• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

donino30

donino30

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 26/11/2007
  • Modérateur depuis le 26/06/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 595 256
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 27 16 11
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions







Derniers commentaires



  • donino30 donino30 14 mars 2014 13:11

    Il n’y a pas le moindre rapport entre l’affaire Depardieu et Hoeness. Bravo à l’Allemagne qui donne l’exemple, comparons plutôt avec l’affaire Cahuzac.


     « ce pays qui pratique la racisme anti-riches si l’on en croit les médias ultralibéraux »

    Vous faites une grave erreur d’analyse : ce racisme anti-riche est avant tout provoqué et exacerbé par la classe politique, afin de satisfaire la base de l’électorat qui bien entendu ne croule pas sous les richesses. Dans ce sens, l’exemple de Depardieu était une véritable caricature où l’ensemble des politiques jappaient telle une meute de Hyènes. En revanche, dés lors qu’il s’agit de sanctions nous ne ne verrons rien car nos oligarques ne veulent surtout pas voir arriver une jurisprudence de prison ferme qui pourrait s’appliquer à eux-mêmes.

    L’affaire Cahuzac en sera un remarquable exemple : alors que les juges découvrent de nouveaux comptes tous les jours un peu partout dans le monde et que son statut de ministre du budget devrait donner lieu à une sévérité tout à fait exemplaire, tout cela n’aboutira qu’à une régularisation majorée assortie d’une peine de prison avec sursis, pour faire genre. La mascarade de cette « grande démocratie » qu’est la France continue son petit bonhomme de chemin.


  • donino30 donino30 14 mars 2014 12:44

    Dans les livres d’histoire ? Contentez vous d’un simple dictionnaire. La seule et unique expression démocratique en France sur les 30 dernières années a eu lieu en 2005, et nous avons tous pu constater que les politiciens de l’UMPS se sont essuyés le derrière avec avant de nous la jeter à la figure.


    La France n’est en aucun cas une démocratie, c’est une oligarchie tout à fait typique réveillez vous. La suisse est un exemple de compromis acceptable entre une démocratie participative et une oligarchie. Nous en sommes à des années-lumières, réduits à faire les guignols devant une urne tous les 5 ans à voter pour une hydre à 2 têtes dont on ne sait absolument rien du « programme ». Souvenez vous du programme économique du candidat Hollande : « j’inverserai la courbe du chômage et le déficit public sera de 0 en 2017 ».

    C’est cela une démocratie ? Vomir des mensonges abjects pendant sa campagne pour être élu à tout prix, avant de sauter ensuite dans son char pour déclarer la guerre à la moitié de l’Afrique ? 

    Compte tenu de la gravité des conséquences à venir, ces crapules devraient être jugées pour trahison.


  • donino30 donino30 8 février 2014 20:55

    A ceci prés que des entreprises il n’y en a plus, le problème est donc résolu.



  • donino30 donino30 8 février 2014 16:33

    Allons bon, voilà que maintenant ce sont les méchants neoliberaux qui sont la cause de tous nos maux. L’homme a cette fantastique aptitude à toujours s’inventer un nouvel ennemi, de préférence le plus abstrait possible pour qu’on ne puisse mettre en doute son existence, dès qu’il fait face à des difficultés. En ce sens il s’agit d’une notion extrêmement proche des religions. C’est beaucoup plus facile que de réfléchir aux véritables problèmes de la démocratie, on peut ainsi se mettre la tête dans la sable la conscience tranquille : les neoliberaux sont là, malveillants, parmi nous ou plutôt au dessus de nous et on ne peut rien faire. On ne peut véritablement les voir et pourtant ils existent, sorte de main invisible n’ayant de cesse de nous mijoter de nouveaux desseins financiers machiavéliques. 


    Laurent, vous semblez valoir mieux que cela... Les règles du jeu n’ont pourtant jamais changé... 

    Ce qui a changé, c’est la bande de pauvres fous qui nous dirigent depuis quelques décennies et qui a décidé de se lancer dans une folle fuite en avant purement clientéliste. Sans déficit public, la question des banques qui s’enrichissent sur le dos des contribuables ne se serait jamais posée.

    Ce qui a changé, c’est que la démocratie a disparu d’un pays comme la France dans une indifférence générale surréaliste, abandonnant le pays à la gabegie d’une classe politique oligarque corrompue jusque à la moelle, et dont les intérêts personnels divergent bien entendu radicalement de ceux du peuple. Une banque a tout intérêt à verser quelques millions à des dirigeants politiques pour s’assurer quelques milliards d’intérêt sur la dette publique.

    Un oligarque peut maintenant aller jouer au petit chef de guerre dés que cela lui chante, aux frais de ses administrés et de ses militaires, moyennant bien entendu l’alimentation généreuse d’un compte en banque privé par le pays « libéré » dans un paradis fiscal. Rien n’a changé depuis les triumvirat romains...

    N’allez pas accuser des fantômes cher auteur, tant que nous laisserons ces crapules s’agripper aux pouvoirs, tant que nous ne ferons rien pour passer à une 6ème république qui mettra fin au carriérisme politique et à la corruption, nous serons tous des néo-libéraux !


  • donino30 donino30 6 février 2014 13:32

    Olivier, 


    Dans la situation actuelle il est vain et même plutôt déplacé de pointer du doigt le programme politique d’un parti quel qu’il soit, sachant que notre vénéré président « sa normalité François IV » a été élu sur du Mistral. Voici dans le discours du candidat Hollande ce qui peut le plus s’apparenter à un programme économique : 

    « J’inverserai la courbe du chômage d’ici 2014 et ramènerai le déficit public à 0 d’ici 2017 »

    Apparemment la qualité de ce programme approfondi a convaincu la majorité des concitoyens, et sur cet aspect il n’y a aucun parti pour rattraper l’autre. De ce fait je ne comprends pas franchement l’intérêt de l’article, si vous aviez souhaité soutenir la démocratie il aurait au moins fallu rappeler ce point en préambule ou en conclusion.

    Je regrette également le crédit donné aux différentes sources. Tous ces experts annoncent (sans doute à raison) des catastrophes en cas de sortie de l’euro et de protectionnisme exacerbé. Mais aucun n’ose évoquer, ni même imaginer ce qui arrivera en laissant le pays arriver tout seul en défaut de paiement, pourtant maintenant aussi inévitable que la terre tourne autour du soleil. 

    Nos champions politiques devraient tous garder cela à l’esprit : lorsque il surviendra, ce qui aurait pu n’être il y a 30 ans qu’un mignon mensonge clientéliste électoral va finir par s’apparenter, en fonction de la gravité des conséquences, à de la haute trahison.
Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité