• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

gerlando

gerlando

Diplômé en sciences de l’information et en gestion des entreprises. Anime le blog ComPubMarket sur les thèmes de la communication, du marketing et de la publicité. Prépare un doctorat en comportement du consommateur.

Tableau de bord

  • Premier article le 14/04/2009
  • Modérateur depuis le 11/05/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 12 26 176
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites













Derniers commentaires



  • gerlando gerlando 11 mai 2009 13:52

    Voici le lien du reportage photo de l’express, intitulé « laetizia carla : duel de style ». Il s’agit en effet pour l’express de « compter les points » entre les deux dames, d’évaluer leurs accoutrements et leur charme respectifs.

    Un reportage qui illustre bien la ligne éditoriale et le ton adopté par le magazine de Christophe Barbier.



  • gerlando gerlando 11 mai 2009 13:40

    Pas du tout. Il y a en effet une personne en arrière plan (pantalon noir et haut à carreaux noirs et blancs) mais ce n’est pas ca qui est en cause ici.

    Carla bruni est recroquevillée sur son sac, les bras près du buste.
    Un photomonteur, profitant de la posture, lui a rajouté deux bras enlaçant sarkozy.
    L’effet recherché est on ne peut plus évident.



  • gerlando gerlando 11 mai 2009 12:10

    (Je profite de la publication de cet article pour poser une question aux administrateurs du site.
    J’aimerai savoir sur quels critères mon article sur la marque Actimel de Danone a été refusé ?
    J’ai cherché à connaitre les raisons du refus par mail mais on ne m’a jamais répondu.

    Merci d’avance.)



  • gerlando gerlando 11 mai 2009 11:08

    Très intéressante première partie (une séance de pure propagande).

    Pour ce qui est des deux suivantes, en revanche, je trouve que vous mélangez beaucoup de choses et étalez des clichés usés jusqu’à la mœlle.

     

    Ce que l’on peut entendre lors d’un match de foot, on l’interprète comme du crétinisme et de l’imbécillité quand on se penche sur ce type de manifestation du haut de son piédestal, comme vous le faites, en garant du bon goût et de la haute activité intellectuelle.

    Avec un peu plus d’empathie pour vos congénères humains amateurs de football, vous auriez pu analyser la situation d’une manière un peu plus posée et moins dédaigneuse. Certes, les propos ne sont pas d’une grande originalité : on peut les entendre à chaque match de football, voire à chaque événement sportif. La raison ? Non pas le « crétinisme » des spectateurs et joueurs, mais l’excitation du jeu, le suspens du match, qui pousse les joueurs à se motiver (« on a le potentiel pour y arriver ») et les supporters à rêver (multiples pronostics).

     

    Le paradoxe que vous pointez du doigt concernant ces « bretons aux équipes africaines » est un faux problème. Les guiguampais et rennais sont des joueurs bretons, qu’ils soient ukrainiens, sénégalais ou italiens. Effectivement, ils n’ont pas grandi au Plouézec, au son des fest noz et n’y connaissent peut être rien à ce folklore et à cette culture bretonne. Mais ce n’est pourtant pas le sujet ici. Ils sont les employés d’une entreprise – une équipe de football – dont les clients, les consommateurs, les supporters, sont des populations qui portent un amour à leur club, amour qui s’entremêle à l’amour qu’ils portent à leur région. Le phénomène est le même pour d’autres clubs populaires comme le RC Lens par exemple, composé aux trois quart par des africains, mais dont la force motrice repose sur un encrage très fort dans le patrimoine régional. Ce type d’amour, on le retrouve chez chaque être humain, cela s’appelle le besoin d’appartenance. A mon sens, vous confondez des éléments identitaires (individuels et collectifs) et cela biaise votre perception des choses.

     

    Un peu plus d’empathie et de compréhension, un peu moins de jugement et votre regard n’en sera que plus pertinent, ciselé et moins aigri sur le bon peuple, cher monsieur.

     

    Peut-être même que vous considérerez tous ces individus comme vos égaux, égaux dans les affects, dans l’intellect et dans le besoin d’appartenance.



  • gerlando gerlando 28 avril 2009 13:26

    "Che Guevara est l’egerie des bobos, il est peu adule dans les milieux des ghettos populaires plus prompts a adorer des figures proches du gangsterisme que du communisme. Cela a probablement trait a un manque de culture".

    Je n’ai pas dit que Che Guevara était un symbole de banlieue. J’ai pris l’exemple des t-shirts guevara dans mon introduction pour étayer mon observation selon laquelle partout où il y carcan social et/ou idéologique, il y a de potentiels produits à vendre.

    Concernant votre seconde remarque, je doute qu’il soit judicieux de mettre en place ce type de dichotomie tranchée pour séparer le bon du mauvais rap. Mais, encore une fois, ce n’est pas le propos de mon article.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité