• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jjwaDal

jjwaDal

Un petit bonhomme d'une curiosité exceptionnelle qui considère la recherche de la réalité comme une des plus belles expériences de la vie.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/06/2008
  • Modérateur depuis le 02/08/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 23 2918 1080
1 mois 0 65 0
5 jours 0 10 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 296 229 67
1 mois 4 3 1
5 jours 2 1 1

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires



  • jjwaDal marcoB12 29 janvier 2009 08:58

    Blague à part, je suis devenu végétarien il y a 20 ans, non pour laisser manger les affamés
    car j’étais conscient de l’ampleur du gaspillage alimentaire à toute échelle et des problèmes
    d’accès sélectif à la nourriture, mais pour ne pas être complice.
    Les partisans de la décroissance à mon sens ne veulent pas être complices d’un système
    malsain, mais oublient souvent que c’est la décroissance des inégalités et du gaspillage
    qui doivent être les coeurs de cible et qu’il n’y a aucune limite contre laquelle nous soyons
    condamnés à nous fracasser.
    Je pense qu’il vaut mieux se concentrer sur la mise à mort d’un système d’une démence avérée
    qui a consisté à baser une civilisation entière sur des ressources finies pour les transformer en
    déchets avec une répartition des richesses extrêmement mal faite. Tout est là.
    Ce système linéaire condamné dès le début (demain est un autre jour...) est à l’agonie et va mourir,
    que nous aboyons ou non.
    L’énergie est à la base de notre civilisation et nos capacités opérationnelles et elle ne manquera
    jamais dès lors qu’on tape la ressource solaire. A partir de là tout est envisageable.
    Le problème démographique était le seul capable de nous envoyer dans les décors et on sait qu’il
    ne va pas le faire.
    En amont une corne d’abondance énergétique intarrissable, en aval des boucles d’utilisation des
    "matières 1ère" fermées avec une déperdition minimale compensé par des synthèses organiques
    issues du vivant (agriculture par ex), nous aurions pu (nous pouvons et allons) emprunter une
    autre voie.
    Ce n’est pas celle de la décroissance, c’est celle du bon sens retrouvé quand on n’a plus le choix...



  • jjwaDal marcoB12 28 janvier 2009 20:12

    Si je la pratique je n’y crois pas à grande échelle car ses théoriciens me semblent oublier
    que la Terre n’est pas un système fermé.
    Nous venons par ex de débuter l’ère solaire qui va nous donner accès à une source d’énergie
    infinie à notre échelle et virtuellement éternelle.
    Notre soucis de matières premières pourra être largement réglé par un haut niveau de recyclage
    lui-même directement tributaire des disponibilités énergétiques et leur coût.
    Au-delà une chimie organique remplacera la plupart des éléments manquants ou devenus rares.
    Mais certes il faudra décroître fortement le niveau de gaspillage et d’inégalités et plus simplement
    le niveau de connerie ambiant qui fait de nous des monstres environnementaux au quotidien sans
    même nous en apercevoir.
    Sur le papier tous les avenirs nous sont encore possibles et la décroissance semble le moins probable.




  • jjwaDal marcoB12 27 janvier 2009 21:32

    Tout à (quasiment) été dit mais comme personne n’écoute.
    Les agrocarburants actuels sont une idée aussi mauvaise que le moteur thermique.
    Leur mariage peut facilement engendrer des monstres (combinaison de deux
    rendements pitoyables), comparé aux alternatives, alors que la pression sur les terres agricoles et les
    écosystèmes naturels n’a jamais été aussi grande.
    Certes, pour des usages locaux et à petite échelle, l’aventure du jatropha ici et de l’opuntia
    là (transformé en biogaz) peut être une bonne idée.
    On sait que la meilleure filière est le biogaz qui permet de valoriser aussi nos déchets organiques
    et de retourner les minéraux au sol. Après, bien sûr que les algues sont préférables aux végétaux
    terrestres, mais pour faire quoi ?...
    Je l’ai dis ailleurs, les agrocarburants pourraient nous sauver la mise si la responsabilité humaine
    dans le réchauffement est exacte, mais à travers des utilisations et filières très différentes de ce
    que vous décrivez.
    Le sujet est d’une grande complexité. Il me passionne et je ne prétends pas en avoir fait le tour.



  • jjwaDal marcoB12 26 janvier 2009 09:54

    Beau sujet, sur une série que j’ai appréciée et vais essayer de me repasser.
    Nous sommes très peu en 2009 à pouvoir voir le monde comme le voyait le
    personnage du prisonnier, même si je vis au quotidien dans un "village" pas
    bien différent du héros de la série.
    L’ampleur de la désinformation par les médias, le niveau de lessivage de cerveau
    quotidien (il m’a fallu complètement renoncer aux médias traditionnels) par un
    environnement absurde (celui de la pub omniprésente par ex), le formatage
    précoce de choix de vie (alimentation carnée pour tous, tout le monde chie dans
    de l’eau potable, etc...) tout serait à rediscuter et il n’en est pas question.
    Le sommeil à toute échelle (y compris des Etats laissant la création monétaire à
    des entreprises privés pour nous plonger tous dans un endettement esclavageur, par ex)
    ne sera troublé que le jour où la nature sifflera la fin de partie.
    Je ne crois plus à un réveil collectif. Nous sommes une civilisation de drogués dépendants
    qui avons abdiqué notre droit à la liberté.



  • jjwaDal marcoB12 22 janvier 2009 20:02

    Je suis également intéressé par la perspective de l’accès à un autre langage génétique
    pour l’intérêt scientifique majeur que cela représente.
    A titre personnel, le saint-graal de l’amoureux de Mars est de découvrir des composés
    azotés, soit des traces de NH3 dans l’atmosphère (une annonce de l’ESA apparemment
    démentie ensuite), soit des sels d’ammonium ou des nitrates.
    Sans héritage azoté majeur sur place, on ne transformera jamais cette voisine en nouvelle
    Terre habitable.
    Je n’arrive pas à concevoir que l’héritage ammoniaqué de Mars se soit volatilisé en laissant
    une poignée de molécules d’azote. Pour moi, ça ne colle pas.
    Maison...

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité

365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. « Ne pas entrer : Raptors en liberté... »
  2. Le jour où la Terre s’arrêta...

Publicité



Palmarès

Publicité