• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

dogon

dogon

Poête maudit par sa timidité, trader licencié pour son honnêteté, chomeur par son ancienneté, amoureux des causes perdues/perdurées.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/10/2010
  • Modérateur depuis le 17/02/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 372 216
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 97 86 11
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions










Derniers commentaires



  • dogon dogon 20 octobre 2011 16:01

    Bravo pour ce petit billet bourré d’humour, Peachy.

    Un peu de rigolade dans ce monde déboussolé n’est jamais que très sain.

    Au plaisir d’en lire d’autres du même acabit.

     

     smiley smiley



  • dogon dogon 18 octobre 2011 22:32

    Je reviens vers vous après avoir passé quelque(s) temps sur votre site.

    La notion d’« intertexte » m’était tout-à-fait étrangère et je n’en concevais même pas la portée.

    Désormais, je suis un peu plus au courant et je vous rejoins dans le sens que cette notion pourrait mettre à la portée de tout un chacun des écrits qui auraient, sans elle, été « privatisés » pour se retrouver « stérilisés » par les « grandzéditeurs ».

    Merci pour cette découverte & au plaisir de vous lire de nouveau.

    Dogon



  • dogon dogon 18 octobre 2011 19:18

    Oups, mauvais émoticone.

    C’était plutôt du genre  smiley  smiley



  • dogon dogon 18 octobre 2011 19:17

    Non, ici, nous voulons des POLICIERS.

    Tes flicards, tu te les gardes ! smiley



  • dogon dogon 18 octobre 2011 17:19

    Quelle belle interpellation !

    Par expérience personnelle, je me plais à réver que tous les textes devraient, aujourd’hui, être disponibles sur une « tablette » accessible à tous. Comme un numéro de Sécurité Sociale, elle devrait être donnée dès la naissance. A chacun d’en faire son profit.

    Car j’ai dû abondonner toute ma bibliothèque lors de mon déménagement hors de France. Ces livres-papier m’auraient coûté plus chers à transporter qu’à racheter. Mais la séparation a été dure.

    Parfois, je parviens à me dire que c’est peut-être une chance de découvrir d’autres auteurs dans d’autres langues, d’autres genres et, ainsi, de redécouvrir la Littérature Humaine.

    Je sais que mes livres (plus de deux mille) servent aujourd’hui à récompenser la curiosité des étudiants d’une université congolaise ainsi que celle de lycéens et cela me met du baume au coeur.

    Je vous remercie de l’utilisation que vous faites de notre si belle langue. Une amie canadienne m’a dit un jour, grosso-modo, : « Vous les Français, vous ne connaissez pas la richesse de votre langue et le plaisir de la prononcer ».

    Bien à vous

    Dogon

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité