• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Wlad

Wlad

Apôtre du dé à 10 faces, grand amateur de bonne chère et de musiques underground, souvent incompris de mes pairs, je cultive le décalage et la geekness comme d’autres leur potager.

Tableau de bord

  • Premier article le 01/10/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 559 2
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Wlad Wlad 27 mars 2009 09:54

    Des déclinaisons, c’est quoi ? Donnez quelques exemples

    Il me semble me souvenir de quelques échauffourées parmi les parlojistes au sujet de l’accusatif. CQFD.



  • Wlad Wlad 27 mars 2009 09:51

    Je parie pour la deuxième option.

    Perdu.



  • Wlad Wlad 26 mars 2009 11:30

    Au passage je me permets de rappeler mon propre point de vue :

    l’anglais est la langue internationale de facto. Cet état de fait ne rapporte pas des milliards au British Council. L’esperanto ne peut pas être plus rapide à apprendre pour la simple raison que la grammaire des deux langues, à la louche, se vaut en complexité, et que l’apprentissage est surtout une question de vocabulaire. Former des enseignants d’e-o pour les écoles occasionnerait un surcoût puisqu’en plus de la formation en elle-même, peu de gens le prendraient en LV2 d’où nécessité de mobilité des élèves et professeurs. Quant à la soi-disant propédeutique, laissez-moi rire : je cite la conclusion du rapport de l’expérience de Sheffield : Ceux qui ont commencé par l’espéranto ont acquis une meilleure connaissance “passive”, et ceux qui ont commencé directement par le français ont acquis un meilleur “usage actif”.

    En vertu de quoi je ne vois pas ce qu’on gagnerait à enseigner l’e-o à la place de l’anglais. Point.



  • Wlad Wlad 26 mars 2009 11:06

    Vous n’auriez probablement aucune difficulté à mettre au point une expérience qui prouve que l’espéranto ne fonctionne pas, et ne pourra jamais fonctionner

    Si c’était mon point de vue, sans doute. En l’occurence je ne partage pas cette opinion, je ne vois donc pas pourquoi j’irais me casser le cul à faire ça.

    que son introduction comme deuxième langue serait un échec total

    Ca dépendrait du milieu : dans leur grande majorité, les gens continueraient à mettre leurs enfants à l’anglais, parce que c’est la langue mondiale à l’heure actuelle. Toutefois, de la même façon que les Alsaco-lorrains apprennent parfois l’allemand en LV2 pour des raisons de partenariat économique fort, certains pourraient être tentés par l’e-o, par exemple ceux qui envisagent de passer leur vie en Amérique du Sud, ou la bipolarité espagnol-portugais pourrait ainsi être contournée. Evidemment, on retombe là sur le problème du "à 8 ans, on ne sait pas ce qu’on fera plus tard", qui pousse les gens vers l’anglais, qui a l’avantage d’être parlé partout.

    que les personnes parlant espéranto ne se comprennent pas

    Ca c’est complètement faux, j’imagine mal quelle expérience pourrait le prouver !

    Cela ne m’empêche pas de reconnaître les mérites de l’espéranto qui reste incontestablement le meilleur candidat..

    Non.


    Autre chose : Tu reviens sur ce mythe de l’e-o "trop facile à apprendre, en 50 heures tu parles trop bien !" : l’e-o est normalisé, c’est une langue mathématique. Il est clair, en effet, que n’ayant pas à s’embarrasser d’expressions, formules, etc., la compréhension d’un texte en e-o est plus aisée qu’en anglais. Pourtant, cela ne règle en rien le fait qu’apprendre une langue consiste surtout à en apprendre le vocabulaire, et là, que ce soit en anglais, en e-o, ou en ouzbek, apprendre 200 mots, c’est apprendre 200 mots.

    Par ailleurs, quid de la beauté de la langue, de son histoire, de sa culture, etc ? Si c’est pour apprendre le strict nécessaire pour communiquer platement, sans effort de style, alors je ne vois pas en quoi l’e-o, qui contient je le rappelle des déclinaisons, serait plus rapide à intégrer que l’anglais. Si c’est pour demander un verre de lait, on peut s’épargner l’apprentissage du "May I have a glass of milk ?" et se contenter d’un "I want a glass of milk".

    En outre, les expériences dont tu parles (j’ai déjà lu leur liste il y a quelques temps) concluent un peu hâtivement que l’e-o est la langue des dieux parce qu’en N heures, les élèves ont un taux de compréhension élevé. OK, mais qu’en est-il de la création ? On a déjà soulevé le problème de la flexibilité de l’e-o : qui, quelle expérience, nous dit qu’en N heures, les élèves ne disent pas "urbo" ou "villo" à la place de "cito" ?



  • Wlad Wlad 25 mars 2009 18:11

    il faut mettre beaucoup de copier-coller, environ 2/3, ne reste qu’un tiers de commentaires personnels à se taper, de préférence les mêmes que sur de précédents articles

    Il a avoué ! Typhon, screenshotte-moi ça !

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Culture Musique Culture

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité