• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

gerlando

gerlando

Diplômé en sciences de l’information et en gestion des entreprises. Anime le blog ComPubMarket sur les thèmes de la communication, du marketing et de la publicité. Prépare un doctorat en comportement du consommateur.

Tableau de bord

  • Premier article le 14/04/2009
  • Modérateur depuis le 11/05/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 12 26 176
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites













Derniers commentaires



  • gerlando gerlando 20 mai 2009 10:11

    Désolé de vous avoir heurté, ce n’était qu’une taquinerie sans grande portée...
    Cela dit ,l’emploi de la troisième personne dans des articles dits journalistiques n’est pas plus dans la convention que l’emploi de la première personne.
    Pour le bienvenue, je ne comprends pas, vous êtes encore plus « nouveau » que moi sur ce site. Ne serait-ce pas à moi de vous souhaiter la bienvenue ?



  • gerlando gerlando 19 mai 2009 12:54

    BillyJoe parle de lui à la troisième personne dans son article.
    BillyJoe s’inspire de Jules César ou d’Alain Delon ?



  • gerlando gerlando 16 mai 2009 19:40

    Comme le dit Paul muadhib, la répétition c’est effectivement le premier ressort de la publicité. Une publicité qui n’est pas assez répétée est oubliée. Et l’on calcule le retour sur investissement d’une publicité aussi à partir des ODV / ODE (occasions de voir et d’entendre pour chaque téléspectateur).

    Par contre, je suis en partie en désaccord avec Lisa Sion 2  :
    « Il n’y a que les mauvais produits et les mensonges grotesques qui ont besoin de publicité. »
    Certains très bons produits (qui répondaient à un besoin réels) n’ont pu trouver leur public faut de communication appropriée. Pour la deuxième partie de la phrase, c’est à mon sens plus vrai. Selon les théoriciens du marketing, il est nécessaire qu’un produit repose sur au moins un élément différenciateur par rapport à la concurrence. Pour autant, cet élément peut être complètement intangible. En gros, cela peut être du vent. Dans ce cas de figure, il faut des moyens de communication efficace pour créer un sentiment de valeur dans l’esprit du consommateur (Actimel est un bon exemple : basiquement du lait, mais vendu comme un médicament par la force d’une campagne de communication millimétrée).



  • gerlando gerlando 12 mai 2009 10:33

    à french car

    Je n’irai pas jusqu’à ce genre d’extrapolations.
    Peut-être que monsieur Villach était un excellent professeur.
    Nous n’avons aucun moyen de le savoir et le juger en tant que professeur sur la base de ce qu’il écrit pour agoravox aujourd’hui est un très gros raccourci.



  • gerlando gerlando 12 mai 2009 09:44

    Tout à fait d’accord avec vous.

     

    Ce que je trouve triste, ce n’est pas le point de vue de Mr Villach. Je pense qu’il est pétri de préjugés et de simplismes, mais qu’importe, c’est peut-être moi qui ai tord. La Vérité n’est jamais descendue sur Terre pour se révéler, et donc, en attendant, nous avons tous potentiellement tord et raison.

     

    Ce qui me dérange, c’est la façon dont Mr Villach balaie d’un revers de main les contre-argumentations dont il fait l’objet. Exemples :  

     

    « Je vous rends cordialement votre salut, cher Fergus ! Qu’il est vain de tenter d’arracher l’individu à ses réflexes ! C’est mission impossible ! Ces chauvins sont aveugles à la manipulation dont ils sont l’objet ! »

     « Votre lucidité - hélas ! - fait défaut à bien des commentateurs qui nous courent après les basques. »

     

    Mr Villach ne se donne pas la peine de considérer ses détracteurs comme des « égaux » et de contre-argumenter leur point de vue. Il ne cherche pas à comprendre, il ne cherche pas la remise en question, il dédaigne. « Merci à ceux qui comprennent, quant aux autres, ces imbéciles, qu’ils continuent à lire ma prose sans n’en rien saisir ».

     

    Je pense l’avoir bien paraphrasé.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité