• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Tibet Libre

Tibet Libre

L'association Tibet Libre fournit une information sur la situation du Tibet et la diaspora en exil dans le but de favoriser l'émergence de négociations sino-tibétaines. L'association organise aussi des parrainages d'anciens prisonniers politiques tibétains en exil.
Tibet Libre (Association Loi 1901)  
associationtibetlibre@gmail.com

Tableau de bord

  • Premier article le 24/08/2005
  • Modérateur depuis le 27/02/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 127 216 1973
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 18 5 13
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 28 mars 2007 12:13

    Merci des éclaircissements. Il semble qu’il y aie un malentendu : nous avons reproduit l’article du figaro sur les déclarations de Ségolène Royal en réponse aux commentaires de l’article postés par les internautes qui critiquent les propos de Ségolène Royal. Nous pensons que l’article du figaro donne une information plus complète avec les points de vues contradictoires. En dernier recours, il appartient à Ségolène Royal de clarifier ce qui a pu paraître comme confus. Nous nous gardons de tout esprit partisan pour la cause tibétaine, pour les raisons que vous soulignez. En effet la question du respect des Droits de l’Homme dépasse les clivages politiques, voire culturels, ils sont par essence de nature universelle. Bien entendu, nous ne pouvons que vous rejoindre pour dire que si l’ensemble des politiques ont une sympathie affichée ou plus discrète pour la cause tibétaine, il n’en demeure pas moins vrai que la défense des Droits de l’Homme est jusqu’à présent passée en second plan des échanges économiques de tous ordres, et pas des plus éthiques. Autant dire que pour l’instant, les Droits de l’Homme passent à la trappe des pourparlers bilatéraux franco-chinois. Ce triste constat ne doit pas nous amener à baisser les bras, bien au contraire. Nous nous adressons aux candidats aux présidentielles bien entendu en ce sens.



  • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 27 mars 2007 22:09

    Merci de votre commentaire. Il n’est jamais trop tard pour discuter de l’avenir, et cela sous-entend des négociations pour qu’un accord mutuellement accéptable par chaque partie soit trouvé. Le Dalaï Lama dit qu’il est en semi-retraite concernant son rôle politique, depuis l’élection démocratique d’un premier ministre du gouvernement tibétain en exil. Son souhait le plus cher est de rentrer au Tibet, où il compte abdiquer de son rôle politique en faveur d’un gouvernement démocratiquement elu au Tibet.

    Pour répondre sur l’aspect politique / religieux : le Dalaï Lama est favorable à la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Cette séparation est complémentaire et indispensable d’un gouvernement démocratique.

    Par ailleurs, pour la survie d’une culture, la mode ne suffit pas. Une culture ne peut perdurer dans les livres ou dans les modes. Elle ne peut perdurer que par l’exemple de ses éléments, c’est à dire son peuple, et ne peut se transmettre que de génération en génération. Les Tibétains en exil le savent bien, et ils attendent le moment ou ils pourront retourner au Tibet pour que continue de vivre leur culture.



  • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 27 mars 2007 18:54

    Merci de votre commentaire et de votre soutien pour une culture unique sur notre planète qui risque en effet de disparaître si nous n’arrivons pas à une négociation entre le gouvernement chinois et le gouvernement tibétain en exil. Même si la plupart des grands maîtres tibétains se sont exilés, leur situation d’exil ne peut permettre la pérennisation de leur culture, même s’ils sont près de 150 000 exilés tibétains éparpillés sur la planète, dont la majorité en Inde qui les a accueilli. Bien que ce pays soit relativement pauvre, il a su être généreux.

    En réponse à vos propos, la décision de l’autonomie ou de l’indépendance du Tibet vis à vis de la République populaire de Chine doit revenir au peuple tibétain. Or, pour le moment, le peuple tibétain est en majorité en accord avec le Dalaï Lama qui ne demande plus l’indépendance depuis 1979, mais une réelle autonomie. Autonomie inexistante actuellement, n’en déplaise à « Emile Red ».



  • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 27 mars 2007 18:33

    Merci de votre message. Vous est-il possible d’être plus explicite quand vous dites : « je ne comprends pas cette allusion avec SR ». Concernant ce que vous appelez des pactes, ou plutôt des accords entre les pays, cela n’est nullement incompatible avec le respect des Droits de l’Homme. Il serait stupide et illusoire de vouloir isoler la Chine et le peuple chinois. Par contre, il serait encore plus stupide, voire criminel, de laisser les ressortissants de ce pays sans que leurs Droits soient respectés, au profit d’une minorité égoiste. Est-ce bien de ce sujet que vous vouliez aborder ?



  • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 27 mars 2007 16:10

    Ne soyons pas naïf, vous nous servez la propagande du gouvernement chinois dont la nature totalitaire ne peut que le conduire à masquer la réalité par des mensonges. Vous agissez pour occulter la triste réalité, vous vous en faite le complice. S’il y a eu des problèmes dans le passé, c’était aux Tibétains eux même de les régler, et non à une puissance étrangère colonisatrice. D’autant que les chiffres que vous avancez sont faux, et que vous ne citez pas vos sources. Il est remarquable de constater que les Tibétains en exil ont évolué de façon exemplaire pour une communauté de réfugiés : mise en place d’une éducation laïque et obligatoire pour tous les enfants tibétains, mise en place d’un gouvernement démocratiquement élu. La Chine devrait s’en inspirer pour l’intérêt de son propre peuple.

    Environ 3000 Tibétains passent la frontière chaque année, une majorité sont des enfants. Des Tibétains envoient leur enfants accompagnés par d’autres Tibétains afin qu’ils puissent recevoir une éducation. En effet, du fait du coup élevé des écoles au Tibet, et de l’impossibilité pour nombre de Tibétains de payer de telles sommes, c’est bien souvent la seule possibilité qui existe d’assurer un meilleur avenir à leurs enfants. De plus, la solidarité entre Tibétains permet à la fois la prise en charge des enfants durant le voyage et à l’arrivé en exil. Si l’école était accessible à tous les Tibétains, pourquoi les Tibétains risqueraient-ils la vie de leurs enfants en les laissant traverser la barrière himalayenne ? Comment se fait-il que les enfants des migrants chinois représentent la majorité des enfants dans les écoles de Lhassa ? Les enfants des migrants chinois représentent 3 % des enfants au Tibet, pourtant, dans le secondaire, sur l’ensemble du Tibet, ils occupent 35 % des places, et 60 % à Lhassa.

    Voici la traduction d’un rapport du Centre Tibétain pour la Démocratie et les Droits de l’Homme (TCHRD), comprenant des témoignages d’enfants tibétains :

    Violations de l’accès à l’éducation

    PAS D’ACCES A L’EDUCATION

    Les interviews des enfants tibétains ont révélés que dans toutes les régions du Tibet, les enfants n’ont pas accès à l’éducation. La Chine elle-même reconnaît que 30% des enfants tibétains ne reçoit pas d’éducation du tout (les organisations indépendantes donnent le chiffre de 40%) alors que seulement 1,5% des enfants chinois ne reçoit pas d’éducation.

    Une raison donnée par les autorités chinoises pour cette disparité est l’éloignement de certaines régions tibétaines. Cependant les enfants interviewés ont révélé que ceci n’était pas la seule cause. Le facteur principal empêchant des enfants tibétains d’assister à l’école est économique ; beaucoup d’enfants vivent en fait à proximité d’une école, mais les frais d’école demandés par les autorités étaient si prohibitivement élevés que les parents ne peuvent pas se permettre simplement d’envoyer leurs enfants pour s’instruire. Il y avait aussi des cas où les parents au début pouvaient payer les frais d’école mais plus tard devaient reprendre leurs enfants de l’école parce qu’ils n’étaient plus capables de régler les frais exigés. Ceci est une violation claire de la Convention selon laquelle l’éducation primaire doit être libre et accessible pour chaque enfant.

    « La raison pour le fait qui personne de notre famille n’est allé s’instruire était que les frais d’école étaient trop élevé pour mes parents. Le lobchung (l’école primaire) dans notre village coûtait 200 yuans par mois. Mes parents n’auraient jamais pu se permettre cela. » (A20) « Pour instruire, les enseignants ont exigé 50 yuan par mois pour s’asseoir sur une chaise, 50 yuan pour avoir une table et encore 25 yuan pour les livres. Mon père était camionneur pour le gouvernement chinois. Il a reçu seulement 50 yuans par mois. Pour cet argent nous devions acheter un sac de tsampa (farine d’orge grillé) pour avoir un peu de nourriture. Donc mes parents ne pouvaient pas se permettre de m’envoyer m’instruire. » (A23)

    « Mes parents ne m’ont pas envoyé m’instruire, parce que c’était trop cher pour eux. Les frais d’école pour les enfants tibétains étaient à peu près de 500 yuans un mois. Les enfants chinois n’avaient rien à payer. » (A21)

    « Il y avait une école dans le village, mais personne de ma famille [10 enfants] ne pouvait aller là-bas. C’était simplement trop cher pour mes parents de payer 200 yuans par mois par enfant. Ma famille entière n’a jamais eu accès à quelque éducation que ce soit. » (A21)

    « Mes parents ne pouvaient pas payer les frais d’école pour moi mais les autorités ne m’ont pas permis d’assister à l’école gratuitement. J’avais des amis qui sont allés s’instruire. J’aurais aimé aller m’instruire. » (A23)

    Dans ses réponses écrites au Comité sur les Droits de l’Enfant, la République populaire de Chine prétend qu’elle vise à rehausser l’éducation primaire au Tibet. Cependant dans certains cas c’est les autorités chinoises scolaires qui acceptent sciemment que Tibétains n’assistent pas à l’école primaire en raison de raisons financières : « Une fois par mois, les soldats chinois sont venus dans notre village pour l’inspection. Dans notre village il y avait environ 20 enfants dont 2 sont allés s’instruire. Nous, avec les autres enfants, travaillions dans les champs, gardions le bétail toute la journée. Lors de leur inspection les Chinois ont enlevé quelques animaux et recueilli de l’argent du village. Ils nous ont vus enfants travaillant dans les champs toute la journée. Ils ne nous ont jamais dit que nous aurions dû aller nous instruire. » (A19) « Quand j’avais huit ans, ma mère a décidé que c’était le temps pour moi d’aller m’instruire. Mon admission pour entrer l’école a été refusée par les autorités chinoises. Ils ont dit que je ne pourrais pas aller m’instruire parce que ma famille n’avait pas de relation avec le gouvernement chinois. Ils ont dit que personne de ma famille ne travaillait pour le gouvernement chinois. Le Chinois nous a dits que je pourrais entrer à l’école primaire seulement si nous payons un énorme prix d’entrée d’à peu près 10.000 yuan [l’équivalent à approximativement 1250 dollars (ou Euro)]. Ma famille ne pouvait pas se permettre cela. Donc je ne pouvais pas aller m’instruire. » (A28)

    « J’ai vécu dans un village avec 200 familles tibétaines et aucun Chinois. Il n’y avait pas d’école dans notre village, pas même une école primaire. L’école la plus proche était à un jour de marche. C’était un internat mais cette école était très chère. Dans ma famille - j’avais cinq frères et deux soeurs - personne n’est jamais allé s’instruire. Des 10 enfants de notre village seulement deux sont allés s’instruire. Les autorités chinoises n’ont jamais changé la situation dans notre village. » (A26)

    Dans ses réponses écrites au Comité sur les Droits de l’Enfant, la République populaire de Chine prétend changer la situation en construisant beaucoup d’écoles primaires nouvelles au Tibet. Même si cette action est bien accueilli généralement, cela ne signifie pas nécessairement que la situation de scolarisation pour les enfants tibétains s’améliore. Avec l’afflux massif de Chinois subventionné par l’état, ces nouveaux colons ont besoin de nouvelles écoles. Ces écoles récemment construites avec leurs facilités modernes sont largement inaccessibles aux enfants tibétains.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité