• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jjwaDal

jjwaDal

Un petit bonhomme d'une curiosité exceptionnelle qui considère la recherche de la réalité comme une des plus belles expériences de la vie.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/06/2008
  • Modérateur depuis le 02/08/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 32 3456 2573
1 mois 2 129 274
5 jours 0 16 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 347 273 74
1 mois 16 14 2
5 jours 2 2 0

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires



  • jjwaDal jjwaDal 11 août 11:49

    Les arbitrages se feront quand nous serons le couteau sous la gorge, pas avant. L’économie « moderne » ne connaît rien de l’ampleur des services gratuits rendus par la Nature, rien de rien et se comporte nativement en prestidigitateur en déplaçant les problèmes dans l’espace et le temps (cachez ce problème que je ne saurais voir...) et en vantant les mérites de l’individualisme, trois recettes avérées pourtant de catastrophes à venir.
    Il aura fallu une crue massive du fleuve jaune en chine avec un coût économique catastrophique (humain aussi mais « on » s’en fout), pour s’apercevoir que préserver sans y toucher une forêt sur un bassin versant, fixe la terre et éponge les pluies torrentielles (entre autres). La forêt intacte valait plus que débitée en planches et en meubles... Et beaucoup de choses sont ainsi.
    A force de vouloir des « winners » à tout prix on fabrique inévitablement des « ouineurs » (« couineurs pour ceux qui ne sont pas du coin...) qui ne voient pas arriver le mur et se le prennent dans la gueule. Plus d’eau au robinet, on prendra des bouteilles au supermarché et plus con tu meurs pas.
    On a un système économique qui ne peut voir (ne veux voir aussi) que les gains privés à court terme peuvent aboutir inévitablement à des pertes colossales à moyen et long terme. Et comme tous les acteurs sont »court termistes« car ils jouent leur survie dans une jungle, appeler au bon sens et à la logique n’y fera rien.
    Comme disait »Lordon«  : »Autorisez à nouveau le travail des enfants et il réapparaîtra instantanément et les appels au bon sens, à la morale, n’y changeront rien« .
    On sera tous à la »douche éclair" bien avant qu’on arrête d’arroser les golfs.



  • jjwaDal jjwaDal 9 août 22:40

    « Je » n’existe pas, plus précisément le « je » est un trompe l’oeil. Nous devrions dire « nous » d’une part, quand nous parlons de nous, ce que nous pensons, ce que nous ressentons. D’autre part, le libre arbitre est de façon assez manifeste une illusion qui pourrait émerger de la croyance en l’existence du « je » mais je soupçonne que ça va bien au delà de ça.
    La première personne du singulier et la responsabilité de nos actes sont deux foutaises rendues nécessaires par notre statut d’animal social. Utiliser le « nous » obligerai à rentrer avec les autres dans des discussions complexes que la plupart refuseraient d’entendre.
    « J »’ai eu la chance adolescent de voir un voisin fumeur en pleurs (il avait subi une ablation d’un poumon et continuait à fumer malgré le risque de récidive de son cancer). Il avait perdu le contrôle de son cerveau pensait-il. En fait il ne l’avait jamais eu bien sûr et « je » l’ai perçu par mon vécu d’alors à l’époque.
    Il est bien plus facile aussi de trainer les violeurs et les assassins au tribunal (traiter les conséquences) , faute de pouvoir traiter les causes sociales et environnementales qui les ont fabriqués. Une maman dont le charmant fiston avait été transformé en monstre et en assassin par l’armée US (il avait tué 50 civils à la mitraillette sur ordre d’un supérieur) aurait mal pris qu’on lui explique que son fils avait choisi de devenir librement ce qu’il était devenu (témoignage de Seymour. Hersh).
    A raison. La responsabilité individuelle est simplement une façon commode de gérer les conséquences pour la société, les autres.
    « Je » n’ai pas choisi de n’être ni violeur, ni assassin, ni homme politique (menteur). L’environnement dans lequel j’ai grandis et évolué me l’a simplement interdit et je n’en tire donc aucun honneur et n’en attend aucune louange.

    « Je » ne suis pas un chic type parce que « je » l’aurai décidé, mais parce que la vie ne m’a pas laissé le choix. Tout flatteur vit au dépends de ceux qui l’écoutent et croient surtout piloter leur navire.
    Nous avons eu de la chance. D’autres ne l’ont pas. C’est la vie...



  • jjwaDal jjwaDal 9 août 04:19

    Il y a eu une hausse des prix des céréales (blé en particulier) suite à l’invasion de l’Ukraine, qui a conduit à anticiper des pénuries et conduit par précaution certains pays à interdire les exportations. Par ailleurs, les importateurs se posaient la question de savoir si les céréales russes et ukrainiennes allaient pouvoir alimenter le marché mondial.
    En conséquence, le marché a un peu joué au casino le prix des céréales par anticipation. Il se trouve que début août, le prix du blé est identique sur le marché de Chicago à celui observé avant l’invasion russe et selon l’USDA, la destruction de la demande par anticipation de l’inflation des prix va jouer son rôle.
    Il ne semble pas y avoir de pénuries physiques à craindre pour cette année (il pourrait y en avoir d’origine humaine ceci dit, localement) et le marché ne semble pas anticiper une pénurie pour l’an prochain vu que les sanctions ne portent pas sur les engrais, même si le coût du gaz naturel devrait augmenter, le temps que les clients réajustent leur approvisionnement.
    La hausse du prix du blé sur un an est homogène avec l’inflation générale des prix de beaucoup de matières premières.



  • jjwaDal jjwaDal 8 août 18:26

    @samy Levrai
    La Russie est une expérience qui se cherche une cohérence. C’est un pays capitaliste avec une forte intervention de l’Etat, faisant penser à la mouture que nous avons connue avant la version « libre échangisme débridé » et « capitaux chasseurs de primes ou de moins disant social », mais par ex ils taxent les milliardaires comme les smicards, ce qu’aucun pays développé n’oserait faire...
    C’est un des très rares pays qui dispose sur son territoire (gigantesque il est vrai) de tout ce dont ils ont besoin en matière de ressources naturelles, ils n’ont donc pas le côté prédateur (par le militaire ou la finance) typique des démocraties occidentales pour l’accès aux ressources.
    Il y a les droits virtuels mis en avant par toutes les démocraties occidentales et le droit bien réel de crever en plein hiver dans la rue, car la discrimination par l’argent est quasi universellement accepté chez nous, même si concrètement elle viole des droits fondamentaux.
    Un aveugle verrait par ex que ce gouvernement fait plus et mieux pour offrir l’expérience de la maternité à des mères célibataires et couples de lesbiennes que pour loger des SDF ou éviter la grande pauvreté chez le 3ième âge. On a peu de chances de trouver un équivalent russe.
    Personne ne prétend que Louis XIV chez nous fut un dictateur et pourtant son accession au pouvoir a suivi un chemin très différent de celui de Poutine (le multi partisme existe chez eux et il n’est pas vu comme tel ici car ils n’ont pas suivi notre schéma qui consiste à avoir deux partis de pouvoir ayant la même politique mais se présentant comme alternance démocratique tout en tuant toute réelle alternative).
    Il n’y a pas plus de dictature en Russie qu’il n’y a de démocratie chez nous. Dans les deux cas une minorité de la population contrôle le destin collectif et l’inégalité entre citoyens existera toujours. Après on a plus de chance d’être SDF aux USA ou en Europe qu’en Russie, mais c’est assez anecdotique.



  • jjwaDal jjwaDal 8 août 17:34

    @Captain Marlo
    Mon clavier à fourché... En accord avec Lordon, je voulais dire « souverainiste » à savoir ceux qui revendique la souveraineté de décider de leur destin au contraire des régions européennes qui furent des Etats et ne sont plus.

Voir tous ses commentaires (20 par page)