• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Robin Guilloux

Robin Guilloux

Je suis professeur de Lettres.

Tableau de bord

  • Premier article le 12/10/2011
  • Modérateur depuis le 17/09/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 149 208 3989
1 mois 2 12 125
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 3 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites













Derniers commentaires



  • Robin Guilloux Robin Guilloux 7 janvier 13:22

    @bcallens

    Tout dépend dans quel sens on prend le mot « parasite ». Vous avez raison si l’on prend le mot parasite au sens d’une personne qui vit dans l’oisiveté au dépens des autres, mais il y aussi le sens acoustique : 

    « En introduisant le parasite, en montrant que la notion de parasitisme est plus importante que celle de don, Michel Serres ne se comporte-t-il pas lui aussi en »parasite« des pratiques universitaires, au sens acoustique du terme : »perturbation qui trouble le fonctionnement d’un appareil" ?



  • Robin Guilloux Robin Guilloux 7 janvier 12:56

    @velosolex

    J’ai essayé de rendre compte du livre de Michel Serres aussi fidèlement que possible, mais je reste, moi aussi, sur ma faim.

    Je me demande ce que Michel Serres pense(rait) du mouvement des Gilets jaunes et s’il accepterait que l’on applique son concept de « parasite » à la sphère politico-financière, ce que je ferai, en ce qui me concerne, sans hésiter.

    Rien n’indique qu’il l’aurait admis, car il faut avouer que sa pensée est très peu politique et donc peu « inquiétante ». Le rat des villes parasite certes le fermier général, mais le fermier général est un parasite autrement plus opulent et plus puissant.

    Serres les met sur le même plan et reste donc en-deçà de la Fontaine. « Parasite », un concept effectivement passe-partout qui s’applique à tout et à n’importe quoi. Car enfin, il y a de bons parasites (les bactéries) et de mauvais (le virus HIV). Idem dans la vie sociale.

    Les artistes et les intellectuels(pas tous) sont sans doute de bons « parasites » (mais au dépens (ou au profit) de qui et de quoi ? Mais que dire des banquiers et de ceux qui marchent pour eux ? Les chômeurs sont-ils des parasites ? 

    J’ai fait mes études à la Sorbonne dans les années 80 et je me souviens que Serres passait pour quelqu’un de pas très sérieux qui faisait des rapprochements abusifs,par exemple entre la notion de « microtatos » et le calcul infinitésimal de Leibniz.

    Manque de chance, « microtatos » ne signifie pas « infiniment petit » en grec, mais très petit (souvenir de Marcel Conche). les Grecs n’aimaient pas la notion d’infini (apeiron). 

    J’ai un peu enrichi cet article sur mon site en fonction de vos remarques et de celles des autres contributeurs : http://lechatsurmonepaule.over-blog.fr/2019/01/michel-serres-le-parasite.html 



  • Robin Guilloux Robin Guilloux 11 août 2018 20:19

    Est-ce la route immense et blanche de juillet

    Que le brûlant soleil frappe à coups de maillet ;

    Sont-ce les vérandas dont ce dur soleil crève

    Le vitrage ébloui comme un regard qui rêve ?

    (Anna de Noailles, Eblouissements, « Trains en été »)



  • Robin Guilloux Robin Guilloux 11 août 2018 20:19

    Est-ce la route immense et blanche de juillet

    Que le brûlant soleil frappe à coups de maillet ;

    Sont-ce les vérandas dont ce dur soleil crève

    Le vitrage ébloui comme un regard qui rêve ?

    (Anna de Noailles, Eblouissements, « Trains en été »)



  • Robin Guilloux Robin Guilloux 7 août 2018 14:50

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.


    Très intéressant. Merci pour le lien. 
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès