• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Robert Branche

Robert Branche

Côté professionnel, je suis consultant depuis 1988, spécialisé dans l'accompagnement des équipes de direction dans la définition et la mise en œuvre de stratégies innovantes en univers incertain.
Dans trois livres, j’explique comment créer de la valeur dans la durée dans un monde incertain et chaotique : "Neuromanagement" (2008), "les Mers de l'incertitude" (2010), "Les Radeaux de feu" (2013).
J'ai commencé ma carrière comme haut fonctionnaire, notamment comme Commissaire à l'industrialisation des régions de Haute et Basse Normandie, puis au marketing de L'Oréal.
Je suis ancien élève de l'École Polytechnique (1974) et de l'École Nationale des Ponts et Chaussées (1979).

Côté politique et citoyen, en 2013, je me suis engagé au sein de Nous Citoyens, dont j'ai été Vice-Président jusqu'à janvier 2016. J’en ai tiré un essai politique, "2017 : Le réveil citoyen", qui est tout à la fois un appel à une prise de conscience, une amorce de diagnostic et une proposition de chemin pour agir.

Côté plus personnel, j’ai publié deux romans : "Double J" (2012) et "Coming in" (2017).
"Coming in" est un roman à fort contenu autobiographique. Il tourne autour de cette question : si, jour après jour, volontairement ou involontairement, on a cimenté une identité et une image tricheuse tant pour soi-même que pour les autres, comment fait-on quand on se réveille en se découvrant autre ? Comment faire face à cet Alien qui a grandi et vous dévore de l’intérieur ?

Voir mon blog : www.neuromonde.fr

Tableau de bord

  • Premier article le 26/09/2008
  • Modérateur depuis le 10/10/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 206 1796 5966
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 57 51 6
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires



  • Robert Branche Robert Branche 23 février 2016 11:46

    @Ben Schott
    Désolé mais effectivement aborder ce sujet de façon neutre peut sembler rébarbatif ! smiley



  • Robert Branche Robert Branche 18 février 2016 15:29

    @Et hop !
    Ce ne sont pas les règles qu’il faut changer, mais le système : décentraliser la quasi-totalité des politiques (emploi, éducation, social, santé...) en donnant de l’autonomie au niveau de chaque bassin d’emploi, avec un pilotage au niveau régional.

    Tant que nous resterons dans notre système centralisé, nous n’avancerons pas. Ce n’est effectivement en inventant la nième réforme nationale que l’on avancera, car cela n’a pas de sens de construire la même réforme pour Paris, les grandes métropoles, les villes moyennes, la campagne, la montagne...


  • Robert Branche Robert Branche 18 février 2016 15:24

    @Et hop !
    Oui un des objectifs principaux doit être le retour au plein emploi - ce qui correspond à un taux de chômage d’environ 5% et non pas 3%, compte-tenu des rotations inévitables, ou autre façon de mesurer de ramener à quasiment zéro les chômeurs de plus de 6 mois.

    Difficile de répondre ici en un post sur ce site. Vous pouvez aller faire un tour sur mon blog, mais surtout sur mon livre. Je suis aussi en train de participer à une nouvelle initiative pour 2017. Et l’emploi est au coeur du projet.
    Ensuite oui aussi la question du renouvellement de la société est essentielle, simplement elle ne vient pas seulement des nouvelles générations, mais aussi de la capacité à créer une société unie et dynamique avec tous ceux qui la rejoignent. Là l’éducation a une rôle central.
    Tels sont bien les 2 piliers essentiels d’une politique : l’éducation pour créer et récréer dynamiquement une société et donner à chacun les chances au démarrage, l’emploi pour assurer à chacun l’insertion en tant qu’adulte et la capacité à progresser s’il le souhaite



  • Robert Branche Robert Branche 18 février 2016 11:55

    @Et hop !
    Votre proposition revient à vouloir rembobiner l’évolution en sens inverse, ce qui est matériellement impossible.

    Une image pour m’expliquer : prenez différents gaz et mélangez les. Ce sera facile et rapide. Essayez ensuite de les séparer, et là c’est impossible...
    Telle est la situation : qu’on le veuille ou non, le monde est devenu global et ceci chaque jour un peu plus. Vouloir lutter globalement contre est vain et aussi reviendrait à détruire la valeur qui est née de tous ces échanges (attention à ne pas rêver du passé : la France des années 50 ou 60 n’est meilleure que parce que rêvée...).
    La question à se poser est donc selon moi différente : comment influer sur l’évolution en cours pour améliorer la situation actuelle et future.
    Ceci peut amener dans certains cas à promouvoir le retour à des circuits courts quand cela est possible est souhaitable comme dans les produits agricoles


  • Robert Branche Robert Branche 18 février 2016 11:45

    @Et hop !
    Je précise : Refonder les institutions françaises pour permettre à tout un chacun de s’y épanouir à nouveau et à retisser la société.

    Je comprends que ceci suscite un débat, qui doit, je le pense, être central lors des élections 2017 : faut-il refonder nos institutions collectives ou peut-on continuer avec simplement des réglages ?
    Ce débat est essentiel et suppose de ne pas tomber dans la caricature des propos et idées - même et surtout celles que l’on ne partage pas (par exemple refonder n’implique évidemment pas de supprimer la langue française !).
    Mon livre « 2017 : Le réveil citoyen » est un moyen pour moi de participer à ce débat, ainsi que d’autres initiatives à venir ...
Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité