• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Eliane Jacquot

Eliane Jacquot

Economiste

Tableau de bord

  • Premier article le 07/07/2014
  • Modérateur depuis le 17/06/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 29 74 790
1 mois 1 3 10
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 13 février 14:04

    @Samson
    Un grand merci à vous.



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 13 février 14:03

    @oncle archibald

    J’ai vu aussi ces deux éblouissantes expos en 2013, dans le cadre de " Marseille, Capitale européenne de la culture . "

    La génération des Monet, , Renoir, , Cézanne, Gauguin , Van Gogh et plus tard Braque , Bonnard , Matisse , Picasso , De Staël ont abordé le Midi en nouvelle terre sacrée . Ce territoire est devenu un véritable atelier à ciel ouvert de part sa grande intensité lumineuse . Lumière verticale, couleurs irradiantes, et sans doute aussi attrait d’une vie plus authentique et sereine , le Midi , ou plutôt tout l’arc méditerranéen , de Collioure à Menton a agit comme un aimant pour les artistes, . Et ce territoire est passé du grand atelier à ciel ouvert imaginé par Van Gogh qui ne verra pas le jour à un véritable laboratoire de la modernité , fauvisme, cubisme et expressionnisme .

    Sous le soleil exactement ...



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 13 février 12:05

    Antonin Artaud a bien décrit la puissance du ressenti face à son œuvre « Il n’y a pas de fantômes dans les tableaux de Van Gogh , pas de visions, pas d’hallucinations . C’est de la vérité torride d’un soleil de deux heures de l’après – midi »

    et aussi 

    « Non, Van Gogh n’était pas fou, , mais ses peintures étaient des feux grégeois, des bombes atomiques, dont l’angle de vision, à côté de toutes les autres peintures qui sévissaient à cette époque, eût été capable de déranger gravement le conformisme larvaire de la bourgeoisie second Empire et des sbires de Thiers, de Gambetta, de Félix Faure, comme ceux de Napoléon III. Car ce n’est pas un certain conformisme de mœurs que la peinture de Van Gogh attaque, mais celui même des institutions. Et même la nature extérieure, avec ses climats, ses marées et ses tempêtes d’équinoxe ne peut plus, après le passage de Van Gogh sur terre, garder la même gravitation. »

     Antonin Artaud, Van Gogh le suicidé de la société



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 25 janvier 14:08

    @Raymond75
    Bonjour, 
    Votre complément est tellement intéressant que je partage le billet dans sa totalité :

    « Quelle Différence entre le système actuel et le système féodal ?

    Comparer notre système socio-économique au système féodal peut paraître exagéré de prime abord. Mais en creusant un peu, il est possible d’entrevoir les similarités entre les deux systèmes.

    Au Moyen-âge, il suffisait aux seigneurs de posséder des terres, acquises par la force ou pas, pour y faire travailler des serfs, contre une rente qui pouvait prendre plusieurs formes : corvées, taille, cens, champart… 

    Depuis le XIXème siècle, les seigneurs existent toujours, mais ils ont pris une nouvelle apparence. Il n’est plus question de conquérir des terres par la guerre, mais de posséder de l’immobilier et des actions de sociétés grâce à la création monétaire. 

    Contrairement à une croyance populaire, ces nouveaux seigneurs ne possèdent pas leur richesse grâce à leur épargne, mais grâce au crédit qui permet de créer de l’argent à partir de rien. Une fois créé, cet argent permet d’acquérir des biens immobiliers, et les joyaux du CAC40. 

    Le jeu est simple pour cette caste : prélever des loyers et des dividendes supérieurs aux intérêts payés au banquiers, qui sont les principaux complices de cette confiscation des richesses. 

    De nos jours, grâce à l’action de la BCE, la caste emprunte à 0%, et touche entre 3 et 5% de rendement en loyers et dividendes. Un jeu à la limite trop facile. Surtout que les vannes du crédit sont grandes ouvertes pour rembourser les anciens crédits par de nouveaux crédits ! 

    Qui sont les serfs dans cette histoire : et bien tous les autres. Tous ceux qui payent des loyers pour leurs logements ou leurs boutiques. Ceux qui payent les intérêts de leurs crédits en tout genre : immobilier, étudiant, consommation (près de 220 milliards d’euros par an !). 

    Ceux qui travaillent et qui voient des actionnaires acheter grâce au crédit “gratuit” des morceaux de leurs sociétés sont aussi les perdants. Quel paradoxe : rémunérer un actionnaire parasite d’un nouveau genre, un privilégié du crédit bancaire, au lieu de rémunérer les actionnaires historiques ou les travailleurs. 

    Même les épargnants sont les dindons de la farce ! Ils voient leur cash perdre de la valeur, puisqu’il ne rapporte plus rien en intérêts…

    Les seigneurs de notre monde moderne sont ceux qui sont le plus proche de la création monétaire. Leurs serfs sont les travailleurs qui créent pourtant la richesse qui engraisse les seigneurs. Et les Kapos sont nos dirigeants successifs qui ne font rien contre cette injustice ! 

    Pour sortir de ce système néo féodal, il faut reprendre la main sur la création monétaire et interdire l’usure.
    Sans cet objectif, l’aliénation des peuples continuera au service de la caste, jusqu’à l’éclatement de la bulle du crédit, et des désordres qui en résulteraient. 

    Anice Lajnef, Décembre 2019




  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 24 janvier 08:25

    Bonjour@Croa

    Il y a en effet un argent qui circule sans rapport avec les vrais richesses .Les banques centrales continuent de faire tourner la planche à billet , associé à des taux de plus en plus bas .Christine Lagarde, récemment nommée à la tète de la BCE s’inscrit dans ce schéma . Cet afflux discontinu de monnaie  provoque des bulles sur quasiment l’ensemble des actifs de la planète.

    Bulle boursière, obligataire, immobilière. 

    On assiste à une implosion de la dette mondiale et des bulles d’actifs ( dette mondiale évaluée à environ de 250 000 milliards de Dollars )

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès