• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

PRCF

PRCF

Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF)  ? Qui sommes nous  ? Que voulons nous  ?

Retrouvez nous sur www.initative-communiste.fr
suivez nous sur twitter (@PRCF_) et sur facebook.com/PRCF.Initiative.Communiste

le PRCF c'est le Pôle rassemblement les militants communistes, pour reconstruire un vrai parti communiste en France. Présents dans quasiment tous les départements de France, les militants du PRCF sont les premiers à avoir appelé à la sortie de l'UE, de l'Euro, de l'OTAN pour faire place aux travailleurs. Pour défendre la démocratie, la paix, le progrès social et la solidarité internationaliste.
Le PRCF édite un journal Initiative Communiste dont le site internet www.initiative-communiste.fr compte parmi les plus influent du web en France. Actus, Analyse, Actions, pour une info triple A, restez connectez sur www.initiative-communiste.fr , inscrivez vous gratuitement à la lettre électronique @IC Hebdo et soutenez une information indépendante, libre et engagée en vous abonnant à IC (24 € pour un an)

Tableau de bord

  • Premier article le 23/01/2013
  • Modérateur depuis le 11/03/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 572 259 17998
1 mois 6 0 150
5 jours 1 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 910 574 336
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites













Derniers commentaires





  • PRCF PRCF 20 mars 16:24

    @Trelawney
    vous nous rappelez le nombre d’habitants en Russie, en Chine et en Inde ?




































































  • PRCF PRCF 20 mars 14:01

    @pipiou
    Vous aurait il échappé que le capitalisme n’est pas un système démocratique, mais au contraire totalitaire imposant sous des formes brutales, fascistes ou libérales selon les pays ou les époques la même dictature absolue de la classe capitaliste ?



  • PRCF PRCF 1er mars 14:36

    @Fifi Brind_acier
    Vous êtes un grossier menteur, anonnant des propos sectaires. Ne voyez vous pas que les faits vous donnent torts ? votre gourou divise plus qu’il ne rassemble. Il suffit de voir son score à la présidentielle.
    En effet votre parti n’est tournée que vers un objet unique, non pas le rassemblement pour le frexit, mais l’élection de F Asselineau. On est loin de De Gaulle, Villon, Jean Moulin ou Duclos...

    A l’inverse, et le PRCF vous a répondu par les faits, l’UPR a refusé systèmatiquement toutes les initiatives de rassemblement larges dont nombre organisées par le PRCF, allant bien au delà des communistes.

    Dernière chose, votre raisonnement profond est faux, vous pensez que le combat contre l’UE est le seul combat. Qu’il suffit de dire « sortir de l’UE ». Mais c’est oublier un peu vite que l’UE est le résultat d’un système, elle n’est pas née de rien, elle a des soutiens, des batisseurs, des raisons d’exister. Servir les multinationales pour écraser et diviser les peuples. De la même manière que le CNR a mobilisé largement en proposant un rassemblement large répondant non pas seulement au besoin de libération des troupes d’occupation, mais en répondant aux besoins de libération du peuple, à la fois de l’occupant allemand mais également de ceux qui ont fait alliance avec lui pour mieux l’exploiter. Bref, si on veut la sortie de l’UE, si on veut rassembler les français et même au delà les peuples européens, cela passe oui par la mise en cause du système.
    Il est évident qu’un politicien de droite, qui a fait des décennies de carrière au service des Longuet, Tiberi, Sarkozy ne le souhaite pas. Et qu’il est pas le mieux placer pour rassembler non plus. Là encore, ouvrez les yeux, le résultat de Asselineau est ridicule.

    Pour mémoire, le POI avec Schivardi - et une campagne portant la sortie de l’Union Européenne tout en affichant un programme communiste- et moins de moyen que l’UPR a fait un résultat tout à fait similaire à celui d’Asselineau.



  • PRCF PRCF 28 février 23:19

    @Fifi Brind_acier
    Ce que vous dites est faux et vous le savez.
    Le PRCF n’a eu de cesse depuis 2004 d’impulser un rassemblement large pour la sortie de l’UE et de l’Euro. Un rassemblement que l’UPR a toujours refusé, préférant une stratégie d’isolement.

    https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/francois-asselineau-candidat-du-191524

    Peu après que M. ASSELINEAU eut quitté l’UMP en indiquant qu’il faisait une croix sur ses engagements passés, les militants du PRCF qui ne craignent pas le débat organisent dans le cadre de l’Université Populaire Ch’ti Guevara en 2009 un débat avec cette personnalité alors étonnante qui vient de reprendre l’appel à la sortie de l’UE que les communistes du PRCF sont alors les seuls à porter depuis sa création en 2004. Bien sûr, les désaccords apparaissent déjà nombreux, mais il est significatif de mentionner ce point qui démontre que ASSELINEAU n’a rien inventé en parlant de sortie de l’UE, qu’il ne pouvait ignorer que les communistes du PRCF étaient les premiers et les seuls à avoir toujours mené la lutte pour la sortie de l’UE. Y compris lorsque M. ASSELINEAU était encore dans les cercles dirigeants appliquant les ordres de BRUXELLES / MEDEF. On ne saurait donc accuser les communistes et le PRCF ni de sectarisme ni de manque d’esprit de responsabilité.

    De fait de 2009 à 2017, au contraire, le PRCF va déployer une énergie considérable pour construire et faire vivre, dans l’action unitaire, un large rassemblement respectueux du débat démocratique et des sensibilités de chacun, un front populaire mobilisant l’ensemble de l’arc des organisations communistes, progressistes, ou gaullistes républicaines pour la sortie de l’UE de l’Euro et de l’OTAN, un front que l’UPR refusera systématiquement de rejoindre en préférant le cavalier seul. Pour ne citer quelques exemples quelques dates et mobilisations significatives.

    • En 2012, dans la manifestation nationale pour refuser le TSCG, l’UPR brille par son absence. Les communistes du PRCF sont quasiment les seuls, avec le POI, à appeler à sortir de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN. Lorsqu’en 2012/ 2013 les communistes du PRCF, les progressistes du M’PEP, les gaullistes des Clubs Penser la France se rapprochent pour lancer ensemble une initiative nationale pour un nouveau CNR, l’UPR refusent de facto toute initiative de ce genre. Le combat de l’UPR, c’est la présidentielle pour ASSELINEAU et rien d’autre, explique-il alors. C’est donc avec un UPR absent (occupé à préparer sa participation à la mascarade des élections européennes) qu’un appel pour un nouveau CNR est lancé en juin 2013 par le PRCF, le M’PEP et les CPF, recueillant en quelques semaines plusieurs milliers de signatures et sous l’égide d’un très large comité de personnalités de toutes sensibilités, témoignant d’un esprit pleinement conforme à celui de résistance pour la libération des travailleurs de France qu’était celui du CNR. Cet appel, très simple (à lire en cliquant ici), appelle alors à la sortie de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN. Un appel que l’UPR ignore… témoignant alors clairement que la lutte, à la fois unitaire et plurielle pour le FREXIT, n’est pas sa priorité.
    • En 2014, le parti d’ASSELINEAU fait le choix d’une campagne individualiste lors de l’élection européenne. Pourtant un large front là encore, réuni sous l’égide du CNR-RUE – dont les communistes du PRCF sont une des forces motrices – mène une solide et claire campagne pour la sortie de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN, dénonçant la mascarade de ces élections européennes qui ne visent qu’à masquer le caractère antidémocratique de l’Union Européenne, véritable dictature du Capital. Qu’importe, l’UPR refuse là encore une unité d’action pour le FREXIT, préférant légitimer le système pour un résultat électoral bien maigre. Tandis qu’une très large majorité de Français choisissaient l’abstention. La priorité de l’UPR là encore : se faire connaître auprès des maires pour qu’ASSELINEAU puisse se présenter à la présidentielle en 2017… qu’importe le rassemblement d’un front commun pour le FREXIT, au-delà des ambitions personnelles.
    • En 2015, là encore, les troupes de l’UPR ignorent les initiatives prises notamment par les communistes pour faire du 29 mai 2015, 10 ans du NON de 2005, un événement pour la sortie populaire et démocratique de l’UE (manifestation du 31 mai 2015).
    • Dans la foulée, avec un large collectif de personnalités, communistes et non communistes, le PRCF lance à l’automne 2015 une campagne de pétition pour l’organisation d’un referendum pour le FREXIT, concomitamment au débat pour le BREXIT. Plusieurs milliers de travailleurs partout en France signent en quelques semaines cette pétition ouverte, rassembleuse et démocratique. Une pétition boudée par l’UPR qui reste l’œil fixé sur la présidentielle ; Là encore, la priorité de l’UPR c’est la candidature Asselineau à la présidentielle alors que la démarche qui conduisit au CNR à l’initiative de Jean Moulin était une démarche de rassemblement dans la pluralité.

    De 2007 à 2017, si l’UPR a décliné scrupuleusement son action pour atteindre son objectif -qu’ASSELINEAU soit candidat à la présidentielle – c’est malheureusement en dédaignant les conditions d’un pluralisme politique permettant à chaque composant de l’arc anti-Maastricht d’apporter sa propre originalité à cette construction : chose particulièrement nécessaire pour que la classe ouvrière, principale victime de la « construction » européenne et principale force motrice du nécessaire Frexit progressiste, puisse jouer son rôle sans être d’emblée priée de jouer les fores d’appoint à un « homme providentiel ». Dans ces conditions, les appels intéressés aux communistes fréquents en ces périodes propices au racolage électoral ne doivent laisser aucun militant communiste, aucun syndicaliste, aucun travailleur dupe. En pratique et dans les faits, pour bâtir un nouveau Conseil National de la Résistance (CNR), c’est bien vers un nouveau CNR rassemblant plusieurs forces populaires dans l’égalité des droits, en en mettant « le monde du travail au centre de la vie nationale » (comme y invitait le CNR en 1944) qu’il faut se tourner. Cette méthode est indispensable pour que le Frexit s’oriente d’emblée dans une direction progressiste, susceptible de casser l’élan du FN et de mobiliser les dizaines de millions d’ouvriers et d’employés qui doivent faire le lien entre l’indépendance nationale et la reconquête du progrès social.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès