• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Dominique Dutilloy

Dominique Dutilloy

Journaliste spécialisé en "Tourisme / hôtellerie / transports aériens" (sous les angles social, économique et politique), en "Politique intérieure française", en "Politique africaine et étrangère de la France", en "Faits de société", je suis auteur de deux ouvrages : "Sénégal 2000 : Les Atouts Economique", in Sopec Communications (anciennement :Eurédip) Paris, juin 1999 et "Impressions", in Le Manuscrit (http://www.manuscrit.com/catalogue/auteur.asp) , Paris, juin 2003... Cette photo a été prise alors que j’étais entrain d’interroger Maître Abdoulaye Wade, Président de la République du Sénégal, sur la crise ivoirienne, lors d’une conférence de presse qu’il a tenue à la Résidence de l’Ambassadeur du Sénégal en France, en marge de la XXIIème Conférence des Chefs d’Etats d’Afrique et de France (les 19, 20, 21 février 2003 au Palais des Congrès de la Porte Maillot - Paris).

Tableau de bord

  • Premier article le 25/06/2005
  • Modérateur depuis le 06/01/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 17 429 463
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires



  • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 5 novembre 2005 20:44

    Je pense que ces violences urbaines, qu’elles soient organisées, planifiées, ou non, sont le fruit d’un certain ras-le-bol ! Malgré les trois gifles électorales assénées à la classe politique lors du 1er tour des Présidentielles du 21 avril 2002, du second tour des Régionales « 2004 » du 27 mars 2004 et du référendum portant sur le projet de constitution européenne du 29 mai 2005, aucune réponse n’a été donnée à ces Françaises et ces Français, qui sont continuellement confrontés à la vie chère, le chômage, la précarité, la pauvreté... Nicolas Sarkozy, s’il a eu raison de rappeler que force devait rester aux Lois de la République, a eu le très grand tort de parler comme il l’a fait en créant un amalgame sur une population tout entière ! Oui, il devient urgent, tout en étant très fermes contre les émeutiers qui brûlent des biens privés, des biens appartenant à l’Etat, qui violentent des personnes (faisant partie de la Police ou non), de s’attaquer aux causes réelles de ces violences, qui, je le répète, sont liées à la pauvreté, au manque d’éducation, aux échecs scolaires, au chômage, à la ghétoïsation des cités, ainsi qu’aux mauvais rapports qui se sont installés entre la Police et les populations...

    Il devient également urgent de réinstaller une police de proximité, qui, bien qu’étant une idée du Gouvernement Jospin, était une excellente initiative ! Par ailleurs, il faut donner plus de moyen aux municipalités ainsi qu’aux collectivités locales pour leur permettre de s’attaquer plus efficacement contre les problèmes liés au mal vivre des banlieues...

    Puis, une petite suggestion qui me vient à l’idée : pourquoi ne pas faire travailler tous ces émeutiers coupables de destructions ou d’incendies volontaires de voitures de manière à ce qu’ils remboursent tous les mois leurs victimes ? Cela éviterait d’engorger les prisons trop pleines, qui devraient être uniquement destinées aux détenus (pédophiles, violeurs, assassins, terroristes) condamnés à de très longues peines...

    Pour conclure, il devient urgent que la classe politique renoue le dialogue avec les citoyens !



  • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 5 novembre 2005 19:00

    C’est vrai, RAGE ! le Peuple s’est exprimé démocratiquement et il a décidé démocratiquement que le Quinquennat présidentiel aurait force de loi ! Mais, qui vous dit, qu’il ne s’agit pas d’une erreur, il est vrai, « démocratiquement » commise ?



  • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 5 novembre 2005 18:57

    Ce n’est pas sur ce concept de savoir si un mandat est trop long ou trop court que je me base ! Je m’oppose au fait que la durée du mandat présidentiel soit alignée sur celle du député, c’est à dire : 5 ans ! Je tiens à vous rappeler que le Président de la République, qui est le Gardien de nos Institutions, ne gouverne pas le Pays ! Il dirige la France



  • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 29 juin 2005 21:07

    Les Français ont massivement voté « non » à ce projet de constitution européenne défendu par le Gouvernement Raffarin... Mais, si, à l’U.M.P., au P.S., à l’U.D.F., au M.R.G., chez les Verts, il y avait consensus pour appeler à voter « oui », il y eut, dans tous ces partis politiques, des « rebelles » qui appelaient à voter « non »... Ces Nonistes évoluaient aux côtés de ces partis politiques traditionnellement anti-européens comme : l’Extrême Gauche, du F.N., du M.N.R., du M.P.F., du M.D.C., du R.P.F.

    Le Gouvernement Raffarin n’a pas su voir venir ce désastre phénoménal ! Mais, pourtant, cette campagne fut très mal « ficelée »... Ce qui permit aux Nonistes de s’engoufrer dans la brêche... Dès lors, comment faire voter tous les électeurs en leur posant une simple question, en leur demandant de répondre par « Oui » ou par « Non », alors que l’ensemble de la classe politique n’était même pas capable de leur expliquer les tenants et les aboutissants de ce projet de traîté constitutionnel ? Comment faire « avaler », à l’ensemble des Citoyens, une brochure comportant 448 articles d’une constitution, qu’il faut lire et digérer, alors qu’ils auront énormément de mal à la comprendre ? L’on s’aperçoit qu’il y a une véritable incompréhension : la classe politique ne sait pas dialoguer avec les Citoyens...

    Quoiqu’il en soit, les Français ont voté « non » :
    - parce qu’ils avaient peur des conséquences d’une possible entrée de la Turquie au sein de l’Union européenne,
    - parce qu’ils se sont sentis menacés, dans leurs acquis sociaux obtenus après de dures grèves, par l’entrée de 10 nouveaux états dans l’Union européenne,
    - parce qu’ils ont si été effrayés par les dispositions de la Directive Bockstein (pourtant supprimée), qu’ils ont diabolisé l’ouvrier polonais...

    Mais, beaucoup d’entre eux, qui ne comprenaient pas les enjeux de cette Europe-là, ont voté « non » en mettant en avant les problèmes franco-français...

    Ils ont eu Raffarin et ont provoqué sa chute et celle de son Gouvernement...

    Qu’en sera-t-il du Gouvernement Galuzeau de Villepin ? L’avenir nous le dira...

    Le Front national a été rçu par le Premier Ministre ! C’est tout à fait normal... C’est le jeu démocratique !

    A celles et ceux qui poussent des cris indignés, il convient de leur rappeler,
    - que le Front national a des élus au sein du Parlement européen, aux seins de divers Conseils généraux et aux seins de divers Conseils régionaux ;
    - que l’Extrème Gauche, qui a perdu tous ses sièges n’ a plus aucun élu, ni au Parlement européen, ni dans les Conseils généraux, ni dans les Conseils régionaux.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité