• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Roberto Gac

Roberto Gac

Je suis né à Santiago du Chili, le 2 décembre 1941. Médecin-psychiatre, j'ai quitté la pratique de ma profession très tôt, en 1968, lorsque je faisais partie de l'équipe du Colombus Hospital à Manhattan, New York. Depuis lors, je me consacre uniquement à la littérature. Mon but est le dépassement du roman comme genre littéraire tributaire de la technologie séculaire de l'imprimerie, pour développer, à sa place, un nouveau genre littéraire -"l'intertexte"-, polymorphe, polyglotte et polytextuel, genre rendu possible par les nouvelles technologies électroniques.

Tableau de bord

  • Premier article le 13/10/2011
  • Modérateur depuis le 26/12/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 6 20 63
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites









Derniers commentaires



  • Roberto Gac Roberto Gac 18 octobre 2011 14:05

    Par erreur, vous avez reçu ma réponse pour Amaury Watremez . Excusez-moi, je vous prie.
    Vous dites que le mot « intertexte » n’est pas très « noble ». En vérité, je l’utilise faute de mieux pour remplacer le mot « roman ». L’écrivain chilien José Donoso disait qu’un titre est quelque chose comme la poignée d’une valise, qui permet de la déplacer facilement. Alors, le mot « intertexte » n’est qu’une poignée commode... Quant à vos réflexions sur le roman et l’autobiographie, je suis tout à fait d’accord avec vous. Ecrivez la vôtre sans crainte. Ce faisant, vous suivrez la voie de Marcel Proust ! 

    Roberto Gac



  • Roberto Gac Roberto Gac 18 octobre 2011 13:46

    Heureusement que Beigbeder ne m’a pas édité ! Rappelez-vous de l’édition de « Plateforme », le roman de son copain, Houellebecq. Peut-être qu’à ce moment messieurs-dames Flammarion étaient à court d’argent, ce qui expliquerait le « livre papier » piteux produit par Beigbeder. En revanche, l’édition papier de « La Société des Hommes Célestes » publiée par Sens Public eut droit aux honneurs, déjà par sa simple beauté comme livre-objet, du Salon du Livre 2006 à Paris. Et puis, Monsieur, je vous rappelle que les Carpates (sans « h », s’il vous plaît) se trouvent très loin de l’Araucanie !

    Roberto Gac

    ( Vous trouverez mes livres édités sur Amazon.com, Amazon.fr, Decitre, Fnac, etc.)



  • Roberto Gac Roberto Gac 18 octobre 2011 13:42

    Heureusement que Beigbeder ne m’a pas édité ! Rappelez-vous de l’édition de « Plateforme », le roman de son copain, Houellebecq. Peut-être qu’à ce moment messieurs-dames Flammarion étaient à court d’argent, ce qui expliquerait le « livre papier » piteux produit par Beigbeder. En revanche, l’édition papier de « La Société des Hommes Célestes » publiée par Sens Public eut droit aux honneurs, déjà par sa simple beauté comme livre-objet, du Salon du Livre 2006 à Paris. Et puis, Monsieur, je vous rappelle que les Carpates (sans « h », s’il vous plaît) se trouvent très loin de l’Araucanie !

    Roberto Gac

    ( Vous trouverez mes livres édités sur Amazon.com, Amazon.fr, Decitre, Fnac, etc.)



  • Roberto Gac Roberto Gac 18 octobre 2011 12:58

    C’est vrai, Monsieur, comprendre le passage du roman à l’intertexte n’est pas chose aisée. Peut-être en parcourant mon site (www.roberto-gac.com) trouverez-vous un meilleur éclairage sur le problème.

    Bien à vous

    Roberto Gac



  • Roberto Gac Roberto Gac 18 octobre 2011 12:53

    Oui, chère Madame : grâce à à des lecteurs passionnés de vraie littérature comme vous, lectrice chercheuse d’une élévation de la conscience, la médiocrité romanesque qui brouille les pistes conduisant vers cette conscience, finira par laisser la place à un art littéraire digne de ce nom.

    Belle journée pour vous aussi.

    Roberto Gac


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité