• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

lephénix

lephénix

Passeur de "savoirs" (incertains, forcément incertains...) dans "la presse & l'édition", expert en rien, consultant du rien qui fait tourner le monde et du temps qui se repose entre les lignes...

Tableau de bord

  • Premier article le 07/10/2013
  • Modérateur depuis le 22/08/2014
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 110 599 2399
1 mois 4 19 140
5 jours 1 11 71
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 59 55 4
1 mois 8 8 0
5 jours 4 4 0

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires



  • lephénix lephénix 9 septembre 10:22

    @Fifi Brind_acier
    Bonjour, merci pour le rappel peut-être qu’au-delà de « l’offre politique » dans un cadre institutionnel conçu en d’autres temps, il restera au plus grand nombre dépolitisé « l’énergie du désespoir » comme ferment de résistance  ou l’impossibilité de « consommer » dans une « civilisation » qui tourne à l’évidence contre les besoins les plus élémentaires de ceux qui la font fonctionner..



  • lephénix lephénix 15 août 10:40

    une fois de plus, alors que les capacités de production (de ceux qui font tourner le système) excèdent largement les besoins, les prédateurs organisent la rareté et la pénurie à leur seul « profit » pour en tirer leur « rente » et assurer leur « pouvoir »  et le phénix est reconduit encore au bûcher des vanités pour rien, comme vous l’avez démontré... saura-t-il rejaillir encore de sous les cendres de notre avenir volé ?

    il y a dans une certaine espèce des chenilles qui ne veulent pas devenir papillons... le « progrès » ne se réalise pour de vrai que si certains « intérêts » ne l’orientent pas à leur seul « profit »  si seulement « ils » le laissaient répondre aux exigences et nécessités véritables de l’évolution comme aux véritables besoins humains au lieu d’en attiser des faux...

    si « ensemble on peut produire mieux » qu’avons-nous « produit » jusque là si ce n’est notre consentement à laisser les shylocks « produire » maladies dégénératives, conflictualités factices pénuries croissantes (énergie et eau bientôt) et malheurs ?



  • lephénix lephénix 11 août 20:41

    @Alain
    c’est bien ça, le constat clinique et attristé : la masse se laisser techno-zombifier, trop peu se desintoxiquent et se désenvoûtent de cette sorcellerie des écrans...bien moins encore ont refusé depuis le début d’adhérer à cette zombification, il aurait suffi pourtant de garder les pieds sur terre, la tête sur les épaules et pas dans les écrans  et de ne pas acheter ce qui alors ne se serait pas vendu...



  • lephénix lephénix 11 août 14:36

    terrible constat clinique...

    il aurait de ne pas acheter (le « portable » et autres gadgets de destruction massive) pour que ça ne se vende pas...et qu’on ne nous le vende pas, ce monde-là, la dictature numérique, « le grand remplacement » de l’humain par des convertisseurs énergétiques et des flux d’énergie, toute cette tuyauterie-là...

    désormais nous y voilà après destruction des acquis nationaux et d’un monde d’états publics centrés sur le « citoyen » (au profit d’entreprises « globales ») emportés vers une « gouvernance » centrée sur la technologie et un guidage algorithmique qui évacuent de leur équation la valeur de la vie humaine : que faire des milliards de « surnuméraires » décrétés « sans valeur économique » ?

    puisque les vrais sujets (privatisations et prédations à outrance des biens communs, etc) ne mobilisent pas...

    merci de proposer un début de pensée de la « numérisation » du monde et de la virtualisation du réel  après Eric Sadin, Dany-Robert Dufour, etc  voire un embryon de possible contre-pouvoir à l’emprise « numérique »



  • lephénix lephénix 10 juin 10:53

    @Jonas
    il y a eu beaucoup de traductions, d’exégèses et d’interprétations de ce texte qui nous rappelle que « nous sommes ce que nous cherchons », toutes pouvant être recevables, au-delà de leur littéralité : ici, je rends compte de celle de J-Y Leloup, qui réédite sa lecture flamboyante, une vibrante invitation à sortir du connu...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès