• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

cailleau

cailleau

Né à Paris, au cœur du Marais, le 18 Août 1949, il est marié et père de 5 enfants.Après avoir été un temps élève de l’école du spectacle, rue du Cardinal LEMOINE et de l’école de danse du Chatelet à Paris, il se retrouve en Dordogne, au cœur du Périgord pendant 8 ans. C’est là qu’il aura la chance de faire sa première rencontre importante celle de Stellio Lorenzi et de Noël Roquevert avec lesquels il tournera dans le feuilleton « Jacquou le Croquant ».Plus tard il fera une apparition dans le film de Bernard LABOUREAU, « Quotidien à la Une ».
Après des études secondaires et un second degré de spécialité comptable Guy CAILLEAU s’engage dans l’arme du Train des équipages pour une durée de 5 ans, il sera successivement, adjoint au chef comptable de l’unité, chef d’une patrouille de circulation routière puis terminera en qualité d’adjudant d’escadron.
Démobilisé il devient Directeur du service transport d’une société de négoce en vin du Saumurois, avant de passer le concours d’entrée de la Police Nationale, puis il se présente au concours d’entrée à l’école nationale de la magistrature.
Il commence en 1976 une carrière de policier bien rempli, son engagement personnel pour tout se qui touche à l’injustice lui fait gravir tous les échelons de la hiérarchie syndicale, c’est ainsi qu’il participe à plusieurs commission gouvernementales de réforme de la police Nationale et municipale.
Après un passage à l’unité de police judiciaire et administrative de LA FLECHE dans la Sarthe de 83 à 8, il prend en 1985 la Direction de la Police municipale de ROSNY SOUS BOIS puis de LIMEIL BREVANNES ;
Pour des raisons personnelles et familiales, il met un terme à sa carrière dans la fonction publique en 1991 et intègre le secteur privé ou il est successivement fondé de pouvoir d’une agence de communication, puis gérant de société de transport.
Plus tard il créera avec quelques amis l’association Salomon dont la vocation est la défense des intérêts des justiciables face aux abus commis par les représentants de la loi.
L’ENGAGEMENT ASSOCIATIF
Son engagement sur le plan associatif est reconnu de tous, après avoir débuté comme dirigeant et joueur d’une équipe de foot, toujours existante, et d’un club de jeunes, il pratique la spéléologie, il a alors 16 ans.
Plus tard il est tour à tour administrateur national de l’association Franco-britannique, Secrétaire général adjoint, puis Maître du protocole de « La Courtoisie Française. A ce titre il est désigné par ses pairs comme représentant à l’UNESCO (ONG).
Honoré pour son action , il est député de la République de Montmartre et Citoyen d’Honneur de la République de BUZENVAL .
En 1982 il crée l’association « Les enfants de la Balle » avec quelques amis tels que Jean Claude BOURRET, et FRANCINED, le frère de FERNANDEL.
Sa soif de justice l’amène à diriger une association de locataires puis à militer à la confédération nationale du logement.
L’ENGEMENT POLITIQUE
 Très vite il adhère aux idées défendues par le général DE GAULLE et s’engage activement en politique, il est militant de l’UNR puis du PRP ou il est responsable de la section de LA FLECHE et membre de la fédération de la Sarthe avant de rejoindre le parti démocrate France dont il est encore à se jour secrétaire national chargé de la sécurité.
Il sera à deux reprises candidat aux élections législatives et une fois tète de liste aux municipales.
Il est aujourd'hui Président de l'Union démocrate pour l'action et le progrès, son slogan : ni de droite, ni de gauche, ni du centre, juste cotoyen de France.
UN SPORTIF ACCOMPLI
 Dès 1977 il participe à la « Corrida de HOUILLE et au second Paris Versailles, en 1968 il avait participé au « Crosss régional de Loraine »
Il est également titulaire d’un premier et second degré de Self défense.
LA RECONNAISSANCE DE SES PAIRS
Ses différentes activités et son action au service des autres, l’amène à être distingué. C’est ainsi qu’il est fait grand Croix de la courtoisie Française, croix de chevalier Franco-britannique, Chevalier de l’ordre souverain de la courtoisie belge, médaille d’or de la ligue de l’enseignement et d’éducation sociale, médaille d’or des associations de fonctionnaires et croix du combattant de l’Europe à titre civil.

UN AUTEUR PROLIXE

Guy CAIILEAU découvre tout jeune sa passion pour l’écriture, poète reconnu et apprécié il a publié un grand nombre d’ouvrages.
Ecriviste et journalin, comme il aime à se présenter il passe le concours d’entrée à la SABAM (société des auteurs belges) il sera reçu et devient membre à vie, il participe à plusieurs concours de poésie, mais reste attaché au bonheur de noircir une page blanche, c’est ainsi qu’il publiera en 1978 « auto défense ou la justice par l’absurde » préfacé par André DAMIENS à l’époque maire de Versailles et Conseiller d’Etat.
En 1979 il publie « Premier Rayon » son premier recueil de poèmes.
1984 « La courtoisie en France » Préface de Jean GAUTHIER, journaliste , ancien Directeur de Radio RABAT.
1985 « Prélude à colombine » en duo avec Dominique GALLET devenue depuis sa femme.
La même année il écrit le livret de l’exposition REMBRANDT, humaniste et visionnaire à l’occasion de l’exposition présentée à LA FLECHE.
Toujours en 85 il publie un second livre sur la courtoisie française « Restons courtois » toujours préfacé par Jean GAUTHIER.
En 1986 son troisième livre sur la courtoisie s’intitule : « J’ai rencontré des français courtois » et est préfacé par le professeur Henri PUJOL de la faculté de médecine de Montpellier et Président de la fédération nationale des centres de lutte contre le cancer.
1988 publication aux éditions ID 24 d’un livre destiné aux plus jeunes écrit en collaboration avec son épouse Dominique sous le tire « Voyage sur la planète courtoisie ».
2004 publication du livre « Les dysfonctionnements de la Justice » éditions Axiome préface de Gilbert COLLARD avocat.
2005 « Des huissiers hors la loi », édition les enfants de la balle
2009 « Gibert COLLARD, avocat du diable ou diable d’avocat » aux éditions Ness de Lusace
Citons encore parmi ses publications quelques pamphlets, comme « Lettre à Jacques CHIRAC », « La justice malade de ses juges » ou encore un livret à la gloire du peintre Henri Bevillaqua »
2012 publication d'un essai "DEMAIN LA FRANCE" éditions Ness de Lusace
A paraître : Aux armes justiciables, Le chevalier blanc, Avocats levez vous et 2 recueils de poèmes
Guy CAILLEAU est auteur, compositeur, conférencier, correspondant de presse vous pouvez le retrouver sur les sites amazone.com, le mentonnais, avocat tempo magazine
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 07/04/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 1 20
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions




Derniers commentaires



  • cailleau cailleau 8 avril 2012 09:29

    Bonjour,
    Message particulièrement à l’intention de Fergus.
    Je ne pense pas que nous vivions sur la même planète en matière de justice, en effet, il suffit de se rendre en prison, pour ceux qui le peuvent, pour s’apercevoir que bien des gens sont en préventive pour d’autres motifs bien moins graves, (utilisation de canabis, conduite sans avoir repasser le permis de conduire etc...) Bien sur il ne faut pas excuser ce type de comportement mais mon article est un coup de colère contre le système lui même qui fait que la justice est à vitesse variable selon que l’on soit riche ou pauvre, noir ou blanc, engagé politiquement ou nom et de quel bord. Je vous invite à lire mon livre "Les dysfonctionnements de la justice, éditions Axiome paru en 2004 qui fait état de plusieurs cas de dysfonctionnements.
    Mon article ne se veut pas polémique mais bien matière à réflexion pour les justiciables que nous sommes.
    guycailleau.blog4ever.com

LES THEMES DE L'AUTEUR

Société Justice

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité