• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

aglagla

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 31/07/2021
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 4 108
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions




Derniers commentaires



  • aglagla 3 août 14:33

    Un Vaccin pour les gouverner tous

    Un Pass pour les trouver

    Un Virus pour les amener tous,

    Et dans les ténèbres les lier



  • aglagla 3 août 14:06

    Effectivement, je suis d’accord, beaucoup de personne, vaccinées ou non, ont peur et sont embrigadés (c’est aussi mon opinion), et je serai plutôt de ceux qui ont peur (pas nécessairement à propos du vaccin ou du virus, mais plutôt concernant l’avenir qui se déploie sous nos yeux), mais je tente en revanche de ne pas me laisser embrigader. C’est pourquoi, j’espère ne pas avoir laissé penser qu’il faudrait en vouloir de quoi que ce soit à qui que ce soit, ce n’était pas mon intention, et surtout, ce serait précisément l’erreur inverse à ne pas commettre et qu’il faudrait donc à tout pris éviter.

    Je tentais un renversement de point de vu, un raisonnement par l’absurde pour mettre en avant l’idée que les logiques dogmatiques avancées qui ont pour conséquence d’ostraciser une partie de la population peuvent aussi s’appliquer en retour si la situation venait à s’inverser, et comment, se faisant, les panégyristes et autres pioupious complices et intéressés, par leur esprit dogmatique et martial, délivreraient des permis de représailles à ceux-là même qu’ils auraient maltraités. Donc, il faut éviter à tout prix que les arguments avancés par certains pour obliger/contraindre les autres ne se retournent contre eux si la situation devait tourner désavantageusement pour eux, car alors, comment justifier de ne pas appliquer leur propre raisonnement en retour ? Cela pourrait être perçu comme de la vengeance, et pourtant, les mêmes mesures et restrictions qu’ils auraient eux-mêmes élaboré ne feraient qu’être appliquées religieusement. C’est pourquoi, il faut éviter les positions autoritaires et nous laisser mutuellement une porte de sortie pour que personne ne se sente légitime à vouloir/pouvoir se venger en retour, et qui pourrait avoir l’avantage d’atténuer les conséquences des choix des uns et des autres. Ce qui m’amène sur le point absolument crucial que vous avez à juste titre soulevé : il pourrait advenir que la vaccination débouche sur une situation critique incontrôlable et pour laquelle il n’y aurait plus de retour possible en arrière (si ce n’est pas déjà le cas). Nous n’aurions alors peut-être même pas le luxe de pouvoir pardonner et ne pas appliquer des mesures terribles, et même, pas plus le luxe de les appliquer par esprit de vengeance, mais feraient de nous des obligés, des bourreaux. D’où la double peine.

    Tout ceci n’est qu’un récit, une expérience de pensée, probable, improbable, je ne sais pas.



  • aglagla 1er août 13:30

    Bonjour à tous et merci pour vos commentaires et discussions.

     

    En réponse à @Fergus : merci pour votre intervention.

    On développe des anticorps grâce à l’immunité naturelle aussi. C’est sans doute d’ailleurs la meilleur qui soit, non ? Alors pourquoi ne pas envisager les deux et privilégier celle qui nous protège le mieux ? A moins que ce virus n’ai rien de naturel (en parti du moins pour ce qui concerne ses principes actifs les plus virulents), et dans ce cas, effectivement, peut-être alors que notre propre système immunitaire est dépassé et ne peut tout seul produire une réponse immunitaire adaptée et efficace. Ce serait extrêmement fâcheux à plusieurs titres. Premièrement parce que cela supposerait que quelqu’un aurait intentionnellement crée cette chimère. D’autre part, cela impliquerait également que nous serions désormais dépendant des labos pour espérer nous en sortir, éternellement ? Saint Graal. Toutes les mafias de monde entier en rêvent, les labos l’auront fait : rendre dépendant les humains (esclaves ?) sans quasiment aucun recours possible. Ils deviendraient nos dieux et nos sauveurs à tous. Plus aucune limite pour nous asservir.

    A ce titre d’ailleurs, j’ai noté aussi l’intervention de @Florian LeBaroudeur qui m’est apparu de prime abord incongru. Mais, une association d’idée s’est imposée en lisant cette intervention, avec ce qu’un certain Jean-Marc Jancovici nous dit dans ces conférences sur la dérive climatique et le stress énergétique en cours, et en particulier sur le pétrole. L’énergie est la nourriture des machines, et ce sont les machines qui produisent dans nos sociétés. Le pétrole est l’énergie par excellence de la mobilité. Les sociétés thermo-industrielles actuelles fonctionnent sur une armée d’esclave (machine), et sont fondamentalement identiques aux sociétés passées qui reposaient sur une armée d’esclaves humains (il faudrait 200 fois plus d’humain sur terre, 1400 milliards, si on devait remplacer toutes les machines par des humains !).

    Si l’énergie vient à manquer, c’est moins de machine pour produire et donc, une économie qui se contracte. Comment alors maintenir un niveau de production compatible à l’existence de 8 milliards d’humain ? En remplaçant (en partie ?) les esclaves machine par des esclaves humains ?

    Mais alors, comment rendre acceptable à nouveau l’idée qu’une partie de l’humanité soit l’esclave de l’autre ?

    Réponse : en remodelant le corps et l’esprit de tout un chacun, à l’usure, inlassablement, afin que l’idée d’un retour de l’esclave refasse partie naturellement du champ mental, comme une évidence, un pis aller et par résignation.

    Enfin, par la dépendance, qu’elle soit engendrée par la peur, l’infantilisation, par des artifices (psychotropes, jeux, médicaments…), par l’endettement, par soumission à une autorité..., ou mieux, tout cela à la fois. Bref, en étant pris dans un piège dont il est impossible d’en réchapper.

     

    Un Vaccin pour les gouverner tous

    Un Pass pour les trouver

    Un Virus pour les amener tous,

    Et dans les ténèbres les lier

     

     

    Petite réflexion au passage :

    Pour ceux et celles qui refusent la vaccination, aillez la bonne idée de ne pas avoir d’accident qui nécessiterait une transfusion sanguine ! Quelles-en seraient les conséquences ?

     

    Autre petite réflexion pour les vaccinés cette fois :

    Je ne suis pas sûr de cela, mais, dès lors que vous vous êtes fait injecter une molécule brevetée, est-ce que l’entreprise propriétaire de cette molécule pourrait faire valoir le fait que vous/nous êtes/sommes désormais leur possession ? S’agissant de la question du brevetage du vivant, comment va évoluer juridiquement cette situation ? Devra-t-on placer les vaccinés désormais dans la catégorie des OGMs ?

    L’un des objectifs du « great reset » n’est-il pas de faire en sorte que plus personne ne soit propriétaire, y compris de son propre corps ?



  • aglagla 25 septembre 2013 17:03

    Le problème n’est pas de savoir si des produits périmés peuvent encore être consommés ou non .... Il ne faudrait pas feindre de s’imaginer que la problématique ici est purement technique. Le problème étant de savoir si on a le choix ou pas.
    Comme le dit gaijin : « beaucoup de produits supportent très bien la péremption et il vaut mieux qu’ils aient été là que dans une poubelle », certes. Quand tout le monde peut décider d’acheter des produits périmés moins chers (pour participer à la diminution du gaspillage par exemple), ou bien d’acheter ceux non périmés sans avoir à compter ses sous, on est d’accord.
    Or, ici, on vend/donne à des gens qui n’ont plus que le choix d’acheter des produits périmés, et dès lors, s’installe une relation de dominés à dominants.
    Ne soyons pas naïf. Le problème est bien là, et d’ailleurs, le récit de nofragavox le montre bien, cet homme est malheureux de ce non choix et ce cette humiliation qui lui est faite :« Il attrapa délicatement mon poignet et retourna le paquet, désignant amèrement une date, celle de péremption, elle était dépassée depuis trois mois ».

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre

Publicité

365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. C’est pas quand on a chié dans l’froc qu’on serre les fesses

Publicité



Palmarès

Publicité