pas mieux d’utiliser votre verve pour une création littéraire (d’imagination). Prenez cela pour un compliment, voulez-vous bien.

    En vous souhaitant une bonne fin de semaine



  • Martin 3 août 14:59

    @Martin
    Ou bien au contraire leur importait-il d’intégrer l’OTAN tout en ne voulant pas que les anciens pays du bloc y soient intégrer ?



  • Martin 3 août 14:53

    @Martin
    J’ajoute un dernier point.
    Dan une de vos réactions vous avez écrit ceci : "Je vais hasarder une hypothèse (qui n’a donc aucune valeur démonstrative et n’engage que moi). On ne perçoit pas comme une menace l’expansion vers soi d’une structure que l’on espère intégrer.

    "
    En suivant votre hypothèse ne pourrions-nous pas en conclure que : Pour la Russie, peu importait dès lors que l’OTAN s’étende ou non vers l’Est. Peu leur importait le débat sur les promesse ou non de l’extension de l’OTAN dans les anciens pays du bloc soviétique.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité