• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jjwaDal

jjwaDal

Un petit bonhomme d'une curiosité exceptionnelle qui considère la recherche de la réalité comme une des plus belles expériences de la vie.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/06/2008
  • Modérateur depuis le 02/08/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 23 2827 1080
1 mois 0 15 0
5 jours 0 2 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 292 226 66
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires



  • jjwaDal marcoB12 5 juillet 2008 17:59

    Vous oubliez que notre problème principal est que les "donneurs d’ordres" du citoyen lambda, au cadre
    et chef d’entreprise, au président et aux élites diverses ne maîtrisent pas leur sujet, n’ont ni le
    temps ni la volonté de maîtriser la complexité du monde et donc donnent des ordres imbéciles à un
    système économique qui réagit aussi mécaniquement qu’un système informatique pour y répondre.
    Un seul ex pour illustrer :
    Il faut 15 000 m2 de terres agricoles pour nourrir un occidental moyen et entre 1000 et 2500 m2 pour
    nourrir un végétarien.Nous n’avons pas décidés tous de manger de la viande quotidiennement, nous n’avons pas choisis de défigurer une bonne partie de la planète pour y cultiver soja et maïs ni de détruire
    toute la biodiversité qui s’y trouvait, pas plus que nous n’avons choisis de bouleverser le climat en
    détruisant les forêts pour mettre en culture ou paturage les terres récupérées.
    Nous n’avons pas choisis d’arroser des millions d’ha de produits phytosanitaires, de multiplier par un
    facteur 10 et plus l’énergie à consommer pour utiliser ces surfaces surnuméraires ni faire exploser les
    émissions de gaz à effet de serre dans la foulée...
    Nous l’avons fait.
    Nous sommes responsables de cette mise à mort involontaire d’un monde qui a été et pourrait encore être (nostalgie mise à part).
    Les choses se passent et tout le monde semble ignorer les conséquences de ses actes à toute échelle
    comme si les liens unissant tous les problèmes n’existaient pas.
    Nous sommes dans un âge de ténèbres pour la pensée où les fléaux semblent s’accumuler sans que nous
    soyons capables d’y voir un lointain écho de nos inconséquences.
    Le chaos à toute échelle nous mènera forcément quelque part...



  • jjwaDal marcoB12 29 juin 2008 17:11

    L’exercice consistant à faire le calcul d’une planète consommant
    autant d’énergie primaire qu’un français actuel prête le flan à une remarque.
    Il y a beaucoup moins de français que de japonais par ex ou d’américains.
    Pourquoi nous en 2007 et pas nous en 1980, 1960 ou 2020 tant qu’à faire ?...
    Le 2ème est le choix de calculer une consommation en énergie primaire alors
    qu’il s’agit d’une projection dans un futur hypothétique. Sachant que 60% du
    pétrole est consommé dans les transports et via le moteur à explosion (20% de
    rendement moyen en conditions d’utilisation réelles) 4/5ème de cette énergie est gaspillée.
    Et si d’ici là nous passions massivement au moteur électrique nous pourrions avec les
    mêmes services rendus par ex diviser cette consommation par 2(à la louche). Utopie ?
    L’énoncé des réserves est cocasse. Je vais le préciser avec comme unité le million de TWh.
    Pour une durée limitée (réserves totales) :
    Charbon :6 ; Gaz naturel : 1,5 ; Uranium 235 : 1,5 ; Pétrole : 1 ; Schistes bitumineux : 1 ;
    Pour l’éternité (réserve annuelle) :
    Energie solaire : 350.
    Après on peux toujours argumenter que les réserves de matières fissiles peuvent être plus
    grandes, que les clathrates changent la donne, que nous avons tellement de deutérium et tritium
    que la fusion va nous sauvez la mise...
    Ce sont des enfantillages.
    Les projections de consommation dépendent de tellement de paramètres qu’elles sont largement
    irréalisables. On parle de scénarios pour les décrire.
    Vu les cours du brut, que les américains passent massivement aux petites voitures, voire aux
    hybrides et électriques et la consommation de pétrole plongerait brutalement sans que le service
    rendu ne varie. Idem pour le reste du monde dans un contexte durable d’énergie chère.
    L’augmentation des prix incitant à la sobriété nous épargnera des centaines de
    centrales tant notre niveau de gaspillage est effarant. Elles seront construites en Asie
    qu’y pouvons-nous ?...
    Je pense que vous méconnaissez gravement les conséquences économiques et sociales à terme
    des changements climatiques observés (que nous en soyons majoritairement ou non la cause).
    Lester Brown décrit bien le sort que vont connaître des centaines de millions de personnes
    quand les rivières suralimentées une partie de l’année par les précipitations (qui tombaient en
    neige alimentant tous ces glaciers qui fondent) vont devenir de minces filets d’eau en été
    quand les besoins d’irrigation sont importants.
    Or ce phénomène devrait survenir au moment où de très nombreuses nappes phréatiques seront
    quasiment à sec. L’asie sera particulièrement touchée. Les conséquences pour l’agriculture
    et le prix des produits alimentaires de base seront incommensurables...
    Nous pourrions nous passer d’une bonne part de l’énergie que nous consommons (réduction du
    gaspillage, meilleure efficacité énergétique, etc...) mieux que de nourriture...
    Par ailleurs un joli paquet d’étude ont montré que l’agriculture biologique était globalement
    aussi productive que l’agriculture énergivore actuelle en étant bien plus sobre.
    Je ne vois aucune impasse énergétique, juste une très mauvaise utilisation d’une ressource
    majoritaire (que nous savions finie) donc le coût semble définitivement être élevé.
    Nous avons très mal anticipé le choc et nous allons souffrir, les plus pauvres en 1er comme
    de coutume.



  • jjwaDal marcoB12 23 juin 2008 07:48

    On peut toujours s’accrocher à un credo à condition de l’avoir bien fixé auparavant.
    Regardez sur le réseau ce que fait l’Etat américain de l’argent du contribuable.
    La preuve est faite que la diminution des services publics traditionnel ne se traduit
    pas automatiquement par une diminution de la charge fiscale (l’argent va ailleurs).
    Les USA (qu’on peut prendre pour modèle) consacrent plus de la moitié (54%) de leur
    budget au militaire (1200 G$) et de l’ordre de 6% à l’éducation (contre 23% et 14% chez nous)
    sans parler des subventions massives faites aux très grandes entreprises (pétrolières,
    agroalimentaires,etc...) et du fait de savoir qui va renflouer (ultimement) le secteur
    bancaire qui vient de connaître quelques soucis...
    Est-ce un hasard si 3% de la population est soit en tôle soit en liberté conditionnelle ?...
    Pour un pays modèle, pas mal...



  • jjwaDal marcoB12 22 juin 2008 22:06

    Il vaudrait mieux nous expliquer pourquoi en 14 ans de socialisme, on n’a pas envisagé
    de "nationaliser" l’eau, pourquoi l’essentiel de la planète ne veut pas entendre parler
    de transnationales gérant leur ressource en eau, comment une entreprise privée peut partager
    au mieux une ressource rare en rendant des services publics au meilleur coût tout en offrant
    un intérêt pour des actionnaires qui ne voient que le retour sur leur investissement,
    pourquoi les américains n’ont pas massivement privatisé la gestion de leur eau depuis belle lurette
    (sans doute est-ce la patrie des socialistes dont vous parlez).
    Vous aimeriez payer l’oxygène que vous respirez ? Vous trouvez normal de payer une eau que
    nos ancêtres ont bu pendant des milliers d’années sans bourse délier ?
    La planète entière pense que la privatisation des biens communs de l’humanité est une
    catastrophe menant au pillage au profit d’une poignée et vous y voyez un bienfait ?...
    Je paie plein pot pour l’épuration de mon eau quand j’ai des toilettes sèches et ne
    rejette quasiment rien et je dois avoir recours à un osmoseur pour boire une eau
    du robinet "incolore, inodore et sans saveur".
    Nous sommes un des (sinon le) pays où l’eau est la plus privatisée et le résultat est beau...



  • jjwaDal marcoB12 22 juin 2008 08:19

    Cet article effleure un sujet qui sera au coeur du débat public de plus en plus.
    Est-ce que le meilleur moyen de partager une ressource rare et indispensable est
    de confier sa gestion à des intérêts privés ?...
    Comment peut-on préserver la qualité de la ressource quand il y a tant d’argent
    à se faire sur la "dépollution" et qu’elle est techniquement faisable ?
    On peut imaginer sans trop se faire mal une entreprise externalisant ses coûts en
    polluant la ressource et une autre (appartenant au même groupe) demandant au consommateur
    d’eau de la dépolluer.
    Qui va dépiauter les factures après coup ?
    A qui appartient l’eau d’une région ou d’un sous-sol quand on peut faire en amont
    des prélèvements massifs pour irriguer des cultures bien trop gourmandes ou du remplissage
    de bouteilles plastiques vendues loin du lieu d’origine de l’eau ?
    Récemment le départ d’un tanker d’eau de la région de Marseille pour alimenter Barcelone
    en proie à une sécheresse dramatique a suscité des discussions.
    Je rappelle aussi que de l’ordre de 20% de notre consommation d’eau est destiné à transformer
    en déchets "urine et caca" quand leur destination normale est de fournir de l’énergie (biogaz)
    et des engrais (compost de haute qualité) pour boucler le cycle des éléments.
    Quand chacun se sert (on continue le maïs à fond la caisse par ex) et que le principe
    "pollué-payeur" est la règle on peut s’attendre au pire.
    Chez nous il faudra payer, ailleurs souffrir voire mourir.
    Merci pour le coup de projecteur sur un sujet souvent oublié...

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité

365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. « Ne pas entrer : Raptors en liberté... »
  2. Le jour où la Terre s’arrêta...

Publicité



Palmarès

Publicité