• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

HELIOS

HELIOS

Soixant’huitard... c’est à dire humaniste avant tout !
Arrivé à la fin de mes obligations strictement professionnelles je continue mes engagements que je vais défendre bec et ongles.
Je ne renie en rien ni mon monde ni mon histoire que je dois à mes enfants, en souvenir de nos parents qui nous ont offert le sacrifice suprême de leur vie.
J'apporterai la compréhension et la sérénité dans ma participation expérimentée sans laisser aux opportunistes comme aux irresponsables le loisir de nous imposer leurs raccourcis dogmatiques.
Il n'y a pas de valeurs obsolètes, il n'y a que respect pour la Maison que nous partageons.
 

Tableau de bord

  • Premier article le 10/09/2008
  • Modérateur depuis le 19/09/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 8618 133
1 mois 0 48 0
5 jours 0 11 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 82 63 19
1 mois 1 1 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions











Derniers commentaires



  • HELIOS HELIOS 15 septembre 16:36

    Dans un pays, il y a deux sortes de gens :

    (1) ceux qui vivent de leur travail...

    (2) ceux qui vivent des echanges physiques ou monetaires

    Alors la dévaluation est une benediction pour ceux qui de cette deuxieme categorie, car ils ont le pouvoir d’ajuster leurs prix créant ainsi un ecrémage économiques

    La 1ere categorie, elle n’a aucun choix... son revenu dépend uniquement de son travail. Le prix de l’electricité, des tomates des loyers etc monte et ils ne peuvent rien faire que d’accepter, se priver et courber la tête.

    Je voudrai bien savoir, moi, si on effectuait un indice des prix, non pas sur un panier moyen dans lequel on place un smartphone au même niveau qu’une baguette de pain mais avec un correctif pour ajuster la valeur de vie (comme on montre le prix au kilo plutot que le prix au paquet)... ET que simultanement on applique un ajustement (une indexation) sur les salaires a partir de cet indice, si ceux qui chantent les bienfaits de l’inflation seront toujours aussi satisfaits !

    La réalité de l’inflation ... est un outil de plus dans la grande escroquerie du marketing, merchandising et autre « ing » qui permet de voler au sens propre les revenus de ceux qui ne peuvent rien répercuter et se faire plumer au quotidien.

    Entre l’obsolescence programmée et la qualité « minimum » pour que la durée de vie d’un produit soit « payante » pour le producteur... et...la financiarisation de tout avec laquelle on vous vante qu’une voiture a 20 000 euro sur 10 ans (parc automobile français) cela ne vous fait « que » 2000 euros (166 euros par mois) et qu’a ce prix il vous est préferable d’en louer une quand vous en avez besoin (c’est bon pour les parisiens, ça) ... nous vivons dans un monde de prédateurs et c’est le kon qui paye avec un salaire ou une retraite qui se degrade chaque mois un peu plus.

    Alors, je ne dis pas que les systemes commerciaux sont mauvais, je dis simplement que nous dérivons vers une société inacceptable et comble, ceux qui devraient defendre l’equilibre économique et la réalité sociale et environnementale... comme la réalité mentale d’abord, c’est a dire ceux qui se preoccuipent du developpement économique et social, ne font pas leur travail, se trompent  surement parce qu’ils sont directement ou indirectement impliqués  et agissent a l’envers au nom d’on ne sait quel dogme pas verifié (si verifiable)... comme les ecolos que nous voyons nous offrir des fleurs de plus en plus empoisonnées.

    L’inflation : NON, ce qui en parlent maintenant, qui l’espèrent, sont ceux qui ne la vivrons jamais dans leur chair et comme d’habitude, exiger pour les autres, c’est toujours facile.



  • HELIOS HELIOS 13 septembre 11:33

    @Hurricane

    je ne veux pas participer a un discours biaisé à la base, tout le monde sait que le « bien » c’est la gauche !

    Je trouve votre commentaire bien réaliste et extrèmement proche de la réalité, même si la généralisation est toujours difficile.

    L’auteur de l’article (que j’aime bien lire et j’en apprecie sa sensibilité) est ce qu’il est, comme le scorpion sur le dos de la grenouille (merci O Welles d’avoir révélé cette fable), on ne peut pas lui demander d’avoir une vision objective car son cadre de pensée le lui interdit : chacun sa foi !



  • HELIOS HELIOS 13 septembre 01:18

    @titi

    ... vous avez raison, la comptabilité que vous citez ne fait pas partie de ma vie.

    Je ne polemique pas, je me contenterai de vous demander ;.. en supposant qu’aujourd’hui il n’existe aucune voie ferrée, quel gouvernement pourrait financer l’achat immobilier, la réalisation des infrastructures, l’achat du materiel roulant et le financement des personnels :
    selon l’AFRA il y a 51217 km de voies dont 1884 de ligne TGV

    1 km de ligne TGV coute 15 M€ soit 28 MM€ et 1,5M€ lignes normales (x 2 si double sens) soit 148 MM€ auxquels il faut ajouter les gares, les ponts, les tunnels et l’immobilier.

    Je sais bien qu’aujourd’hui l’argent est magique, mais 163 MM€ (163 milliards d’Euros) c’est comptablement facile, n’est-ce pas quelle entreprise peut payer cet equipement et le « preter » a des utilisateurs contre une location miserable ?

    Ce sont les français qui ont payés ces investissements et il n’y a aucune raison de ne pas facturer a son prix ceux qui vont les utiliser. La SNCF c’est l’etat donc les français, eux ils ont le droit de ne payer « que » les frais d’usages"



  • HELIOS HELIOS 13 septembre 00:43

    ... et si on regardait l’avenir ?

    (1) ... on fait rien : le tier monde (ie Afrique, Asie musulmane) se déverse d’abord en Europe il n’y a pas de frontière ni physique ni administrative  et au final c’est l’écroulement en quelques décennies de la « civilisation » occidentale avec éclatement de certains pays... Tous les pays y passeront plus ou moins tôt mais la France en bonne position géographique sera parmi les premiers...

    Les états unis aussi, avec quelques nuances mais ce sera pareil, avec probablement une partition qui pourrait faire perdurer les zones les moins « envahies »

    L’Amérique du Sud que nous pansons moins sensible y passera aussi, il y a déjà au nord du sous continent des pays fragiles et mêmes dans les pays du sud que nous pensons solides ont déjà des « colonies » arabo-musulmanes où les lois ont laissé la place a la sharia (nord du Chili et nord de l’Argentine)

    Je pense que c’est le scénario le plus probable...

     (2) on tente quelque chose, on se décide a se défendre, on se met a gérer des frontières effectives pour limiter les entrées en provenance du tier monde, mais pas seulement. le verrouillage s’effectue également entre tous le pays et cela va créer des points ’chauds« partout où se trouvent des »ponts« entre les continents. Même par la force leur défense (de ces »ponts« ) sera difficile.

    Nous assisterons a un redécoupage des pays, puisque l’occident ne pourra pas se priver des ressources naturelles occupées par ceux qui n’en font pas partie. il n’est pas exclu que l’Europe perde des bouts en Espagne/Portugal par exemple ou du coté de l’est... ce qui est certains c’est que les confettis atlantiques et pacifiques seront difficiles également à protéger sauf s’ils servent de refuge aux plus puissants qui s’y retrancheront.

    A terme l’écart avec le tier monde se creusera et les différentes pressions augmenteront laissant présager des conflits sanglants stabilisateurs des forces entre les deux mondes.

    Si nous ne sommes pas capables de nous défendre, bien au delà de notre gestion humanitaire, nous perdrons irrémédiablement.

    Il faut bien comprendre que cette option possiblement la seconde n’est qu’une »nuance« de la première mais je ne crois pas que nous soyons capable de la mener... cela prendra plus de temps, c’est tout.

     (3)  enfin l’option la plus occidentale, celle qui devrait correspondre à ce qu’est l’homme blanc européen pourrait survenir.

    Il s’agit d’une fuite en avant, formidablement technologique qui est l’alternative technique à la précédente (2), mais où les frontières et la démographie nous ont permis de faire un (ou plusieurs) bonds technologiques qui nous mettraient a l’abri d’une porosité »humaine" entre le tier monde et sa pression et les espaces européens et américains.

    Evidemment, cela veut dire que les frontières physiques, économiques ont fonctionné laissant se dégrader les espaces continentaux remplis de ceux qui n’ont pu en profiter avec un fossé qui ne pourra que se creuser.

    L’humanité de trouvera divisée en deux parties, des peuples réduits occupant des espaces aménagés, des outils de production extraordinairement efficaces et des conditions sociales, apaisées (corsetées) certes, et plus resserrées ... et les peuples du tiers monde, bloqués eux d’une part par leur démographie mais par une organisation prédatrice ne permettant pas émergence de sociétés efficaces. Notons au passage que si une région arrivait a combler une partie de son retards, les élites fuiraient et seraient accueillies dans le monde occidental a l’instar de ce qui se passe actuellement

    hélas, je ne pense pas que cela se passera ainsi, nous n’avons jamais vu une civilisation arrivant a un niveau d’abstraction suffisant, de développement intellectuel, artistique et humain fortement social gagner une bataille sur des civilisations nettement plus frustres où c’est la force , la violence qui en guide le comportement.... dommage !!!

    Note : La Russie me parait à cheval et surement candidate a une grande scission entre l’est et l’ouest de ce (trop) grand pays.

    La Chine, appartenant a un modèle un peu différent ne se disloquera pas (sauf a perdre quelques bricoles) mais profitera des bouleversements pour étendre une influence pour l’instant sans violence, mais qui ne durera surement pas. Elle adhérera fort probablement au groupe le plus développé même si la porosité humaine ne se fera surement pas.

    Je ne parle pas non plus de l’Australie qui restera une zone privilegiées, sauf si la chine décide de l’annexer.

    Par ailleurs, toutes les variantes intermédiaires et/ou sectorielles sont possibles... impossible de les identifier sans boule de cristal.


    Et tout cela sur un fond d’événements biologiques, physiques naturels imprévisibles (surement pas le réchauffement ou le CO2, par contre) que seule la 3eme option ci-dessus sera en mesure d’absorber sans conséquence.

    Il est l’heure du dodo, bonne nuit et merci de m’avoir lu jusque là, chacun son délire !



  • HELIOS HELIOS 12 septembre 01:36

    @Montagnais

    Cela a toujours été de tout temps : les arbres meurent aussi !

    Sauf que lorsque l’industrie n’avait pas encore envahi les campagnes, des hommes entretenaient l’environnement, coupant, taillant et aménageant pour notre plus grand bien cette nature qui nous entoure.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité