• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jérôme Royer

Jérôme Royer

Musicien, ingénieur Arts et Métiers, j’ai également consacré du temps à des études en physique des hautes énergies, sciences cognitives, philosophie... Je m’intéresse particulièrement à l’étude transversale des processus évolutifs, adaptatifs et créatifs observés en physique, biologie, psychologie, epistémologie, socio-économie...
"Je me dis souvent que rien au monde, sauf un ordre éternel ou une bizarre velléité de la matière à faire mieux qu’elle-même, n’explique pourquoi je m’efforce chaque jour de penser un peu plus clairement que la veille."

(Zénon dans « L’Oeuvre au Noir » - Marguerite Yourcenar – 1968)

Tableau de bord

  • Premier article le 12/02/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 27 80
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites





Derniers commentaires



  • Jérôme Royer Jérôme Royer 30 novembre 2010 15:33

    Très bonne idée, merci de l’avoir partagée.

    Je trouve d’ailleurs cette idée bien meilleure que celle d’Eric Cantona.

    Car que signifie « retirer son argent de la banque » si ce n’est demander la même monnaie mais sous forme de billets et de pièces ? La monnaie matérielle -fiduciaire et divisionnaire- a à peine plus de « valeur intrinsèque » que la monnaie scripturale. Le fait que la monnaie soit essentiellement sous forme scripturale plutôt que matérielle n’est pas un problème en soi, en fait c’est bien plus pratique !

    Le problème est que l’essentiel (plus de 90%) de la monnaie en circulation a été créée par du crédit de la part d’établissements privés qui ne détiennent pas les richesses correspondant à l’argent mis en circulation mais néanmoins exigent des intérêts.

    Le fait de « retirer son argent de la banque » ne changera en rien le fait que les banques considèrent -globalement- la masse d’argent comme une dette qui doit leur être remboursée avec des intérêts.

    De mon point de vue, la seule façon de mettre le système à genoux est :
    1 - de renier la dette en décrétant qu’elle est issue d’un système illégal de fait (même si légal en droit actuel)
    2 - de mettre en place d’autres systèmes monétaires.



  • Jérôme Royer Jérôme Royer 25 octobre 2010 13:04

    Merci à l’auteur.
    Cependant, l’article ne mentionne pas ce que Maurice Allais dénonçait comme « le privilège exorbitant des banques », à savoir leur droit à créer, au travers du crédit, une masse monétaire qui ne correspond à aucune richesse. Car, on ne le répète jamais assez, l’argent que les banques prêtent ne correspond pas à une richesse déjà existante. La monnaie est créée ex-nihilo.

    Là où cela devient extrêmement choquant, c’est que les banques ont en plus le droit de récupérer des intérêts, autrement dit l’équivalent d’une richesse supplémentaire.
    Le B-A-ba de la création monétaire
     



  • Jérôme Royer Jérôme Royer 17 septembre 2010 18:39

    @Allain Jules
     ?! ... vous m’avez manifestement mal compris ! Ce sont les allégations selon lesquels la lapidation n’aurait plus cours qui doivent être mieux documentées par T.Meyssan.



  • Jérôme Royer Jérôme Royer 17 septembre 2010 13:18

    En réaction à cet article, j’ai envoyé à Thierry Meyssan le message suivant :
    ______________
    Je viens régulièrement m’informer sur votre site que je trouve souvent très éclairant.

    Je partage votre point de vue selon lequel l’hyper médiatisation de la lapidation de Sakineh participe de la diabolisation de l’Iran.

    Par contre, je ne suis pas du tout convaincu lorsque vous affirmez que la lapidation n’a plus cours en Iran. En tout cas, ces affirmations demandent à être documentées.

    De mon côté, j’ai trouvé sur le site www.iran-resist.org -qui ne se gêne pas pour dénoncer les manipulations occidentales à l’encontre de l’Iran- des documents qui montrent que la lapidation est toujours d’actualité. Par ailleurs, le rapport d’Amnesty International End Executions by Stoning, paru en 2008 -donc bien avant cet été !- traite cette question de manière détaillée.

    Je me permets donc de vous demander de bien vouloir nous indiquer quelques sources plus convaincantes que les propos de Mr. Ali Zadeh ! [vice-président du Conseil de la magistrature et porte-parole du ministère de la Justice, rencontré par Dieudonné]

    Dans l’attente, je vous remercie d’ores et déjà pour toutes les analyses pertinentes et éclairantes que vous nous avez présentées ces dernières années,



  • Jérôme Royer Jérôme Royer 16 août 2010 21:09

    Cet hommage à Maurice Allais est lacunaire sur un point fondamental : Allais dénonce la capacité des banques à créer de la monnaie ex-nihilo. C’est sur ce point qu’il considère que les banques sont des faux-monnayeurs. Or l’auteur véhicule dans l’article l’idée absolument fausse que les banques prêtes aux investisseurs l’argent déposé par les déposants. Non !

    « Ce ne sont pas les dépôts qui font les crédits, mais les crédits qui font les dépôts » : c’est un fait basique énoncé dans n’importe quel manuel sur la monnaie mais qui est ignoré de la plupart des citoyens. Autrement dit, une banque, lorsqu’elle accorde un crédit, créée de la monnaie dont la contrepartie est la reconnaissance de dette de l’emprunteur.

    J.K. Galbraith, dans L’Argent, explique non sans humour : "La découverte de cette capacité des banques à ainsi créer de l’argent se produisit très tôt dans l’histoire de la banque. C’est qu’il existait cet intérêt à gagner sur les prêts. Avec ce genre de stimulant, les hommes ont un naturel instinct de novateur."
     
    J’ai pour ma part proposé sur ce site un article relativement bref qui récapitule les caractéristiques fondamentales de nos systèmes monétaires (Le B-A-ba de la création monétaire).

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Société Economie






Palmarès