• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Loone

Loone

Docteur en Informatique, Gérant d’une toute petite entreprise de "logiciels programmables pour l’ingénieur", Militant au PS.

Tableau de bord

  • Premier article le 19/03/2007
  • Modérateur depuis le 21/11/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 5 16 132
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites








Derniers commentaires



  • Loone Pierre Gradit 17 novembre 2008 09:01

    Bel effort de formalisation, mais un facteur clé est absent : la nature du collège des votants. 55% des votants se sont déplacés pour le vote des motions, comment va se comporter les 45% des absententionnistes ?
    A ce titre j’ai un souvenir marquant : entre les deux tours des élections législatives de 2007 où j’ai tenu le même bureau de vote pendant toute la journée, je n’ai pas vu les mêmes personnes voter ! Les personnes qui ont voté aux deux tours m’ont semblé largement minoritaire par rapport à ceux qui n’avait voté qu’un seul tour...
    Or la nature des deux scrutins étant contraires — parlementaire vs. présidentiel — il est fort possible que le collège électoral évolue significativement même dans cette population fortement politisée des militants et adhérents du PS.



  • Loone Pierre Gradit 22 septembre 2008 23:06

    Belle santé pigripi  !

    Il en faut de l’acharnement pour répéter les vérités simples que vous énoncez, et j’ai fait la campagne de 2007 pour elle, en y croyant à fond et je sais de quoi j’cause... Bref récapitulons :
     - Ségolène Royal a un vrai programme qui est stable dans le fond depuis 2006 mais qui s’est etoffé.
     - Sa contribution est un des plus solide de toutes (peu de prechi-precha et des mesures), à l’exception de certaines utopies rafraichissantes et stimulantes mais qui ne peuvent faire un programme de gouvernement ni en temps de paix, ni en temps de guerre.
     - Son irruption est tellement dérangeante que certains ne s’y font toujours pas.
     - "Frigidaire" c’était caustique à mes yeux, un missile pour Martine et pour moi il a touché. La réaction de Martine a été nulle.
    J’ai pas encore rempilé mais je vacille.



  • Loone Pierre Gradit 25 juillet 2008 12:41

    Pour aussi brillante qu’elle soit "comparaison n’est pas raison", et en l’occurence elle ne me semble pas pertinente. Car l’Eglise du XVème Siècle était la puissance dominante, peu de rois ou de princes était hors de son emprise temporelle et spirituelle dans "l’Occident Chrétien" entre l’an mil et la chute de Constantinople (ou l’invention de l’imprimerie, au choix).

    L’Europe du traité de Rome était d’ailleurs peu ou prou l’Europe Carolingienne, et sa Capitale Bruxelles proche de la capitale de "Carlus Magnus" : Aix. Cette Europe était fondée par des nations qui sortait d’un affrontement nationaliste tellement intense que l’idée même de Nation rappelait l’horreur. Ce n’est pas l’Europe-institution qui rejetait le concept de Nation mais c’est le rejet du concept de Nation qui permit d’édifier cette construction.

    La seule comparaison qui vaille reste les Etats-Unis d’Amérique. Au début du XXème Siècle, lorsque Théodore Roosvelt fut élu, le budget fédéral était de l’ordre du pourcent du produit intérieur brut de l’Union. La montée en puissance de l’Etat fédéral a coïncidé avec les deux guerres mondiales et en particulier la Seconde où l’ensemble de la production fut tournée vers l’effort de guerre et piloté depuis Washigton et perdura pour des menaces souvent surestimées pour garantir la pérennité du "Complexe militaro-industriel" issu de l’affrontement mécanisé et industriel terrible du conflit mondial. Le MacCarthisme est une tentative pour l’Etat fédéral d’achever la prise de contrôle de la société dans une trajectoire de type soviétique, tentative reprise par le Bushisme et sa "guerre contre la terreur" qui est un façon de la promouvoir en interne. Si l’Etat fédéral américain est aujourd’hui puissant, il ne l’a pas toujours été, loin s’en faut.

    L’Europe est exactement dans le même situation que l’Amérique de la Belle Epoque. Un système fédéral faible et doté d’un budget symbolique. Ce siècle verra sa montée en puissance inéluctable. Les nations qui le composent ne vont pas se dissoudre pas plus que les Etats américains, mais des pans de plus en plus importants de leur pouvoir et au premier chef la fiscalité tomberont dans les compétences fédérales. Ceci adviendra après le prochain conflit d’importance autour du Pétrole lorsque la production va décliner de façon claire et qu’il deviendra évident qu’un pilotage continental est indispensable.

    En ce qui concerne les capacités de l’Euro, il me semble que la monnaie unique rempli largement l’office qui lui été assigné : empecher la spéculation monétaire de déliter le tissu industriel du continent. En outre, l’objectif secondaire est en passe d’être atteint, être une monnaie de réserve concurrente du dollar et ainsi pouvoir acheter ses matières premières dans sa monnaie. L’objectif d’assurer le plein emploi sur le continent ne peut être atteint sans ces conditions et l’actuelle fébrilité sur le billet vert semble indiquer que l’objectif est en passe d’être atteint. Le jour ou la Russie vendra son gaz en Euro et l’Iran son pétrole, ce sera la date que vos descendant apprendront en classe comme le jour ou la faible et divisée Europe a mis fin à sa tutelle Atlantique.




  • Loone Pierre Gradit 12 juillet 2008 12:17

    C’est un des messages que je voulais faire passer, autant d’agressivité devient louche... L’autre message sur lequel personne n’a réagi concerne la propension des leaders UMP à parler au non des militants PS. Comme je fais partie de cette engeance apparement ringarde et archaïque, je suis choqué d’entendre des dirigeants de la majorité proférer de tels lieux communs à l’encontre de la position des militants au sujet de Mme Royal.



  • Loone Pierre Gradit 24 juin 2007 12:38

    Que de haines pour cette femme !

    On nous ressort tout depuis qu’elle est née, en l’affublant de son nom complet pour faire informé, en insistant sur la période de son lancement dans le Poitou, ou son passage au ministère de l’Education Nationale, moi aussi j’ai lu « La Femme Fatale », vu que c’est un best-seller, pas de quoi se prendre pour un ’informé’...

    Qu’elle soit arriviste et carrièriste, franchement le jour où on aura un candidat en position éligible qui ne l’est pas du tout, c’est que la fonction n’aura plus de pouvoir.

    Que son programme des primaires et son programme pour l’élection ait été différent, il faut être décérébré pour le nier. Qu’un article qui fasse l’impasse sur cette réalité trouve 85% d’opinions favorable montre la puissance de l’appareil médiatique : Qui se souvient des débats des primaires ? Apparemment personne. Sauf un pauvre bougre qui se voit aussitot taxer d’amant potentiel de la belle. Après, si je crie au machisme primaire, on va me traiter de quoi, de stalinien ?

    Le socialisme doit il se réduire au bon sens Keynesien des Fabius et Mélanchon sur les 35 heures et les 1500 euros brut pour le SMIC ? Quiconque dit que cette forme de pensée n’est pas forcément l’avenir n’est pas de Gauche ? Mais c’est la Droite qui pense cela, surtout que le Gauche continue à proposer des solutions périmée et on repassera les plats dans les cinq ans !

    Qui est socialiste à l’insu de son plein gré ? Surement pas l’auteur de l’article qui fait le jeu de ses adversaires ! Au moins il n’a pas de risque de se fouler le cortex, il balance.


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité