• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Capithalarion

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 13/09/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 3 29
1 mois 1 0 11
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions






Derniers commentaires



  • Capithalarion 14 novembre 2013 11:08

    Cela me fait penser à ce qu’avait dit un député, lors du fameux débat sur la réduction du« SMIC » parlementaire : « Plus notre salaire est élevé, et moins on risquera de se faire corrompre ».

    Plus la presse est sous-financée, plus des « mécènes » intéressés, attaché à la liberté de « leur » expression, bourdonneront autour d’elle. Je pense que la publicité est la meilleure alternative, à part les taxes ou la solution « Canal + après 21h » pour contraindre les gens à s’abonner, je ne vois pas d’autre moyen de financement à peu près indépendant.



  • Capithalarion 8 octobre 2013 00:12

    Le végétarisme ne me dérange en rien, chacun ses lubies, mais il est amusant de constater que vous vous contredisez grassement dans votre deuxième paragraphe, démontrant à la fois que ne pas manger de viande est bon pour la santé mais qu’il faut paradoxalement prendre des compléments alimentaires pour rester en bonne santé ???



  • Capithalarion 13 septembre 2013 12:42

    Par cet article, je tenais principalement à relever le côté illusoire d’une reprise de pouvoir par les citoyens via leur bulletin de vote. Je l’ai peut-être mal exprimé, mais je pense que la moins pire des solutions est justement de renoncer à ce droit de vote qui n’est qu’un écran de fumée pour nous donner l’illusion de participer au débat démocratique.

    La solution serait une VIème République, bien entendu pas celle de Montebourg et Mélenchon, où tout serait revu de fond en comble. La faille dans le système, c’est l’Homme. Ce sont les politiques de métiers, c’est effectivement l’obsession de la réélection. On pourrait résumer un mandat parlementaire en trois phases :

    La première, celle de l’espérance bisounoursienne Le politique vient d’être élu sur un programme surréaliste et jure devant tous les saints qu’il fera l’impossible pour satisfaire les espoirs placés en lui par ses électeurs.

    Ensuite viennent le mépris et l’arrogance : "Les électeurs sont en fait des crétins incultes qui ne comprennent rien à la politique, je vais faire ce qui me semble juste, d’abord pour moi et mes amis on verra les autres ensuite, de toutes façon j’ai largement le temps avant l’expiration de mon mandat". Cette phase, c’est la pire, la plus longue, celle dans laquelle on navigue actuellement. Tous les politiques n’ont absolument rien à faire de nos gesticulations, des manifestations...Nous sommes des crétins qui ne comprennent rien (Ou des enfants capricieux qui n’assimilent pas qu’au fond, on ne veut que leur bien).

    Puis arrive la phase démagogique, celle qui est sensé les faire réélire. Pour ensuite reprendre le cycle au début.

    Il n’échappe à personne que le pouvoir broie beaucoup de gens, et qu’en cela il est nécessaire de le limiter au possible, pour empêcher la création d’une caste oligarchique soudée entre elle par la promiscuité des responsabilités, comme on a actuellement, où les élus pistonnent où recommandent en espérant un retour de manivelle en cas de futur échec électoral. Le simple fait que Serge Dassault siège au Sénat est pour moi un outrage à la démocratie et au respect du peuple.

    Il y a beaucoup de sources de réflexion pour remodeler un système de gouvernance basé sur l’intérêt du plus nombreux. Mais pour changer les choses, à part une Révolution, je ne vois pas d’autre alternative que le vote blanc.

    Nous sommes pieds et poings liés. Ceux qui ont le pouvoir de déclencher un référendum pour un changement de Constitution sont justement ceux qui ont le moins intérêt à ce que la Constitution change. Que nous faut-il faire ? Attendre une grave crise politique comme prétexte, ou déclencher une grave crise politique, créer le prétexte ? La Révolution ou l’Abstention.

    Le soucis, c’est que le pays a été divisé depuis des générations de politiciens, pour être mieux soumis. Ils nous montent les uns contre les autres, nous incitant à croire que l’ennemi c’est le chômeur, l’immigré, l’ouvrier pour le patron et le patron pour l’ouvrier, le retraité, le fumeur, le mec « égoïste » qui se jette sous le train, le nationaliste...Au final, le peuple est trop occupé à s’entredéchirer pour se rendre compte que le véritable ennemi, c’est le monde politique.
    Le pire, c’est que majoritairement, les français marchent dans la combine. Ils courent, même, assistés par des médias qui n’ont de cesse d’exposer les franges opposées de la société.

    Néanmoins, malgré ce tableau pessimiste, il a été démontré par le passé que les Français sont capables de s’unir et d’oublier les divergences qui les divisent pour combattre un ennemi identifié. J’y crois encore un petit peu. Il manque juste une sorte de leader politique pour canaliser tout ça en un courant démocratique. Or, ce genre de personnalité est écartée par le système. L’Education Nationale se transforme petit à petit en épreuve de soumission à la pensée unique, et seuls ses plus brillants élèves peuvent espérer aspirer aux hautes responsabilités. L’oligarchie se renouvelle.

    « Demain, le gouvernance mondiale ou la révolte des nations ». Je pense que cette phrase de Soral résume ce qu’il va advenir du monde si on ne réagit pas. « La révolte des nations » peut se décliner en pas mal de variantes différentes. La plus réaliste, à mon sens, c’est l’Absention générale.

    Ou, un beau jour, on peut toujours espérer, une manifestation sur les champs Elysés qui réunirait TOUS les français. Et pas un dimanche les syndicalistes, celui d’après les opposants au mariage pour tous, ensuite viennent les retraités et les enseignants puis la cohortes des paysans en colère suivie des contrôleurs SNCF...
    Ce qui démarque les prémices d’une révolution d’une manifestation basique, c’est l’Union. Mais ça...Au vu de ce que j’entends à la radio et lis sur les blogs...ça frôle l’utopie.

    En résumé, il faut une nouvelle Constitution et pour cela nous avons deux moyens d’y parvenir, énoncés plus haut. Je suis bien évidemment pour les deux, mais mon côté cartésien me fait défendre la plus réalisable, celle qui demande le moins d’effort, qui demande même la suppression d’un effort !

    Je crois en l’Homme.
    Imaginez que vous trouviez en sortant de chez vous une lampe magique et un génie qui vous propose un seul voeu. Que feriez-vous ?

    Si vous souhaitez quelque chose du genre la vie éternelle, l’opulence, la plus belle femme du monde, le résurrection de votre père décédé il y a peu ou un paquet de cacahuète, alors vous êtes mûr pour vous présentez aux législatives, parce que la confrontation avec un pouvoir quelconque vous a poussé à faire un choix égoïste.

    Si en revanche vous souhaitez la paix dans le monde, l’accès à des conditions de vie décentes pour tous ou un truc en rapport avec le bien commun, vous n’êtes pas taillé pour cette oligarchie. En revanche, votre manière de penser ferait de vous un parfait chef d’état, place que le système ne vous accordera pas.

    Le soucis, c’est que passé le cap démagogique du « Ouaaah, je peux offrir un cadeau de Noel à tous les enfants pauvres » de la comédie hollywoodienne basique, les gens réfléchissent. Et au final, ils choisiront majoritairement un voeu en rapport avec leurs intérêts.

    Le paradoxe, c’est qu’il faut trouver un système qui fasse en sorte de couper l’accès aux responsabilités à ceux qui ont envie d’y accéder, aux ambitieux, à ceux qui ont une vie digne d’un parcours sportif, prédateurs du Darwinisme social. Autocentrés sur leur carrière, pour qui l’ascension hiérarchique est une raison de vivre, qui ne se contente jamais de leur poste, toujours à viser plus haut. Un système où chacun est à sa place sans envier celle de l’autre.

    Enfin bref, les bonnes idées sont là, il suffit de les concrétiser.



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Diatribe dystopique




Palmarès