• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ddacoudre

ddacoudre

poète essayiste militant à la retraite.
La vie commande d’être convaincu qu’il y a un absolu où tout ce que nous concevons s'écroule, Il faut donc comprendre que celui qui dispose d’une certitude absolue peut se suicider car c’est un mort vivant et ne peut développer pour vivre que la mort qu’il porte.
 

Tableau de bord

  • Premier article le 06/06/2007
  • Modérateur depuis le 27/06/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 404 7498 10755
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 389 389 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites













Derniers commentaires



  • ddacoudre ddacoudre 11 mai 19:36

    bonjour

    et oui Tocqueville est toujours d’actualité. par contre j’ai horreur de la notion de capital social. l’écologie et le covid-19 vienne de mettre à terre l’axiome d’Adam Smith ou l’homme met tuout en oeuvre dans l’intérêt individuel et ce faisant il rend plus service à la société que s’il avait voulu le faire. ceci est aujourd’hui démontrable que c’est faux. dans le cadre de l’interêt individuelle nous avons pourri la planéte ce qui affecte le monde global du vivant. le covid démontre qu’individuellement les sujet sont incapable de prendre les disposition protectrice les uns des autres.

    la société égologiste qui c’est développé aprés 1989 a favorisé l’abandon de la solidarité égoiste, je mutalise les risques parce que je sais qu’un jour ou l’autre je serais atteind par l’un d’eux et par là affaibli les regroupements de participation effective à faire entendre son opinion dans des lieux fait pour cela (les associations).

    il est devenu impossible de regarder la société mondiale sous la lunette de son seul égoisme cela conduit qu’a de mauvaise apréciations et jugement ou à rester dans l’infentilisation. il y aurait encore beaucoup à dire.

    cordialement Overblog ddacoudre



  • ddacoudre ddacoudre 11 mai 19:13

    bonjour

    dans l’esprit je suis d’accord, sauf que la population n’est pas citoyennenment responsable pour faire face individuellement à la pandémie qui est une réalité inconstestable. j’ai toujours déploré l’usage de la répression je pense que cela procède de plusieurs facteur dont l’un est d’habitué par d’apparent juste motif la société à être docile cela dure depuis 30 ans, les gilets jaunes y avaient mis un peu le fin, et le covid-19 leur donne le moyen de reprendre la main.

    cordialement.https://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=224287



  • ddacoudre ddacoudre 11 mai 18:55

    bonjour 

    rien à redire c’est un point de vue que je partage largement et que j’ai souvent expliqué également ;

    la seule note c’est que la dénatalité est un phénomène d’auto régulation d’une organisation sociale économique qui n’est pas favorable au développement de sa population car le niveau de vie seraient suicidaire.

    l’autre facteur social est que l’humain« fuit le travail » et la formation de capital est un moyen d’en avoir par une rente, cela engendre un appel au remplacement des hommes au travail par des machines ou des robots.

    nous n’avons que le tors de penser que nous maitrison notre destiné, quand l’on arrive à s’extraire de cette vision et que nous faison une analyse olistique du tout l’on se rencontre que c’est seulement l’environement auquel nous participons qui fixent la destiné sur la base de nos comportements innés. c’est alors un peu plus compliqué.

    cordialement Overblog ddacoudre



  • ddacoudre ddacoudre 3 mai 20:15

    bonjour

    la mondialisation n’est pas le problème le problème tu la bien identifié c’est le capitalisme. l’humain est une seule et même espéce czrtains de ses comportements sont universels, mais son mode de vie dépend de l’environement géohistorique, sa géographie territoriale et son histoire. le capitalisme sait gérer ces deux paramètres.

    les hommes sont encore en servitusde volontaire, il n’ont pas grandi. le ventre est souvent celui qui commande, comme le besoin de paraître, le capitalisme offre la consommation qu’il faut pour cela. depuis la chute du communisme, même si elle était souhaitable comme dictature, il c’est installé une infentilisation et une fracture intellectuelle en plus de celle sociale. dificile d’en sortir.

    en 1999 j’écrivais ceci :

    Nous pouvons convenir que lorsqu’un particulier prend l’initiative d’un investissement créatif, il est normal qu’il dispose des revenus et profits de ce dont il est le propriétaire.

    Mais lorsque son projet doit utiliser l’aide de tiers, alors c’est lui qui est demandeur ; et c’est une évidence que de comprendre que sans ces aides, il ne parviendrait pas à ses fins.

    De fait une collaboration s’impose, et si le propriétaire veut être le maître absolu de ses décisions, s’il veut disposer du fait du prince, alors il doit rester seul. Dans tous les autres cas il y a une collaboration à imaginer pour que le propriétaire conserve les profits de son investissement et atteigne ses buts, sans s’approprier ceux générés par les tiers. L’histoire de l’impuissance collective a conçu des maîtres plutôt que des guides, mais le reconnaître ne le rend pas irréductible ; et si le code civil a analysé en 1804 la « marchandisation » de la force de travail comme du  « louage de service », donc du marchandisage, je pense que depuis 1804, il est intervenu bien des événements culturels (développement des sciences) qui nous permettent de concevoir notre activité de travail complexes entre adultes culturalisés, comme une relation humaine, et non un conflit d’intérêt.

    cordialement https://admin.over-blog.com/1463119



  • ddacoudre ddacoudre 28 avril 19:32

    bonjour olivier un réquisitoire sans concession. cela a du torturer l’esprit de ces chefs de la finance que de prendre la décision de ralentir l’économie pour cause de pandémie, c’est peut être pour cela qu’il y a eu du retard au démarage. c’est comme pour les hopitaux de l’est avant de prendre la décision de transferre les patients dans des hopitaux de régions avec des lits disponibles. enfin l’on fera les compte une fois la pandémie enrayer par un médicament. le pire c’est Trump et tout ces libertariens fatigués du cerveau, dans la reprise d’échange internationaux c’est eux qu’il faut craindre. cordialement https://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=223458

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité