• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

HELIOS

HELIOS

Soixant’huitard... c’est à dire humaniste avant tout !
Arrivé à la fin de mes obligations strictement professionnelles je continue mes engagements que je vais défendre bec et ongles.
Je ne renie en rien ni mon monde ni mon histoire que je dois à mes enfants, en souvenir de nos parents qui nous ont offert le sacrifice suprême de leur vie.
J'apporterai la compréhension et la sérénité dans ma participation expérimentée sans laisser aux opportunistes comme aux irresponsables le loisir de nous imposer leurs raccourcis dogmatiques.
Il n'y a pas de valeurs obsolètes, il n'y a que respect pour la Maison que nous partageons.
 

Tableau de bord

  • Premier article le 10/09/2008
  • Modérateur depuis le 19/09/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 8654 133
1 mois 0 25 0
5 jours 0 5 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 82 63 19
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires



  • HELIOS HELIOS 15 septembre 16:45

    @Spartacus Lequidam

    ... enfin un avis de bon sens ...



  • HELIOS HELIOS 15 septembre 16:43

    @HELIOS

    Note complementaire....

    Il n’y a qu’un seul moyen de se proteger d’une inflation devenue necessaire par les déséquilibres économiques, c’est de reguler les echanges entre les zone exterieures et l’interieur d’un pays.

    Cette régulation s’appelle « droit de douane » qui doit etre couplée ( si on accepte le principe de la TVA, mais il y en a d’autres) avec une régulation interieure en particulier sur les marges financieres et les marges commerciales qui même s’il n’est pas question de les bloquer, il peut etre tres éfficaces de les encadrer exactement comme on encadre les revenus avec des tranches de fiscalisation.

    Apres tous, hors produits de 1ere necessité, les marges doivent etre libres, mais réfléchies et c’est a l’etat de récuperer sa part sur cet avantage concedé a la liberté.



  • HELIOS HELIOS 15 septembre 16:36

    Dans un pays, il y a deux sortes de gens :

    (1) ceux qui vivent de leur travail...

    (2) ceux qui vivent des echanges physiques ou monetaires

    Alors la dévaluation est une benediction pour ceux qui de cette deuxieme categorie, car ils ont le pouvoir d’ajuster leurs prix créant ainsi un ecrémage économiques

    La 1ere categorie, elle n’a aucun choix... son revenu dépend uniquement de son travail. Le prix de l’electricité, des tomates des loyers etc monte et ils ne peuvent rien faire que d’accepter, se priver et courber la tête.

    Je voudrai bien savoir, moi, si on effectuait un indice des prix, non pas sur un panier moyen dans lequel on place un smartphone au même niveau qu’une baguette de pain mais avec un correctif pour ajuster la valeur de vie (comme on montre le prix au kilo plutot que le prix au paquet)... ET que simultanement on applique un ajustement (une indexation) sur les salaires a partir de cet indice, si ceux qui chantent les bienfaits de l’inflation seront toujours aussi satisfaits !

    La réalité de l’inflation ... est un outil de plus dans la grande escroquerie du marketing, merchandising et autre « ing » qui permet de voler au sens propre les revenus de ceux qui ne peuvent rien répercuter et se faire plumer au quotidien.

    Entre l’obsolescence programmée et la qualité « minimum » pour que la durée de vie d’un produit soit « payante » pour le producteur... et...la financiarisation de tout avec laquelle on vous vante qu’une voiture a 20 000 euro sur 10 ans (parc automobile français) cela ne vous fait « que » 2000 euros (166 euros par mois) et qu’a ce prix il vous est préferable d’en louer une quand vous en avez besoin (c’est bon pour les parisiens, ça) ... nous vivons dans un monde de prédateurs et c’est le kon qui paye avec un salaire ou une retraite qui se degrade chaque mois un peu plus.

    Alors, je ne dis pas que les systemes commerciaux sont mauvais, je dis simplement que nous dérivons vers une société inacceptable et comble, ceux qui devraient defendre l’equilibre économique et la réalité sociale et environnementale... comme la réalité mentale d’abord, c’est a dire ceux qui se preoccuipent du developpement économique et social, ne font pas leur travail, se trompent  surement parce qu’ils sont directement ou indirectement impliqués  et agissent a l’envers au nom d’on ne sait quel dogme pas verifié (si verifiable)... comme les ecolos que nous voyons nous offrir des fleurs de plus en plus empoisonnées.

    L’inflation : NON, ce qui en parlent maintenant, qui l’espèrent, sont ceux qui ne la vivrons jamais dans leur chair et comme d’habitude, exiger pour les autres, c’est toujours facile.



  • HELIOS HELIOS 13 septembre 11:33

    @Hurricane

    je ne veux pas participer a un discours biaisé à la base, tout le monde sait que le « bien » c’est la gauche !

    Je trouve votre commentaire bien réaliste et extrèmement proche de la réalité, même si la généralisation est toujours difficile.

    L’auteur de l’article (que j’aime bien lire et j’en apprecie sa sensibilité) est ce qu’il est, comme le scorpion sur le dos de la grenouille (merci O Welles d’avoir révélé cette fable), on ne peut pas lui demander d’avoir une vision objective car son cadre de pensée le lui interdit : chacun sa foi !



  • HELIOS HELIOS 13 septembre 01:18

    @titi

    ... vous avez raison, la comptabilité que vous citez ne fait pas partie de ma vie.

    Je ne polemique pas, je me contenterai de vous demander ;.. en supposant qu’aujourd’hui il n’existe aucune voie ferrée, quel gouvernement pourrait financer l’achat immobilier, la réalisation des infrastructures, l’achat du materiel roulant et le financement des personnels :
    selon l’AFRA il y a 51217 km de voies dont 1884 de ligne TGV

    1 km de ligne TGV coute 15 M€ soit 28 MM€ et 1,5M€ lignes normales (x 2 si double sens) soit 148 MM€ auxquels il faut ajouter les gares, les ponts, les tunnels et l’immobilier.

    Je sais bien qu’aujourd’hui l’argent est magique, mais 163 MM€ (163 milliards d’Euros) c’est comptablement facile, n’est-ce pas quelle entreprise peut payer cet equipement et le « preter » a des utilisateurs contre une location miserable ?

    Ce sont les français qui ont payés ces investissements et il n’y a aucune raison de ne pas facturer a son prix ceux qui vont les utiliser. La SNCF c’est l’etat donc les français, eux ils ont le droit de ne payer « que » les frais d’usages"

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité