• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jjwaDal

jjwaDal

Un petit bonhomme d'une curiosité exceptionnelle qui considère la recherche de la réalité comme une des plus belles expériences de la vie.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/06/2008
  • Modérateur depuis le 02/08/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 23 2704 1081
1 mois 0 63 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 286 220 66
1 mois 4 4 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires



  • jjwaDal jjwaDal 30 juin 20:16

    @Gollum
    Nous sommes littéralement un vide immense dans lequel dans entités à fonctionnement tridimensionnel (une propriété émergente d’objets à nombre dimensionnel inférieur ?) sont à l’origine de champs de force maillant l’espace entre elles. Si ma main ne passe pas à travers le clavier c’est que la somme des champs émis par les électrons périphériques des cellules périphériques des touches du clavier se repoussent et que l’objet est rendu rigide par la somme des lignes de champs émis par les atomes du matériau des touches.
    Donc un vide immense structuré par des champs de force émis par des entités objets d’études n’ayant aucune masse (c’est encore un champ qui leur donne). Qu’est-ce que la matérialité alors sinon un concept s’arcboutant sur des lois physiques dont l’origine est inconnue générant des champs à partir de supports sans masse intrinsèque qu’on ne peut visualiser comme des objets tridimensionnels sphériques permanents par ex (ils sont statistiquement là, mais pas en permanence comme à échelle macroscopique).
    Quelle est notre réalité physique dans ces conditions puisque la matérialité est elle-même un phénomène émergeant à partir de champs et de lois d’origine inconnue ?
    Ce phénomène à étudier peut nous mener sur la piste de savoir qui nous sommes ou ce que nous sommes. La majorité préférera le « technicolor » avec des photos d’engins bizarre dans le ciel , mais c’est accessoire face aux questions que la nature fondamentale de la réalité nous pose.
    Préférer le Doliprane à l’HCQ ou l’Ivermectine à ce stade de la discussion. smiley



  • jjwaDal jjwaDal 30 juin 20:13

    @cyrus
    Nous sommes littéralement un vide immense dans lequel dans entités à fonctionnement tridimensionnel (une propriété émergente d’objets à nombre dimensionnel inférieur ?) sont à l’origine de champs de force maillant l’espace entre elles. Si ma main ne passe pas à travers le clavier c’est que la somme des champs émis par les électrons périphériques des cellules périphériques des touches du clavier repoussent les mêmes champs émis par mes mains (aucun contact matériel au sens commun du terme) et que l’objet est rendu rigide par la somme des lignes de champs émis par les atomes du matériau des touches.
    Donc un vide immense structuré par des champs de force émis par des entités objets d’études n’ayant aucune masse (c’est encore un champ qui leur donne). Qu’est-ce que la matérialité alors sinon un concept s’arcboutant sur des lois physiques dont l’origine est inconnue générant des champs à partir de supports sans masse intrinsèque qu’on ne peut visualiser comme des objets tridimensionnels sphériques permanents par ex (ils sont statistiquement là, mais pas en permanence comme à échelle macroscopique).
    Quelle est notre réalité physique dans ces conditions puisque la matérialité est elle-même un phénomène émergeant à partir de champs et de lois d’origine inconnue ?
    Ce phénomène à étudier peut nous mener sur la piste de savoir qui nous sommes ou ce que nous sommes. La majorité préférera le « technicolor » avec des photos d’engins bizarre dans le ciel , mais c’est accessoire face aux questions que la nature fondamentale de la réalité nous pose.
    Exceptionnellement je conseillerai plutôt le doliprane que l’HCQ ou l’Ivermectine à ce stade de la discussion. smiley



  • jjwaDal jjwaDal 30 juin 17:21

    @jjwaDal
    A noter aussi qu’on ne peut balayer d’un revers de main éclairée l’hypothèse que nous avons sous les yeux des indices que nous sommes dans une simulation informatique et qu’un gamin futé dans un univers réel, lui, s’amuse avec la civilisation que sa simulation étudie. Dans une simulation de ce type les lois de la physique étant en substance « les règles du jeu », l’auteur de la simulation peut les violer arbitrairement localement pour étudier les réactions des personnages de la simulation, puisque ce ne sont nullement des lois de la physique au sens où nous l’entendons communément. De très nombreuses hypothèses au delà de la piste extra-terrestre qui est peut-être trop simple pour être la bonne.



  • jjwaDal jjwaDal 30 juin 17:13

    @Gollum
    Pour la Relativité Générale à la vitesse de la lumière le temps ne s’écoule plus dans le référentiel de l’objet animé de cette vitesse. D’où cette formule de « voyage dans le futur » où le voyageur à une vitesse très proche de « c » fait en quelques semaines ou mois de son temps propre, un voyage de 10 000 années lumière qui prendra 10 000 ans an minimum dans le référentiel de la Galaxie disons.
    La masse éliminée plus d’accroissement infini de la masse du « vaisseau » et les problèmes d’énergie infinie pour le propulser.
    Les effets du champ de Higgs supprimés localement, me semblent idéalement expliquer l’absence d’inertie apparente en particulier et les accélérations avec changement rapide du vecteur vitesse. La vitesse elle-même n’est en 2021 plus concluante, vu que nous savons faire des engins hypersoniques (mais pas dans les années 1950 il est vrai).
    A y réfléchir la gravité elle-même doit pouvoir s’expliquer comme phénomène émergeant par la masse conférée aux particules et au vide entre elles par le champ de Higgs (un peu comme la température est expliquée par l’énergie cinétique moyenne des particules autour du point de mesure).. En l’absence du champ de Higgs aucune masse et comment faire de la gravité et courber l’espace-temps sans masse ? Ce champ n’est clairement pas anecdotique dans la physique en oeuvre dans notre univers.
    Je doute que quelqu’un ait peu documenter qu’aucune goutte d’eau n’a été déplacée par une intrusion d’un objet dans l’eau...
    Il y a cependant des hypothèses d’objets « hyperdimensionnels » (à 4 dimensions physiques par ex) venant d’autres univers (la théorie des multivers semble indispensable à la physique contemporaine) qui ferait de ces objets de simples projections dans notre univers tridimensionnel (à échelle macroscopique). Les conséquences physiques sur notre environnement sont bien évidemment « beyond me ». smiley



  • jjwaDal jjwaDal 30 juin 15:19

    @Gollum
    Oui, sur une piste étrangère à notre civilisation, mon opinion est faite. C’est de très loin la meilleure hypothèse que nous ayons. J’ai parlé plus haut du « Tic Tac » de l’épisode de novembre 2004, à bord du USS Princeton. Kevin Day que j’écoutais à l’instant confirme bien (il était le chef du groupe radar à bord du navire) que le puissant radar de bord à suivi l’objet passant de 9000m à la surface de la mer sur sa trajectoire. Une vitesse moyenne de 10 km/sec sur la trajectoire exclu toute fabrication humaine car elle implique probablement une annulation de la masse de l’objet (un objet standard serait pulvérisé avec ses occupants par les 500 à 700g d’accélération et nécessiterait une puissance embarquée de centaine de GW dans quelques m3, spéculations basés sur le témoignage visuel du pilote chevronné et de Kevin Kuth qui a analysé l’incident sur le plan des contraintes physiques ).. C’est a priori le même objet vu par Trevor qui fuse devant son cockpit et est perdu de vue instantanément pour être détecté par le radar du Princeton quelques secondes plus tard à 60 miles (100km).
    La science gagnerait à regarder la chose de prêt, car s’il y a un moyen de contrer localement le champ de Higgs alors propulser un engin dont la masse a été réduite à quelques grammes à des vitesses proches de « C » réduirait de beaucoup le défi posé par les voyages interstellaires. Le simple fait d’observer correctement des engins dont on ne connait rien que les capacités de vol pourraient nous mettre sur la piste d’une nouvelle physique, évacuant le temps catastrophique que la science mettrait sinon à explorer toutes les possibilités théoriques possibles pour orienter les pistes de recherche.
    Quand on supprime localement le champ de Higgs on supprime non seulement la masse de l’objet volant, mais son poids et son inertie. Ceci expliquerait les accélérations fulgurantes et les changements brutaux du vecteur vitesse sans casse. Sur l’explication je peux me tromper néanmoins.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité