• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jjwaDal

jjwaDal

Un petit bonhomme d'une curiosité exceptionnelle qui considère la recherche de la réalité comme une des plus belles expériences de la vie.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/06/2008
  • Modérateur depuis le 02/08/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 32 3515 2573
1 mois 0 27 0
5 jours 0 5 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 352 278 74
1 mois 1 1 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites













Derniers commentaires





  • jjwaDal jjwaDal 24 septembre 13:52

    Tout d’abord s’il dit qu’une fois ces régions acceptées au sein de la Russie, toute attaque (sous-entendu massive) pour la reprendre verra face à elle l’armée Russe avec tous les moyens appropriés pour la repousser, il a dit tellement de fois que la Russie n’utilisera jamais l’arme nucléaire la première, que c’est implicite. Si 200 000 hommes ont pu prendre 20 à 25% du territoire Ukrainien avec les moyens limités d’une Opération Spéciale, alors avec 500 000 hommes (plus si besoin) et tous les moyens de l’armée, même une contre attaque massive de l’OTAN serait défaite (Ritter et Mc Gregor).
    Chomsky et bien d’autres ont fait remarquer que jamais on n’a parlé aussi systématiquement d’une attaque non provoquée pour une agression. A croire que l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Syrie avaient provoqué les USA.
    La raison est évidente et c’est parce qu’elle a été provoquée et pas qu’un peu. La Russie n’avait aucun avantage à tirer de la guerre, les russes le savaient avant le 24 février 2022, sinon ils n’auraient pas attendu pendant 8 ans que l’OTAN forme les troupes ukrainiennes et que le Donbass soit transformé en ligne Maginot. Le QI est en baisse dans les grands médias occidentaux pour véhiculer de telles foutaises d’une Russie conquérante...
    Pourquoi alors autant d’experts et de rapports depuis 20 ans disant que la perspective d’une Ukraine adhérant à l’OTAN rencontrerait une vive hostilité de la Russie ? Pourquoi ne pas avoir accordé l’autonomie interne de ces régions préconisée dans le pseudo accord de Minsk II (que jamais l’Ukraine n’a envisagé de mettre en oeuvre de son propre aveu (Poroshenko)) ou avoir accepté un divorce à l’amiable, sort connu par la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie (un peu frotté quand même), l’URSS ?
    Réponse : mais parce que l’Ukraine n’est pas plus démocratique que la Russie et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes leur fait horreur autant que la Catalogne prenant le large inquiétait le pouvoir espagnol.
    Donc l’Ukraine a le choix entre une guerre perpétuelle la mettant en ruine pour reprendre des régions qui ne le souhaitent pas (la Crimée c’est plié depuis 8 ans) ou accepter après ce bain de sang que ces régions soient autonomes, mais cette fois en dehors des frontières de l’Ukraine.
    Faut-il rappeler que tous les ponts sur le Dniepr sont intacts et que les Ukrainiens ont encore de l’éclairage et de quoi se chauffer cet hiver ? La Russie aurait pu faire ce que les USA ont fait au Vietnam ou même en Irak.
    Contrairement à nos dirigeants, Poutine connait l’arme atomique et il a clairement dit qu’un monde sans la Russie (sous entendu menacée existentiellement) était la condition sine qua non pour utiliser massivement l’arme nucléaire.
    L’Ukraine et la Russie ont perdu gros dans ce merdier fabriqué de toutes pièces. Meirsheimer avait dit en 2015 que nous allions dévaster l’Ukraine.
    Grâce à notre absence de colonne vertébrale et l’aide « fraternelle » des USA, nous avons fait bien pire, pour eux comme pour nous.



  • jjwaDal jjwaDal 24 septembre 13:12

    @Martin
    La mienne (de participation à la victoire) est plus grosse que la vôtre ? L’armée allemande n’aurait jamais tenu un pays aussi gigantesque et les russes avaient tout sous la main pour reconstruire plus à l’est encore. Sans aide américaine les russes auraient mis plus de temps mais l’armée allemande aurait connu son épisode « Afghan » avant la dérouillée.
    Personnellement j’honore plus la mémoire des victimes (et les russes ont donné de loin le plus dans le camp anti nazisme) que celle du nombre de bombes déversées sur les villes allemandes.
    Vous aussi j’espère.



  • jjwaDal jjwaDal 21 septembre 20:31

    Rien d’immatériel dans la nouvelle économie. Quand on délocalise les industries manufacturières en Chine on ne dématérialise pas la fabrication de nos objets divers de consommation, au contraire on augmente leur intensité et minérale et énergétique donc à l’opposé d’une dématérialisation.
    Tout le numérique repose sur une montagne minérale et énergétique sans commune mesure avec une économie des échanges humains matériels via la fabrication ou le service rendu.
    Il faut une pensée hors sol, typique chez les irresponsables « haut placés » pour imaginer que le monde va basculer dans une forme ou une autre de virtualité (Metavers, IA, j’en passe et des pires) sans devenir un trou noir avide de bien plus d’énergie et de métaux que les sociétés dans lesquels nous avons vécu.
    La prestidigitation observée est simplement un artifice destiné à camoufler un vol supplémentaire des classes moyennes et toute opportunité de crise (au besoin crée ou amplifiée) une aubaine pour détourner l’attention.



  • jjwaDal jjwaDal 21 septembre 18:25

    Lordon disait qu’il ne faut rien moins qu’une « bonne crise » pour pouvoir en soulevant le capot voir à l’oeuvre des mécanismes qui auraient été caché en temps ordinaires. Nous y sommes vraiment, même s’il n’y a pas « crise » (au sens d’épisode transitoire d’où on ressort quasiment à l’identique) mais mutation profonde.
    Nous mettons en place des outils que les pires dictatures et Etats fascistes du passé auraient rêvé d’avoir. La confiscation du débat et la censure tentaculaires sont déjà des indices de cette dérive. La croissance économique ne pouvant être physiquement éternelle ne pouvait s’infléchir en préservant les privilèges de la caste dominante que par réduction du niveau de vie des moins fortunés, puisque les miettes de croissance ne peuvent être distribuées qu’avec de la croissance. La dérive du pouvoir d’achat et des patrimoines entre plus riches et plus pauvres n’a pas atteint des niveaux historiques en deux ans, mais s’étale sur plusieurs décennies, disons depuis les années 1980.
    Mais le point d’inflexion aura été probablement la « crise » financière de 2008 avec dans la foulée la grande répétition (2009) de la crise sanitaire « H1N1 », où déjà on voulait vacciner tout le monde pour une grippe assez banale quoi que plus contagieuse que d’ordinaire.
    Il manquait le niveau de propagande, les atteintes majeures à la liberté individuelle de gérer sa santé et la censure et l’arbitraire qui se sont férocement déployés depuis via les tous les grands médias sociaux et leur faux nez contrôleur d’informations d’abord fausses puis non totalement exactes, puis carrément ne reflétant pas l’opinion officielle du gouvernement en place.
    On y arrive doucement.
    Car le refus du débat n’est que le préalable à l’arbitraire le plus abjecte, soutenue par les structures sociales de contrôle et de soumission du peuple.
    Aucune étude prouvant un bénéfice à porter un masque en tissu dans la rue ? Pas grave, c’est obligatoire, avec agressions policières autorisées pour les contrevenants et amendes salées, très salées en cas de récidive. Un modèle, qui verra les contestataires à venir asphyxiés financièrement, désocialisés par licenciement, marginalisés et trainés dans la boue par les chiens de garde de la pensée que sont les grands médias.
    Dans ce cadre se déploie les ukases suicidaires pour les peuples européens de « gens » qui ne sont pas plus allemands, qu’européens, pas plus démocrates que républicains, mais idéologues et surtout nombrilistes (vis à vis de leurs intérêts et ceux de leur caste).
    Ces « gens » vont cramer l’Europe entière en accusant la Terre entière et les peuples européens des conséquences de leurs décisions.

Voir tous ses commentaires (20 par page)